Et descendit de Caelis

Nous ne savons pas quand le Seigneur descendra du ciel. En est-on sûr ? En réalité, la date est connue depuis toujours, mais elle ne se révèle qu’aux temps fixés.
« Dieu ne fait rien de grand sur la terre, dit le prophète Amos, sans avoir auparavant révélé son secret à ses serviteurs. » (Amos 3:7)
Mais ce secret ne peut se révéler que progressivement, par paliers, et au fur et à mesure que les événements s’accomplissent selon l’Ecriture. Notre défaut est de vouloir comprendre trop tôt et donc de conclure trop vite. Mais un jour la révélation sera complète et les derniers secrets auront été révélés aux hommes.
Nous sommes proches de cet instant, de ce point final tant redouté dans l’histoire de l’humanité.
Ce point final, nous le savons, c’est le retour en gloire du Christ, qui reviendra pour juger les vivants et les morts : nous l’affirmons chaque dimanche dans le Credo.

Comment se fera ce retour ?
Nous le savons déjà, puisque Notre-Seigneur en personne nous l’a dit :
« Alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec une grande puissance et une grande majesté. » (Matthieu 24:30)

Voilà, c’est très simple. Il ne s’agit plus de la venue humble et discrète d’un nouveau-né dans une étable, mais du retour de Jésus-Christ dans la gloire, venant sur les nuées, c’est à dire du ciel et dans le ciel.
Cela concorde avec les propos des deux anges aux apôtres le jour de l’Ascension :
« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là les yeux fixés au ciel ? Ce Jésus, qui vient d’être enlevé au ciel, en reviendra un jour, comme vous l’y avez vu monter. » (Actes 1:11)

C’est donc très clair, les modalités de retour du Christ ne font aucun doute :
Il revient dans la gloire, tel qu’il est parti (donc à 33 ans), venant du Ciel, et visible par tous les hommes sur terre.

Reste à escompter la date.
Il y a dans les saintes écritures des non-dits volontaires, des sous-entendus nécessitant des explications théologiques inspirées. Car la vie de l’évangile continue après le départ de Jésus ; c’est le rôle de l’Eglise, de ses pères, docteurs et confesseurs, de traduire en doctrine et en liturgie le message divin, et de l’expliquer, l’enrichir, l’expliciter, le rendre accessible au plus grand nombre.
Par exemple, le premier miracle de Jésus aux noces de Cana est accompli à la demande de sa sainte Mère ; pour la comprendre, la réponse de Jésus « Mon heure n’est pas encore venue » doit être complétée par le sous-entendu « jusqu’à ce que vous me le demandiez ».

 On a exactement le même procédé et le même sens dans le message de l’apparition de la Vierge à Pontmain en 1871 : « Mon Fils se laisse toucher » sous-entendu « par ma demande« .

Par conséquent, la fameuse phrase sibylline qui a fait couler tant d’encre durant des siècles : « Quant au jour et à l’heure, nul ne les connaît, pas même les anges du ciel, mais le Père seul. » (Matthieu 24:36) doit être rapprochée du verset d’Amos cité tout à l’heure, et donc complétée par le sous-entendu : « jusqu’à ce que nous, la Sainte Trinité, décidions de le révéler« .
Ce qui semblerait logique sachant que tous les versets précédents du même chapitre sont la description d’une succession de signes avant-coureurs nécessaires à l’identification de cette période, ce qu’indique justement Jésus deux versets avant : « quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, qu’il est à la porte. »
Une lecture littérale et rapide de ce texte pourrait laisser penser que le Seigneur se contredit : il donne la liste des signes annonciateurs de son retour, pour finalement conclure qu’on ne peut en connaître la date. Curieuse démarche. En réalité, il n’y a rien de contradictoire : il faut attendre le moment venu pour comprendre et savoir  et alors le voile se lèvera.

Cela concorde avec les propos de saint Thomas d’Aquin il y a 700 ans, dans l’Humanité de Jésus-Christ :
« C’est pourquoi, malgré ces signes, le jour de l’avènement du Seigneur pourra encore rester inconnu, selon ces paroles de saint Paul: « Le jour du Seigneur viendra comme un voleur de nuit, tandis que les hommes diront: « Nous sommes dans la paix et la sécurité, la mort tombera sur eux à l’improviste. » (I Thess., V, 2-3). Il n’est pas défendu de croire néanmoins que ces signes feront connaître à tous le jour même du jugement, et l’incertitude du temps du dernier avènement se rapporterait alors à l’époque où ils commenceront à se produire. »

Nous n’allons pas ici lister à nouveau les preuves des signes de la fin des temps, nous le faisons régulièrement sur ce blog depuis cinq ans, mais nous allons nous attacher à tenter d’identifier cette fameuse date de retour du Christ, en justifiant notre démarche.

La réflexion est simple, parce qu’au final, les secrets divins sont simples à comprendre. Il suffit que le Seigneur soulève la membrane qui nous cachait la vue, comme à Bruno Cornacchiola à l’apparition des 3 Fontaines.

La date à laquelle notre Seigneur et Sauveur est descendu du Ciel est connue, nous la répétons chaque dimanche à la messe dans le Credo :
Et Descendit de Caelis

La phrase exacte est :
« Qui propter nos homines, et propter nostram salutem, descendit de caelis »
« C’est lui qui, pour nous les hommes et pour notre salut, est descendu des cieux« 

Cette date est celle de l’Incarnation du Christ, nous la connaissons tous par cœur, c’est le
25 mars

Et puisque les deux anges vêtus de blanc de l’Ascension nous ont dit qu’il viendrait comme il est venu, et puisque nous savons qu’il descendra du ciel, nous sommes autorisés à penser qu’il descendra du ciel le même jour où il est déjà venu.

Pour quoi y aurait-il répétition le 25 mars ?
Parce que c’est la date la plus importante dans l’histoire de l’humanité, de son début (création de l’homme) à sa fin, de l’Incarnation du Sauveur à la Rédemption du monde.

Voici le rappel des points-clés à connaître sur le 25 mars. Extrait d’un article écrit le 19 mars 2015 :

 

25 mars, date la plus importante de l’histoire de l’humanité

Il existe une date plus importante que les autres. Une date essentielle dans l’histoire de l’humanité. Celle où tout a commencé et où probablement tout finira.
Une date qui réunit l’Alpha et l’Omega.
Celle à partir de laquelle le calendrier a commencé.
Cette date nous la connaissons tous, nous en connaissons la signification sans en saisir l’inestimable valeur.
Cette date, c’est le 25 mars.

Le 25 mars cumule en effet trois événements majeurs qui ont influencé directement le destin de l’humanité, sans aucune contestation possible :
1) La création d’Adam
2) L’Incarnation du Christ
3) La mort du Christ et la Rédemption de l’humanité au même instant.

Commençons par Notre Seigneur.

1) Le 25 mars : Incarnation de Jésus-Christ
La date du 25 mars n’a pas été choisie au hasard, elle est réelle. La tradition, les Pères de l’Eglise, la reconstitution des faits grâce aux historiens de l’époque ont permis de connaître avec certitude la date de l’Incarnation du Christ : le 25 mars.
Information confirmée par Marie d’Agréda dans son livre La vie de la Très Sainte Vierge Marie : « Marie avait alors quatorze ans, six mois et 17 jours » ce qui renvoie bien au 8 septembre, date de la naissance de la Sainte Vierge fixée également par la Tradition. Et Marie d’Agréda de continuer « Tout cela s’accomplit un vendredi, le 25 du mois de mars, à l’aurore. »

Que nous enseignent les Pères de l’Eglise ? Qu’à l’instant précis où Marie accepte la divine mission, être mère du Sauveur, donc au moment de son « fiat » (« Qu’il me soit fait selon votre parole ») le Saint-Esprit descend sur elle et…
Incarnatus est (Il a conçu du Saint Esprit)
Et Homo factus est (Et il s’est fait homme)
Et Verbum caro factum est (Et le Verbe s’est fait chair)

C’est donc bien à l’Annonciation, au moment précis du Fiat de Marie que Jésus s’incarne et se fait homme, ce n’est pas à Noël : il est déjà un homme de 9 mois !
Les points essentiels du Credo renvoient au 25 mars et non au 25 décembre, car le mystère de l’Incarnation s’accomplit le 25 mars.

 

2) Le 25 mars : mort du Christ et Rédemption du monde
Là aussi, il semblerait qu’il y ait incertitude sur la date exacte de la mort du Christ sur la croix, et donc de la Rédemption du monde, mais cette controverse est récente. Nos ancêtres la connaissaient et la Tradition l’a perpétuée. Seules les attaques de nos ennemis depuis deux siècles, y compris à l’intérieur de l’Eglise, ont permis d’introduire cette confusion.
Mgr Gaume, qui a étudié les anciens textes, plus dignes de foi que les écrits issus du siècle des prétendues Lumières et de leurs successeurs, nous rappelle que :
« C’était le vendredi 25 mars, la 34ème année de l’ère chrétienne et la 18ème du règne de Tibère, sous le consulat de Rubellius Geminus et de Rufius Geminus. »
Il se base, entre autres, sur les témoignages et écrits de Tertullien, saint Augustin, saint Jean Chrysostome, Bède le vénérable, et même le Martyrologue romain.
C’est la raison pour laquelle le chiffre 333 signifie probablement la gloire du Christ, car « par sa mort sur la croix, il a donné la vie au monde ». Or le 25 mars 34, le Christ avait 33 ans et 3 mois, puisque son 33ème anniversaire remontait au 25 décembre précédent.

Le Ciel, qui est merveilleux et parfait dans les moindres détails, fait s’accomplir la Rédemption du Monde le jour même où le Sauveur du monde s’est incarné.
Les Justes attendaient depuis 4000 ans cet événement afin de pouvoir enfin entrer au Ciel, c’est pourquoi le Christ ira lui-même les chercher aux Limbes (c’est le sens des mots du Credo « Est descendu aux enfers »).

Il est donc très probable que le Vendredi Saint ait réellement eu lieu un 25 mars.
D’après mes études, il n’y a que trois dates possibles pour le Vendredi saint : 25 mars, 3 avril ou 14 avril. Soit les calendriers 2015, 2016 et 2017. Ceci ne s’invente pas, et c’est après ces travaux que j’ai découvert la coïncidence des calendriers.
Sur ces 3 dates, le 25 mars est la plus probable.
Mais est-ce en 33 ou 34 ?

Le seul point sur lequel une correction peut être effectuée concerne l’année.
Car le pape Pie XI a célébré le 19ème centenaire de la mort et de la Résurrection du Christ en l’année 1933. Il y a donc un décalage d’un an par rapport aux indications de Mgr Gaume (an 34).
Or je considère que l’Eglise sainte étant d’une part assistée par le Saint-Esprit, et ayant accès d’autre part à des documents très anciens, et possédant une richesse d’informations inégalée via la Tradition, n’a pu se tromper sur le calendrier. Seule la contestation habituelle des ennemis de l’Eglise, évidemment reprise par certains idiots utiles jusque chez les catholiques eux-mêmes, surtout depuis un siècle, a introduit le doute sur la fixation du calendrier.
Il n’en est rien et le pape Pie XI a eu raison de fixer le 19è anniversaire en 1933.
On peut seulement admettre une légère erreur de calcul non pas sur la date de la Rédemption mais sur la fixation de la date de naissance.
Car là aussi, il n’y a pas d’erreur, et le 25 décembre n’est pas une date symbolique fixée après coup, mais bien une date réelle parce qu’à l’époque l’Eglise possédait LA connaissance, directement issue du Saint-Esprit, et ne pouvait se tromper sur des décisions aussi importantes.
Le Seigneur a voulu néanmoins que le doute subsiste -de peu- afin d’empêcher le diable de connaître la date réelle de la naissance de Jésus. J’expliquerai plus tard pourquoi.
On peut aujourd’hui révéler le calendrier exact en expliquant la petite erreur commise par Denys le Petit et l’Eglise avec lui : ne pas compter l’an 0.
Or il faut le compter, de la même façon que le méridien de Greenwich est le point 0 mais il compte bien comme une ligne à part entière ; idem pour l’Equateur. Donc ce raisonnement est valable aussi pour l’intervalle entre l’année -1 et l’année +1.
Le Christ est bien né le 25 décembre de l’an -1 et donc il est bien mort en l’an 33 de notre ère (grégorienne) à l’âge de 33 ans et 3 mois pile, le 25 mars 33.
Le débat entre 33 et 34 s’explique par le fait qu’il faille ajouter l’année 0 et la compter comme une année pleine et entière au même titre que les autres. Sinon il serait né en -2.

Revenons à la Rédemption au 25 mars : on va voir, toujours en fouillant dans la Tradition, que cet événement oh combien inestimable pour les hommes, en rejoint un autre tout autant symbolique.

 

3) Le calvaire, lié à Adam
En approfondissant la Passion, nous apprenons que le Golgotha, une des collines du mont Moria, est aussi le lieu où Abraham sacrifia Isaac. Premier symbole fort.
Mais il y a mieux : cet endroit s’appelait Calvaire ou « lieu du crâne » parce que le premier homme, Adam, a été enterré à cet endroit, et que s’y trouvait son crâne.
Ainsi donc, nous apprenons par la tradition que le premier habitant de la Judée fut le premier homme, après son expulsion du jardin d’Eden. Et que Noé avait recueillit ses ossements, et les enterra au Golgotha après le déluge. C’est pourquoi, celui que l’Eglise appelle le nouvel Adam, renouvelle la vie au monde sur la tombe de celui qui l’avait perdue.

 

4) Le 25 mars, création d’Adam
Cette symbolique du calvaire est déjà extraordinaire en soi, mais la réalité est encore plus incroyable.
Tout à l’heure, nous citions Marie d’Agréda à propos du 25 mars.
Voici la phrase complète :
« Tout ceci s’accomplit un vendredi, le 25 du mois de mars, à l’aurore, à la même heure où Adam avait été créé, trois mille neuf cent soixante ans auparavant. »

Laissons de côté le calcul des dates et des générations, qui fit l’objet ultérieurement d’un article passionnant sur le sujet, pour nous concentrer sur l’essentiel : nous apprenons que le premier homme, Adam, a été créé lui aussi un 25 mars, à la même heure que le Christ.

Par conséquent, le calendrier de l’histoire de l’humanité se calcule au 25 mars, quel que soit le calendrier retenu d’ailleurs. Il s’agit du 25 mars de l’année grégorienne, ceux qui le souhaitent peuvent retrouver son équivalent dans d’autres calendriers, cela ne changera pas le fond ni la date.

 

5) La loi mosaïque et la sortie d’Egypte confirment le 25 mars
On comprend mieux maintenant pourquoi Dieu avait donné pour instruction à Moïse de fixer le premier jour de l’année (1er Nizan) à la nouvelle lune la plus proche de l’équinoxe de printemps. Car non seulement le 1er Nizan tombe presque toujours au mois de mars, mais il savait à l’avance que cette date coïnciderait avec la Pâque.
Qu’est-ce que la Pâque ? La commémoration par les hébreux de la sortie d’Egypte, la nuit du 14 au 15 Nizan. Or, et c’est dans tous les évangiles, le Christ est mort la veille de la Pâque, donc le 14 Nizan puisque la Pâque commence le 14 au soir.
Eh bien Fernand Crombette, dans ses calculs, était parvenu à la conclusion que les hébreux étaient sortis d’Egypte la nuit du 25 au 26 mars 1226 avant J.C.
Encore et toujours la même date.

Au passage, notons que la nuit du 14 au 15 Nizan est celle aussi de la 10ème plaie d’Egypte, celle où tous les premiers nés meurent, des hommes aux animaux domestiques.

Voilà. Ce que j’écrivais en 2015 n’a pas pris une ride, et le 25 mars reste notre date de référence.
Nous allons maintenant compléter notre réflexion avec deux nouveaux calculs que je n’ai encore jamais dévoilés.

 

Notre-Dame nous a indiqué la durée totale de la nuit satanique

Dans ce qu’il convient d’appeler le deuxième secret de Fatima, la Sainte Vierge nous donne une information capitale :
« Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne qu’Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père. »

Tous les exégètes, les eschatologues et les analystes sont d’accords : l’aurore boréale visible dans toute l’Europe la nuit du 25 au 26 janvier 1938 constitue :
– un événement exceptionnel du point de vue astronomique et météorologique
– un repère sans équivalent et sans conteste par rapport aux paroles de la Vierge
– et par conséquent un point de départ.

Un point de départ…
Si le Ciel nous donne sans ambiguïté le point de départ, peut-être nous donnera-t-il des indices pour trouver le point d’arrivée.
D’abord, c’est le point de départ de quoi ? Du grand châtiment des hommes, de la punition divine, de ce qu’il convient d’appeler les tribulations dernières.
La Sainte Vierge prend bien soin de placer ce départ sous le pontificat de Pie XI et en 1938 afin que l’on comprenne bien que ce signe ne désigne pas uniquement la seconde guerre mondiale, mais une guerre bien plus vaste et plus longue, car elle combat aussi la foi et l’Eglise, de façon autant externe qu’interne. Donc le point de départ se situe au 26 janvier 1938.

Quel est le point d’arrivée ?
Qu’est ce qu’une aurore boréale ? Une lumière dans la nuit, c’est à dire un espoir dans l’obscurité.
Comment les Ecritures et les prophéties désignent-elles le règne du mal, la puissance de Satan ? Par la nuit, l’obscurité, les puissances obscures.
Donc la Sainte Vierge nous donne le point de départ d’une très longue nuit.
Or nous avons dans la prophétie des papes un certain Jean-Paul Ier, de son nom Luciani (lumière en italien) ayant pour devise « de la moitié de la lune« .
Ce pape a pour originalité de s’intercaler la même année que deux autres papes, Paul VI et Jean-Paul II, pour un pontificat de 33 jours, qui commence le 26 août pour s’achever le 28 septembre 1978.
Mais, et c’est important à souligner, son prédécesseur était mort le 6 août précédent, jour de la Transfiguration du Seigneur, c’est à dire de son apparition en gloire, préfiguration de son retour à la fin des temps ; cette date n’est donc pas anodine. Quant à son successeur Jean-Paul II, il est élu le 16 octobre, soit la date de la consécration de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre en 1919. Quand on connaît l’importance du Sacré-Cœur dans l’économie de la fin des temps, on comprend donc que Jean-Paul 1er s’intercale, avec ses 33 jours qui rappellent les 33 ans du Christ, entre deux dates porteuses elles-mêmes d’une signification eschatologique.
Ça commence à faire beaucoup, surtout quand on sait qu’Albino Luciani est né un 17 octobre, soit le jour de la fête de sainte Marguerite-Marie, elle-même indissociable de la dévotion au Sacré-Coeur.

Revenons à sa devise : de la moitié de la lune.
Qu’est-ce que la lune ? L’astre de la nuit.
Par conséquent cette devise peut aussi vouloir dire « de la moitié de la nuit ».
Quelle nuit ? Celle qui a commencé à l’aurore boréale du 26 janvier 1938.
Quand est élu Jean-Paul Ier ? Un 26 août.
Quel est son nom ? Luciani (lumière) comme celle de l’aurore boréale.
Donc le Ciel nous donne une information géniale : la moitié de la nuit, c’est à dire des Tribulations, se situe au 26 août 1978, soit très exactement 40 ans et 7 mois après le 26 janvier 1938.

Qu’est-ce que le chiffre 40 symbolise dans l’Ecriture sainte ? La durée d’une purification.
40 ans dans le désert avant d’entrer dans la terre promise, 40 jours pour une femme avant de présenter le nouveau-né au temple, 40 jours pour Jésus de retraite au désert…

Mais au 26 août 1978, nous n’en sommes qu’à la moitié. Pourquoi ?
Parce que l’Apocalypse précise bien que le châtiment de Babylone sera doublé : « Rendez-lui au double selon ses œuvres; dans la coupe où elle a versé à boire, versez-lui le double » (Apoc. 18:6). Or Babylone, c’est bien notre monde christianisé qui est retombé dans le paganisme, la cité du Bien reconquise par Satan pour redevenir la cité du mal.
40 ans prolongés de 7 mois, en deux tranches.

Il suffit donc d’ajouter 40 ans et 7 mois au 26 août 1978 pour connaître la date de la fin : c’est le 25 mars 2019 !
On retombe toujours sur la date-clé du 25 mars.

2019 ça paraît loin.
Mais il y a un espoir, de taille : la promesse de Jésus de raccourcir ce temps.
« Et, si ces jours n’étaient abrégés, nul n’échapperait ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. » (Matthieu 24:22)
De combien seront-ils abrégés ? Nous allons le savoir avec la seconde révélation.

 

Benoît XVI nous dévoile le secret du 155

Après Jean-Paul 1er, le deuxième pape à nous fournir des indications, bien involontairement d’ailleurs, c’est le pape Benoît XVI.
Il a été élu le 19 avril 2005, une année de jubilé du Puy, c’est à dire lorsque le vendredi saint tombe le 25 mars, donc quand le vendredi saint tombe à sa date réelle, comme nous venons de le voir.
Déjà, cette coïncidence n’est pas fortuite.

Mais le plus intéressant sont ses points communs avec les apparitions de Lourdes.
Joseph Ratzinger est né le 16 avril ; cette date est celle de la fête de sainte Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes.
C’est aussi une des dates possibles de la vraie date de Pâques, comme indiqué tout à l’heure.
Premier point.
Il annonce sa démission le 11 février 2013, soit le jour anniversaire des apparitions de Lourdes, car la première apparition a eu lieu le 11 février 1858.
Il y a 155 ans entre les deux dates, sachant que les apparitions s’étendent du 11 février au 16 juillet 1858, soit sur 155 jours.

Le choix du 11 février n’est pas fortuit, Benoît XVI connaissait bien les apparitions de Lourdes. Il n’est pas possible de savoir s’il était conscient ou non du double 155, mais cela s’apparente à un signe du Ciel, une indication, un indice. La foudre qui tombe sur le Vatican ce soir-là prouve l’importance du jour.
On sait aussi que cet événement mémorable permettra à Satan d’investir totalement le Vatican cette fois-ci pour de bon, puisque le successeur de Benoît XVI se révèlera être le faux prophète de l’Apocalypse, et même probablement l’Antéchrist-personne.
Le 11 février 2013 fut donc un événement majeur, un tremblement de terre dirait un texte prophétique.

J’ai longtemps cherché la signification de ce double 155, qui n’est pas là par hasard, et qui n’est pas un chiffre satanique. Le Ciel a autorisé le diable à installer la bête au Vatican, accomplissant ainsi les prophéties, mais il s’arrange en même temps pour nous donner un signe : le 155.

Rappelons aussi que la Sainte Vierge réunira elle-même les dates du 25 mars et du 8 décembre, car c’est le 25 mars 1858 qu’elle dit son nom à Bernadette en prononçant cette phrase si belle et si pure : « Je suis l’Immaculée Conception« .
Il est donc logique que je révèle le secret de Notre-Dame de Lourdes un 8 décembre.

Voici le secret du 155 :
Le 11 février 2013, Benoît XVI annonce sa démission 155 ans jour pour jour après la première apparition de Lourdes.
Ces apparitions durent 155 jours.
Il manque un 155. Il en faut trois tout simplement parce que Dieu est Trinitaire.
Nous avons les jours et les années. Que manque-t-il ? Les mois.
Le troisième 155 est une durée en mois, de 155 mois soit 12 ans et 11 mois, ou 13 ans à un mois près.
Quand commencent ces 155 mois ?
C’est facile : qui donne l’indication ? Benoît XVI.
Il nous donne, à son insu, la durée totale de son pontificat, règne de la bête incluse, et par là même la durée limite fixée à la bête. Qu’elle ne connaît pas forcément d’ailleurs.
Benoît XVI ayant été élu pape le 19 avril 2005, si on ajoute 12 ans et 11 mois à cette date, on tombe très exactement sur le 19 mars 2018, c’est à dire le jour même de l’intronisation du pape François, pile cinq ans après son élection.

Pour mémoire :
1) j’avais trouvé qu’une durée finale de 5 ans s’appliquait à la bête, donnée par les dates-clés du 23 septembre et du 21 décembre 2012 ; leurs échéances sont en 2017 et toujours valables. Il s’agit de la bête de la terre. C’était expliqué ici.
Mais pour la bête de la mer, nous découvrons qu’elle aussi a une échéance de 5 ans, légèrement décalée, mais elle est soumise à la même règle.

2) le soir même de son élection, le 13 mars 2013, le pape François écrit au grand rabbin de Rome. Or la principale information qu’il lui donne dans cette lettre, outre son élection, est qu’il sera intronisé pape le 19 mars, comme si cette date servait de repère. Nous savons maintenant pourquoi.

3) Le 19 mars est la fête de saint Joseph, patron de l’Eglise universelle. Il est juste que le saint patron de l’Eglise fixe lui-même la date de l’échéance à l’imposteur qui a investit son Eglise.
Nous y voyons un signe de plus confirmant l’authenticité du signe du « 155 ».

 

Conclusion

Nous avons donc trouvé que la Sainte Vierge à Fatima nous a donné, via Jean-Paul Ier, la durée totale de la nuit des tribulations : 25 janvier 1938 – 25 mars 2019.
Nous avons trouvé que Benoît XVI en annonçant sa démission le 11 février 2013, nous a en même temps donné le dernier calendrier : fin au 19 mars 2018.
La promesse de Jésus de raccourcir les tribulations serait donc d’environ un an, peut-être même plus, car nous ne devons pas oublier qu’il reste encore deux étapes à accomplir : la résurrection des témoins pour achever la 6ème période, puis entrer dans la 7ème : la moisson.
La moisson correspond à la chute du monde présent, au châtiment des méchants et à la purification de la terre. Car à ce moment-là les témoins, c’est à dire les justes, seront tous inscrits au livre de vie, ils n’auront rien à craindre.
Tout porte à penser que le mois de mars 2018 verra la conclusion de cette moisson ce qui veut dire qu’il faut s’attendre d’ici là à des événement défiant toute imagination.
Ou du moins il constituera une étape essentielle dans la transition entre le monde actuel et la Jérusalem céleste qui s’annonce. Mais cette transition, j’en suis certain doit commencer en 2017 car ce sera le signe de l’intervention de la Sainte Vierge, et probablement avant Noël.

Le 25 mars est le jour choisi de tous temps par le Seigneur pour manifester au monde sa puissance, c’est le jour où il signifie à l’humanité ses volontés et accomplit les gestes décisifs.
Le 25 mars 2018 nous fêterons les Rameaux, c’est à dire l’entrée triomphale de Dieu dans sa cité. Pour une fois, nous sommes autorisés à considérer ce signe dans son sens littéral.

Rendons grâce au Seigneur pour ses bienfaits et pour l’aurore de justice qui s’annonce.

Pour télécharger le fichier pdf de l’article, cliquez sur ce lien : Et descendit de Caelis

638 Commentaires

  1. Yannick L.

    Le nouvel ordre mondial est-il « juif »?

    Commençons par définir le « Nouvel Ordre Mondial ».

    Le principal moteur du Nouvel Ordre Mondial est le désir des banquiers centraux du monde entier de traduire leur vaste pouvoir économique en institutions mondiales permanentes de contrôle politique et social.
    Suite:
    Leur pouvoir est basé sur leur monopole sur le crédit. Ils utilisent le crédit du gouvernement pour imprimer de l’argent et obligent le contribuable à débourser des milliards d’intérêts dans leurs poches.

    • R.L.

      « Le nouvel ordre mondial est-il « juif »? »
      Oui, bien sûr! et même judéo-sioniste!
      Par contre non, pour le reste. Pourquoi?
      Simplement parce que la raison financière, économique, n’est qu’un faux prétexte un rideau de fumée, un trompe l’œil, pour tromper le monde sur la réalité qui de fait est beaucoup plus importante et surtout beaucoup plus grave:
      La finalité du mondialisme, n’est pas principalement politique ou économique, (même s’ils profitent ponctuellement du système) elle est principalement religieuse.
      C’est le combat suprême entre Dieu et Satan. Le butin n’est pas l’argent, ce sont les âmes dont le prix est autrement important que tout l’or du monde! (elles ont été rachetées à un prix inestimable)
      C’est pour cela que le nouvel ordre mondial n’est pas si important: il n’a jamais été fait pour durer.

      Comprenez-vous maintenant pourquoi je déteste le site numedia-liberum: il participe à ce nouvel ordre mondial tout en prétendant le combattre. Et oui, nous sommes de plus en plus dans une époque de confusion totale.

      • laurent35

        @R.L.
        Je partage vos propos, les objectifs du NOM sont avant tout d’ordre spirituel, messianique même (Cf. Pierre Hillard). Mais c’est aussi intéressant de voir que le système monétaire reposant sur la dette est un outil de contrôle majeur. Son emprise sur le monde n’a cessé de croître depuis ses débuts en 1600 avec la création de la Banque d’Amsterdam par les Rothschild, première banque centrale privée. Aujourd’hui, l’emprise est majeure. On peut dire que ce système est diabolique par la séduction, la tromperie et l’asservissement qui en résulte, et je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement avec Apocalypse XIII,17 quand j’y pense. En plus, on progresse tous les jours vers un contrôle total des transactions monétaires avec disparition des espèces. Le gadget à la mode de ce Noël semble être la nouvelle montre d’Apple qui permet de payer sans contact…

  2. Yannick L.

    La guerre civile contre le Deep State s’intensifie. Arrestations massives à Washington DC et feu suspect en Californie

    De multiples sources concordent pour dire que la lutte pour le pouvoir et la guerre civile non déclarée au plus haut niveau du gouvernement secret occidental s’est intensifiée radicalement au cours de la semaine dernière, avec l’arrestation massive de gangsters Khazarians aux États-Unis et ailleurs,.
    Il y a également eu une déclaration du Président des États-Unis, Donald Trump, reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël dans un geste qui n’est pas ce qu’il semble. Nous en discuterons plus loin.

    Cependant, nous devons d’abord examiner les événements extrêmement inhabituels qui sde déroulent en Californie. Ces jours-ci, les citoyens de cet État doivent se sentir comme les habitants des Îles Salomon l’ont été pendant la Seconde Guerre Mondiale lorsque les Japonais et les Américains ont combattu sur leurs terres.

    Suite http://numidia-liberum.blogspot.ch/2017/12/la-guerre-civile-contre-le-deep-state.html?m=1

  3. Lara38

    Monsieur Dalencourt svp pouvez vous poster ce message? J’ai besoin de votre opinion et de ceux des lecteurs de ce blog pour répondre à une de mes questions: une amie a commencé la lecture d’un livre « énergie vitale et autoguérison » et je ne sais pas trop quoi en penser…

    C’est un livre axé sur l’énergie personnelle propre à chaque individu qui donne accès au bien être total..ça parle de sourire intérieur et du pouvoir de l’amour pour se défaire du stress de la société et du pouvoir de la force énergétique pour vieillir dans les meilleurs conditions. Il parle également de chakras je crois.

    Je ressens ça comme qqch de très sournois et négatif mais je ne saurais pas expliquer pourquoi ni comment… Pouvez-vous m’aider?

    • dalencourt

      On est dans les fausses solutions de Satan, faux bien-être, fausse spiritualité, basée entièrement sur le matériel alors que la solution est spirituelle. Une âme saine (car en état de grâce) connaît la paix intérieure qui permet de vivre en toute quiétude dans ce monde hostile. Elle n’aura pas de soucis corporels ou alors elle saura les résoudre ou les supporter patiemment et sans se plaindre.

    • Nicolas

      Livre new-ageux donc satanique par essence. Seul Dieu guérit, s’il le désire. Croire que l’on peut se guérir soit même, c’est remplacé Dieu par soi. Ce livre a l’air d’être basé sur la philosophie bouddhiste et orientale.

      • dalencourt

        Nous n’avons rien contre les bouddhistes et les hindouistes : ils sont seulement dans l’erreur à adorer de faux dieux, et notre devoir est de leur dire et de leur faire comprendre. Nous en avons plutôt contre le bouddhisme et l’hindouisme, deux formes de religions qui sont tournées en réalité vers Satan, seul inspirateur de toutes les religions autres que la seule et vraie, d’origine divine (la catholique), et qui mènent les gens à la perdition avec leur fausse paix, leurs faux dieux, leur fausse spiritualité, leur faux bien-être et leurs cultes abominables.

      • R.L.

        Louis,
        Le pseudo je julien Prado renvoie à une vidéo de propagande de Hassan Nasrallah leader libanais du Hezbollah .
        Elle est violente et m’explique mien le ton du commentaire de m.Prado!
        Il ne serait pas mauvais qu’au moins vous supprimiez le lien, si vous ne voulez pas être accusé de faire la promotion du Hezbollah .

        • R.L.

          De rien!
          Je veux bien vous voir en prison pour catholicisme aggravé, mais pas pour promotion de l’Islam colérique! 😀
          Plus sérieusement, ce n’est pas rare que des pseudos revoient sur des liens n’ayant rien à faire sur un site catho!

        • Nicolas

          R.L. on ne finit pas en prison mais en hopital psychiatrique quand on est un peu trop catholique dans ce monde.
          Mais le principe est le même, faire taire.

    • Anne

      Personnellement je pense qu’il n’y a aucun mal de comprendre comment fonctionne le corps humain.Toutefois gardez le cap car ce sont bien souvent des ouvrages qui ouvrent des portes vers le boudhisme, le yoga et autres idolatries envers de faux dieux. Je vous conseille la campagne et la nature pour les personnes désireuses de se retrouver corps et âme.

    • Louison

      Bonjour,
      Le fait même qu’il est question de chakras est, comme le dit Nicolas, un signe de religion orientale (yoga, ayurvédique…). A éviter à tout prix ces courants qui prônent l’énergie à toute les sauces pour parvenir à une zénitude toute humaine sans nommer Dieu, sans le Lui devoir (énergie qui vient d’où d’ailleurs ? Des anges déchus, d’esprits mauvais ? …moi, je ne connais que Dieu, le Saint Esprit, Esprit de Paix, Esprit consolateur et je le nomme, la guérison et la paix par la communion des Saints aussi, par l’intercession de Notre Sainte Mère Marie, la Paix de Jésus comme Lui la donne et non comme le monde la donne)…encore une fois, le monde tente de trouver toute sorte de moyen de se consoler loin de Dieu et même, on fait un mélange du vrai et du faux…autoguérison, énergie personnelle ; c’est du paganisme ! Confiez vous en Dieu seul et en obéissance à tout ce que l’Eglise a prescrit, en vous sanctifiant par les sacrements, la prière personnelle, l’oraison, les dévotions, les pieuses lectures qui nourrissent et enracinent toujours plus en Dieu. Qu’Il vous accorde de discerner les esprits, surtout en ces temps de confusion et de faux prophètes.

    • DeusVult

      Pour avoir beaucoup étudié et pratiqué toutes ces choses dans ma vie passée, et pour y avoir quelque peu réfléchi, je me permets d’ajouter quelques considérations qui pourraient être utiles.
      -Ces techniques sont extrêmement et incroyablement efficaces, de manière superficielle en tout cas ; quelque suspecte, au minimum, que soit leur nature ultime, je ne pense pas qu’il y ait toujours, lorsqu’on les utilise, ce que je pourrais appeler une intervention ad hoc, ponctuelle, d’une entité quelle qu’elle soit ; il s’agit je crois plutôt de zones de la réalité au sens large où nous ne devrions pas mettre les pieds et de mécanismes auxquels nous ne devrions pas avoir recours, depuis la prévarication des mauvais anges et la Chute.
      -Si je m’en tiens aux définitions, et j’espère ne pas écrire trop de bêtises, il peut tout de même s’agir de véritable « spiritualité » (càd de phénomènes et d’êtres dépourvus de support matériel), à distinguer de phénomènes psychiques (qui ont quant à eux un support matériel) ; les démons sont des anges et donc des êtres spirituels ; les âmes , qu’elles se perdent ou qu’elles se sauvent, sont de nature spirituelle. Cet ordre de choses doit se distinguer de la vie surnaturelle, qui ne ressortit que de Dieu, et que nous pouvons connaître par la grâce et , ultimement , dans la gloire du Ciel. Mais cette ‘spiritualité’ des médiums, yogis et autres bouddhistes constitue évidemment une spiritualité qui va dans le mauvais sens, une contre-spiritualité pourrait-on dire.
      -Nous n’avons rien contre les bouddhistes ou les hindouistes en tant que tels, mais il est évident que ces ‘spiritualités’ sont d’autant plus dangereuses qu’elles manifestent une connaissance approfondie et sophistiquée de l’homme, de la réalité et d’aspects complètement méconnus de l’occidental standard ; c’est là la sournoiserie dont vous parlez. En outre, ces ‘spiritualités’ sont très présentes dans nos pays et parmi nous : qui ne connaît l’un ou l’autre proche, même dans les meilleurs milieux, qui ne fricote de près ou de loin avec elles (yoga et autres), sans que cela ne déclenche la moindre résistance, la moindre réticence, à la différence de ce qui se passerait de manière plus ou moins déclarée en cas de conversion à l’islam.

      • Mariadefatima

        Bonjour,
        J’ai un problème similaire mais concernant mon enfant. À l’école, la maîtresse oblige les enfants à méditer avec de la musique New age je présume. Il me semble que c’est politique car visiblement d’autres classes méditent et certaines institutrices initient les enfants au yoga dans cette école.
        J’ai dit à ma fille de prier l Esprit Saint durant ce temps de méditation et d’autres prieres catholiques, je ne sais pas comment faire autrement car cela vient du ministère de l éducation directement afin de « canaliser » ( via des demons ) l énergie des enfants.
        Attention à vos enfants et aux enfants de votre entourage.

        • dalencourt

          Dans les écoles publiques et le privé sous contrat, les enfants « bouffent » de la laïcité tout le temps, jusqu’à la nausée. L’éducation sataniste de nos enfants est intégrale, parce qu’elle se trouve dans les programmes et surtout dans l’état d’esprit général, des enseignants comme des enfants.
          En CM2 ou en sixième, les enfants en cours de français travaillent sur des textes d’Harry Potter : la sorcellerie « positive » c’est à dire en réalité du pur satanisme, fait partie des textes étudiés !! Quand on en est là, le yoga n’est pas étonnant.

        • Anna

          J’aimerais bien éviter cela à mes enfants, mais on habite loin d’une école hors contrat et je refuse de les mettre en internat. Je pense que de nos jours il faut d’abord leur offrir une famille et après une bonne école, si possible. J’apprends à mes enfants de se protéger lors de ces enseignements et de refuser des exercices malsaines, prêt à avoir une très très mauvaise note. C’est le combat d’une vie qui commence malheureusement très tôt …

        • Anna

          C’était déjà à la mode il y a 25 ans ! Etant bonne catholique, je ne voulais pas participer à cette ‘méditation’ et j’ai récite mon chapelet en silence pdt. que les autres semblaient méditer. Je n’ai pas bougé, pas murmuré, rien. Mais, après l’exercice, tout le monde se jetait sur moi disant qu’à cause de moi (???) ils n’ont pas pu méditer. Bizarre, non ?

        • jacky.a

          Et si nos enfants récitaient le « Je vous salue Marie » comptant sur chaque doigt comme sur un dizenier?
          Bien sûr, les lèvres closent, en prière interieur, les yeux clos.
          En réponse aux questions extérieures: »Je compte….les papillons ».
          Il faut aussi leur apprendre à connaitre leur ange gardien….
          et ainsi de compter les papillons avec lui.
          Que Dieu nous garde et l’Esprit-Saint nous éclaire.

        • R.L.

          Anna,
          J’ai, a une époque, réagis comme vous pour l’internat!
          L’expérience (la mienne et celle de beaucoup d’autres), prouve que c’est parfois et sans doute même souvent, une terrible erreur.
          La situation a beaucoup évolué en 25 ans!
          La perversité de la majorité des écoles prétendument catholiques est effrayante!
          Même bien avertis à la maison, la scolarité des enfants laisse des traces qui peuvent être conséquentes aujourd’hui, demain ou dans 10,15,20 ans!
          Revenir sur le formatage d’un jeune cerveau est mission quasi impossible.
          La pension est un sacrifice autant pour les parents que pour l’enfant, mais c’est aujourd’hui, la seule solution possible.
          Non ,c’est vrai, il reste la solution de l’école à la maison, mais cela ne peut pas durer longtemps pour la très grande majorité des parents. De plus, l’éducation solitaire par rapport à l’éducation en groupe n’est peut-être pas l’idéal.
          Les vocations d’Hermite, c’est rare!

  4. Karl

    Le pape annonce un contre Évangile : il assimile la proclamation de l’Évangile au prosélytisme qui détruit la paix.

    Écrit par Antonio Socci (One Peter Five)
    http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2017/12/antonio-socci-ecoutez-jesus-et-leglise.html?m=1

    Lors de la conférence de presse sur l’avion revenant du Bangladesh le 2 décembre, le journaliste français Etienne Loraillère a posé cette question à Bergoglio :

    « Quelle est votre priorité : Évangéliser ou dialoguer pour la paix ?»

    La réponse de Bergoglio — après une série d’incroyables déclarations absurdes — s’est terminée par ces termes inouïs :

    « Et votre question : quelle est la priorité, la paix ou la conversion ? Mais quand vous vivez avec le témoignage et le respect, vous faites la paix. La paix commence à s’effondrer dans ce domaine quand le prosélytisme commence, et il y a tellement de manières de prosélytisme, mais ce n’est pas évangélique ».

    En pratique, Bergoglio maintient que l’annonce de l’Évangile ( le prosélytisme donc ) crée la division et que le but de la présence des Chrétiens dans le monde est de dialoguer, de « faire la paix ».

    Mais l’Église n’est pas l’Organisation des Nations Unies. Elle existe pour annoncer Jésus-Christ à toute l’Humanité.

    Comme Riccardo Cascioli l’a observé, cette réponse de Bergoglio rend les missions et les missionnaires essentiellement inutiles ( sinon nuisibles ) — et en fait, elle sape la légitimité des nombreux Martyrs Catholiques à travers l’histoire de l’Église ( qui ont évidemment fait l’erreur de proclamer le Christ avant l’objectif de s’entendre avec tout le monde ).

    Une réponse comme celle-là — parfaitement conforme au comportement de Bergoglio qui décourage en fait les conversions — conduit à une question beaucoup plus vaste et plus sérieuse.

    Je me demande si cela peut vraiment être la réponse d’un Pape … le mandat apostolique de Jésus est autre chose et c’est très clair :

    « Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier annoncer la Bonne Nouvelle à tous les êtres humains. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné ». ( Marc 16 : 15-16 )

    « Allez donc auprès des gens de toutes les nations et faites d’eux mes disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à pratiquer tout ce que Je vous ai commandé. Et sachez-le : Je vais être avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ». ( Matthieu 28 : 19-20 ).

    Jésus a également prédit que ce travail d’évangélisation entraînerait la persécution et le martyre :

    « Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il M’a haï avant vous. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait parce que vous seriez à lui. Mais je vous ai choisis et pris hors du monde, et vous n’appartenez plus au monde : c’est pourquoi le monde vous hait. Rappelez-vous ce que je vous ai dit : « Un serviteur n’est pas plus grand que son maître ». Si les gens m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ». (Jean 15 : 18-20).

    Jésus avertit ses disciples que la proclamation de l’Évangile créera des divisions parce que les ténèbres ne peuvent qu’haïr la lumière, mais nous sommes tout de même appelés à témoigner :

    « Quiconque reconnaît publiquement qu’il est Mon disciple, Je reconnaîtrai Moi aussi devant Mon Père qui est dans les cieux qu’il est à Moi ; mais si quelqu’un affirme publiquement ne pas Me connaître, j’affirmerai Moi aussi devant Mon Père qui est dans les cieux que Je ne le connais pas. Ne pensez pas que Je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le combat. Je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère ; on aura pour ennemis les membres de sa propre famille ». ( Matthieu 10 : 32-36 ).

    Jésus nous a aussi enseigné que la proclamation du salut est la VRAIE paix, pas ce que le monde considère comme la paix. C’est précisément en évangélisant que l’Eglise construit la VRAIE paix : « C’est la paix que Je vous laisse, c’est Ma paix que Je vous donne. Je ne vous la donne pas à la manière du monde. ( Jean 14 :27 ).

    Si, par conséquent, le mandat apostolique de Jésus et la raison de l’existence de l’Église sont l’évangélisation, comment pouvons-nous rester silencieux face à un pontificat comme celui de Bergoglio qui, avec ses paroles et ses actes, bouleverse totalement le commandement du Seigneur ?

    Y a-t-il encore des Évêques Catholiques et des Cardinaux qui restent ? Ils doivent savoir que Dieu leur demandera un compte pour leur silence complice. Et au cas où ils pourraient avoir oublié, nous devons le leur rappeler.

    Qu’attendent-ils pour faire entendre leur voix et confirmer publiquement — devant le peuple de Dieu — que les Paroles de Jésus dans l’Évangile sont la mission de l’Église ?

    Rappeler les Paroles de Jésus — même à Bergoglio, comme un avertissement fraternel — est un acte de charité envers lui. C’est leur devoir devant Dieu et les hommes.

    Traduction de l’Italien vers l’Anglais : Giuseppe Pellegrino

  5. Clofer

    Désolé pour ce léger hors sujet, mais je m’inquiète de la zizanie que satan pourrait encore tenter de semer chez les tradis ! Donc je repose ma question en espérant que quelqu’un saura !
    Dimanche dernier à St Nicolas du Chardonnet, à la messe de 9h, le prêtre n’a pas prononcé de sermon, invitant les fidèles à tirer eux mêmes la leçon de la liturgie du jour. Pourquoi ? Que s’est-il passé ?
    Merci en tout cas d’éviter toute nouvelle discussion biaisée sur la FSSPX,
    Autrement merci de ce nouveau texte qui nous aide à supporter la dictature de la pensée actuelle, qui ,est « en marche » de façon de plus en plus prégnante. Benoit XVI a un rôle clé, conscient ou non, prions pour lui face à cette bête qui occupe sa place. Et que les pères de l’église et les grands saints des premiers siècles, eux qui avaienr compris tant de choses, intercèdent pour nous qui en avons tant besoin.
    « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous. »

    • dalencourt

      Difficile de répondre à votre question, il faudrait connaître le prêtre, les circonstances qui l’ont amené à une telle décision. Peut-être y a-t-il des frictions actuellement sur Paris ? Personnellement je n’en sais rien.

    • Sophie

      Bonjour Clofer, je n’ai pas été à celle de 9h, mais à celle de 8h; et le prêtre ( l’Abbé Gainche il me semble ); la fin de son homélie s’est fini par ce passage : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche »; à ce moment, personne ne s’attendait à ce qu’il cite ce passage, un silence frémissant s’est fait ressentir; il a terminé en disant qu’il fallait urgemment sauvez son âme, ne pas perdre de temps ( dans des combats vains et terrestres ? )
      Je pense que le sujet de la Fin des Temps n’est pas assimilé par beaucoup de Catholiques, car bon nombres sont attachés au monde; les mêmes qui pensent que nous ne traversons qu’une énième crise et qu’il faut faire la « révolution » ect ect
      Je ne sais pas si c’est en rapport a cela; ou a ce qui s’est passé la veille à la Madeleine …

  6. Gégé22

    Encore un petit signe; la municipalité de Nazareth annule les célébrations de Noël pour protester contre la décision de Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël.

  7. Jean-Luc

    Bonjour Louis et bonjour à tous,
    Toujours au rayon cinéma, sort en salles en France mercredi prochain 20 décembre, le film « Jumanji : Bienvenue dans la jungle » qui est la suite du film « Jumanji » sorti en 1995 (22 ans d’écart entre les 2).
    Synopsis: Quatre lycéens en retenue doivent nettoyer le sous-sol de leur école. Ils y trouvent une vieille console avec le jeu vidéo Jumanji. En allumant la console, ils choisissent chacun un avatar et se retrouvent transportés dans la jungle. Durant leurs aventures, les 4 lycéens vont découvrir la demeure d’Alan Parrish (le garçon du premier film) où il a été piégé pendant 26 ans, ils vont découvrir ce qu’il a ressenti et a laissé des indices . Ils devront changer leurs visions d’eux-même et de la vie et battre le jeu sinon ils resteront bloqués pour toujours.
    Dans le 1er opus, il est dit que le jeu se finit de la manière suivante: « Dans la jungle tu attendras, un 5 ou un 8 te délivrera ».
    Intéressant cette phrase je trouve: la jungle peut s’apparenter au monde actuel qui sera délivré par le 5 symbolisant Satan ou le 8 symbolisant la Vierge Marie.
    Nous, nous savons que c’est le 8 qui nous délivrera.
    Que la Très Sainte Vierge Marie vous protège à tous.

  8. dalencourt

    Comme c’est important, je remets l’info ici.
    Il faut que les réservations (hôtel, car) soient effectuées avant Noël.

    Important : cycle de conférences les 16, 17 et 18 février 2018
    Le groupe de Pontmain et l’association des amis de Jeanne d’Arc s’associent à nouveau pour organiser un week-end de prière et de conférences à Pontmain.
    Ce sera les 16, 17 et 18 février 2018.

    De prestigieux conférenciers sont attendus, puisqu’on aura notamment :
    – Jacques Trémollet de Villers pour le procès de Jeanne
    – L’abbé Guy Pagès, qui parlera de l’Islam
    – Arnaud Upinski pour le Saint Suaire.

    Un départ en car est organisé à partir de Paris (du 16 après-midi au 18 soir).
    Il faut réserver sa chambre d’hôtel et le car avant Noël.
    Ceci est un cycle de conférences exceptionnel, et aussi un très beau moment de prière, dans une des places préférées de Notre-Dame. J’y serai aussi très certainement.
    Nous comptons sur une présence nombreuse.
    Infos et réservations :
    http://www.k-upload.fr/afficher-fichier-2017-12-08-1a1f86c71programmecon.pdf.html

    • La Colombe

      M. Dalencourt, aura t’on droit à une vidéo sur Youtube par la suite pour les cycles de conférences ?
      Merci pour tout votre travail fondamental pour nous tous et à ceux aussi qui postent sur ce blog.

    • Fides

      Je trouve vraiment regrettable que l’on appelle Saint Suaire la relique qui est en réalité le Linceul de Turin. Et cela d’autant plus que Bruno Bonnet Eymard, pourtant spécialiste du Linceul, a écrit deux livres sur cette relique en les titrant:
      Le Saint-Suaire, preuve de la mort et de la résurrection du Christ, éditions CRC, 1986.
      La victoire du Saint-Suaire acquise par la science, 1989.

      Cela amène ceux qui l’ignorent à penser qu’il y a qu’une seule relique, alors qu’il y a le Saint Suaire, 53 cm sur 83 cm (qui est à Oviédo, Espagne) et le Linceul à Turin, 1,13m sur 4,42 m (Italie).

      Profitez donc de la chance de votre rencontre avec le directeur du Symposium de Rome (1993) pour lui demander son appréciation au sujet de la confusion du vocabulaire concernant ces reliques. Lui, qui ne parle pas de Saint Suaire dans ses vidéos, mais toujours de Linceul.
      Merci d’avance.

    • dalencourt

      Précision importante concernant Pontmain :
      seul le car au départ de Paris nécessite une réservation avant Noël, ou du moins une déclaration d’intention.
      Les autres réservations (hôtel, repas…) peuvent se faire jusqu’au dernier moment.

      Seconde précision : on m’a demandé officiellement de faire une conférence ; ce sera le dimanche 18 février de 14h à 16h. Donc je je serai bien là.

  9. PP

    Bonjour M. Dalencourt,

    Le 31 octobre dernier beaucoup de gens ont célébrer les 500 ans de la réforme de Martin Luther (1517). Que faut-il penser de cette réforme selon vous? Certes, elle a divisé l’Eglise Catholique et à donner naissance à des tas de courant de pensées; mais au départ prétendre que seule la foie en Dieu est source de salut par rapport au commerce des indulgences dont le chef de l’Eglise de l’époque, le Pape Léon X, faisait usage va plutôt dans le bon sens? Merci pour vos remarques à ce sujet.
    Salutations,
    Philippe

    • jeanmarie3

      La foi seule ne peut sauver! Satan croit en Dieu…
      Comme le dit si bien st paul: « j’acheve en moi ce qui manque à la passion du christ! »

      Jamais le Pape n’a fait « commerce des indulgences »! Mais, helas, bien des abus ont eu lieu, de l a part de certains seculiers.. qui n’ont pas craint de prelever leur « pourcentage » sur les offrandes des fideles…

      Ce que JAMAIS, l’Eglise n’a fait!
      Toute indulgence comporte une oeuvre de piete, une aumone, etc… mais ce qui compte, c’est bien evidemment les dispositions interieures de penitence, et la volonté de changer de vie!

    • R.L.

      PP,
      Vous êtes un gentil provocateur.
      Seule l’Église décide des indulgences!
      Et il est faux d’affirmer, comme le disent mensongèrement les protestants, qu’une simple somme d’argent était prétendument suffisante pour gagner son Ciel!
      La première condition pour profiter d’une indulgence plénière, était et est encore le détachement du péché. (mais ça les protestants ne le savent pas ou le cache) C’est pour ça qu’aujourd’hui encore, on précise bien que très souvent les indulgences plénières ne sont que partielle! Cela ne dépend QUE du pécheur.
      Quant à, la seule Foi qui sauve cela va à l’encontre de ce que dit l’évangile. Oui la Foi sauve, et elle est totalement indispensable: sans Foi, pas de salut. Mais, je vous assure que si cela était largement suffisant je ferais la, fiesta et la nouba tous les soir. Seulement voilà, les œuvres sont aussi indispensables.
      Googolez :  » seule la foi sauve site:philosophieduchristianisme.wordpress.com  » et vous aurez toutes les explications données par un ancien protestant qui sait de quoi il parle.

      • Clofer

        Voir, l’épitre de Saint Jacques où il est expliqué que si on a vraiment la foi, on a aussi les œuvres, et que si l’on n’a pas les œuvres, il faut s’inquiéter d’avoir vraiment la foi ! Donc l’un ne va pas sans l’autre.

      • claude duit

        la foi sans amour est le pire etat d un homme car DIEU LE PERE ET LE FILS NE SONT QUE AMOUR le pere saint ne juge personne il as tout remis au fils qui lui fait homme connais nos faiblesse et pourra car rien n est impossible a dieu nous guerirs pour ceux qui se tourneront vers lui n oubliez pas que DIEU NOUS GRACIES EN JESUS CHRIST et QUE CA MISERICORDE EST GRANDE POUR LES PECHEURS ( dont moi meme biensur )

    • Claude-Alain

      Le Diable (en latin : diabolus, du grec διάβολος / diábolos, issu du verbe διαβάλλω / diabállô, signifiant « celui qui divise » ou « qui désunit » (source Wikipédia)
      L’initiateur de la division de l’Eglise est le diable, et sont fruit est empoisonné.

    • Domine ne moreris

      Quand bien même y aurait il eu des abus et un certain commerce des Indulgences (ce que d’autres ici ont très justement dit ne pas être le fait de l’Eglise Elle-même), pourquoi ne pas se contenter d’œuvrer à réformer, ce que beau coup de saints ont fait en leur temps pour le bien et la gloire de l’Eglise ?
      Réduire l’hérésie protestante à une querelle sur les indulgences, c’est se moquer du monde ! et plus grave, de Dieu Lui-même !
      Avant 1517 qui détenait la Vérité ? En quelle Eglise fallait il être ? la réponse est évidente, elle l’est toujours aujourd’hui, c’est la Sainte Eglise Catholique.
      Le protestantisme n’a rien amené de bon, que confusions, divisions, violences. Et nul protestant ne peut prétendre détenir la Vérité : parmi les 200 interprétations différentes de « Ceci est mon Corps » à laquelle adhère t-il ?
      La vie de Luther après son hérésie, ses turpitudes et sa mort lamentable prouvent si en était besoin que sous prétexte de dénoncer une supposée tâche sur la robe de sa Mère, on tombe en fait dans les pires turpitudes si on se sépare d’Elle.

    • Point

      Les oeuvres de la foi (Jacques 2.14-26)
      14 Mes frères et soeurs, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les oeuvres? Cette foi peut-elle le sauver?
      15 Si un frère ou une soeur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, 16 et que l’un de vous leur dise: «Partez en paix, mettez-vous au chaud et rassasiez-vous» sans pourvoir à leurs besoins physiques, à quoi cela sert-il? 17 Il en va de même pour la foi: si elle ne produit pas d’oeuvres, elle est morte en elle-même.
      18 Mais quelqu’un dira: «Toi, tu as la foi, et moi, j’ai les oeuvres.» Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, c’est par mes oeuvres que je te montrerai ma foi.
      19 Tu crois qu’il y a un seul Dieu? Tu fais bien; les démons aussi le croient, et ils tremblent.
      20 Veux-tu reconnaître, homme sans intelligence, que la foi sans les oeuvres est morte?
      21 Notre ancêtre Abraham n’a-t-il pas été considéré comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’il a offert son fils Isaac sur l’autel?
      22 Tu vois bien que sa foi agissait avec ses oeuvres et que par les oeuvres sa foi a été menée à la perfection.
      23 Ainsi s’est accompli ce que dit l’Ecriture: Abraham eut confiance en Dieu et cela lui fut compté comme justice. Et il a été appelé ami de Dieu.
      24 Vous voyez [donc] que l’homme est déclaré juste sur la base de ses actes, et pas seulement de la foi.
      25 Rahab la prostituée n’a-t-elle pas, de la même manière, été considérée comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’elle a accueilli les messagers et les a fait partir par un autre chemin?
      26 En effet, de même que le corps sans esprit est mort, de même la foi sans [les] oeuvres est morte.

    • Donny

      Bonjour,

      Sans revenir aux fondements historique du protestantisme, je témoignerai juste par mon vécu. Etant issu d’une famille protestante évangélique, j’ai grandi avec une certaine connaissance de Dieu et une pratique religieuse classique, messe le dimanche, école du dimanche, étude biblique etc. Malgré l’image de bons chrétiens que ma famille pouvait donner, j’ai toujours senti comme un vide, une impression de faire les choses simplement par habitude pour plaire à je ne sais qui.
      Les années passent, la vie et ses épreuves nous touchent, de même arrivent les premiers bouleversements spirituels au sein de notre famille, perte de la foi, attirance par le bouddhisme pour certain, abandon de toute croyance pour d’autres..peut-être cela fut-il nécessaire.
      De mon côté je me laissai entrainer globalement par la vie que propose ce monde, mais en gardant au fond de moi un désir vérité avec cette intime conviction que Jésus-Christ est Le Dieu Vivant, conviction que je ne pouvais plus partager avec ma famille.
      Le Seigneur mis sur mon chemin une femme de confession catholique, au delà de l’idylle romantique, cette relation m’a permis de m’intéresser véritablement au catholicisme que je ne connaissais que vaguement, ayant passé mes années collèges dans un établissement privé catholique.
      Cependant je restai partagé entre ce que je connaissais de Dieu par les évangéliques et ce que je découvrais par la religion catholique et le sujet de la religion n’était pas vraiment au centre de nos priorités.
      Jusqu’au jour où ma femme (d’origine portugaise) me parla des apparitions de la Sainte Vierge à Fatima (que je ne connaissais pas), ça m’a bouleversé, comment les protestants ont pu mettre de côté la mère de Dieu! et je crois que c’est le signe qui me permit de poursuivre ma recherche de vérité. Sans rentrer d’avantage dans les détails de l’éveil spirituel que j’ai connu ces 5 dernières années, je finirai mon témoignage en disant que la Sainte Vierge est la véritable alliance entre l’humanité et le Christ, que les Saints sont des véritables témoins de Dieu et modèle de vie chrétienne, que la Tradition catholique est La religion qui respecte et sauvegarde les enseignements du Seigneur, le Saint-Esprit se trouve là où le monde et ses séductions ne sont pas, réfugions-nous sous la protection de la Sainte Vierge, qu’elle nous délivre de toutes tentations afin que notre esprit soit disposé à recevoir le Saint-Esprit qui nous conduira vers son divin fils, notre Seigneur Jésus Christ.
      En union de prière.

      • Karl

        Comme vous j’ai perçu, à moment dans ma vie, que les Saints sont des véritables témoins de Dieu.

        Et notamment, je me suis beaucoup intéressé à la question des corps incorruptibles. Les seuls corps incorruptibles qui existent au monde sont ceux de saints catholiques

        Donnez-nous un seul exemple de corps incorruptibles chez les protestants… on en reparlera

        Psaume 16:10
        « Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, Tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption ».

        • dalencourt

          C’est pour cela qu’il n’y a pas de culte des saints chez les protestants ; parce que Luther avait vite compris qu’il n’y aurait pas de saints chez eux (normal puisque ce sont de faux chrétiens). Donc il a résolu le problème en supprimant les saints. Si les protestants venaient de Dieu et restaient liés à Dieu, ils auraient des saints et des miracles ; or il n’y a chez eux ni l’un ni l’autre. C’est une preuve.

  10. "Mike"

    Bonjour Mr d’Alencourt,

    Il me semble important de relever la décision du président Trump, de transférer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Derrière cette décision, n’y a-t-il pas une pression du très puissant lobby juif, une volonté de l’Etat israélite d’en arriver à un « Grand Israël » ? N’y a-t-il pas une volonté de réaliser matériellement la célèbre prophétie du prophète Jérémie ? (Jr 25,11-12 : Lorsque commenceront à s’accomplir 70 années à Babylone, je vous visiterai, et je réaliserai sur vous la promesse que je vous ai faite…) Le prophète Daniel,(cf livre de Don Jean de Monléon, le prophète Daniel) quant à lui, reçut de la part de l’ange Gabriel, « l’intelligence » de cette prophétie : il comprit qu’il devait compter non en années, mais en semaines d’années, et ce à partir de la restauration de la ville de Jérusalem (vers l’an 453 avant J.-C.) Et comme le prédit l’ange Gabriel, après 69 semaines d’années, c’est-à-dire, après 483 ans, le Christ se manifesta au peuple d’Israël. C’est en effet à l’âge de 30 ans, que Jésus, recevant de l’Esprit-Saint, l’onction, est reconnu comme le « Christ », ou le « Messie » . Mais les juifs veulent comprendre cette prophétie au sens matériel. Et pour l’année prochaine, le 14 mai 2018, cela fera exactement 70 ans (depuis le 14 mai 1948, que l’Etat d’Israël a été proclamé). ; Ce 14 mai 2018 pourrait constituer pour eux, une date « butoire » pour l’avènement de « leur Messie » ou d’un « faux Christ »
    Et comme l’expliquait un autre correspondant, le nouvel ordre mondial, a, avant tout, une dimension religieuse. Et l’histoire religieuse depuis la venue de N.-S. Jésus-Christ, est marquée, conditionnée, (qu’on le veuille ou non) par un antagonisme entre les juifs d’une part, et par l’Eglise catholique d’autre part. (cf livre de l’abbé Julio Meinvielle, le juif dans le mystère de l’histoire) L’histoire biblique est marquée du reste par la lutte entre frères, entre Caïn et Abel, entre Ismaël et Isaac, entre Esaü et Jacob. Et j’ai envie, à travers ces trois luttes fratricides, d’y voir 3 moments de notre histoire chrétienne. La lutte entre Caïn et Abel : c’est le monde de la synagogue qui décide de condamner à mort le Christ lui-même, ainsi que des martyrs tels qu’Etienne…. Puis plus tard, au Moyen-Âge, l’Eglise se protègera de l’influence juive, en limitant l’influence des juifs, tout comme Abraham décide d’éloigner Ismaël de son frère Isaac persécuté par lui. Et puis, nous vivons à présent le temps d’un conflit ouvert entre le monde juif (à travers ses relais : la franc-maçonnerie, le communisme, le laïcisme, etc… ) et l’Eglise catholique. Et Jacob n’eut d’autre choix que de fuir la colère de son frère Esaü. Mais la bible dit aussi, qu’à un moment donné ces 2 frères se réconcilièrent. La réconciliation entre le peuple juif (qui reconnaîtra finalement Jésus pour le Messie) et l’Eglise catholique est attendue comme un signe des temps, avant le retour du Christ dans la gloire. Elle a été prophétisée par St Paul. Elle ne s’est pas encore produite. Nous l’attendons dans l’espérance.

  11. Maria

    Un bus scolaire percuté par un TER près de Perpignan : 4 enfants morts et 7 blessés grave
    Un accident ferroviaire « grave » avec un bus scolaire s’est dans la commune de Millas, près de Perpignan, ce jeudi après-midi. Selon nos informations, le bilan provisoire fait état de 4 enfants morts et de 24 blessés : 21 collégiens dans le bus et 3 autres dans le train. Le chiffre de 7 blessés graves parmi eux est par ailleurs aussi avancé

  12. Elviocco

    « C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à la maturité de l’adulte, à la mesure de la stature parfaite de Christ. » Ephésiens 4 11-13
    Que ces paroles nous encouragent en ces temps de Noel.

  13. olivier

    Je reviens sur votre affirmation du 9 décembre dernier « Les catholiques et tous les chrétiens d’ailleurs sont formels depuis 2000 ans : le retour du Christ n’est absolument pas identique à sa première venue, c’est à dire caché. ça c’est très exactement la théorie des juifs qui attendent un Messie-personne »
    Que penser de la citation de Soeur Agnès Mariam vers la 11ième minute de cette vidéo ? https://www.youtube.com/watch?time_continue=649&v=flLJqqeYKzQ
    AVEC DIOGENE, NOUS PRENONS UNE BOUGIE, ET NOUS ALLONS A LA RECHERCHE D’UN HOMME, FILS DE FEMME. Soeur Agnès Mariam est manifestement sur la même longueur d’onde que le Rav Dynovisz, celle d’un « Messie-personne », c’est d’ailleurs sur le site du Rav Dynovisz que j’ai fait la connaissance de Soeur Agnès. Soeur Agnès Mariam de la Croix, n’est elle pas Carmélite, donc chrétienne ? Comment interpréter « Homme, fils de Femme » ?
    Vous qui êtes un expert de l’apparition de Pontmain, la Vierge dit bien « MON FILS SE LAISSERA TOUCHER », le toucher ne fait il pas référence à un sens physique ? Un second avènement PHYSIQUE comme le premier avènement fut PHYSIQUE ? A qui Jésus disait lors de son premier avènement NE ME TOUCHE PAS ? Marie Madeleine ? Comment interpréter la phrase « MON FILS SE LAISSERA TOUCHER », concernant le second avènement et la phrase de Soeur Agnès Mariam HOMME, FILS DE FEMME ?

    • dalencourt

      Le concile Vatican II nous a construit 2 générations d’apostats et d’hérétiques qui se croient encore catholiques. Votre soeur soeur Agnès Mariam est un bel exemple de cette nouvelle religion de l’homme, celle du concile, qui nie à mots couverts la divinité de Jésus-Christ. C’est de l’arianisme réchauffé. D’ailleurs que fait une prétendue carmélite sur le site d’un rabbin juif ? Ce n’est pas sa place. Les juifs haïssent Jésus-Christ et nient farouchement sa divinité ; ils attendent encore leur Messie parce qu’ils refusent de reconnaître Jésus-Christ comme le Messie. De plus, ils sont à l’origine de cette religion matérialiste qui divinise l’homme. Donc le Messie qu’ils attendent ressemble à leurs idées. Une carmélite qui s’associe à de telles inepties est aussi catholique que moi je suis bantou.

      • Yato

        Monsieur Dalencourt,
        Permettez-moi de vous dire que vous vous trompez lourdement sur Agnès-Mariam de la Croix, carmélite franco-libanaise de tradition grecque-catholique melkite et supérieure du monastère Saint-Jacques le Mutilé en Syrie. Elle a vu son pays d’adoption ravagé par la guerre civile qu’y ont exportée les Occidentaux dans le seul but de renverser Bachar al-Assad. Elle est courageusement restée à la tête de son monastère tout en venant fréquemment en France pour y donner des conférences et tenter de ré-aiguiller l’opinion publique en faveur de ceux qui, tels Assad et Poutine, sont les vrais défenseurs des communautés chrétiennes martyrisées par des djihadistes armés et encouragés par les Etats-Unis, Israël, la France, l’Arabie des Séoud, etc. J’ignore si cette femme est conciliaire ou non, je suppose qu’elle suit la règle de son ordre. Je suppose aussi que ses connaissances assez pointues en géopolitique n’en font pas une thuriféraire de cet agent du mondialisme anti-chrétien qu’est Bergoglio. Enfin, je doute fort qu’elle porte une vive sympathie à Israël, qui encourage Daech en sous-main (Al-Bagdadi serait un juif faussement converti à l’islam) et soigne les djihadistes dans ses hôpitaux.

        • dalencourt

          Je ne connais pas cette Agnès-Mariam de la Croix, je réagissais aux propos rapportés par Olivier. Je connais suffisamment la dialectique conciliaire et la pensée qu’il y a derrière pour savoir que « l’homme fils de femme » ne désigne pas Dieu le Fils mais participe de la pensée qui consiste à réduire Jésus à un homme, niant implicitement sa divinité. De plus sa présence sur le site d’un rabbin connu pour attendre le Messie ne plaide pas en sa faveur.
          Par conséquent, si cela est vrai, cette soeur a peut-être une action politique clairvoyante et courageuse, mais côté religion elle est comme les autres : dans les choux, et même plus que les autres, car elle fait de l’arianisme sans le savoir.

        • dalencourt

          « Mon Fils se laisse toucher » est la phrase prononcée par la Sainte Vierge à Pontmain ; cela veut dire qu’il va intervenir en faveur de son peuple, c’est à dire du « petit reste » resté fidèle afin d’accomplir la promesse en Matthieu 24:22 : « Et, si ces jours n’étaient abrégés, nul n’échapperait ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. »
          Cette intervention correspond à ce qui est inscrit dans au moins un psaume sur 2 : le châtiment des méchants sera la fin des tribulations des justes.

    • Clofer

      Le peu de bases que j’ai m’apprend que Jésus ressuscité a maintenant un corps glorieux. Effectivement, lorsqu’il est apparu à ses disciples après la résurrection, il a mangé du poisson avec eux au bord du lac. Ce corps glorieux est réel, et les élus ressuscités pourront certainement le toucher.
      Quand à votre bonne sœur, drôle de paroissienne, d’ailleurs les carmélites ne vivent-elles pas cloitrées avec vœu de silence ?

    • jacques

      bonjour olivier
      à propos de cette vidéo, il me semble qu’il faut la regarder en entier et la remarque de cette religieuse prends un tout autre sens que celui que vous semblez lui donner

      • Yato

        @Jacques
        Vous avez raison, et ce n’est d’ailleurs pas Notre Seigneur que la soeur vise par cette expression : « Comme Diogène, nous allons à la recherche de l’homme, fils de femme. » Elle veut dire que les criminels de Daech, qui achètent des esclaves sexuelles pré-nubiles, doivent se rappeler qu’ils ont une mère. Cette interview est d’ailleurs datée, car depuis 2015 Assad et les Russes ont repris la main…

        • dalencourt

          Il faut arrêter de nous prendre pour des cons, de se voiler la face et de chercher à justifier la subversion. On sait très bien que tout cela est en rapport avec le mystère de l’Incarnation, surtout venant d’une religieuse membre d’une congrégation catholique. Tout le monde aura compris l’allusion et une fois de plus, ces propos ambigus ne peuvent qu’ajouter à la confusion ambiante.

  14. S.T

    D’un message privé arrive la nouvelle que si vous allez jusqu’au bout, alors témoin, je serai de l’existence de la foi. Complémentaire au bien-fondé que ce qui est invisible peut être vu que par soi.
    Chaque génération évolue malgré ce que l’inverse fait croire à la dernière.
    Le temps n’existe pas pour celui qui croit,
    Sinon, comment pouvons-nous évoluer jusqu’au Père,
    Sans la possibilité de revenir en arrière.
    Si les textes proviennent de la foi,
    Peu importe le nombre de chiffre,
    Le message reste le même,
    En vous nous avons foi,
    Pour cela, la fin reste la même,
    Comme il est écrit dés le début,
    Annoncez la nouvelle,
    Fin de la partie,
    Vient la Gloire au fils du Père.

  15. Anabelle MOUTOUSSAMY

    Bonjour, que ce passe t il ? ce matin le site est inaccessible. Je vous souhaite une bonne journée et vous remercie pour vos articles.

    Télécharger Outlook pour Android

    ________________________________

  16. eddy

    ah ah je crois que je connais la futur miss France je pense que ça sera miss Provence mais au final avec son tatouage en chiffre romain au poignet la couronne lui sera retirer et au final ça sera miss Languedoc a suivre…

    • GUINOT

      Pour le pape François, il avait été fait la même chose, qu’est-ce que ce logiciel, l’avez-vous fait sur d’autres personnes, le visage d’un Saint, Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, par exemple, peut-on y apporter du crédit. Monsieur Dalencoourt qu’en pensez-vous ?

  17. POST Nadine

    Bonjour,

    Naissance de Jésus à Bethléhem (Luc 2,1-20)
    2 A cette époque-là parut un édit de l’empereur Auguste qui ordonnait le recensement de tout l’Empire.
    2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.
    3 Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville d’origine.
    4 Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la famille et de la lignée de David.
    5 Il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte.
    6 Pendant qu’ils étaient là, le moment où Marie devait accoucher arriva,
    7 et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle des hôtes. etc….

    Sur google je trouve :
    Quirinius
    De 6 à 9, il fut envoyé en Syrie ???
    avec le titre de légat d’Auguste propréteur (Legatus Augusti), pour gouverner cette province impériale consulaire. C’est à cette époque qu’il reçut l’ordre de recenser la Judée, qui venait d’être réunie à la province de Syrie par la déposition d’Archélaos. L’historien Flavius Josèphe situe Cyrénius gouverneur de Syrie trente-sept ans après la bataille d’Actium qui eut lieu le 2 septembre 31 av. J.-C., ce recensement a donc eu lieu en 6 de l’ère chrétienne….

    Donc Jésus est né en 6 d’après ces dires… ?

    L’évangile selon Luc parle du recensement de la Judée, qui eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. C’est selon Luc pendant cette période qu’est né Jésus Christ !

    • dalencourt

      Laissez tomber Google et l’habitude de notre siècle de 1) douter de tout et 2) multiplier les fausses hypothèses.
      Cette affaire de Quirinius a déjà été traitée avec compétence il y a des siècles, il n’y a pas de problème concernant la date ; comme je l’ai déjà dit, seul un petit décalage d’environ 1 an peut être envisagé, à cause de l’an 0 non compté.

      • Fides

        Fort bien, Louis, sauf que je ne connais pas le texte qui a traité de ce problème de date de la naissance du Christ. Si vous pouvez éclairer ma lanterne, ce sera avec plaisir. J’en ai assez de baisser la tête devant les critiques qui rétorquent qu’il y a contradiction dans les Evangiles, à savoir que Jésus est né sous Hérode, soit au mieux en 4 avant JC (Mt 2.1) et en 6 de notre ère (Luc 2.1). Une drifférence de dix ans, cela fait un peu beaucoup!
        Merci d’avance.

        • dalencourt

          Vous pouvez citer le texte de Mgr Gaume inscrit dans l’article, qui se base sur les écrits des Pères de l’Eglise, le martyrologue romain et l’enseignement de la Tradition ; seule la date (an 34) est à mon sens décalée parce que on ne compte pas l’an 0. Vous pouvez dire aussi que si le Vatican a fêté les 1900 ans de la Rédemption en 1933, ce n’est pas uniquement symbolique : ils avaient de bonnes raisons pour le faire (on dit souvent que les archives secrètes du Vatican renferment tous les secrets du monde : en voilà un de résolu grâce à cette fameuse connaissance). Faites une recherche sur 1933 et sur les raisons exposées par le Vatican pour justifier cette date, vous aurez les arguments.

  18. Uncle

    «Une commission royale d’enquête australienne sur les agressions sexuelles a recommandé vendredi à l’Église catholique d’abolir le célibat des prêtres et de traduire en justice les prêtres informés d’actes de pédophilie lors d’une confession…..»
    http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201712/15/01-5147234-australie-une-commission-recommande-la-fin-du-celibat-des-pretres.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_asie-oceanie_290_section_POS1

  19. Yannick L.

    Le roi de la Cité du Mal
    Extrait de « Traité du Saint-Esprit » de Mgr Gaume :
    Si la puissance de notre âme sur la matière a des limites qui nous sont inconnues, comment mesurer celle de l’ange, pur esprit, d’une nature bien supérieure à celle de notre âme (I p., q. LXXV, art. 7, ad 2) ? Comment, surtout, calculer la puissance du premier des esprits ? Or, tel est Satan, le roi de la Cité du mal. « Le premier ange qui pécha, dit saint Grégoire, était le chef de toutes les hiérarchies. Comme il les surpassait en puissance, il les surpassait en lumière (Homil, XXXIV in Evang., et S. Th., I p., q. LXVII, art. 7 et 9). » suite à lire: http://le-petit-sacristain.blogspot.ch/2016/09/le-roi-de-la-cite-du-mal.html?m=1

  20. Petros

    Cher Louis, un petit clin d’œil à l’écoute d’un commentaire.

    Pour planter le décor : j’apprécie le jeu d’échecs et j’ai une app pour suivre des parties en direct. Par hasard je suis tombé sur un match d’ordinateurs (un défi en 100 parties et je suis tombé sur le « bijou » du match).
    Depuis 20 ans désormais, l’ordinateur domine l’humain du fait de sa super-puissance de calculs mais néanmoins grâce à des bases de données de toutes les connaissances humaines comme point de départ.
    Et juste il y a quelques jours, une « révolution » dans le monde des échecs car Google a lancé un programme basé sur l’intelligence artificielle (pas de super-calcul) qui a tout appris tout seul. Il a joué contre lui-même pendant 4 heures en ayant comme base de départ juste les règles du jeu. Aucune base de données. Et il a écrasé le champion du monde des ordinateurs Stockfish qui pourtant possède une puissance de calcul bien plus élevée.

    Article ici : https://www.europe-echecs.com/art/alphazero-ecrase-stockfish-8-7203.html

    La fameuse partie susmentionnée et d’autre est tout simplement « prodigieuse » (un mot que j’utilise exprès). Incroyable. Et en l’analysant au club, des informaticiens du domaine ne savaient pas expliquer exactement comment cette intelligence fonctionnait en jouant des coups de logique humaine mais d’une précision incroyable (alors que normalement l’ordi calcule beaucoup de suites forcées mais est plus faible en compréhension à long terme). En 4h d’apprentissage avec lui-même AlphaZero écrase le titan…

    Bref, ce décor pour vous dire que la fameuse partie la plus incroyable du match commentée par des forts joueurs et j’ai pensé à vous comme l’un des commentateurs pour rigoler a dit qu’il voudrait voir AlphaZero jouer contre un dragon de comodo qui lui arracherait son fil de courant : « t’as plus d’électricité, tu n’existes plus. (…) Tu te prends pour un Dieu mais bon, finalement on te coupe l’électricité, tu n’es plus personne » entre la minute 3 et 4.

    J’ai pensé à vous – le « dieu électricité ».

  21. Hector

    ça commence à se savoir …

    UNE CRÈCHE DES TÉNÈBRES

    installée place Saint-Pierre, sous les fenêtres de ce qui fut les appartements du Pape.
    http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/une-creche-des-tenebres.html
    (traduit de l’espagnol)

    Rien moins qu’une crèche offensive et blasphématoire est mise au cœur de la Chrétienté. Nous sommes devant un exemple de la nouvelle évangélisation, qui a pour bannière le blasphème, le sacrilège et l’apostasie.

    C’est une crèche trompeuse.

    C’est une crèche offensante et blasphématoire.

    C’est une crèche qui sort totalement de la tradition.

    C’est une crèche cauchemardesque, qui enlève le sommeil.

    C’est une crèche sans tendresse.

    C’est une crèche, fruit d’esprits retors et sales.

    C’est une crèche sans fondement et inspirée par le Diable en personne.

    C’est une crèche qui détruit la vérité de la foi catholique.

    C’est une crèche qui offense la sensibilité catholique la plus intime.

    C’est une crèche laide, sans goût, faite pour faire fuir en courant.

    C’est une crèche qui montre une scène fausse pour confondre et induire en erreur.

    C’est une crèche qui mérite un rejet de la part des fidèles au niveau de l’Église universelle.

    Nous sommes devant l’œuvre de l’esprit humain, mais sans la foi catholique; c’est l’esprit retors d’un homme narquois et burlesque, charlatan et fêtard, sacrilège et perverti ; c’est l’esprit d’un profanateur du sacré, de celui qui se rie de la foi inamovible de la tradition ; c’est l’esprit d’un homme qui joue à être un petit dieu, qui impose ses idées misérables comme objet de culte et de croyance.

    Où est la joie du moment avec le mort dans la crèche ? Où est la sainteté ? Où est la pureté immaculée de la scène de la Sainte Famille avec l’homme dénudé ? Où est le mystère de la naissance de l’Enfant Dieu ? Où est le mystère de l’Œuvre Rédemptrice ? Dieu s’est fait homme pour racheter l’homme du péché, alors, que fait l’homme dénudé ? Où est la pudeur, l’innocence, la pureté, la chasteté, la retenue, l’honnêteté qui inspire la scène de la crèche ?

    Nous sommes devant une offense inadmissible des fondamentaux de la foi.

    Nous tous fidèles devons inonder le Vatican de lettres et courriers électroniques de rejet d’une telle offense à l’Enfant Dieu, à la pureté de Marie, à la chasteté de Saint Joseph.

    Nous ne pouvons continuer plus longtemps à nous taire. Du Vatican on offense notre foi. De la tête de l’Église coule la boue qui salit le visage de l’Église.

    Mettons-nous en mouvement, non pas pour seconder l’hérésie et le sacrilège, mais pour nous y opposer. Commençons par adresser notre plus énergique rejet au Vatican et au nonce du Pape dans tous les pays.

    Nous les catholiques, nous disons: CELA SUFFIT! N’offensez plus notre foi !

  22. Christophe

    Emmanuel Macron fêtera, le 21 décembre, ses 40 ans au château de Chambord. Rien que ça! D’autant plus que 4 jours avant, c’est le pape François le premier qui fête ses 81 ans. Quel coïncidence!

    • dalencourt

      Non, et la précision est importante : pourquoi le président a-t-il fêté EN AVANCE son anniversaire ce week-end ?
      Réponse dans mon prochain article.

      Sinon, merci à ceux qui l’ont vu, le lien entre les deux bêtes est évident puisque Macron, bête de la terre, fête son anniversaire anticipé le 17 décembre, le jour des 81 ans de la bête de la mer, le pape François, dans le château emblématique de François 1er. Ceci s’appelle une double allusion, parfaitement visible.

      • bigouden29

        Oui, bizzare en effet de feter son anniversaire ce week-end, alors que normalement c’est le 21 Décembre justement?
        Cà cache quelques chose. Votre prochain article apportera t’il de nouveaux éléments par rapport à cette
        fameuse date? Ce sera dans le prolongement de l’article « 5 ans pour changer le monde »?
        Et un autre article en Avril sur saint Thomas, fêté avant à cette date.
        Nous voyons bien qu’il se passent pas mal de choses, que çà ce met en place petit à petit, mais je ne pense pas
        que nous verrons le dénouement à Noel, çà me parait vraiment trop juste en si peu de temps, mais
        sais t’on jamais, on peut avoir des surprises. Attendons Pâques, c’est plus sûr.
        Hypothèse: et si ce serait le 21 Décembre, mais 2018? ( prècision importante : se sera un vendredi
        tout comme en 2012. Vendredi 21/12/2012 jusqu’au vendredi 21/12/2018. La boucle est bouclée.
        Mais celà me semble peu probable que çà aille jusque là. Cordialement.

    • dalencourt

      C’est très simple : la crémation est interdite par l’Eglise catholique, en respect pour la promesse divine de la résurrection des morts au jugement dernier. Y compris, à prioiri, par l’Eglise conciliaire.

      • dalencourt

        Je n’avais pas lu l’article : c’est encore pire que ce que je pensais. Depuis que l’Eglise a basculé dans le camp de Satan, elle a remis en cause aussi cette règle. On s’en fiche de l’avis de l’église conciliaire : la crémation est interdite aux catholiques, un point c’est tout.

        • CVV

          http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/toussaint/372950-note-a-propos-de-la-cremation/

          Église moderniste de Vatican 2
          Liturgie et incinération

          Sur le plan liturgique, lorsque l’incinération a lieu après la » station » à l’église 4, la célébration ne pose aucun problème puisqu’elle entre dans le cadre du déroulement habituel des funérailles. Mais il reste trois situations sur lesquelles le Rituel des funérailles amène à s’interroger :

          1 Présence de l’urne à l’église Depuis quelque temps apparaît une nouvelle demande : la célébration à l’église avec présence de l’urne, donc après l’incinération. Cette pratique est contraire au déroulement normal du rituel des funérailles : » Normalement, l’incinération doit suivre la célébration à l’église en présence du corps. Ce déroulement traditionnel est tout à fait logique, puisque l’incinération est une pratique destructrice et correspond à l’inhumation « 5. En demandant de suivre le parcours rituel prescrit, l’Église souhaite rendre service aux personnes en deuil, en les aidant à vivre la séparation par des étapes successives : une pédagogie tout à la fois anthropologique et théologique est présente dans le souhait de respecter l’ordre des » stations » préconisées dans le Rituel des funérailles 6.

          2 Temps de prière L’opération d’incinération dure un certain temps (plus d’une heure) et constitue une épreuve très pénible pour l’entourage. Si la famille souhaite qu’une prière ait lieu à cette occasion, en particulier au moment de la réception de l’urne, on s’inspirera des propositions faites par le Rituel des funérailles 7.

          3 Destination des cendres La législation civile française laisse diverses possibilités pour la destination de l’urne. D’où les demandes exprimées pour un accompagnement rituel, soit de la dispersion des cendres, soit de la déposition de l’urne dans un columbarium ou même au domicile du défunt. Devant les souhaits exprimés, l’Église catholique demande que l’urne cinéraire trouve un lieu d’accueil définitif. On comprendra donc qu’il n’est pas prévu d’accompagnement rituel de la dispersion des cendres. Par contre la partie du Rituel des funérailles, concernant les prières au cimetière, est une référence très utile pour accompagner la déposition de l’urne dans un columbarium ou une tombe 8. Depuis janvier 2009, la loi s’oppose à la conservation d’une urne à domicile.
          https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2014/10/18/la-cremation-des-corps-un-acte-dune-sauvagerie-inouie/

          La crémation des corps, un acte d’une sauvagerie inouie
          Publié le 18 octobre 2014 par bibliothequedecombat

          L’Église considère la pratique de l’incinération des cadavres comme « une pratique barbare, qui répugne non seulement à la piété chrétienne, mais aussi à la piété naturelle envers les corps des défunts et que l’Église, depuis ses origines, a constamment proscrite. »
          Instruction de la Sacrée Congrégation du Saint-Office, 19 juin 1926
          « Certainement c’est la plus poignante impression d’horreur que j’aie jamais éprouvée, telle que je ne tenterai même pas de vouloir la rendre. Au seul souvenir de ce corps se tordant, de ce bras battant l’air, demandant grâce, de ces doigts crispés et s’enroulant comme des copeaux, de ces jambes noires qui donnaient de grands coups de pieds, ayant pris feu ainsi que des torches (un instant, je crus l’entendre hurler), il me court des frissons, j’ai la sueur froide au front et rétrospectivement, je compatis au supplice de ce mort inconnu dont j’ai entendu la chair crier et protester. »
          Henri Lavedan, académicien, Questions actuelles, 1940
          « C’est un acte de sauvagerie qui a pour but de faire disparaître le plus vite et le plus complètement possible la dépouille mortelle de ceux qui nous sont le plus chers, et cela le jour même des obsèques, au milieu des larmes de toute la famille. »
          Mgr Freppel, revue des sciences ecclésiastiques, 1886
          « Violenter le corps du défunt en le brûlant est un profond manque de respect. Quel fils brûlerait le corps de sa propre mère ? Quel père le ferait pour son épouse ou ses enfants ? »
          Abbé Pinaud, Le sel de la Terre, 1998
          « Ce ne fut que dans le dernier quart du XIXè siècle que l’idée de la crémation prit quelque consistance en Europe, lorsque les sociétés maçonniques obtinrent des gouvernements la reconnaissance officiel de ce rite. C’est en Italie que s’ouvrit la campagne : la première crémation eut lieu à Milan le 22 janvier 1876.
          En France, la chambre des députés adopta, au mois de mars 1886, un amendement à un projet de loi sur la liberté des funérailles, d’après lequel tout majeur ou mineur émancipé pouvait choisir librement le mode de sa sépulture, l’inhumation ou l’incinération. La loi du 15 novembre 1887 autorisa formellement les modes de sépulture autres que l’inhumation. »
          Abbé Pinaud, Le sel de la Terre, 1998
          Dispositions du Code de droit canonique préparé par saint Pie X et promulgué par Benoît XV en 1917 :
          Canon 1203 :
          p.1 Les corps des fidèles défunts doivent être ensevelis, leur crémation étant réprouvée.
          p.2 Il est interdit d’utiliser pour les cadavres le procédé de la crémation. Toute stipulation en ce sens ne doit pas être exécutée par les ayants cause du défunt. Si elle est insérée dans un contrat, un testament ou un acte quelconque, elle doit être tenue pour non écrite.
          Canon 1240 :
          p.1 Sont privés de la sépulture ecclésiastique, à moins qu’ils n’aient donné quelque signe de pénitence avant leur mort ceux qui ont ordonné que leur corps soit livré à la crémation.
          Canon 2339 :
          Ceux qui auront osé faire donner, par ordre ou par contrainte,la sépulture ecclésiastique à des infidèles, à des apostats, à des hérétiques, à des schismatiques, ou à d’autres excommuniés ou interdits, contrairement au Can. 1240 p.1, contractent une excommunication ‘latae sententiae’ non réservée; ceux qui donneraient spontanément la sépulture aux même personnes encourraient un interdit de l’entrée de l’église, réservé à l’Ordinaire.

        • Emmanuelle

          Cet article me laisse pantoise.
          La crémation est strictement interdite par l’Eglise. Pour plusieurs raisons :

          La première est liée aux modalités de la Résurrection des corps à la fin des temps. Nous ignorons comment cette résurrection va avoir lieu. Nous savons que les justes, les saints vont avoir un corps glorieux, tandis que les réprouvés auront un corps de souffrance. Mais, nous ignorons comment la restitution de ce corps va avoir lieu.
          Nous en avons quand même une idée par la Résurrection de Notre Seigneur, qui a été déposé avec son corps en entier dans le sépulcre et a connu sa résurrection à partir de ce corps, puisque le tombeau est vide. Le corps glorieux n’étant pas totalement reconnaissable à priori puisque Sainte Marie-Madeleine qui a vu le Christ dans son corps glorieux après sa résurrection ne la pas reconnu instantanément.
          Ensuite, la crémation modifie de manière drastique le souvenir que les proches ont du défunt. La mort, en soi, est déjà violente, la séparation est déjà une souffrance à part entière. Il est peu charitable, en plus de cette souffrance, de faire vivre une « mise en poussière » du défunt dans les flammes à la famille. Comment, un coeur normalement constitué, qui a vécu des années avec le défunt, qui a partagé des joies et des peines, peut-il supporter sans que son coeur ne s’afflige, le spectacle très difficilement supportable de la crémation. Même s’il n’y assiste pas directement, il y a une représentation de l’imagination qui est pour le moins d’une violence rare. Savoir que ce corps à côté duquel on a vécu tant d’année est pulvérisé, ne me semble pas propice à un deuil correct. Cela renvoie à des représentations d’anéantissement, d’annhilation, qui ne sont pas de l’esprit catholique.
          Nous constatons d’ailleurs que beaucoup de deuils actuellement se mue en une profonde dépression chez le conjoint. Il n’y a pas à chercher bien loin les raisons.
          Enfin, ce corps réduit en cendres, donné, avec, je trouve, beaucoup de cynisme, dans une petite urne (encore chaude d’après le témoignage d’une de mes amies), ne permettra pas une mémoire du corps propice au recueillement et au souvenir du défunt. Et, donc indirectement, contrariera les prières pour le salut de son âme s’il est au purgatoire.

          La façon catholique reste l’enterrement du corps en entier, bien habillé, apprêté, dans un cercueil digne, dans un endroit bien reconnaissable propice à la mémoire dans les meilleures conditions possibles. Tout doit être mis en oeuvre pour que cette séparation se passe de la façon la plus douce et la plus supportable possible. Qu’elle soit garante du salut du défunt, de sa résurrection, et du deuil dans la paix de ceux qui restent.

        • Emmanuelle

          Voilà, je lis Monseigneur Lefèbvre à ce sujet. Il explique que c’est strictement interdit aussi pour bonne raison que le corps a été le réceptacle des sacrements. Ce corps est sanctifié par la présence de l’Esprit Saint. Même mort, ce corps ne doit pas être brûlé.
          Il explique que même un membre qui aurait été amputé, ne doit pas être brûlé mais enterré de la même manière que pour une sépulture. Puisque ce membre, par l’intermédiaire du corps entier, est aussi sanctifié par les sacrements.

        • Marie 8Septembre

          bonjour à tous,
          On m’a toujours appris en tant que catholique que la crémation est interdite. Et dans mon coeur, je suis contre, et les uns et les autres l’expliquent très bien; Je connais des personnes qui se sont fait incinérer, et même si ces personnes étaient des connaissances -pas vraiment proches- je ressens une douleur; je suis allée l’année dernière à une crémation (et ne connaissant pas le principe, j’ai su à la fin que c’était une crémation- le cercueil était là, et après plusieurs témoignages et musiques, les gens se sont levés, pour quelques minutes de silence, ce que je n’avais pas compris sur le moment; en sortant de la salle, une amie me dit elle est en train de se faire incinérer, ça m’a fait un coup parce que c’était une personne que je connaissais peu mais que j’appréciais; Ignorante que j’étais, je pensais qu’après tous ces témoignages nous irions l’enterrer.) Je me dis mais comment peut on brûler le corps d’une personne que l’on a tant aimée -amie, frère, époux…. Une autre chose, j’aime beaucoup les animaux et même s’ils n’ont pas une âme humaine, je ne peux pas non plus les faire incinérer; j’ai besoin d’aller sur leurs tombes; ça m’aide beaucoup dans le deuil; pour moi c’est la même chose: quand on a vraiment aimé, on ne peux pas brûler. Mais surtout c’est la raison la plus importante, Dieu l’interdit et je ne pourrai pas vivre en faisant quelque chose contre Dieu.

        • R.L.

          D’autant plus que les os résistant à la crémation, sont obligatoirement broyés pour pouvoir entrer dans l’urne.
          D’ailleurs, est-on bien certain de ne pas recevoir quelques cendres du « client » d’avant ?
          Ceci dit, la crémation c’est dépassé place à la liquéfaction, c’est nettement plus tendance!
          https://www.ladepeche.fr/article/2017/10/30/2675285-etats-unis-liquefaction-remplacer-inhumation-cremation.html

          Une chose est sûre: l’horreur de l’ennemi est sans aucune limite!!!
          Et quelque chose me dit que ce n’est pas fini!

        • Bérénice

          bonsoir
          je vis des moments très très difficiles avec ma mère atteinte d’un cancer en phase terminale. Quand elle était en bonne santé, elle a toujours dit qu’elle souhaitait être incinérée, c’est aussi le souhait de ma sœur. Comment aller contre sa volonté même si je ne partage pas cette vision et souhaiterai un enterrement avec cérémonie religieuse pour avoir un lieu où me recueillir sur sa tombe. J’ai essayé d’aborder le sujet mais depuis quelques jours elle n’est plus vraiment consciente à cause de la morphine. Que faire ?

        • Brunonix

          @ Bérénice !

          L’article de CVV est clair : lorsque votre mère mourra, si vous al faites incinérer, vous contractez obligatoirement une excommunication ! C’est pire qu’un pécher mortel !

  23. théodoric

    Turquie, le gouvernement Erdogan fait détruire plus de 140 000 livres dans les bibliothèques !
    drôle de chiffre qui me fait penser aux 144 000 élus….a quelques chiffres près.

    • Bérénice

      @ Brunonix
      merci pour votre réponse pleine de charité !!! ma mère veut se faire incinérer car elle a toujours été claustrophobe et c’est peut être idiot mais elle ne veut pas se retrouver enfermée sous terre, ce n’est pas contre l’idée de la résurrection de l’église catholique. Je croyais que respecter les volontés de ses parents était un devoir. En plus à mon avis vous lisez de travers, car d’après ce que je lis, c’est justement enterrer un hérétique, un infidèle ou un apostat qui conduit à l’excommunication. Sachant qu’elle est baptisée mais non pratiquante, ni très proche de l’église bien qu’elle croie en l’au-delà, d’après votre article, elle ne mérite pas une sépulture chrétienne.
      Vous devriez faire preuve d’un peu plus de compassion devant des personnes qui sont effondrées devant la souffrance de leur proche et se posent des questions pour leur salut.

      • dalencourt

        Oui mais Bérénice, ce n’est pas à elle de décider ; c’est Dieu qui décide à travers l’Eglise. Malheureusement ils sont nombreux ceux qui ont perdu la vertu d’obéissance, qui va souvent avec celle d’humilité.

  24. Michelange

    Bravo pour ce dernier article, dans lequel vous reprenez, avec raison selon moi, le risque d’avancer une date précise, s’agissant cette fois du retour du Christ parmi nous. Peu importe si vous vous trompez encore une fois, car il serait infiniment plus grave de « manquer le coche » et d’être pris à l’improviste comme les autres par la fin des Temps (et le retour du Christ) que de multiplier les fausses alertes, qui sont autant de piqûres de rappel bien utiles, à l’usage des damnés en puissance qui s’ignorent et s’enfoncent toujours plus loin dans leur léthargie coupable.

    Merci également, mon cher Louis, pour votre article précieux et éclairant du 1er décembre (j’attendais un événement éventuel le 8 décembre avant de le commenter). Je plébiscite votre explication sur ce que veut réaliser Satan, soit son union hypostatique avec l’Homme en lieu et place de celle programmée avec Dieu, qui est l’aboutissement naturel de la Création. Cette union sacrée doit nous ouvrir les portes de la nouvelle Jérusalem, et donner lieu probablement à un équivalent de la transfiguration de Jésus à l’échelle de tous les Elus, ceux qui auront passé le « cut » du Jugement Dernier, pour utiliser une métaphore golfique.
    Comme vous, je ne suis guère optimiste à cet égard et je pense que votre estimation de 90% de damnation est tout à fait réaliste, compte tenu du comportement habituel du babylonien moyen tel que nous l’observons de nos jours.

    Mais comme pour la date secrète de la Fin des Temps, cette décision appartient au Seigneur et à lui-seul, juge impartial du fait de son omniscience. Comme nous l’avons constaté par rapport au délai accordé aux pécheurs pour se convertir, Sa miséricorde va bien au-delà de la nôtre, nous qui, tel Job pour Ninive, désirons tellement la chute de la nouvelle Babylone que nous prenons, depuis 2014 en tout cas, nos désirs pour des réalités et annonçons (trop) régulièrement une échéance précise, à laquelle rien ne se produit, évidemment… Mais elle n’est pas infinie, contrairement à ce que l’on dit et la sanction tombera comme un couperet, subite et définitive…

    Dans cette perspective, je réitère mon intuition que Dieu va accorder à Satan, et surtout aux âmes perverties susceptibles de se convertir encore, le délai maximum par rapport au terme qui a nous été annoncé et que vous nous avez révélé en remplissant avec zèle et courage votre ministère d’Apôtre des Derniers Temps, au fil de vos articles et de vos intuitions successives , soit 153 ans à partir de 1864 (selon l’apparition de La Salette), 133 ans (33 ans +100 ans) à partir du dialogue de la vision de Léon XIII en 1884 et 100 ans depuis l’apparition de Fatima (délai implicitement confirmé par le père Malachie Martin), soit clairement la fin de l’année 2017 et même décembre 2017, puisque la fin des Temps ne s’est pas encore produite à ce jour.

    Pour aller jusqu’au bout de cette logique, je pense que le terme ultime de cette année, soit le 31 décembre et les jours précédents, serait une hypothèse tout à fait plausible, d’autant plus que c’est aussi une fête éminemment païenne, proche dans l’esprit du banquet du roi Balthazar, auquel vous avez fait référence à de multiples reprises dans vos articles. La Fin des Temps pourrait donc nous surprendre dans la nuit de la Saint-Sylvestre, en pleine célébration de la fête du Nouvel-An, comme elle a pris à l’improviste les troupes de Balthazar, endormies, avinées et décimées durant leur sommeil.

    Tenue à la réserve par les propos de son Fils interdisant la divulgation directe de la date exacte de la Fin des Temps, il est tout envisageable que la Sainte Vierge l’ait suggérée indirectement de façon à ce que certains initiés puissent tout de même être avertis à l’avance, à l’exclusion du plus grand nombre, qui doit être maintenu dans l’ignorance.

    Pour suggérer 2017, elle serait apparue en 1917, soit 100 ans avant le terme du règne ultime de Satan, les 100 ans qui lui ont accordés par le Seigneur si l’on en croit la vision de Léon XIII, ce qui fait que seuls les catholiques au courant de cette information (et qui y croient) disposent de la clef de lecture leur permettant de comprendre qu’elle a indiqué, par le choix de l’année de ses apparitions (1917 ), le début des 100 ans et donc leur terme, soit l’ANNEE 2017. Comme développé plus haut, cette information pourrait être en soi suffisante, si c’est l’année en elle-même qui définit le terme du délai.

    Néanmoins, il lui était également loisible de suggérer le 31 du mois en inversant les chiffres, soit en nous indiquant le 13, en apparaissant régulièrement le 13 du mois.
    Enfin, elle aurait pu utiliser le biais existant entre le calendrier grégorien actuel et le calendrier républicain romain (qui reprend plus ou moins à son compte le calendrier mosaïque) pour nous suggérer le bon mois, tel que Louis l’avait envisagé à l’époque (par rapport au mois d’août 2015, soit octobre, le 8ème mois de l’ancien calendrier pour suggérer le 8ème mois du nouveau calendrier), mais dans l’autre sens, soit octobre, le 10ème mois de notre calendrier actuel pour suggérer décembre, le 10ème mois de l’ancien calendrier.

    L’un dans l’autre, elle est parvenue à ses fins en ce qui concerne le cryptage des informations, puisque seuls vous et moi, plus quelques fidèles du blog, nous attendons encore une éventuelle fin des temps en décembre, alors que l’immense majorité des gens sont, plus que jamais, parfaitement insouciants aujourd’hui par rapport à cette menace imminente, qui met pourtant en jeu le salut éternel de leur âme ou sa perdition.

    Les signes avant-coureurs annoncés dans l’Apocalypse au chapitre 12, soit d’une part le phénomène rarissime de la « gestation » de Jupiter, avec son va-et-vient de 9 mois à l’intérieur du quadrilatère d’étoiles constituant le ventre de la constellation de la Vierge, et d’autre part, la concentration atypique, également très rare, de toutes les planètes (visibles à l’œil nu) sur l’écliptique autour de cette même constellation, signalée également par les prophéties eschatologiques amérindiennes des Hopis et des Mayas, se sont donc bel et bien produits au cours de l’automne 2017 et conclus, en décembre 2017, avec la sortie de la planète Jupiter de la constellation de la Vierge et son entrée dans la constellation de la Balance (elle-même surplombée par la constellation de la Tête du Serpent !), qu’elle va traverser au cours de l’année 2018.

    Bergoglio-Petrus Romanus, dernier « pape » annoncé avant la fin des Temps selon la prophétie de Saint Malachie datant du 12ème siècle, est sur le trône actuellement et sur le point de soumettre l’Eglise à un processus de modernisation qui met l’Homme en son centre au détriment de Dieu qui a été petit à petit poussé vers la sortie.

    N’oublions pas la fin du calendrier maya, qui prédisait, depuis plus de 5000 ans, la fin cataclysmique d’un monde et son renouvellement pour fin 2012 et nous a peut-être conduit, Louis et moi, à prévoir un peu trop tôt une fin des Temps que l’on pressentait imminente, alors que certains privilégiaient déjà à l’époque l’échéance 2017 à cause des 100 ans des apparitions de Fatima en 1917. Sauf que les archéologues américains qui sont à l’origine de ce calcul de 2012 n’ont pas été au fond des choses et péché par simplisme. En repotassant encore une fois cette problématique ardue, je suis parvenu finalement à une date vers fin décembre 2017 qui semble parfaitement cohérente avec ce que nous sommes parvenus à conclure à partir de l’eschatologie chrétienne, particulièrement biblique et mariale. J’y reviendrai dans un commentaire explicatif mathématiquement fondé que je publierai en réponse à ce commentaire dans les jours à venir.

    Dès lors, les signes annoncés se sont produits, les branches du figuier sont plus que molles et les conditions actuelles sont parfaitement conformes à celles décrites dans la Bible comme celles précédent l’équivalent-Déluge, des gens vautrés dans le péché et insouciants, préoccupés par les plaisirs de la chair et se détournant de Dieu… Certes, il est plus que temps d’embarquer dans l’Arche, spirituellement.
    Ou comme Jésus nous y enjoint lui-même, de nous réfugier physiquement (et spirituellement) « dans les montagnes de Judée », c’est-à-dire loin des côtes et en altitude, au cas où…

    Amicalement,
    Michelange.

    4

  25. Corinne

    CAP FATIMA :

    Les sacrifices demandés par le Ciel (suite)
    Lettre de liaison n° 65 (17 décembre 2017)

    Chers amis,

    Dans la précédente lettre de liaison, nous avons vu trois points :

    il y a des pénitences volontaires (que l’on s’impose) et des souffrances subies,
    les unes et les autres peuvent être offertes soit en réparation de nos péchés, soit pour la conversion des pécheurs,
    le Ciel a surtout demandé d’offrir les souffrances subies pour la conversion des pécheurs.

    Certes, nous ne devons pas négliger les pénitences volontaires. Mais nombreux sont ceux qui n’ont pas assez de courage ou de volonté pour s’en imposer. En revanche, nous ne pouvons éviter les souffrances involontaires, inévitables en ce monde. Or ces dernières sont plus méritoires si nous les acceptons et les offrons, car elles ne sont pas de notre choix. Pour beaucoup, la vie sur la terre n’est qu’un long combat et un douloureux martyre. Nous ne devons pas nous en plaindre, car tous les sacrifices que la vie nous demande quotidiennement peuvent être des moyens de salut, autant pour nous que pour notre prochain, en particulier pour les pécheurs. Et c’est précisément ceux que Notre-Seigneur et l’Ange sont venus demander pour notre temps en affirmant qu’en les offrant, nous sauverions des pécheurs :

    – En 1916, l’Ange recommanda aux petits pastoureaux de faire un sacrifice de « tout ce qu’ils pourraient ». Puis il leur demanda d’accepter « toutes les souffrances que Notre-Seigneur leur enverrait ».
    – Notre-Seigneur fit savoir à sœur Lucie qu’Il nous demandait surtout de mener « une vie de justice dans l’observance de sa loi et l’accomplissement de son propre devoir d’état ».

    Et toute sa vie, sœur Lucie répéta ce que le Ciel lui avait confié. Ainsi, elle précisa que les sacrifices demandés étaient les efforts « que chacun doit s’imposer pour accomplir ses propres devoirs religieux et matériels » ou encore « l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien ».

    Toutes ces expressions sont parfaitement claires. Il est possible d’y distinguer trois types de sacrifices : vivre en respectant la loi divine, accomplir son devoir d’état de façon honnête et juste, et accepter les souffrances que la Providence nous envoie. Pourtant, nombreux sont ceux qui se demandent comment faire des sacrifices. Il semble donc utile de donner quelques exemples.

    Concernant la loi divine, il s’agit de respecter les commandements de Dieu et de l’Église. Donnons juste un exemple. À notre époque, les préceptes les plus bafoués sont ceux qui concernent la loi morale. De nos jours, les fautes contre la pureté et la chasteté sont nombreuses, aussi bien de la part des célibataires que des personnes mariées, que ce soit dans les tenues vestimentaires, les comportements, les fraudes dans l’usage du mariage, etc. Que de souffrances pour Notre-Seigneur et Notre-Dame !

    Sur ce point, la Sainte Vierge donna quelques indications aux petits voyants, en particulier à Jacinthe. Un soir, à Aljustrel, cette dernière confia à sa mère : « Maman, (…) Notre-Dame a dit que le péché de la chair est celui qui conduit le plus d’âmes en enfer ». Dans son troisième mémoire, sœur Lucie confirma cette confidence de Jacinthe :

    Quelquefois, on m’a demandé si Notre-Dame, à l’une des apparitions, nous avait fait savoir quelle sorte de péchés offensait Dieu davantage. À ce qu’on dit, Jacinthe, à Lisbonne, aurait nommé le péché de la chair. Comme c’était l’une des questions qu’elle me posait aussi parfois, elle a dû, sans doute, la soumettre à Notre-Dame, à Lisbonne, et c’est alors que Notre-Dame le lui aurait fait savoir.

    Jacinthe disait cela peu avant sa mort, en 1921. Que dirait-elle aujourd’hui ? Or, ce péché de la chair offense particulièrement Notre-Seigneur. Dans une de ses extases, sainte Catherine de Sienne reçut de Dieu Lui-même la révélation suivante à propos des péchés contre la chair :

    Si grande est la misère de ces pécheurs, que non seulement Moi, qui suis la pureté même, je ne les puis souffrir, mais que les démons eux-mêmes dont ils se sont faits les amis et les serviteurs, ne peuvent voir commettre tant d’obscénités. Aucun péché n’est plus abominable que celui-là et n’éteint davantage la lumière de l’intelligence. Les philosophes eux-mêmes, – non par la lumière de la grâce qu’ils n’avaient pas, mais par celle que la nature leur donnait, – ont connu que ce péché dégradant obscurcissait l’intelligence ; aussi gardaient-ils la chasteté et la continence pour mieux étudier. (Le dialogue, 2e partie, chap. II, 2e réponse – Édition Téqui, 1976, p. 109)

    Sœur Lucie écrivit un jour à l’évêque de Gurza :

    Comme vous le savez, à la Cova da Iria, Notre-Dame s’est plainte des nombreux péchés par lesquels Dieu est très offensé, et plus d’une fois Elle a demandé prière et pénitence en réparation. Elle a réclamé qu’on fasse pénitence et Elle a annoncé plusieurs châtiments qui viendront si les hommes ne changent pas de vie. Toutefois, Elle n’a pas parlé d’une espèce particulière de péché. Mais comment douter que le péché d’impureté ne soit l’un des principaux qui amena Notre-Dame à s’adresser à nous avec une telle amertume, lors de sa dernière apparition ? (…)
    Ces âmes qui se perdent éternellement sont, sans doute, pour la majeure partie, les victimes de cette lèpre vénéneuse qui infecte actuellement une grande partie de l’humanité. N’est-il pas vrai aussi que, déjà dans l’Ancien Testament, ce fut ce péché qui provoqua plusieurs fois le châtiment du Seigneur ?

    Nous devons donc faire tous nos efforts pour avoir une conduite pure et chaste afin de ne jamais offenser Notre-Seigneur par ce péché qui le blesse tant. Rester pur et chaste, voilà un effort très méritoire par les temps actuels. En offrant les sacrifices qu’une telle conduite demande (comme par exemple de refuser d’aller voir un spectacle ou un film dans lequel on sait qu’il y a des scènes qui offensent la pureté), nous pouvons sauver des pécheurs. Demandons cette grâce à Notre-Dame, en particulier lorsque nous méditons le quatrième mystère joyeux, dont le fruit est la conformité à la loi divine.

    L’autre effort demandé par Notre-Seigneur est l’accomplissement paisible de notre devoir d’état. Dans ce domaine, les occasions d’offrir des efforts ou sacrifices sont nombreuses. Prenons un seul exemple. Sur la route, conduisons-nous toujours avec prudence ? Combien ont eu des accidents pour avoir conduit trop vite ! Ou encore, ne nous agaçons-nous pas pour un oui ou pour un non dès que nous sommes au volant ? Pourquoi ? Si celui qui est devant nous roule trop lentement et risque de nous mettre en retard, plutôt que de tenter une manœuvre dangereuse, offrons l’effort que cela nous demande pour rester patient. De même, dans les embouteillages, profitons du temps que nous perdons pour offrir ce sacrifice et, pourquoi pas, pour faire un peu d’oraison. Nous nous plaignons de ne jamais trouver, ne serait-ce que dix minutes, pour parler simplement, en cœur à cœur, avec Dieu. Eh bien, profitons de tous ces instants où nous devons attendre (un bouchon, un feu rouge, …) pour immédiatement tourner notre esprit vers Dieu et nous entretenir avec Lui.

    Ce n’est qu’un exemple, bien sûr, car, au quotidien, sur la route ou ailleurs, les occasions d’offrir des sacrifices dans l’accomplissement de notre devoir d’état sont nombreuses, pour ne pas dire innombrables.

    Le troisième effort, celui demandé par l’Ange, est plus général : il concerne toutes les souffrances que, dit l’Ange, Notre-Seigneur nous envoie : la solitude, la maladie, la pauvreté, une infirmité, la faim, la perte d’un être cher, … Toutes ces souffrances que nous rencontrons dans notre vie et que nous ne pouvons éviter, Notre-Seigneur nous demande de les accepter, d’y voir un moyen de s’unir à sa Passion et surtout de les offrir pour la conversion de pécheurs. Certes, cette offrande, même faite de tout notre cœur, ne supprimera pas la douleur que nous éprouvons. Mais elle donnera une valeur immense à cette souffrance : nous pouvons ainsi nous associer aux souffrances supportées par Notre-Seigneur pour racheter le monde et obtenir des grâces pour les pécheurs.

    Voilà donc les sacrifices que demande Notre-Seigneur aujourd’hui. Dans tout cela, il n’y a apparemment rien d’extraordinaire ni de très difficile : c’est à la portée de tout le monde. Pourtant, l’acceptation joyeuse de tous ces sacrifices et leur offrande pour la conversion des pécheurs demandent une grande volonté, une volonté plus grande que de se priver de nourriture par exemple. Mais c’est ce que nous demande le Ciel. Si nous obéissons, nous en retirerons un grand bienfait. Si nous évitons par amour pour Notre-Seigneur tout agacement, accès de colère, saute d’humeur, etc., notre vie ainsi que celle des autres seront transformées. Et que de grâces nous obtiendrons pour les pécheurs ! Aussi, demandons à Notre-Dame de nous accorder la grâce d’avoir le courage d’offrir toutes les souffrances que nous rencontrons dans la vie quotidienne. Et récitons à chaque fois la prière qu’elle nous a elle-même apprise pour cela : « Ô mon Jésus, c’est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, en réparation des outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie et pour le Saint-Père ». Et si n’y pensons pas dans la journée, disons-la au moins dans nos prières du matin et du soir.

    En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
    Yves de Lassus

  26. Yannick L.

    Un professeur de philosophie athée s’arrête durant un cours et demande a l’un de ses nouveaux étudiants de se lever :
    « Tu es Chrétien, n »est-ce pas, fiston ? »
    « Oui, Monsieur, » répond l’étudiant
    « Tu crois en Dieu, dans ce cas ? »
    « Absolument.  »
    « Dieu est-il bon ? »
    « Bien sûr que Dieu est bon. »
    « Dieu est-il tout puissant ? Est-il capable de tout faire ? »
    « Oui. »
    « Es-tu gentil ou méchant ? »
    « La Bible dit que je suis méchant. »
    Le professeur a un sourire aux lèvres. « Haha, la Bible ! » Il réfléchit un instant. « En voilà une pour toi. Imaginons qu »il y a une personne malade dans cette pièce et que tu peux la soigner. Tu peux le faire. Vas-tu l’aider ? Vas-tu essayer ? »
    « Oui, monsieur, je vais essayer
    « Tu es donc gentil…! »
    « Je ne dirais pas ça. »
    « Et pourquoi pas ? Tu aiderais une personne malade et handicapée si tu le pouvais. La plupart d’entre nous le feraient s’ils le pouvaient. Mais ce n »est pas le cas de Dieu. »
    l’étudiant ne répond pas, le professeur continue alors sur sa lancée. « Il ne le ferait pas, n »est-ce pas ? Ma mère était Chrétienne et est décédée d’un cancer, alors que nous avons prié Jésus pour qu »il la soigne. Comment peut-on dire que Jésus est bon dans ce cas ? Peux-tu répondre à cette question ? »
    l’étudiant ne répond toujours pas. « Non, tu ne peux pas, hein ? » dit le professeur. Il boit une gorgée d’eau dans un verre posé sur son bureau et donne à l’étudiant un peu de temps pour se relaxer.
    « Recommençons depuis le début, jeune homme. Dieu est-il bon ? »
    « Hum… oui, » répond l’étudiant.
    « Satan est-il bon ? »
    l’étudiant n »hésite pas cette fois-ci. « Non. »
    « d’où vient Satan, dans ce cas ? »
    l’étudiant fléchit. « De Dieu »
    « c’est exact. Dieu a créé Satan, n »est-ce pas ? Alors dis-moi, fiston, Y a-t-il du mal dans ce monde ? 
    « Oui, monsieur… »
    « Le mal est partout autour de nous, n »est-ce pas ? Et Dieu a tout créé, nous sommes d’accords ? »
    « Oui. »
    « Alors qui a bien pu créer le mal ? » continue le professeur, « Si Dieu a tout créé, alors Dieu a créé le mal, puisque le mal existe, et compte tenu du fait que nos actes définissent qui nous sommes, alors Dieu est le mal. »
    Là encore, l’étudiant ne répond pas. « Y a-t-il des maladies ? De l’immoralité ? De la haine ? De la laideur ? Toutes ces choses terribles, existent-elles dans ce monde ? »
    l’étudiant répond, contrarié. « Oui. »
    « Alors qui les as créées, ces choses ? »
    l’étudiant ne répond toujours pas, le professeur répète donc sa question. « Qui les as créées ? » Toujours pas de réponse. Soudain, le professeur se déplace et se met devant la classe. La classe est hypnotisée. « Dis-moi, » continue-t-il avec un autre étudiant. « Crois-tu en Jésus Christ, fiston ? »
    La voix de l’étudiant le trahit et craque. « Oui, professeur. Je crois en lui. »
    Le vieil homme s’arrête. « La science dit que vous avez cinq sens que vous pouvez utiliser pour identifier et observer le monde qui vous entoure. As-tu déjà vu Jésus ? »
    « Non, monsieur. Je ne l’ai jamais vu. »
    « l’as-tu déjà entendu, dans ce cas ? »
    « Non, monsieur. Jamais… »
    « As-tu déjà ressenti Jésus, goûté Jésus ou senti Jésus ? As-tu déjà eu une perception sensorielle de Jésus Christ, ou de Dieu ? »
    « Non, monsieur. J »ai bien peur que non. »
    « Et pourtant, tu crois toujours en son existence ? »
    « Oui. »
    « Selon les règles du protocole empirique, testable et démontrable, la science affirme que Dieu n »existe pas… Qu »en penses-tu, fiston ? »
    « Rien, » répond l’étudiant… « J »ai simplement foi. »
    « Oui, la foi, » répète le professeur. « c’est bien là le problème qu »a la science avec Dieu. Il n »y a aucune preuve… uniquement la foi. »
    l’étudiant reste silencieux pendant un instant, avant de poser lui-même une question. « Professeur, la chaleur existe-t-elle ? »
    « Oui. »
    « Et le froid existe-t-il, lui aussi ? »
    « Oui, fiston. Le froid existe aussi. »
    « Non monsieur, ce n »est pas vrai. »
    Le professeur regarde alors l’étudiant d’un air évidemment intrigué. La classe devient soudainement très silencieuse. l’étudiant commence à s’expliquer. « Vous pouvez avoir beaucoup de chaleur, encore plus de chaleur, de la super chaleur, de la méga chaleur, une chaleur illimitée; une chaleur blanche, une petite chaleur ou aucune chaleur, mais nous n »avions rien qui porte le nom de « froid’. Nous pouvons aller jusqu »à –273,15 degrés, ce qui n »est pas chaud, mais nous ne pouvons pas dépasser cette limite. Le froid n »existe pas ; car s’il existait, nous pourrions dépasser les –273,15 degrés. Tout corps ou objet est susceptible d’être étudié quand il a ou qu »il transmet de l’énergie, et la chaleur est ce qui permet à un corps ou à une matière de transmettre de l’énergie. Le zéro absolu (-273,15 degrés) est l’absence totale de chaleur. Voyez-vous, monsieur, le « froid’ n »est qu »un mot que nous utilisons pour décrire l’absence de chaleur. Nous ne pouvons pas mesurer le froid. Nous pouvons cependant mesurer la chaleur en unités thermales car la chaleur, c’est de l’énergie. Le froid n »est pas l’opposé de la chaleur, monsieur, mais plutôt son absence. »
    Silence dans la salle. Un stylo tombe quelque part dans la pièce, et donne l’impression d’être une massue.
    « Et l’obscurité, dans ce cas, professeur. l’obscurité existe-t-elle ? »
    « Oui, » répond le professeur sans hésiter… « Qu »est-ce que la nuit si ce n »est de l’obscurité ? »
    « Vous vous trompez à nouveau, monsieur. l’obscurité n »est pas quelque chose ; c’est au contraire l’absence de quelque chose. Vous pouvez avoir une lumière faible, normale, claire, clignotante, mais si vous n »avez pas de lumière en permanence, alors on appelle ça l’obscurité, n »est-ce pas ? c’est en tout cas notre définition de ce mot. En réalité, l’obscurité n »existe pas. Si c’était le cas, vous pourriez rendre l’obscurité encore plus sombre, n »est-ce pas ? »
    Le professeur commence à sourire au nez de l’étudiant en face de lui. Ce semestre devrait être intéressant. « Où veux-tu en venir dans ce cas, jeune homme ? »
    « Eh bien tout d’abord, professeur, votre prémisse philosophique est imparfaite, c’est pourquoi votre conclusion l’est tout autant. »
    Le visage du professeur laisse deviner un effet de surprise. « Imparfaite ? Peux-tu être plus précis ? »
    « Vous travaillez sur la prémisse de la dualité, » explique l’étudiant… « Vous argumentez sur le fait qu »il y a la vie et qu »il y a la mort ; qu »il y a un bon Dieu et un mauvais Dieu. Vous voyez le concept du Dieu comme quelque chose de fini, quelque chose que nous pouvons mesurer. Mais monsieur, la science ne peut même pas expliquer une pensée. Elle utilise de l’électricité et du magnétisme, mais elle n »a pour autant jamais été vue, ni comprise. Voir la mort comme l’opposé de la vie, c’est ignorer le fait que la mort ne peut exister en tant que chose substantielle. La mort n »est pas le contraire de la vie, mais plutôt l’absence de vie. »
    « Alors dîtes-moi, professeur… Enseignez-vous à vos étudiants le fait qu »ils sont l’évolution du singe ? »
    « Si tu parles du processus naturel d’évolution, jeune homme, alors oui, bien sûr. »
    « Avez-vous déjà observé l’évolution de vos propres yeux, monsieur ? »
    Le professeur commence à secouer la tête, tout en souriant toujours, car il comprend où va mener l’argument. Un très bon semestre en perspective, en effet.
    « Puisque personne n »a jamais pu observer le processus de l’évolution sur son lieu de travail et ne peut même pas prouver que ce processus est une activité permanente, vous êtes donc en train d’enseigner votre propre opinion, n »est-ce pas monsieur ? Dans ce cas, cela ne ferait-il pas de vous non pas un scientifique, mais un prêcheur ? »
    Du bruit se fait entendre dans la salle. l’étudiant reste silencieux jusqu »à ce que l’agitation se calme enfin. « Pour revenir sur ce que vous disiez plus tôt à l’autre étudiant, permettez-moi de vous donner un exemple de ce que je veux faire comprendre. » l’étudiant regarde autour de lui. « Y a-t-il quelqu »un dans la classe qui a déjà vu le cerveau du professeur ? » Les élèves de la classe rigolent. « Y a-t-il quelqu »un ici qui a déjà entendu, ressenti, touché ou senti le cerveau du professeur ? On dirait bien que non. Alors si nous nous basons sur les règles établies du protocole empirique, stable et démontrable, la science nous dit que vous n »avez pas de cerveau, avec tout mon respect, monsieur. » « Donc si la science dit que vous n »avez pas de cerveau, comment pouvons-nous croire ce que vous nous enseignez, monsieur ? »
    La salle est maintenant silencieuse. Le professeur fixe l’étudiant avec un visage indéchiffrable. Puis, après ce qui semblait être une éternité, le vieil homme répond. « Je suppose que vous allez devoir avoir recours à votre foi, dans ce cas. »
    « Vous acceptez donc que la foi existe, et qu »au final, la foi existe avec la vie, » poursuit l’étudiant « Dans ce cas, monsieur, le mal existe-t-il ? » À présent moins sûr de lui, le professeur répond, « Bien sûr que oui. Nous le voyons tous les jours. c’est l’un des exemples de l’inhumanité de l’Homme envers l’Homme que nous voyons au quotidien. Il se trouve dans la multitude de crimes et de violences partout dans le monde. Ces manifestations ne sont rien d’autre que le mal. »
    Ce à quoi l’étudiant a répondu, « Le mal n »existe pas, monsieur, ou tout du moins, il n »existe pas en soi. Le mal est simplement l’absence de Dieu. c’est à l’image du chaud et du froid, un mot que l’Homme a créé pour décrire l’absence de Dieu. Dieu n »a pas créé le mal, le mal est le résultat de ce qui se passe quand l’Homme ne ressent pas l’amour de Dieu dans son cœur. c’est comme le froid qui vient quand il n »y a pas de chaleur, ou l’obscurité qui vient lorsqu »il n »y a pas de lumière. »
    Le professeur s’est assis.

    • Sarah

      Yannick L
      Merci pour cet excellent récit. J’en fais un « copier coller » que je vais garder précieusement et que je partagerai.
      Fraternelles pensées.

    • R.L.

      Belle histoire, très séduisante.
      Je la connaissais à ce détail près, que le jeune étudiant s’appelait Albert Einstein!
      Ce qui lui donnait une aura particulière….si ce n’est que ce brave Einstein n’était pas particulièrement catholique! (bel euphémisme, n’est-ce pas: je m’améliore 🙂 )
      Ceci dit, c’est séduisant, mais c’est plein d’erreurs.
      Le professeur devait être très vieux pour être aussi très sénile pour être sans répartie.
      Il me faudrait reprendre point par point tout ce qui est dit: je vous en ferais grâce: ce serait très, très long!
      Juste quelques détails:
      -On sait aujourd’hui que le zéro absolu n’existe pas: ce n’est qu’une théorie qui, pratiquement est impossible à atteindre.
      http://trustmyscience.com/le-zero-absolu-a-ete-declare-mathematiquement-impossible/
      – De même que la chaleur maximum est supposée: 15 millions de degrés au centre du soleil: j’aimerais voir la tête du « technicien » qui l’a mesuré 🙂
      Mais tout ça est véritablement sans importance. Le vrai problème est qu’il est affirmé:
      « « Le mal n existe pas, monsieur, ou tout du moins, il n existe pas en soi. Le mal est simplement l’absence de Dieu »
      Contre-vérité terrible qui, bien amenée est passée à l’as!!!
      Si, bien sûr que si, le mal existe et même il existe terriblement: il porte un nom, c’est Satan, le Malin.
      Le Mal existe tellement que c’est à Dieu Lui-même que nous devons impérativement demander de nous en délivrer dans la septième demande de l’Oraison dominicale: « Sed libera nos a malo » mais délivrez-nous du mal.
      Pour mémoire nous ne pouvons demander à Dieu de nous délivrer du Mal, que si nous avons précédemment demander les six autres demandes dans l’ordre (oui, l’ordre est à respecter)
      Pour en savoir plus, voir le chapitre quarante-sixième du Catéchisme du Concile de Trente.
      C’est moins séduisant que cette belle histoire, mais ça, c’est réel et c’est la Vérité.

  27. Anne-Marie-Renée

    Cher Louis et chers Tous ! Chère Anna, j’ai lu votre commentaire relatif à votre crainte de l’enseignement pratiqué dans l’école proche. Chère Anna ! Gardez vos enfants t ne les mettez pas en internat ( c’est votre décision et elle est juste !) En tant que  » brebis » , je me suis retrouvée pendant plus de trente ans au milieu des mammouths ( voir Claude Allègre , le ministre)de la « réeducazion nazionale » . Le port des signes religieux étant interdit ( croix , médailles), il m’a fallu être plus royaliste( croix sous mes pulls) que le roi ! J’ai fait passer des tas de « signes » l’air de rien à des gamins ( jeunes) déjà déformés par l’enseignement. Je ne vous dis rien sur ces « normaliens » collègues déjà endoctrinés par tout un lavage de cerveaux ! Moi, j’ai eu de la chance, je suis passée par la petite entrée ( celle des auxiliaires et ainsi j’ai évité le lavage du cerveau). A l’école, lorsqu’il y a de la méditation, que votre enfant médite… sur DIEU. Si on met des musiques planantes, qu’il chante dans sa tête un cantique, si le travail sur l’énergie vitale se fait..Qu’il pense à la lumière du Père qui guérit. Qu’il ne se braque pas… qu’il joue le jeu, sans rien dire . Avec internet, on peut retrouver les vieux cantiques d’antan pour qu’il les chante dans sa tête : plus près de Toi, mon Dieu.. J’ai reçu le Dieu vivant.. » Ils sont si beaux et si apaisants ! Courage à vous et utilisez la « ruse » ( comme je vous l’ai fait entendre). On ne peut lutter contre un système diabolique ( j’y ai laissé des plumes en tant que canard boiteux au milieu du lac des cygnes ( surtout que maintenant, ils ont bac plus cent !!! Fraternellement A-M

  28. Yannick L.

    La Mafia judéo-russe : du Goulag à Brooklyn à la domination mondiale
    Alors que le FBI et les principaux médias sont obsédés par la Mafia sicilienne (la Cosa Nostra), une force beaucoup plus puissante et sinistre existe depuis plus de deux décennies: la mafia juive de Russie « Kasher Nostra ». Pourtant, il n’y a même pas un seul bureau au sein du FBI pour s’occuper de leurs crimes, qui éclipsent, et de loin, ceux des gangsters italiens en portée, en violence et en profondeur.
    http://numidia-liberum.blogspot.ch/2017/12/la-mafia-judeo-russe-du-goulag-brooklyn.html?m=1

  29. Yannick L.

    Le Plan Kalergi : Pour un génocide culturel orchestré des peuples occidentaux
    * Dans «le Choc des civilisations», Samuel Huntington annonce la montée en puissance des sociétés islamiques et confucéennes face à un Occident déclinant
    http://www.liberation.fr/tribune/1998/01/06/dans-le-choc-des-civilisations-samuel-huntington-annonce-la-montee-en-puissance-des-societes-islamiq_226990

    Une vision cruelle et orwellienne des générations futures: les thèses du Plan Kalergi constituent la base des politiques d’immigration des gouvernements, lesquelles poussent au génocide des peuples à travers l’immigration de masse.

    Le Plan Kalergi : Pour un génocide culturel orchestré des peuples occidentaux
    http://www.mouvement-quebec.com/blog/conspiration/le-plan-kalergi-pour-un-genocide-culturel-orchestre-des-peuples-occidentaux.html

  30. Sophie

    Voici donc Gary Cohn, le conseiller économique de Trump
    A ce propos; c’est normal cette mise en scène grotesque avec les centurions romains ??

    Pendant « l’illumination » de leur bougies fantaisistes à Washington DC, ce Gary Cohn a déclaré que Trump avait fait la bonne décision en nommant Jérusalem comme capital « d’Israël ».
    http://www.washingtonexaminer.com/gary-cohn-at-national-menorah-lighting-trump-made-the-right-decision-to-name-jerusalem-capital-of-israel/article/2643296

  31. dalencourt

    Les allusions toujours plus claires, de la synagogue de Satan :
    Miss France 2018 : Maëva Coucke, miss Nord-pas de Calais, élue le 16 déc au soir.
    23 ans, rousse.
    La VACHE ROUSSE, dans l’Ancien Testament, est un sacrifice de purification que fait accomplir Moïse aux juifs avant d’entrer dans la Terre Promise.

    • Olivier le Protestant

      Le roux est aussi lié au commencement de la guerre et de la désolation:
      Apocalypse 6.4
      « Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée. »

    • ligeri

      encore une allusion discrète à la traversée du desert des hebreux…. durant son enfance, miss france 2018 est allée à l’école de Louvigné du DESERT en bretagne à proximité de PONTMAIN !

      • Corinne

        Hier , à la fin de la messe à Pontmain , le recteur a annoncé que le 2 janvier 2018 se tiendrait à Pontmain , le 1er pèlerinage sous l’égide d’un cardinal , 4 archevêques et une vingtaine d’évêques , dans l’état des inscriptions à ce jour , pour prier pour la France et la paix .
        Une grande première …

    • Yannick L.

      Maéva Coucke née le 28.06.1994.
      Sœur jumelle Alizée
      Élue miss Nord-Pas-de-Calais le 23.9 2017
      Gagnante de la 88eme édition du concours Miss France
      Dans la ville de chateauROUX (Maire M. aveROUS)
      Invité d’honneur de la soirée le ROUX Ed Sheeran
      3ème couronne en 4 ans pour le Nord-Pas-de-Calais

      • dalencourt

        Voilà ! Merci ! Elue le 23 septembre 2017 soit le fameux jour de l’alignement astronomique de la « Femme dans le ciel ». Signe autant valable pour nous que pour la Synagogue de Satan, qui l’interprète en sens inverse (c’est à dire que c’est « leur » femme, leur victoire annoncée).

        • Jean-Luc

          Et donc élue Miss France le 17 décembre 2017 puisque il était minuit passé, soit le fameux jour du signe dans le ciel du « grand dragon rouge ».
          Gagnante de la 88ème édition soit le nombre symbolisant Marie, il intronise « leur » Marie à eux.

  32. dalencourt

    Et les petits signes du Ciel, toujours aussi sympathiques, et visibles pour ceux qui savent voir.

    Tour du monde en solitaire : François Gabart pulvérise le record
    Nouveau record du tour du monde en solitaire, réalisé par François Gabart, la nuit du 16 au 17 décembre, en 42 jours, 16 heures, 40 minutes et 35 secondes sur le maxi-trimaran Macif.
    Un homme qui s’appelle François a accompli le tour du monde au matin de l’anniversaire d’un autre François (le pape) dans la même durée que celle de la bête : 42 jours, légèrement dépassés.
    Cela veut dire que la durée accordée à la bête (le tour à 360°) est terminée, cela lui est signifié au matin de son 81è anniversaire, et que les 42 « et quelques » sont désormais accomplis.

    • Jean-Luc

      Bonjour Louis et bonjour à tous,
      Avec le recul, je pense que le point de départ des 42 derniers mois de la bête de la mer était le 08 Juin 2014 avec la réunion des 3 bêtes au Vatican.
      Nous avons donc atteint les 42 mois le 08 Décembre 2017 (jour de l’Immaculée Conception) et nous sommes rentrés dans le 43ème mois, les fameux 42 « et quelques » qui devraient se terminer au plus tard le 08 Janvier 2018 (les 1290 jours de Daniel) et si on se réfère au petit signe du Ciel avec les 16 heures assimilables à 16 jours, on arrive au 24 Décembre 2017, soit la veille de Noël. Pourquoi pas!!
      En union de prières avec vous tous.

    • Richard

      J’avais un jour lu dans une prophétie qu’il fallait faire attention au nombre 42, car un peu après viendra celui qui imposera sa volonté, qui vous ploiera comme un roseau et vous ceindra les reins sans pitiés.

    • alain

      Vous avez raison Louis, le diable est sur sa fin ,

      nous avons touché le fond en matière de folie humaine avec les liens ci dessous,

      notamment comment ce Pape hérétique est passé au travers d’un orage qui l’a porté au Vatican

      Que DIEU nous vienne en aide

    • Yannick L.

      François Gabart né le 23 mars 1983 à Saint-Michel-d’Entraygues en Charente.

      Église de Saint-Michel:
      De forme octogonale à plan centré – unique en Angoumois et rare en France – elle est entourée de 8 absidioles ouvrant sur la rotonde et surmontée d’une coupole de 13 mètres de diamètre à huit pans, coiffée d’un lanternon. Elle est richement sculptée. A l’extérieur, outre le décor de ses arcades, des modillons ornent la corniche des absidioles. A l’intérieur, dans l’absidiole orientale, une série de colonnettes entoure la fenêtre. Elles sont surmontées d’un bandeau sculpté composé d’un ruban plissé et d’un décor rare de rosaces et de fleurs. Les chapiteaux sont ornés d’oiseaux, de pommes de pin et de ce qui semble être des cactus. L’œuvre la plus spectaculaire est le tympan de l’église car il est très peu commun dans l’architecture romane. Il représente l’archange Saint-Michel terrassant le dragon entouré d’une inscription en latin dont la traduction est : ” il y eut un combat dans le ciel , Michel combattit le dragon “. L’archange est ici invoqué comme le protecteur des voyageurs et des pèlerins contre les dangers de la route.
      L’église de Saint Michel bâtit en 1137 par les moines de l’abbaye de la Couronne, est l’œuvre de l’abbé LAMBERT fondateur également de l’abbaye Notre-Dame de La Couronne. Cette église-refuge accueillait les pèlerins sur la route de Compostelle. Au XIVe siècle, les guerres anglaises affaiblissent économiquement le monastère qui se voit contraint de céder l’église à l’évêché d’Angoulême. Elle devient ainsi une église paroissiale. Au XVIe siècle, la partie supérieure s’étant effondrée, l’édifice fut recouvert un siècle après d’une charpente aux frais d’une dame du Bareau de Girac. De 1806 jusque vers 1846, suite aux remaniements ecclésiastiques, l’église et son presbytère sont annexés à la paroisse Saint Ausonne. Depuis cette année et jusqu’à maintenant, elle est une paroisse indépendante. En 1841, le bâtiment fut classé monument historique de part son originalité architecturale.
      https://www.stmichel-entraygues.fr/histoire-et-patrimoine/

  33. Jean-Luc

    Hier, dimanche 17 décembre, panne géante dans le 1er aéroport au monde à Atlanta aux Etats-Unis.
    L’aéroport d’Atlanta, le plus fréquenté au monde, a subi dimanche une gigantesque panne d’électricité. L’incident a entraîné des centaines de retards ou d’annulations de vols.
    Il semble bien que le châtiment va venir du « feu du ciel ».
    https://www.msn.com/fr-ch/actualite/monde/panne-g%C3%A9ante-dans-le-1er-a%C3%A9roport-au-monde/ar-BBGVZK3?li=BBqiVh2&ocid=mailsignout

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s