La punition

st-michel

La phase finale de la bataille de l’Armageddon a commencé. Cette bataille est en deux phases.
La première a commencé avec l’offensive de l’Armée islamique en Irak le 6 juin 2014, jour du 666, à l’endroit même du jardin d’Eden. Tout un symbole.
Cette guerre finale fut confirmée deux jours après par les trois esprits mauvais de la 6ème coupe réunis au Vatican le 8 juin pour une prière pour la paix. Dans le langage occultiste des francs-maçons, prier pour la paix veut dire en réalité souhaiter la guerre.

La seconde et dernière phase a débuté le 7 janvier 2015.
C’est une réflexion de Gaston Desmedt qui m’a mis sur la piste.
Celui-ci cite Daniel 12- 1 : « En ce temps-là se lèvera Michaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple. Ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a pas eu depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. »
Et de conclure :
« Michaël est donc le nom de guerre porté par Jésus, quand il combat l’Adversaire de Dieu, étant à la tête des armées célestes des anges fidèles à Dieu. C’est lui « le grand chef » des armées célestes. »
C’est vrai, mais le Christ n’est pas l’archange saint Michel, qui reste le chef de ses armées.
On peut néanmoins considérer  que le  Christ a pris la tête des armées célestes pour le combat final.
Quand ? Le jour de la fête de l’Epiphanie, le 6 janvier 2015.
Epiphanie veut dire Dieu s’est manifesté, du grec épiphaneia. La fête de l’Epiphanie, qui suit celle de l’Incarnation avec la venue des rois mages est le symbole de la révélation de la naissance du Christ aux nations païennes.

La fête de saint Michel est le 29 septembre. Une date extrêmement importante, pour l’adversaire comme pour nous. Les deux calculent à partir du 29 septembre.
Le 29 septembre est le 272ème jour de l’année ; 2×72 = 144 ; 144(000) est le nombre des justes dans l’Apocalypse (12×12000).
Or le 7 janvier est à 100 jours du 29 septembre.
Un peu comme les 100 jours du premier Antéchrist, Napoléon Bonaparte.
Maintenant c’est fini, place à la justice divine.

 

Je dois expliquer à ce stade quelque chose qui n’est pas évident de prime abord.
Pour châtier les hommes, le Seigneur utilise les éléments naturels -climatiques (séismes) ou physiologiques (épidémies)- ou d’autres hommes.
C’est une constante de l’Ancien Testament, où Dieu est très clair avec son peuple : tant que celui-ci lui est fidèle, il lui promet la prospérité, l’abondance et la victoire sur ses ennemis.
Mais dès que le peuple élu se montre infidèle et s’éloigne de son Dieu -voire le renie-, c’est une avalanche de châtiments, la famine par exemple, mais aussi et surtout les nations alentours : Philistins, Assyriens, Egyptiens…

Or ces nations païennes, cruelles et vaniteuses, font partie du plan divin.
Pour que David se révèle, il faut Goliath le Philistin.
Pour que Moïse sauve son peuple, il faut l’esclavage en Egypte.
Il fut un temps où les nations chrétiennes en avaient bien conscience : on appelait Attila le fléau de Dieu.

Les théologiens catholiques l’ont parfaitement expliqué ; par exemple le cardinal Pie dans son homélie du 08/11/1859 rappelait que « c’est un ordre accoutumé de la Providence que, pour punir les peuples pervers, Dieu se sert d’autres peuples encore plus pervers ; et cette mission, l’islamisme en était investit depuis longtemps. »

Par conséquent, le démon est autorisé par Dieu à mener un certain nombre de guerres et d’exactions afin de faire comprendre au peuple élu qu’il subit une punition, forcément méritée. Ou alors, il s’agit d’une épreuve dont on comprendra plus tard le sens.
Il agit en quelque sorte sous mandat divin.

Je sais qu’il est difficile de faire comprendre cela, mais nous devons prendre en compte les agissements du malin comme des avertissements, et comme des étapes du plan divin.

Cela veut dire également que derrière une mauvaise action, il y a aussi un message du Ciel.
C’est à dire qu’il y a souvent un double sens derrière un événement.

Je m’explique : la fusillade à Charlie Hebdo qui a fait 12 morts semble être, au premier abord, un règlement de compte entre démons : des êtres sataniques ont assassinés d’autres sataniques.

Oui mais c’est aussi un châtiment divin car, comme symboles, Dieu a choisi un emblème (le journal) et des personnages (les principaux acteurs dudit journal) qui étaient ouvertement blasphémateurs et sacrilèges.
Il signifie par là qu’on ne peut pas indéfiniment défier Dieu l’insulter à satiété.
Après la miséricorde, la justice.

Il y a donc un double sens très important derrière cet événement, qui est révélateur de la grande bataille invisible -mais bien présente- de l’Armageddon qui se déroule en ce moment même.

1) Le démon rappelle à lui quelques-uns de ses sectateurs les plus chers. Bien.
Il va s’en servir pour générer une grand-messe satanique destinée à augmenter à son maximum la puissance du mal, et à activer un maximum de démons.

2) Mais le Seigneur de son côté signifie aux pervers et aux blasphémateurs que l’impunité c’est fini.

Je rappelle que les éditeurs de presse et les journalistes ont une importante responsabilité sociale. Par leurs écrits, ils influencent des milliers -voire des millions- de gens.

Depuis 45 ans, Charlie Hebdo s’était fait une spécialité de la propagande socialiste et mondialiste dans ce qu’elle a de plus puant, et surtout d’étaler leur haine de Dieu, des religions et de toute ce qui en constitue le pilier : la famille, les mœurs, les mentalités… tout y passait.

On peut être athée sans être haineux ou insultant. Non seulement ces hommes promouvaient la perversité sous toutes ses formes, non seulement ils distillaient chaque semaine leur poison et leurs mensonges mais ils caricaturaient et insultaient à loisir Dieu, les saints, la religion et ses représentants. Principalement les religions catholiques et musulmanes, avec une prédilection, bien sûr, pour la catholique.

charlie_blasphemeInsulter Dieu, le blasphémer de la façon la plus ignoble, publier des dessins sacrilèges ce n’est pas de la liberté d’expression, c’est de la haine. Une haine multipliée par les milliers d’exemplaires de ce torchon.

Le hors-série de novembre-décembre 2014 consacré à la « véritable histoire du petit Jésus » et sa couverture particulièrement obscène et blasphématoire (sans parler du sujet, qui tient à la fois du mensonge et de la manipulation), ont constitué leur dernière signature, en quelque sorte leur arrêt de mort. Leur dernière insanité. On récolte toujours ce que l’on a semé.

 

Il faut bien comprendre une chose. Le bon sens doit primer sur les émotions.
Il faut appeler un chat un chat.
Des personnages pareils sont des damnés, leur destination est l’enfer.
Invoquer la miséricorde de Dieu n’est valable qu’en cas de repentir sincère. Or à un tel degré de haine et d’enfermement dans la perversité, il n’y a plus de rémission possible.

Le Ciel est venu le signifier et le rappeler à tous : il nous donne toujours la possibilité de prendre conscience de nos fautes, de les regretter et de nous racheter. Cette possibilité est offerte plusieurs fois, et même de nombreuses fois, à chaque être humain.
Mais si on refuse et si on s’enferme dans la méchanceté, et que celle-ci se traduit en haine de Dieu, haine que vous communiquez et manifestez ouvertement, alors c’est la mort violente qui vous attend, sans rémission possible.

C’est un message clair pour les suivants, qui mérite d’être médité : attention, les portes de l’enfer vont s’ouvrir très vite.
Ce qui attend l’humanité, ce sont des châtiments violents avec la mort au bout, immédiate et sans rémission. Que les méchants et les pervers tremblent car les événements prophétisés vont s’accomplir et si vous n’êtes pas préparé, c’est la damnation éternelle directe.

Lorsque la justice de Dieu s’enclenche, il ne sert à rien de dire « Seigneur, Seigneur » ou de geindre « si j’avais su » et encore moins de penser qu’on a encore du temps devant soi pour se repentir.
Je le répète : ces morts violentes de satanistes patentés sont des avertissements sans frais : cela va continuer en crescendo, de plus en plus vite et avec de plus en plus d’ampleur.

 

Le grand raout satanique

Satan peut donc s’en donner à cœur joie car c’est le moment de rassembler tous les démons en vue de la bataille finale.

Tous ces gens qui déposent des lumignons devant l’antre de satan et qui répètent à satiété « on a attaqué la liberté d’expression » disent en réalité « nous voulons continuer à faire le mal » ; si pour eux insulter Dieu et le blasphémer est de la liberté d’expression, alors on sait dans quel camp ils se trouvent.

Ils devraient méditer les paroles d’Isaïe (5, 20-25) :
« Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres, qui font ce qui est doux amer, et ce qui est amer doux!
Malheur à ceux qui sont sages à leurs propres yeux, et intelligents à leur propre sens!
Malheur à ceux qui sont des héros pour boire le vin, et des vaillants pour mêler les liqueurs fortes!
A ceux qui justifient le méchant pour un présent, et qui privent les justes de leur droit!
C’est pourquoi, comme la langue du feu dévore le chaume, et comme l’herbe sèche s’abîme dans la flamme, leur racine sera semblable à la pourriture, et leur fleur sera emportée comme la poussière; car ils ont rejeté la loi de Yahweh des armées, et méprisé la parole du Saint d’Israël.
C’est pourquoi la colère de Yahweh s’est embrasée contre son peuple; Il a étendu la main contre lui, et il l’a frappé; les montagnes sont ébranlées; leurs cadavres gisent au milieu des chemins, comme de l’ordure. Avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée, et sa main reste étendue. »

 

Pour réveiller et activer les derniers démons, satan a donné un mort d’ordre :
JE SUIS CHARLIE

Il s’agit d’une incantation démoniaque, d’un pacte avec satan pour augmenter la puissance des forces du mal. C’est pourquoi elle a fait le tour du monde, avec le succès que l’on sait.

Je suis Charlie veut dire « Je suis celui qui règne sur la terre » (sens du prénom Charles), or c’est bien le cas pour satan. Tous ceux qui répètent ou affichent cette phrase appellent de leurs vœux le règne de satan, même inconsciemment.
Je suis Charlie veut dire aussi « je suis Israël » ce sont les mêmes lettres en hébreu. Vous pouvez vérifier sur le net. Cet Israël est celui de la synagogue de satan.
Enfin Charlie est aussi l’héroïne d’un roman de Stephen King, une petite fille de 8 ans qui possède un pouvoir de pyrokinésie, c’est à dire de destruction par le feu. Le prononcer est donc aussi un appel à la destruction.

Il ne faut surtout pas prononcer cette phrase, encore moins la relayer, mais s’en écarter comme de la peste.
Il ne faut pas s’associer à toutes les manifestations d’hommage à ces satanistes : Babylone rend hommage à ses héros, qu’elle en profite car elle va finir de la même façon.

Néanmoins, comme je le disais en début d’article, ces mots ont probablement un double sens puisque cet événement est aussi un avertissement du Seigneur.
Je suis Charlie signifie aussi Jésus est Charlie c’est à dire Jésus est le roi (du Ciel et de la terre), autrement dit il prophétise la proximité du retour du Roi des Rois.
Attention, il ne faut pas les prononcer pour autant, pour les raisons exposées plus haut.

Le retour du Christ est proche ce qui signifie que la grande purification est proche elle aussi.
La destruction par le feu.
Les justes n’ont rien à craindre, qu’ils prient pour la conversion des pécheurs et effectuent des sacrifices à leur place comme l’a demandé la Sainte Vierge à Fatima.

Nous plaçons notre espoir dans le Christ, notre Sauveur, ce Christ qui a revêtu ce 6 janvier ses armures de guerre afin de combattre pour la justice :

Christus vincit
Christus regnat
Christus imperat !

Le Christ vaincra
Le Christ règnera
Le Christ commandera !

 

Publicités

1 081 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s