Sommes-nous après le déluge ?

noe-colombe

La semaine dernière, je faisais un parallèle entre le Jardin d’Eden et l’Apocalypse, expliquant qu’à la fin des temps, nous vivons la bible à l’envers.

Il est tout de même significatif que la dernière guerre se passe actuellement dans le nord de l’Irak et de la Syrie, c’est à dire très exactement là où se trouvait le jardin d’Eden décrit par la bible. Cette armée venue de nulle part, qui a surgit aux alentours du 6 juin, c’est à dire au moment du "666" a commencé par envahir le district de Ninive (livre de Jonas), puis détruit la tombe du prophète Daniel (livre de Daniel, cité par Jésus lui-même pour son second avènement) pour enfin se proclamer en califat le 29 juin.

29 juin, jour de la fête de saint Pierre et saint Paul, mais aussi lendemain du centenaire de l’assassinat de l’archiduc d’Autriche, qui sera le déclencheur de la première guerre mondiale.

Souvenez-vous… j’avais fait un parallèle entre le "Confiteor" et les dates importantes de la première guerre mondiale, car si les 100 ans de Satan ont bien débuté à ce moment-là, ils ne peuvent finir qu’en 2014. Or il y a bien 3 mois et demi (équivalent en raccourci de la durée de la bête) entre le 29 juin et le 13 octobre, c’est à dire entre les deux dates-clés de cette année-là, qui sont aussi les deux dates les plus éloignées. Les premiers seront les derniers.
L’EIIL, en proclamant son califat le 29 juin, est venu confirmer le début de la fin.

Et le Christ lui-même a confirmé que la période ultime a bien démarré le 28 juin 1914, puisqu’il déclarait le lendemain (donc le 29 juin !) à Berthe Petit :
"A partir de ce moment commence la marche ascendante des événements avant-coureurs qui vont nous conduire à la grande manifestation de ma justice."

Et Il précisait le 6 août, toujours en 1914 et toujours à Berthe Petit, donc au moment du déclenchement de la guerre : "Les pires calamités que j’avais prédites sont déchaînées. Aussi est-il temps et je veux que les peuples se tournent vers le Cœur Douloureux et Immaculé de ma Mère."
Le Cœur Immaculé de Marie : Fatima était déjà annoncé par Jésus en 1914.

 

Le lien entre la fin des temps et les apparitions mariales

Fatima, justement.
Pourquoi la Sainte Vierge répète-elle régulièrement "je viendrai le 13 du mois prochain", pourquoi insiste-telle sur ce point, allant jusqu’à préciser "Je viendrai 6 fois et une 7ème fois". Effectivement elle est bien venue 7 fois, sauf que le 13 août les enfants étaient en prison. Mais la Sainte Vierge est bien venue quand même, les témoins présents l’attestent. Finalement elle est apparue aux enfants le 19 août. Donc il y a bien 7 venues dont deux au mois d’août.

Si le Ciel insiste sur le nombre d’apparitions et sur leurs dates, il y a une raison.
Alors j’ai fait un calcul simple : 6×13 = 78, + 19 (7ème apparition) = 97.
De plus, le 19 est le jour de l’apparition (unique) à la Salette, le 19 septembre 1846.

Eh bien la Sainte Vierge nous a donné la combinaison d’une date : 97 ans après 1917 c’est 2014, l’année de réalisation de la Salette. Car en ajoutant le 19, Marie réunit Fatima et la Salette.

Autre observation toute simple, à propos des apparitions mariales.
A la Salette, Marie est sur une montagne.
A Lourdes, dans une grotte.
A Pellevoisin, dans une chambre.
A Fatima sur un chêne vert.

Ceci concorde avec les propos de Notre-Seigneur en Matthieu 24 : réfugiez-vous dans les grottes, dans les montagnes, sans regarder en arrière et sans aller chercher votre manteau.
Cela veut dire qu’à partir du moment où la période de domination ultime du mal est enclenchée, il faut fermer la porte à Babylone et aux séductions du monde, et surtout à "l’esprit du monde", le plus pernicieux qui ait jamais existé.
Fermer la porte, entrer dans sa grotte, c’est rester fidèle à la foi de nos Pères, c’est entrer en résistance intellectuelle et spirituelle avec le "progrès" du monde moderne, c’est refuser les sirènes du modernisme, qu’il soit religieux, politique, économique ou culturel.
Marie nous donne le même exemple dans ses différentes apparitions en lien avec la fin des temps : dans une grotte, sur une montagne, dans une chambre… on est toujours en mode "résistance".
Sauf à Fatima
. Pourquoi ?
Parce que Fatima, dernière apparition mariale de grande envergure, préfigure le retour au Jardin d’Eden, le fameux arbre de vie.

Et c’est logique, puisque le dernier livre de la Bible, l’Apocalypse, se termine par les chapitres 21 et 22, et les premiers mots du chapitre 21 sont : "Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre."
Exactement le contenu des deux premiers chapitres du premier livre de la bible, la Genèse, où Dieu créée la terre.
La promesse de la fin revient à recréer ce qui existait au début : le Jardin d’Eden.
De l’Alpha à l’Omega. Du commencement à la fin.
Voilà le message de Fatima : la promesse du jardin d’Eden.
Et de même qu’il n’y a pas de serpent dans les chapitres 1 et 2 de la Genèse, il n’y a plus de serpent (le mal) dans les deux derniers chapitres de l’Apocalypse, car entre-temps, la Femme aura écrasé au talon la tête du serpent.

 

L’ultime guerre se déroule là où tout a commencé

Voilà pourquoi Satan mène la dernière bataille de l’Armageddon au Jardin d’Eden, aux confins du Tigre et de l’Euphrate, là où tout a commencé.
Là aussi où tout a recommencé, puisque le mont Ararat est situé dans cette région ; le mont Ararat où, selon la bible, l’arche de Noé s’est posée.

La dernière guerre a-t-elle besoin d’être mondiale ?
Non
, c’est fini les guerres mondiales, il y en a déjà eu trois.

La troisième a été la plus perverse et la plus meurtrière de toutes car elle a été insidieuse, sournoise, cachée.
Depuis 1958 (Jean XXIII), le diable s’est attaqué ouvertement au monde, d’abord en infiltrant l’Eglise catholique, puis en étendant son pouvoir sur le reste du monde et dans tous les domaines : politique, économique, culturel, religieux, scientifique, familial…

Satan a libéré le monde en effaçant progressivement toute trace du christianisme dans les cœurs, les esprits et les mentalités.
Il a libéré le monde comme il a libéré la Normandie en 1944 : à coup de bombes ;
ou comme il a libéré la femme : en la poussant à assassiner son enfant par l’avortement.
Belle libération ma foi, qui mène tout droit à la damnation.

Depuis des décennies, il nous annonce un bouquet final, une apothéose : une prétendue troisième guerre mondiale, une guerre totale puisqu’elle sera militaire, civile, bactériologique et pourquoi pas, nucléaire. Je lis régulièrement des phrases comme "Pourquoi l’homme a-t-il créé l’arme nucléaire si ce n’est pour s’en servir ?"
Certes, mais c’est sans compter sur le Ciel et la Vierge Marie.

Cette 3ème guerre mondiale était probablement programmée, mais elle n’aura pas lieu.
Car à Fatima, ultime apparition on vient de le voir, Marie a proclamé "A la fin mon Cœur Immaculé triomphera" . Exactement ce que disait Jésus en 1914.

Si c’est Marie qui triomphe, alors Satan ne pourra pas faire son ultime guerre.
Mais cette guerre, est-elle vraiment nécessaire ?
NON.

En réalité, même pour Satan ce n’est pas nécessaire, même s’il le souhaite ardemment (quitte à faire le mal, autant le faire jusqu’au bout, c’est autant d’âmes gagnées) et ce pour deux raisons :
1) parce que la dernière guerre doit avoir lieu en Armageddon, c’est à dire au jardin d’Eden, et c’est bien ce qui se passe en ce moment ;
2) parce que sa domination est terminée.
Démonstration.

 

Nous venons de vivre le déluge à l’envers

C’est une phrase du cardinal Newman, prononcée vers 1873, qui m’a mis sur la piste :
"Les perspectives d’avenir pour l’Eglise ? Mes appréhensions datent de plus de cinquante ans. Pendant tout ce temps, j’ai pensé voir venir une époque d’infidélité générale, et de fait durant toutes ces années, comme un déluge, les eaux n’ont pas cessé de monter. Je prévois le moment, après moi, où l’on ne verra plus que le sommet des montagnes, comme des îlots solitaires sur l’étendue des eaux."

Eh bien c’est tout à fait ça. Nous croyons être à la veille d’un second déluge alors qu’en réalité nous venons de le vivre.

Nous avons vu les eaux du mal s’abattre sur la terre et la recouvrir progressivement, domaine par domaine, consciencieusement, méthodiquement, comme une lame de fond que rien ne peut arrêter, et qui noie tout le monde dans son abjecte perversité.
Nul n’est épargné, ni homme, ni bête, ni contrée. Physiquement, intellectuellement, spirituellement, tout est faussé, dévergondé, noyé.
Seuls quelques justes émergent, ici et là dans les montagnes, isolés et eux-mêmes souvent proches de la noyade.

Rappelez-vous les paroles (plus que prophétiques) de la septième et dernière église de l’Apocalypse :
"Tu dis: Je suis riche, j’ai acquis de grands biens, je n’ai besoin de rien; et tu ne sais pas que tu es un malheureux, un misérable, pauvre, aveugle et nu".
Oui, l’homme aujourd’hui, anesthésié par le confort, la vie facile, la technologie, vautré dans son infamie, se croit vivant alors qu’il est mort. Mort spirituellement, noyé dans les eaux de Babylone.

Les justes ne vont pas entrer dans l’arche, ILS VONT EN SORTIR !
Après tant de temps passé dans les grottes, sur les montages, c’est à dire à l’abri dans l’arche, ils vont enfin voir se réaliser la promesse de Dieu : la fin du déluge, les eaux se retirent, et l’homme peut à nouveau fouler à pied sec la nouvelle terre annoncée.
Comme je l’ai dit, nous revivons la bible à l’envers, il était donc logique de revivre aussi le déluge à l’envers.

Alors j’ai relu les chapitres 7 et 8 de la Genèse.
Combien de temps dure le déluge ? 150 jours, qui incluent les 40 jours de pluie.
C’est facile, puisque le texte nous dit que le déluge commence le deuxième mois, le 17ème jour du mois ; il nous dit ensuite qu’il pleut pendant 40 jours et 40 nuits, que les eaux montent progressivement, et que la totalité du cycle dure 150 jours, puisque le septième mois, le 17ème jour du mois, l’arche s’arrête sur le mont Ararat.

150 jours ? Pourquoi pas 150 ans ? Puisque, dans la bible nous savons qu’un jour égale un an.

 

Le déluge du mal prophétisé à la Salette

Je mes suis souvenu alors de la Salette, où Marie donne le point de départ en citant deux dates : 1864 et 1865 :
"En l’année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l’enfer."

1864 – 2014 : 150 ans !

Beaucoup de commentateurs de ce texte ont pensé que Marie anticipait d’un siècle, car effectivement en 1964 et 1965 se clôturait le concile Vatican II, sans compter la révolution économique et sociétale qui s’orchestrait parallèlement (société de consommation, socialisme, émancipation de la femme, dégradation des mœurs…).
Eh bien c’est mieux que ça : les deux dates valent ! 1864 ET 1964 sont prophétisés.
Car la Sainte Vierge désignait bien l’année 1864 comme point de départ, elle ne s’est pas trompée.
Et justement, le 28 septembre 1864 (aujourd’hui) était créée à Londres la première Internationale !

Doit-on rappeler que Karl Marx, en 1846, l’année de la Salette, créait le premier parti communiste en Allemagne ?

Et que vient nous dire Marie à Fatima, liée à la Salette nous l’avons vu, si ce n’est "la Russie répandra ses erreurs" à un mois de la révolution bolchevique, qui verra l’avènement du communisme ?
Ces paroles prennent tout leurs sens avec un siècle de recul.
La Russie en l’occurrence, c’est le socialo-communisme, dûment condamné par l’Eglise catholique pour être intrinsèquement pervers selon les termes de Pie XI.

Les hommes ont la mémoire courte.
De 1917 à 1991, l’URSS a symbolisé dans le monde entier le communisme et en a organisé l’expansion.
Que voulait dire URSS ? "Union des Républiques socialistes soviétiques" : SOCIALISTE !

Comment est le monde aujourd’hui, si ce n’est entièrement gangréné par le socialisme, Occident compris (Occident surtout !), ce dernier n’étant que la vitrine cachée du communisme.

La Salette ne s’est pas trompée, Fatima non plus. Les deux apparitions désignent clairement la pieuvre communiste, qui a bien répandu ses erreurs à travers le monde, détruisant tout sur son passage, jusqu’aux fondements du christianisme puisque le pape actuel utilise un discours typiquement socialiste.

L’apostasie est à son comble, le communisme est ancré dans les esprits et en chassé le Dieu vivant.
Les eaux ont fini de monter, place à la décrue.

 

Conclusion

1864 est bien l’année du début et 2014 celle de la fin, celle où l’arche se pose sur le mont Ararat.

A partir de ce moment-là, doit on continuer à compter en années ou en jours ?
La réponse m’a été donnée par des spécialistes de la fin des temps : en jours.

J’en veux pour preuve un calcul simple à faire.
Entre le jour où l’arche se pose sur mont Ararat et celui où Noé sort de l’arche, il s’écoule 220 jours (l’arche se pose le 7ème mois le 17ème jour, et Noé sort l’année suivante, le second mois, le 27ème jour du mois).
Car il attend que la terre soit complètement sèche.
Si on prend le 13 octobre comme date finale, grâce à Fatima, 220 jours avant mènent au… 8 mars !
Le jour du Boeing 777.
De plus, il est dit dans la bible que les eaux montent jusqu’à 15 coudées. La coudées de Nippur, celle de référence, mesure 51,8 cm. 15×51,8 = 777.
Confirmation. C’est le 8 mars 2014 que l’arche a accosté sur mont Ararat.

Fatima pointe sur le 13 octobre avec le miracle du soleil.
Miracle du soleil qui fera sécher une terre détrempée en quelques minutes alors qu’il pleuvait à torrents ce jour-là et que les gens s’agenouillaient dans la boue.

Le soleil, la pluie, le renouveau par le feu et la sortie de l’arche à pied sec, tout se recoupe singulièrement.
Le miracle du soleil dure 10 minutes, est-ce une préfiguration des 10 derniers jours avant la purification du monde ?

 

Alors que faut-il faire, quelles sont les bonnes décisions à prendre ?

La réponse est donnée par le passage d’Ezéchiel lu aujourd’hui à la messe :
"Si le juste se détourne de sa justice, se pervertit, et meurt dans cet état, c’est à cause de sa perversité qu’il mourra. Mais si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Parce qu’il a ouvert les yeux, parce qu’il s’est détourné de ses fautes, il ne mourra pas, il vivra."

Nous sommes tous des "méchants" en puissance même ceux qui se croient justes. Alors prenez conscience de vos péchés, regrettez-les, repentissez-vous, faites pénitence, priez, cherchez le Royaume de Dieu au lieu de vous maintenir dans Babylone, et vous vivrez.

 

 

Retour au jardin d’Eden

jardin-eden

Je crois que peu de gens se rendent compte de ce qui se passe actuellement. La puissance d’égarement des forces des ténèbres est telle qu’il est très difficile de sortir de la routine des schémas intellectuels inspirés par le système. La plupart pensent "à l’intérieur" du système, c’est à dire que, même s’ils en perçoivent les travers, ils ne remettront en cause ni la démocratie, ni l’Etat-providence, ni la laïcité. Quand à ceux qui dénoncent le système, ils se contentent de compter les mauvais coups de l’adversaire et d’essayer d’anticiper les suivants.

Notre-Seigneur nous l’avait clairement annoncé : "Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera donné d’autre signe que le signe du prophète Jonas. Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, ainsi le Fils de l’homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits." (Matthieu 12, 39-40)

Le voilà le signe de Jonas : l’obscurité, l’incertitude, le doute. Les esprits assaillis d’idées fausses ou mauvaises : la "désorientation diabolique" selon les mots de sœur Lucie.

Trois jours qui sont la durée de vie de la bête, c’est à dire au minimum 42 ans. Sans message du ciel, sans prophètes, sans apparitions. Plus rien. L’obscurité, le silence du Ciel.
La dernière apparition reconnue est celle de la Sainte Vierge à Akita au Japon, un certain 13 octobre 1973, qui entrera dans sa 42ème année dans quelques jours.

C’est durant cette période, nous a dit Marie à la Salette, que devront se lever les apôtres des derniers temps, car ce seront eux qui éclaireront les autres : "Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre."
Comment feront-ils puisque eux aussi seront dans l’obscurité ?

Marie continue : "Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheur."
Voilà le secret : c’est grâce à la foi que quelques-uns obtiendront la grâce du discernement.

 

 Les châtiments… quels châtiments ?

Puisque il n’y aura plus de prophète en ces temps de malheurs, c’est à dire de personnes dûment mandatées par Dieu pour avertir les hommes, seule la foi pourra nous éclairer.
Pour cela, il faut s’extirper du carcan des idées de ce siècle et de sa façon de penser qui nous désoriente, on vient de le dire.

Il faut cesser de penser comme Satan voudrait que l’on pense.
Il faut revenir au minimum deux cent ans en arrière et essayer de comprendre, à l’aide des écrits de théologiens et de nombreux illustres prédécesseurs, ce qui se passe réellement.
Tout ceci ne peut être l’aboutissement que d’un long processus, que les lecteurs de ce blog ont vu s’accomplir chez moi depuis un an maintenant que je développe des thèses à contre-courant des idées dominantes, tous secteurs confondus.

Il y a une phrase qui m’a interpellé récemment en relisant le livre de l’abbé Julio Meinvielle "Les juifs dans le mystère de l’histoire", écrit en 1938 (la dernière édition remonte à 1964 mais je pense que ces propos datent de la première édition) :
"Si les juifs furent châtiés, les peuples déchristianisés resteront-ils sans châtiment?
Mais ce châtiment, il est déjà commencé… parce qu’hier ce fut la Russie, et demain ce sera le monde."

Oui, extirpons-nous de la pensée dominante et réfléchissons deux minutes à l’aide de ces précieux renseignements. Je répète à longueur d’articles que les châtiments de la fin des temps sont sur le point de s’accomplir et que le Christ est à la porte

Ceci mérite en réalité de dissocier les idées :
1) Il y a les châtiments de l’humanité pécheresse (en gros, les 6 premières trompettes de l’Apocalypse)
2) Sa purification (le "Jour de Yahvé" tant prophétisé dans la bible, qui correspond à la 7ème trompette)
3) Le second avènement du Christ, qui inaugure le début d’une nouvelle ère, celui de la Jérusalem céleste décrite aux chapitres 21 et 22 de l’Apocalypse.

Depuis des mois, voire des années, la plupart des eschatologues, et moi le premier, annoncent des châtiments à faire frémir d’horreur le diable lui-même, en s’appuyant sur les nombreuses prophéties à ce sujet.

Mais l’abbé Meinvielle, et il n’est pas le seul, nous a donné l’explication : les châtiments, ce sont tout simplement les événements que nous vivons depuis 1972/1973, que j’ai appelé "la 3ème guerre mondiale".

Beaucoup de gens me rétorquent, en scrutant les évangiles comme Matthieu 24, que les chrétiens ne sont pas persécutés, du moins dans nos pays occidentaux.
Mais la perte du sens moral, de la spiritualité, du sens même de Dieu, l’apostasie quasi officielle de l’Eglise catholique, la perte du sens de la charité chez les traditionalistes, ne sont-ils pas des châtiments ? N’est-ce pas bien plus terrible comme persécution que celle des idées, des mentalités, jusqu’à devenir totalement anesthésiés par le système puisqu’on est devenu incapables de discerner entre persécution "physique" et persécution "morale" ?

Et le matérialisme ambiant ? L’idolâtrie du corps, de l’argent, des plaisirs, des loisirs, et j’en passe, n’ont-ils pas entraînés l’humanité tout entière dans un océan de perversité ?

Vous me direz qu’on peut aller encore plus loin dans l’ignominie, ce dont nos dirigeants ne se privent pas d’ailleurs ; mais observez le parcours déjà réalisé et la mutation obtenue dans les mentalités. C’est irrécupérable à moins d’un miracle.

C’est en ce sens que j’explique qu’il faut s’extirper de la pensée dominante, qui nous imprègne tous qu’on le veuille ou non. Il faut comparer ce qu’enseignait l’Eglise catholique il y a cent ans, en prenant le catéchisme de saint Pie X par exemple, avec ce qu’elle enseigne aujourd’hui, et avec ce qu’est devenue la société, afin de mesurer le chemin parcouru.
Eh bien ce chemin, ce siècle unique en son genre par rapport aux soixante premiers, il s’appelle les châtiments.

 

La fin ne sera pas celle que nous attendons

C’est pourquoi, j’insiste, sortons du schéma directeur satanique qui nous oppresse, car si ce que nous vivons constitue en réalité les châtiments, cela veut dire que nous nous acheminons tout droit vers la purification, le Jour de Yahvé.

 C’est pourquoi, aussi, les terribles événements que nous annonçons n’arrivent pas. Les lanceurs d’alertes et les scrutateurs du "complot mondial" nous annoncent régulièrement l’effondrement économique, la troisième guerre mondiale, des pandémies monstrueuses, des guerres civiles… Et puis ces événements sont reportés.
Moi aussi je suis tombé dans ce piège, et plus j’avance et plus je suis certain que la fin ne correspondra pas à ce que nous attendons.
Car tous ces gens ont raison ; si on suit le plan des Illuminatis, si on suit le plan de domination du monde prévu par le Nouvel Ordre Mondial, tout ceci doit s’accomplir.
Mais si on suit le plan divin et si on arrive à appréhender l’inévitable calendrier qui se terminera par l’intervention divine (la purification), on sait aussi que la fin s’approche à grands pas.

De deux choses l’une :
soit les anticipations du calendrier divin sont erronées, soit le plan de satan ne s’accomplira pas tel qu’il l’a prévu et annoncé.
Nous sommes dans l’obscurité avons-nous dit. Il va donc falloir trancher à la seule lumière de la foi.
Très bien.
Je choisis mon camp : le Jour de Yahvé se profile sans châtiments autres que ceux que nous connaissons aujourd’hui.
Parce qu’en réalité, l’accomplissement des Ecritures se déroule sous nos yeux.

En fait, c’est très simple à comprendre.
Pourquoi Satan veut provoquer une guerre mondiale au cours de laquelle les deux tiers de l’humanité doivent succomber ?
Parce que, vu l’état de damnation de la plupart de nos contemporains aujourd’hui, dans le monde entier, s’ils venaient à mourir demain, ce serait autant d’âmes gagnées pour l’enfer.
En effet, Satan a réussi à corrompre tellement l’âme humaine et à l’éloigner de son Dieu que sa moisson sera particulièrement abondante. Car l’enjeu réel, ce sont les âmes.
Il est donc impératif pour lui de moissonner avant que le Ciel ne mette fin à ses exactions en le précipitant dans l’abîme.

Seulement voilà : s’il n’y a pas de morts en grande quantité, les hommes ont donc la possibilité de se racheter à tout moment, de prendre conscience de leurs péchés et de s’en repentir, grâce notamment à l’action des apôtres des derniers temps.
C’est l’objet du "Grand Réveil" : réveiller les consciences en comprenant l’imminence de la fin des temps.

La Sainte Vierge bloque le diable dans ses dernières réalisations, elle l’empêche de moissonner.
Elle accomplit ainsi ses paroles prophétiques prononcées à Fatima : "A la fin mon Cœur Immaculé triomphera, le monde aura un certain temps de paix."

 

Le 21 août 2013, la troisième guerre mondiale aurait dû éclater, provoquée par la fausse attaque au gaz sarin en Syrie.
Le 21 du mois, c’est le jour symbolique du passage de la Mer Rouge.
Satan l’avait prophétisé à sa manière par l’intermédiaire d’un autre 21, le fameux 21 décembre 2012.

Il fallait cette guerre parce que je sais, nous savons, ils savent que le Jour de Yahvé aura lieu en 2014. Un an, c’était suffisant.

Mais le Cœur Immaculé de Marie, dont la fête est le lendemain, 22 août, les a bloqués par l’intermédiaire de Vladimir Poutine, l’instrument de Marie pour châtier Babylone, né un 7 octobre, fête du Saint Rosaire.

Oui, tant qu’il n’y a pas de grande guerre et de millions de morts, les âmes peuvent toujours échapper au diable et revenir à Dieu.
Ils avaient prévu une guerre ? La guerre de Troie (trois ?) n’aura pas lieu.
Ils avaient prévu l’effondrement économique et le retour à l’âge de pierre ? Pas vu, reporté sine die comme d’habitude.
Ils avaient prévu une énorme épidémie ? Il n’y a qu’à comparer la façon dont on traite le virus Ebola avec sa réelle dangerosité. L’ampleur de la réaction mondiale face au virus prouve qu’ils avaient prévu d’en faire une pandémie majeure. Le nombre de morts est ridicule. Ce n’est pas l’action sanitaire qui a sauvé l’humanité, c’est Marie une fois de plus.

C’est terminé pour Satan. Pas de troisième guerre mondiale.
Pas de feu d’artifice final.
Pas d’autre possibilité que de passer directement à la bataille finale de l’Armageddon.

 

Le retour au jardin d’Eden

Nous revivons la bible à l’envers.
Le premier livre de la bible s’appelle la Genèse
, il commence par la création du monde, de la terre d’abord, de l’homme ensuite.
Le dernier livre de la bible s’appelle l’Apocalypse, il commence par la période des châtiments, il se termine par la Jérusalem Céleste.

"Je suis l’Alpha et l’Oméga" nous a dit Jésus. Le début et la fin.
La fin sera comme le début.
Avant le péché originel, l’homme vivait en harmonie avec Dieu dans le jardin d’Eden, en Sa présence, et conversait avec lui.
Que nous décrit saint Jean dans la Jérusalem Céleste ? La même situation, l’homme délivré à jamais du mal, vivant sur terre en présence de Dieu.

C’est pourquoi il fallait une telle purification des Justes, c’est pourquoi Daniel nous a dit de tenir bon jusqu’à la fin, même si c’est dur.
La récompense sera à la hauteur des épreuves endurées : le retour au Jardin d’Eden.

Voilà le Jour de Yahvé que nous décrit l’Apocalypse et Notre-Seigneur lui-même en Matthieu 24 :
a) Les Elus endurent 40 ans de privations au désert,
b) Babylone est écrasée comme Jéricho au moment d’entrer dans la Terre Promise,
c) Dieu purifie la terre comme au déluge, mais cette fois-ci par le feu du ciel,
d) Marie écrase la tête du serpent,
e) L’homme peut à nouveau prendre sa place au jardin d’Eden.

a) Les 40 ans de privations au désert = les 42 ans de pouvoir de la bête, y compris dans l’Eglise catholique, ce que Jésus a appelé l’abomination de la désolation. Repère : Paul VI le 29 juin 1972 : "les fumées de satan sont entrées dans l’Eglise" (1972-2014 = 42 ans) ;

b) La chute de Babylone, c’est à dire de la société perverse d’aujourd’hui, se fait en UN JOUR selon l’Apocalypse ;

c) Les deux bêtes et les rois de la terre, rassemblés en Armageddon, sont précipités en enfer dans la foulée de la chute de Babylone, dixit la même Apocalypse ;

d) Puis c’est au tour du dragon, satan, à être définitivement précipité dans les enfers, par la Femme qu’il avait mordue au talon. Car la Femme représente tantôt la Sainte Vierge (celle qui va le vaincre) et tantôt l’Eglise, qu’il aura effectivement meurtrie au talon presque 56 ans, depuis l’élection de Jean XXIII ;

e) "Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre" : le monde purifié, dans lequel ne subsistent que les Justes, peut enfin voir le jour en compagnie du Christ Rédempteur revenu pour l’inaugurer.

b) c) et d), voilà le contenu des "trois jours de ténèbres" prophétisés notamment par Padre Pio, le saint marqueur des derniers temps, mort un certain 23 septembre il y a 46 ans.

 

La bataille de l’Armageddon se passe en ce moment même au jardin d’Eden

Je reviens à Satan. Puisqu’il ne peut faire sa moisson finale telle qu’il le souhaiterait, il ne lui reste plus qu’une possibilité : bloquer symboliquement l’accès au Jardin d’Eden.

eden2Où se trouve ce dernier ?
Nous le savons au chapitre 2 de la Genèse : "Un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin, et de là il se partageait en quatre bras" c’est à dire 4 fleuves: Phison, Géhon, Tigre et Euphrate. Là où se trouvent actuellement l’Irak, la Syrie, l’Iran avec bien sûr la Palestine à proximité.

Où se passe la dernière guerre, celle qui réunit les prophéties d’Isaïe (oracle sur Damas), d’Ezéchiel et de saint Jean ? Au même endroit.

D’où vient cet Etat islamique en Irak et au Levant, ce fameux califat autoproclamé ? Comme toutes les révolutions de ces dernières années, c’est une création de toutes pièces de l’Empire Babylonien (USA,UE, Israël).

Quand a commencé leur offensive ? Entre le 5 et le 6 juin 2014, c’est à dire exactement au moment du 666.

Qui les combat militairement, en faisant semblant d’en découvrir la dangerosité ? Principalement les deux pays qui représentent Babylone, à savoir les Etats-Unis et la France et dans une moindre mesure la Grande-Bretagne, le troisième larron, que l’on peut associer aux Etats-Unis.

Alors, n’est-ce pas cette fameuse bataille de l’Armageddon qui se déroule sous nos yeux, puisque se trouvent réunis tous les acteurs concernés là où le monde a commencé et là où il doit finir ?
Les deux cent millions de combattants ne sont-ils pas représentés par le consensus international qui entoure cette affaire, Vatican compris, à l’exception notable de la Russie ?
Ne retrouve-t-on pas là la stratégie habituelle du démon, qui consiste à créer lui-même un danger afin de provoquer un conflit où les premières victimes sont les Justes et les vainqueurs en définitive les méchants ?

Quel est l’enjeu réel derrière ces quelques milliers de combattant censés faire trembler le géant américain ?

Tout concorde : la guerre au jardin d’Eden et l’Antéchrist qui pointe son nez à peu près en même temps.
Mais cet Antéchrist n’est que l’ultime leurre de Satan afin de faire croire aux prolongations alors qu’il sait que la fin annoncée est proche, en témoigne cette ultime confrontation.

Alors…
Laissez faire saint Michel, il va intervenir et chasser tous ces démons ;
Laissez le Cœur Immaculé de Marie agir, elle bloque Satan avant de l’écraser définitivement ;
Attendez le feu du Ciel qui va venir purifier la terre de tout ses crimes ;
Et intégrez l’armée des Justes puisque le Seigneur vous en donne la possibilité jusqu’au dernier moment dans son infinie miséricorde.

 

Qui sont les Justes ?

L’Apocalypse de saint Jean nous décrit les 144 000 Justes qui ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau, c’est à dire qui ont passé toute ces tribulation en restant fidèles au Christ et à sa parole, et triomphé du péché et des tentations de Babylone la grande.

Mais le texte de saint Jean ajoute qu’à côté de ces 144 000 justes, il y a une multitude de sauvés :
"Je vis une foule immense que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils étaient debout devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches et tenant des palmes à la main.
Et ils criaient d’une voix forte, disant: " Le salut vient de notre Dieu qui est assis sur le trône, et a l’Agneau!"

Réjouissez-vous car tout homme juste et droit peut faire partie de cette multitude.
"Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté" répètent chaque dimanche les catholiques dans le Gloria.
Comme tout homme, le "Juste" a une prédisposition au bien et à une vie droite, qu’il mène malgré les abominations de la société qui l’environne, dont il ne partage pas l’évolution.
Ce juste n’est pas uniquement un catholique bon teint. C’est tout homme qui d’instinct possède un immense respect pour Jésus-Christ et sa Très Sainte Mère et même si, pour certains, il ne le reconnaît pas (encore) pour le Fils de Dieu, il sent bien au plus profond de son cœur que cet "homme" tient une place à part dans l’histoire du monde et que cette place à part étant unique, il y a forcément une raison surnaturelle.

Je sais que beaucoup de musulmans sont plus dévots envers la Vierge Marie que certains de ceux qui se disent chrétiens, mais ils mentent et ne le sont pas.
Je sais qu’il y a de plus en plus de juifs messianiques, c’est à dire qui reconnaissent Jésus-Christ comme le Messie.
Je sais qu’il y a de nombreux athées déboussolés (mais comment ne pourrait-on pas l’être, à moins d’avoir reçu des grâces particulières) qui se tournent vers Dieu, à leur façon, mais avec un très grand potentiel de foi.

A tous ces Fils prodigues en puissance, je dis : courage ! Le salut n’est pas loin, il est en Jésus-Christ, il vous reste juste à accomplir cet ultime acte de foi et vous serez sauvés.

Car "Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance" (Luc 15)

Voilà notre ambition à nous autres, apôtres des derniers temps : faire revenir au bercail les brebis égarées.
Mais nous devons le faire à la manière de Jonas : "Dans 40 jours Babylone sera détruite".
Les 40 jours sont déjà passés ? La belle affaire !
L’urgence reste, nous devons sans cesse le rappeler.

Car même si nous ne maîtrisons pas en totalité le calendrier divin, nous sommes bel et bien au moment prophétisé par la Sainte Vierge à la Salette :
"Voici le temps des temps, la fin des fins."

De l’Apocalypse à la Genèse, nous aurons réalisé un tour complet.
Ce sera donc le retour au Jardin d’Eden pour ceux qui le méritent.

Que Dieu vous garde.

 

Magnificat !

magnificat

Sommes-nous à la fin des temps ? Allons-nous entrer dans cette ultime période des châtiments, prélude au retour du Christ ?
Sommes-nous au terme fixé, car ce qui est décrété doit s’accomplir (Daniel 11) ?

Ce serait logique si ce que j’ai écrit précédemment est exact, à savoir que le mois de septembre est celui de la révélation, celui de saint Michel, fêté le 29, personnage-clé puisque c’est lui qui combat le dragon et les bêtes de l’Apocalypse lors de la bataille finale, avec Marie, dont la dernière apparition à Fatima (miracle du soleil) le 13 octobre constitue en quelque sorte le point final, la date limite de ce monde voué à la perdition.

Voyons donc si nous avons quelques indices.

Le 14ème dimanche le 14 septembre
Aujourd’hui, dimanche 14 septembre, 14ème dimanche après la Pentecôte : les chiffres concordent. L’épître de saint Paul aux Galates convient très bien à notre temps, j’avais d’ailleurs fait un article dessus. Quand à l’évangile, Jésus nous demande de ne pas nous soucier de notre vie matérielle : "Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît."
N’est-ce pas le message que nous répétons depuis des mois en rappelant le cri de l’Apocalypse avant le déclenchement des événements ultimes : "Sortez de Babylone mon peuple afin de ne point participer à ses péchés, de n’avoir point part à ses calamités."

Je rappelle aussi que le chapitre 14 de l’Apocalypse est celui qui résume la fin, la moisson finale, qui sera décrite ensuite avec la 7ème trompette et les 7 coupes de la colère divine.

 

L’exaltation de la Sainte Croix
Ce dimanche est aussi la fête de l’exaltation de la Sainte Croix, une fête très ancienne. L’évangile de ce jour (Jean 12) commence par cette parole du Christ : "Voici pour ce monde l’heure du jugement ; c’est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. Moi, quand on m’aura élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi." Saint Jean explique ensuite que le Christ faisait alors allusion à sa Passion. Oui mais nous savons que Celui-ci doit revenir à la fin des temps pour la seconde rédemption du monde. Ces paroles semblent donc tout à fait convenir aux temps que nous allons vivre, et si elles ont été placées prophétiquement au milieu du mois de septembre, ce n’est pas un hasard.

 

L’apparition du 13 septembre à Fatima
Justement, l’avant-dernière apparition de la Sainte Vierge à Fatima a eu lieu le 13 septembre. Qu’est-elle venue dire ? Elle annonce la bénédiction du monde, et elle donne une information-clé sur le timing : "Continuez à dire le chapelet afin d’obtenir la fin de la guerre. En octobre, Notre Seigneur viendra, ainsi que Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du Carmel et saint Joseph avec l’Enfant-Jésus ; Il bénira le monde. "

La première phrase est claire : il faut continuer à prier afin d’obtenir la fin du règne de satan et de sa guerre totale contre les hommes.
Quand à la suite, elle semble nous donner un timing, car les "personnes" citées correspondent à des fêtes précises. Mettons-les dans l’ordre :
– En octobre = prochainement
– Notre-Dame des douleurs : 15 septembre
– Notre-Dame du Carmel : 16 juillet
– L’enfant-Jésus : le chiffre du Christ est le 17 car c’est celui des justes, et le Christ, Fils de l’Homme, est le premier des justes
– Saint Joseph : 19 mars
– Notre-Seigneur viendra = Pâques, cette année le 20 avril

Autrement dit, Marie nous donne un calendrier qui commence, à priori, le 15 septembre, et qui est :
15, 16, 17, 19 et 20
Seul le 18 est absent, ce qui est normal, puisque ce chiffre correspond au 666 (3×6).
Reste à savoir d’une part si ce calendrier n’est que mystique, et d’autre part s’il correspond bien à la semaine du 15 au 20 septembre.

N’oublions pas que j’annonce un futur "11 septembre" qui devrait avoir lieu à Paris, et pour lequel j’ai avancé deux dates possibles : les 16 et 19 septembre.
N’oublions pas non plus que le 19 septembre est le jour anniversaire de l’apparition de la Salette, qui aura 168 ans cette année.

 

Le nouvel an juif et la sortie d’Egypte
Dans le livre de l’Exode, il y a deux dates-clés données pour la sortie d’Egypte des hébreux : la nuit du 14 au 15 du premier mois de l’année, le mois de nisan.
Cette nuit-là, les juifs célébrèrent la première Pâque, tandis que l’ange exterminateur passait dans les maisons et mettait à mort tous les premiers-nés d’Egypte. Au matin du 15, le peuple hébreux s’ébranlait pour quitter l’Egypte.
L’Apocalypse nous rappelle que les mots Egypte, Babylone et Sodome désignent la même ville, c’est à dire la même entité : notre société moderne idolâtre et pervertie, pourrie jusqu’à l’os.
La seconde date-clé est celle du passage de la mer Rouge, huit jours après, le 21 du mois de nisan.

Curieusement, ces dates encadrent très exactement celles de la Sainte Vierge à Fatima que j’explicitais un peu plus haut.
Or cette année, le nouvel an juif aura lieu le 25 septembre ce qui veut dire que pour les juifs, le mois de septembre est le premier mois de l’année, donc en réalité le mois de nisan.

C’est pourquoi les occultistes qui dirigent le monde avaient choisi le mois du septembre pour leur premier avertissement (11 septembre 2001) car c’est celui de la (re)naissance, de la sortie d’Egypte, et c’est pourquoi aussi le second avertissement doit avoir lieu en septembre également.
Car il doit concorder avec la mise en place de leur nouveau monde, le fameux Nouvel Ordre Mondial, sur les décombres de l’ancien (donc après avoir délibérément provoqué sa ruine).

 

La concordance des apparitions mariales

Je ne vais que survoler le sujet, il y aurait un article complet, un livre même, à écrire sur le sujet.
Remarquons juste quelques éléments frappants :

1) Le passage de relais sur les principales apparitions :
A la Salette, Marie délivre son secret à Mélanie en lui disant : "Vous pourrez publier ce secret en 1858". Or 1858 c’est aussi Lourdes (et accessoirement, cent après, 1958, l’accession au pouvoir de Jean XXIII).

Voici donc l’ordre que nous donne la Sainte Vierge :
– Lourdes, 1858, 18 apparitions qui se terminent le 16 juillet ;
– Puis la Salette, à partir de 1858, le 19 septembre ;
– Puis Fatima, 1917, 6 apparitions qui se terminent le 13 octobre.
Voilà l’ordre des 3 grandes apparitions en lien avec l’Apocalypse.
Enfin Pontmain vient s’intercaler ou terminer le cycle. Pontmain un 17 janvier (17 : chiffre du Christ) 1871, 71 comme 17 ou comme les 71 ans qui séparent La Salette de Fatima. Pontmain, donc, le point d’orgue final, qui désigne probablement un autre 17 comme date finale de victoire du Christ.

 

2) L’Ile Bouchard : la préparation
Tout à l’heure, nous avons trouvé que Marie à Fatima désignait une série de dates, du 15 au 20.
L’apparition de l’Ile Bouchard vient les confirmer en donnant celles de la préparation, puisque les 10 apparitions s’étalent sur 7 jours, du 8 au 14 décembre.
De plus, ces apparitions ont eu lieu en 1947, juste après la partition de la Palestine qui permettra la création de l’état d’Israël l’année suivante.
Distance 1947-2014 : 67 ans

Si vous suivez bien, vous avez compris que le calendrier se forme petit à petit :
- du 8 au 14, préparation
– Nuit du 14 au 15, sortie d’Egypte
– Du 15 au 20 les jours désignés par Fatima
– 21 passage de la mer Rouge

Reste à savoir si ce calendrier s’applique au mois de septembre.
La réponse est peut-être dans les apparitions de Pellevoisin.

 

Pellevoisin, l’apparition qui révèle des éléments-clés

Les apparitions de la Sainte Vierge à Estelle Faguette vont se faire en deux temps, dans l’année 1876.
5 apparitions, chaque nuit, du 14 au 19 février.
10 apparitions, étalées du 1er juillet au 8 décembre.

Voici ce qu’on peut retenir d’essentiel concernant Pellevoisin :

Première série : l’ultime avertissement
Il est à noter que la première apparition a lieu dans la nuit du 14 au 15, donc la même nuit que la première Pâque des hébreux.
Au bout de 5 nuits, Estelle Faguette, qui était très malade, sera miraculeusement guérie, soit au matin du 19.
Or justement, la Sainte Vierge lui annonce, la nuit du 15 au 16, qu’elle sera guérie le samedi suivant, et lui fait voir l’ensemble des péchés qu’elle a commis.

On peut faire un parallèle avec notre époque, en ayant ici une première explication de la signification de la période du 15 au 19 que nous venons de trouver.
Il pourrait s’agir du fameux grand avertissement permettant à certains, les justes (et ceux appelés à les rejoindre), de reconnaître et de comprendre la proximité du retour du Christ et de prendre conscience de l’importance et de la gravité de leurs péchés.

Tout porte à croire que la semaine du 15 au 19 a pour objet cet avertissement et cette ultime prise de conscience, même si, hélas, comme le dit l’Ecriture, "les méchants feront le mal, et aucun méchant ne comprendra; mais les intelligents comprendront" (Daniel 12).
Ceci correspondrait avec l’avertissement de Noé, sept jours avant le déluge et serait une explication de la guérison d’Estelle au dernier jour, car il s’agit bien de l’ultime guérison des âmes avant l’enclenchement des châtiments.
Ceci concorde aussi avec un grand événement type "11 septembre" vers le 16 septembre.

 

Le 9, chiffre de la révélation du Christ
Autre point important à Pellevoisin ; à la 9ème apparition, le 9 septembre, Marie dévoile intégralement le scapulaire du Sacré-Cœur, qu’elle cachait auparavant, et dévoilait petit à petit.
Non seulement il y a là un lien direct avec Paray-le-Monial, mais cet événement nous révèle un point essentiel : la place de Marie par rapport au Ciel et au Christ, selon un processus identique aux apparitions de Tilly.
Marie prépare et annonce le retour du Christ ; à partir de la 10ème apparition, le Christ est là, il est dévoilé, présent. Par conséquent, le Christ se révèle en 9.
9 comme neuvième mois ?

 

Le Magnificat, chant des temps messianiques

Le Père Vernet, dans son livre sur Pellevoisin, rappelle que le Magnificat est "le chant des temps messianiques, dans lequel converge l’allégresse de l’Ancien et du Nouveau Testament".

La Sainte Vierge chante le Magnificat le jour de la Visitation, quand elle ouvre son cœur à Elisabeth, la mère de Jean-Baptiste. Elle le rechante le 15 août puisque c’est cet évangile qui a été retenu.

2 juillet (Visitation) – 15 août (Assomption), voilà la clé de la fin des temps, deux dates reliées par le Magnificat, qui est autant un chant à la gloire de Dieu que l’annonce de la restauration de son royaume.
Du 2 juillet au 15 août : 44 jours
Si on compte encore 44 jours après le 15 août, on arrive au 28 septembre, veille de la Saint Michel.
Autre calcul possible : ajouter 33 jours (âge du Christ) au 15 août, ce qui nous mène au 17 septembre.
44+33 = 77, et 77 c’est la limite du mal selon Mgr Gaume.

De plus, le Magnificat est en 10 versets, comme les 10 jours finaux du Jour de Yahvé, le jour de la colère de Dieu.
Pourquoi 10 jours ?
a) Une semaine (7 jours) correspondant aux 7 coupes de la 7ème trompette,
b) Les trois jours de ténèbres, prophétisés par le Padre Pio, Marie-Julie Jahenny et la Salette, qui constituent l’ultime purification de la terre.
Et enfin parce que le 10 est le chiffre du Père, auteur du décalogue.

Allons-nous très bientôt chanter le Magnificat en action de grâce ?
C’est une possibilité à ne pas écarter.

C’est pourquoi je vous invite à chanter et méditer ce magnifique chant, celui des temps messianiques, celui de la victoire inéluctable du Seigneur :

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

 Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

 Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.

 Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.

 Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.

 Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

 Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,

 De la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

 Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

Deo Gratias.

Version chantée (à écouter impérativement tellement c’est beau) ici :

 

Le châtiment divin est proche

ND-des-victoires

Nous savons par le dialogue de Léon XIII du 13 octobre 1884 que Dieu accorde une période maximum de 100 ans à Satan pour détruire son Eglise. Détruire l’Eglise revient à prendre le pouvoir sur le monde entier, non seulement en infiltrant ladite Eglise, mais aussi en créant un monde sans Dieu et dont les règles sont à l’inverse des valeurs chrétiennes.

Nous avons sous les yeux l’aboutissement de cette œuvre, ses valeurs, ses idées et je dirai même son essence sont moribonds.

Quand Dieu donne un délai précis, il le respecte rigoureusement. Pas une minute de plus ne sera accordée au diable à l’extinction de cette période de cent ans.
Si on sait quand elle commence, on peut donc calcule sa fin.
Ceci fait écho aux deux bêtes de l’Apocalypse, communément appelées Antéchrist et faux prophète, et qui correspondent à une période et un système d’iniquité à un niveau jamais vu sur terre jusqu’à maintenant.

Le XXème siècle a été le siècle de Satan ; je ne vais pas revenir là-dessus, cela a été amplement expliqué et démontré, il est donc certain que les fameux 100 ans débutent avec ce siècle. Deux repères nous le confirment :
– la première guerre mondiale en 1914,
– l’apparition de Notre-Dame à Fatima en 1917

 

La clé : savoir quand débutent les derniers cent ans

Je le répète : qui connais la date de début connait la date de fin.
Quand la Sainte Vierge apparaît en 1917, six fois entre le 13 mai et le 13 octobre, elle vient confirmer en réalité que l’ultime période a commencé, et trouver le début de cette période est facile.

Une fois que Satan est lâché, une fois que le début de "sa" période a commencé, sa première action est à la hauteur du personnage et de l’enjeu : ce sera une guerre d’une ampleur sans précédent, dont le cadre est essentiellement l’Europe chrétienne qui y perdra ses empires et sa jeunesse, et dont la mortalité dépasse de loin tout ce qu’on avait pu imaginer.

Oui, 1914 et la première guerre mondiale sont pour nous un signe grandeur nature de l’ignominie satanique, et nous permet d’appréhender le déroulé de la troisième guerre mondiale.

Reprenons le début de cette guerre : c’est immédiatement la boucherie. Elle débute le 3 août entre la France et l’Allemagne, et dès le mois d’août, donc quelques jours après seulement, il y a déjà des dizaines de milliers de morts !
Il n’y a pas un mois de combat et les allemands sont déjà sur la Marne, à 45 kms de Paris !
Ainsi débutera la première bataille de la Marne, des 6, 7 et 8 septembre 1914, où l’armée française désemparée doit réquisitionner des taxis pour transporter ses troupes.

marne-marieEst-ce que beaucoup de gens savent que la France a été sauvée à ce moment-là par la Sainte Vierge ?
Voici le récit de l’histoire :
Le courrier de la Manche fait le récit de ce retournement inespéré de la bataille de la Marne qui s’est produit le 8 septembre 1914 et raconte que, le 3 janvier 1915, un prêtre allemand blessé avait été fait prisonnier pendant la bataille de la Marne :
« Comme soldat, je devrais garder le silence, comme prêtre, je crois devoir dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille de la Marne, nous étions surpris d’être refoulés car nous étions légion, comparés aux Français et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge toute habillée de blanc avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris… elle nous tournait le dos et de la main droite, semblait nous repousser… Cela je l’ai vu et un grand nombre des nôtres aussi. »
Un monument a été inauguré en 1923 à Barcy en Seine et Marne, pour marquer cet évènement.
Ce fait, authentique et miraculeux, bien que confirmé par de nombreux autres témoignages, a été totalement occulté par la maçonnerie au pouvoir en France.
Dites-vous bien que la première guerre mondiale n’aurait pu durer qu’un mois…

 

Revenons à l’eschatologie et à la question cruciale : quelle est la date de début à prendre en compte en 1914 ?

1884 (dialogue de Léon XIII) et 1914 sont distants de 30 ans.
30 ans, c’est le chiffre du Père (le 10, auteur du décalogue) multiplié par celui de la Sainte Trinité.
De même que 1884 est distant de 33 ans avec 1917, autre chiffre-clé, cette fois-ci lié au Fils.

Si 1914 est bien l’année du début du règne de Satan, seules quelques dates-clé peuvent nous servir de repères, liées aux principaux événements dans le monde et dans l’Eglise.

Et des dates-clés, il n’y en a pas beaucoup, seulement 5 ou 6 :
a) 28 juin : assassinat de l’archiduc d’Autriche, déclencheur de la guerre
b) 28 juillet : première déclaration de guerre
c) 20 août : mort du pape Pie X
d) 3 septembre, élection du successeur de Pie X (Benoît XV) ou 8 septembre, tournant dans la bataille de la Marne
e) 13 octobre, nomination du cardinal Gasparri à la secrétairerie d’Etat du Vatican. Gasparri est un franc-maçon de la pire espèce qui sera le signataire des accords de Latran 15 ans plus tard, autre tournant essentiel.

Tout se rejoint. Vous noterez la concordance des trois "13 octobre" :
13 octobre 1884 : dialogue de Léon XIII
13 octobre 1914 : nomination de Gasparri
13 octobre 1917 : miracle du soleil et dernière apparition à Fatima

Le premier et le dernier encadrent le second car le second est le bon : des dates censées servir de compte à rebours, c’est une fois de plus la dernière qui ressort. Car Dieu attend toujours la dernière extrémité.

1917 et Fatima ne sont pas le début car Marie vient nous donner à ce moment-là trois indications-clés :
– que la période de 100 ans a commencé
– que Satan va actionner sa deuxième arme pour asservir le monde, le communisme
– qu’il s’agit bien des temps "apocalyptiques" qui se termineront par le retour du Christ et la seconde rédemption du monde.

Car l’enjeu est là : le monde antichristique se termine par le retour du Christ, "qui reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts" selon le Credo.
L’Apocalypse dit exactement la même chose : après une période d’iniquité extrême (les 42 mois de la bête, 42 désignant une durée que j’estime, personnellement, à 84 ans), à la 7ème trompette le châtiment divin met fin au pouvoir de la bête et du dragon, c’est la moisson finale, le jugement dernier et la Jérusalem céleste, c’est à dire un monde purifié où seuls les justes vivent en compagnie de Dieu.

Tout tourne donc autour du 13 octobre, et pour calculer l’année de fin, il n’y a pas non plus beaucoup de possibilités : il ne peut s’agir que de 2014 ou 2017, selon que l’on fasse débuter le centenaire en 1914 ou 1917.

 

Le secret du Confiteor

Il y a quelque chose d’extraordinaire dans notre liturgie catholique traditionnelle, c’est que non seulement elle nous sanctifie, mais en plus elle révèle des secrets cachés.
Prenons la messe : celle-ci débute par le psaume 42 (les prières en bas de l’autel), psaume du juste déporté dans un pays lointain et qui exprime son ardent désir de revenir dans la ville sainte et de reprendre son service au temple.
42 comme les 42 mois de la bête. Chaque messe conjure, dès le début, le pouvoir de Satan, comme un mini-exorcisme.

Mais la clé est ailleurs, elle est dans le Confiteor, la prière du pénitent, qui suit immédiatement le psaume 42.
La structure très particulière du Confiteor m’a toujours étonné, avec sa répétition volontaire qui peut paraître fastidieuse, ce qui n’est pas le cas théologiquement, car cette construction est extrêmement intelligente, mais aussi parce qu’elle contient un secret.

Pourquoi une double répétition ? Parce qu’il y a deux rédemptions du monde.

Voici le secret du Confiteor : il réside dans sa structure.

"Je confesse à Dieu tout puissant
A la bienheureuse Vierge Marie
A saint Michel Archange
A saint Jean-Baptiste
Aux saints apôtres Pierre et Paul…"

Tout y est, et dans l’ordre, il suffit juste de le lire dans l’autre sens :
1) Le premier pape et le plus grand prédicateur.
2) Le précurseur du Christ et dernier prophète, celui qui aura l’insigne honneur de présenter le Messie au peuple.
3) Le chef des armées célestes, qui sera chargé de combattre le dragon et son armée de démons à la fin des temps.
4) La Vierge Marie, qui, selon la bible, sera celle à qui reviendra l’ultime victoire, en écrasant le serpent de son talon.
5) Et enfin le Seigneur qui revient pour la seconde rédemption du monde.

Seconde clé de compréhension : la fameuse maxime "un temps, deux temps, la moitié d’un temps" qui se trouve dans l’Apocalypse et dans le livre de Daniel, parfaitement identifié par les exégètes, les Pères de l’Eglise et tous les analystes comme 3 ans et demi (un an, deux ans, la moitié d’un an).
Le même calcul se décline facilement ensuite en mois, en jours, en heures ou en siècles.

Eh bien voici le timing de la fin, car les 42 mois de la bête, qui correspondent donc à "un temps, deux temps, la moitié d’un temps" se répètent au final, au compte court, en une ultime période de 3 mois et demi.

Reprenons l’ordre du Confiteor, en mode inversé :

  1. saints Pierre et Paul : 29 juin
  2. saint Jean-Baptiste : 29 août (décollation)
  3. saint Michel : 29 septembre
  4. sainte Vierge : 13 octobre
  5. retour du Christ

Soit très exactement 3 mois et demi et dans l’ordre : prédication de l’évangile par l’Eglise, dernier prophète annonçant le retour du Christ, bataille finale de l’Armageddon menée par saint Michel dont l’apothéose sera l’œuvre de Marie (la chute du dragon), et enfin retour du Christ à une date indéterminée.

 

Satan confirme le timing

Comme je l’ai expliqué, Satan de son côté doit incarner son Antéchrist-personne pour le 29 septembre, fête de saint Michel et date limite pour lui -et pour cause !
Il l’a fait comprendre très clairement le 11 janvier dernier, lorsque Ariel Sharon est décédé : il ne reste plus que 9 mois avant l’avènement de l’Antéchrist.
Je rappelle qu’une prophétie célèbre du rabbin Kaduri annonçait que le Messie des juifs se révèlerait peu après la mort d’Ariel Sharon.

De plus, le 11 janvier est aussi la date à laquelle Jules César a franchit le Rubicon, prononçant la fameuse phrase : "le sort en est jeté".
Les Illuminatis ont fait de même en ce 11 janvier, révélant ainsi la date d’incarnation de leur messie (notre Antéchrist) : le 11 octobre, neuf mois après.

C’est normal, le 11 octobre est la date anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, en 1962.
Or l’Antéchrist est né en 1962. Tout se tient.

Sauf que le délai ultime accordé par Dieu est le 13 octobre, on vient de le voir. Par conséquent, nous savons déjà combien de temps règnera l’Antéchrist-personne : UN jour.

C’est ce qu’explique la Salette :
"Il s’élèvera avec orgueil dans les airs pour aller jusqu’au Ciel ; il sera étouffé par le souffle de saint Michel Archange. Il tombera, et la terre qui, depuis trois jours sera en de continuelles évolutions, ouvrira son sein plein de feu ; il sera plongé pour jamais avec tous les siens dans les gouffres éternels de l’enfer."

 

La chute de Jéricho, figure de la chute de Babylone

Vous vous demandez maintenant comment ce monde va finir. Il y a un parallèle étonnant entre la chute de Jéricho sous Josué et la chute de Babylone à venir.
La Babylone moderne, faut-il le rappeler, c’est la société actuelle, laïque et sans Dieu, abandonnée aux démons qui président à ses œuvres et inspirent ses chefs et ses lois.

L’histoire de la prise de Jéricho se trouve dans le livre de Josué, chapitres 2 à 6.
Nous sommes aux tout débuts de l’installation des hébreux dans la terre promise, qu’il est nécessaire d’évacuer de ses occupants comme l’a ordonné Yahvé en personne.

D’abord, l’armée de Josué passe le Jourdain dans des conditions similaires au passage de la mer rouge : miraculeusement, les eaux s’écartent et ils passent à pied sec.
Ensuite, Josué fait circoncire tous les hommes qui ne l’étaient pas. Symboliquement, il fait marquer les justes à l’instar de l’Apocalypse : les châtiments divins ne commencent qu’une fois la totalité des justes sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau.

Détail important aussi : saint Michel apparaît à Josué pour l’assurer du soutien des armées divines.

Enfin, la prise de Jéricho s’effectue de façon non violente : Yahvé ordonne de faire 7 fois le tour de la ville par la totalité de l’armée (40 000 hommes) précédant l’arche d’alliance, et 7 prêtres munis chacun de 7 trompettes.

josué-jerichoL’ordre est important :
1) d’abord l’armée
2) puis 7 prêtres avec 7 trompettes
3) puis l’arche d’alliance
4) puis l’arrière-garde

Symboliquement, l’armée de 40 000 hommes correspond à la fois à la durée de purification nécessaire (40), mais aussi à l’armée céleste dirigée par saint Michel.
Donc saint Michel en tête.
Ensuite les 7 prêtres qui sonnent de la trompette (cf. l’Apocalypse).
Ensuite l’Arche d’Alliance, c’est à dire la Sainte Vierge.
Et enfin le peuple. Nous.

La suite est primordiale :
Les 6 premiers jours, le cortège soit faire le tour de la ville une fois par jour, les prêtres sonnant de la trompette.
Le 7ème jour, ils doivent faire le tour de la ville 7 FOIS dans le MEME jour. Et la 7ème fois, tout le peuple doit lancer une immense clameur, pousser des cris pendant que les trompettes retentissent.

Donc ils font le tour de Jéricho 13 fois en tout, en deux temps, six fois d’abord, sept fois en un seul jour ensuite.

A l’ultime tour, aux sons cumulés de la clameur et des trompettes, la muraille s’écroule et l’armée s’introduit dans la ville. La totalité de la population passe au fil de l’épée, hommes, femmes, enfants, vieillard et animaux nous dit la bible… tout le monde sauf quelques justes, Rahab et sa famille, qui avaient aidé initialement les hébreux.

L’histoire de Jéricho est un condensé des derniers temps, et vient confirmer les trompettes de l’Apocalypse :

Les 6 premières trompettes retentissent d’abord, chacune individuellement.
Elles correspondent également aux sceaux et aux églises.

La septième trompette est la dernière.
C’est aussi le 7ème sceau et la 7ème église.
Quand elle retentit, dans un temps très court (1 journée) se déroulent les 7 coupes ultimes de la colère de Dieu puis c’est la fin : Babylone tombe par l’action de Dieu conjuguée avec les cris des justes qui sont -enfin- montés jusqu’à lui, et les méchants sont mis à mort par l’armée céleste présidée par la Sainte Vierge (l’arche d’alliance).
Seuls quelques justes sont épargnés.
Les hommes n’ont donc pas pris part au combat final, il se sont contentés de prier et de rester fidèles au Dieu unique et tout puissant.

 

Conclusion

Selon moi, le septième sceau s’est ouvert le 16 juillet dernier.
La septième trompette va retentir maintenant très bientôt et, comme nous le montre l’histoire de Jéricho, les sept coupes qui la constituent s’enchaînent très vite.
C’est le dernier jour, le "Jour de Yahvé" celui de la colère de Dieu et du châtiment des hommes.

Quand ce jour va-t-il s’enclencher ?
Probablement en septembre si mes présomptions s’avèrent exactes.

Combien de temps va-t-il durer ?
Personne ne le sait mais, vous l’avez bien compris, le 13 octobre est une date pivot.

Je commençais l’article en cherchant la date de 1914 à retenir pour le début des cent ans.
En réalité, c’est la première et la dernière qu’il fallait prendre en compte.
La première, 28 juin
, assassinat de l’archiduc d’Autriche, est la veille du 29 juin, fête des saints Pierre et Paul, début du compte à rebours nous l’avons vu.
La dernière, 13 octobre, vient boucler le processus, un temps, deux temps et la moitié d’un temps après.

C’est une preuve de plus que l’année 1914 -et donc 2014- est celle à retenir : car les deux dates qui encadrent notre ultime période, 28 juin et 13 octobre, ne peuvent se référer qu’à 1914 et non à 1917, où seule la date du 13 octobre est applicable.

Alors n’attendez plus.
Quand Jonas a prévenu les habitants de Ninive que dans 40 jours la ville serait détruite, le roi et la totalité de la population ont alors reconnu leurs péchés et fait pénitence.
Cette fois-ci, Babylone-Ninive ne sera pas épargnée.
Quand la septième trompette retentira, il ne sera plus question de miséricorde mais de justice divine.

Mettre de l’or ou des provisions de côté n’ont aucun sens.
C’est votre âme qu’il faut mettre à l’abri et vite, très vite.

Il faut prendre conscience de ses péchés, s’en confesser, exprimer un repentir sincère, faire pénitence et prier la Vierge Marie pour qu’elle obtienne auprès de son divin Fils le pardon et la rédemption de notre âme.
Ce sont les 5 conditions impératives pour le salut.

Que Dieu vous garde et vous prenne en sa sainte protection.

Illustration en début d’article : Notre-Dame des Victoires, la bien nommée.

 

 

Valls 2, précurseur de l’Antéchrist

valls3

A la nomination de Manuel Valls à Matignon, j’avais écrit un article montrant ses points communs avec l’Antéchrist, en cherchant, tant bien que mal, à en comprendre la signification profonde.
Le gouvernement Valls 2 vient de nous donner la réponse : même si Manuel Valls n’est peut-être pas l’Antéchrist-personne attendu, il en est en tout cas le marqueur.

Car Manuel Valls s’identifie à l’Antéchrist par :
1) son prénom : Manuel n’est que la version espagnole d’Emmanuel, et « l’Emmanuel » c’est le nom que donne le prophète Elie au Messie ;
2) sa femme, Anne Gravoin. D’origine juive, elle a fait dire à son mari « par ma femme je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël » en 2011 ;
3) sa date de naissance : 13 août 1962, année de naissance de l’Antéchrist selon Diana Vaughan.

Il est tout de même significatif de noter que l’anniversaire de François Hollande soit au 12 août et celui de son premier ministre au 13 août.
1954 pour l’un, 1962 pour l’autre, soit 60 ans pour Hollande et 52 pour Valls.
52 comme 52 semaines, un cycle complet.

 

Continuons avec Diana Vaughan : l’Antéchrist se révèlera un 29 septembre.
Voilà la clé de compréhension du gouvernement Valls 2 : annoncer l’arrivée de l’Antéchrist au 29 septembre prochain, comme expliqué dans mon dernier article.

Comment ?
Par la date, 26 août, et la composition.

La composition :
16 ministres + le premier = 17 ministres + 17 secrétaires d’état = 34 ministres en tout, ou 33 (chiffre symbolique du Christ) + 1.

La date :
26 août, soit 34 jours avant le 29 septembre.

 

Deuxième élément de preuve :
Un second Emmanuel entre au gouvernement ; oui mais pas n’importe lequel, Emmanuel Macron, issu de la banque Rothschild.
Or on sait que les Illuminatis ont été créés à l’initiative de Mayer Amel Rothschild, qui choisit Adam Weishaupt en 1776 et le finança, sa famille dirigeant toujours la plus puissante des sociétés secrètes via le conseil des 13.

Par conséquent, un premier Emmanuel lié indéfectiblement à Israël qui fait entrer au gouvernement un second Emmanuel représentant la famille juive emblématique du pouvoir d’Israël sur le monde, est une intronisation symbolique du troisième Emmanuel à venir, le Messie des juifs (c’est-à-dire l’Antéchrist) qui sera lui aussi une créature rothschildienne.
Emmanuel Macron, né un 21 décembre (!) 1977, a donc 36 ans.
Pour mémoire, le nombre 77 représente, selon Mgr Gaume, la limite du mal, et 36 est le chiffre qui désigne le mal en hébreu.

Pour étayer mes propos, je propose d’approfondir deux notions :
– La symbolique de certains pays par rapport à d’autres ;
– La crédibilité de Diana Vaughan

 

Seuls quelques pays sont des marqueurs essentiels

Je vais faire probablement de la peine à beaucoup, mais eschatologiquement parlant, seuls quelques pays sont des marqueurs essentiels des derniers temps :

- Les Etats-Unis, création des Illuminatis, de la franc-maçonnerie et de la haute finance juive pour être l’Empire, la Babylone moderne leur permettant d’asseoir leur puissance sur le monde entier ;

- La France, fille aînée de l’Eglise, seul pays dont les rois ont bénéficié d’une intervention divine spéciale, d’où l’expression de « monarchie de droit divin », exclusive à la monarchie française. C’est pourquoi notre pays est celui d’Europe attaqué le premier en 1789, et celui aussi qui est tombé le plus bas. Il n’en renaîtra que plus fort et donnera ET le grand monarque ET le grand pape. Même si l’Union Européenne est la seconde partie de l’empire américain, la France, du fait de son histoire, en est la représentante symbolique.

- Israël, évidemment, centre géographique du monde selon Fernand Crombette et patrie du Christ. L’Israël moderne, qui dirige l’empire (USA + UE) en sous-main, est à l’aube de réaliser son rêve, la domination du monde grâce à la venue de son Messie.

- Le Vatican, siège de l’Eglise catholique, épouse mystique du Christ, qui vit actuellement sa Passion. L’étude et le suivi de cette Passion permettront de connaître sa Résurrection prophétisée dans l’Apocalypse.

- La Russie, bras armé de la Vierge Marie pour châtier le monde de ses péchés.

 

guerre-parisLe prochain 11 septembre à Paris ?

Revenons deux minutes sur les Etats-Unis et la France.
Ces deux pays symbolisent la Babylone de l’Apocalypse, c’est pourquoi les deux villes les plus connues mondialement sont New York et Paris, et toutes les deux sont représentées par un emblème maçonnique, la statue de la Liberté et la tour Eiffel.

L’avertissement des Illuminatis pour annoncer leur Messie ayant eu lieu à New York le 11 septembre 2001, il serait logique que le second avertissement ait lieu dans l’autre ville, Paris, et ce la 14ème année après le premier, donc cette année, mais évidemment il faut que ce soit avant le 29 septembre (avènement de l’Antéchrist) et après le premier avertissement.

Cet événement majeur pourrait donc se situer entre le 11 et le 29 septembre.

Je pense que le 19 septembre est une date à envisager sérieusement car :
– Manuel Valls, notre marqueur de l’Antéchrist, est né le 13 août ; or cette date est aussi celle da la quatrième apparition de la Vierge à Fatima, apparition qui n’a pas eu lieu puisque ce jour-là les enfants étaient en prison. La Sainte Vierge leur apparaîtra le 19 août. Ce décalage n’est pas un hasard, à nous d’en trouver la signification. Le rapprochement Valls/Fatima en est une, le 19 août étant 30 jours avant le 19 septembre.

- Le 19 septembre, c’est aussi la date anniversaire de l’apparition de la Salette. Or la Salette et Fatima sont les deux apparitions mariales les plus emblématiques de la fin des temps ; la Salette est d’ailleurs considérée comme une actualisation, un complément de l’Apocalypse. Cette année, la Salette soufflera ses 168 bougies (16 janvier, Christ de Rio + 8 mois = septembre).

- Enfin cette année le 19 septembre tombe un vendredi, jour de la mort du Christ.

Attention, je n’affirme rien, j’émets juste une hypothèse.
Les 9, 16, 17 et 24 septembre sont aussi des dates à surveiller de très près.

 

8 et 9, chiffres clés de la fin des temps
Nous avons vu que les Etats-Unis et la France représentaient Babylone, ou Sodome et Gomorrhe. Etonnamment, leurs dirigeants sont tous nés au mois d’août : Barak Obama le 4 août, François Hollande le 12 août et Manuel Valls le 13 août.
Pour connaître le châtiment de Babylone, cherchez donc les 8.
On en revient au calcul de tout à l’heure : le coup d’envoi ayant été donné le 16 janvier par la foudre sur le Christ de Rio, 8 mois après c’est septembre, le 9ème mois qui sera celui de la révélation et de la réalisation.

8 et 9 sont les chiffres clés de la fin des temps, pour boucler une période commencée en (17)89 (encore 8 et 9) et même symboliquement le 14 juillet.
Si on dissèque cette date, elle nous confirme tout ce que nous pressentons :
a) 14 et 7 (juillet) l’année en 777 soit 2014,
b) 17 le jour (confirmé par : 17 janvier : Pontmain ; 17 juillet : second Boeing, vol MH17, ces deux 17 étant tous les deux précédés d’un 16 significatif : 16 janvier Christ de Rio et 16 juillet, Notre-Dame du Mont Carmel, qui nous renvoie sur Fatima)
c) 8 et 9 les mois.

C’est pourquoi les 17 seront à surveiller spécialement, ainsi que les mois d’août et septembre. Il faut que les éléments se mettent en place avant le bouquet final ; c’est pourquoi le mystique précède le physique, d’où notre impatience quand à la concrétisation matérielle des prophéties.

 

La Russie, bras armé de la Sainte Vierge pour le châtiment final

Non seulement cela a été prophétisé à Fatima, mais cela s’est réalisé : la Russie communiste a bien répandu ses erreurs à travers le monde, et aujourd’hui, à l’inverse, la Russie convertie s’apprête à châtier la Babylone socialo-communiste.

poutine2Vladimir Poutine n’est pas né en août lui, mais le 7 octobre, jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire. Tout un symbole car cette fête a été instituée après la victoire de la chrétienté à Lépante, le 7 octobre 1571, victoire obtenue grâce à la prière du rosaire.

Si je puis me permettre un rapprochement, dans les litanies de la Sainte Vierge, les deux dernières occurrences sont :
– Reine du saint rosaire
– Reine de la paix
Il est tout de même incroyable de constater que le président né le jour du saint rosaire est aussi celui qui maintient le monde dans la paix, malgré les velléités belliqueuses de l’empire.
Notons aussi que ce sont les deux dernières des litanies : après il n’y a plus rien.

De plus, on retrouve le 17 omniprésent : le 71 de 1571 forme un 17 à l’envers (effet miroir), comme Paray-le-Monial, terre d’élection du Sacré-Cœur (département 71), comme l’apparition de Notre-Dame à Pontmain, en 1871, un 17 janvier (double 17 donc), comme l’apparition à Fatima en 1917.
Point commun entre tous ces 17 : le Christ, je dirai même plus : la victoire du Christ via sa Très Sainte Mère.

Et si justement cette victoire était la paix, une paix maintenue jusqu’au bout, bloquant l’empire dans sa réalisation finale, l’avènement de l’Antéchrist, celui-ci devant mettre fin à la guerre qu’ils auront eux-mêmes créée, afin d’apparaître en prince de la paix.
Pas de guerre, pas d’Antéchrist, d’où l’obligation pour l’empire babylonien de recourir à la surenchère, voire à la solution finale (le feu nucléaire), afin d’obtenir enfin cette guerre dont ils ont un besoin absolu.

De Lépante à aujourd’hui, il y a 443 ans, c’est-à-dire que le 7 octobre nous entrerons dans la 444ème année, comme le président de l’empire, 44ème président des Etats-Unis, le troisième 4 symbolisant la fin d’un cycle.

 

 Diana Vaughan : de précieuses révélations

diana vaughanVoyons maintenant si la date du 29 septembre est plausible pour l’avènement de l’Antéchrist. C’est très important car si c’est le cas, nous savons que le 29 septembre est une date butoir pour les Illuminatis et leur chef, satan.

Diana Vaughan était une grande prêtresse luciférienne, très proche d’Albert Pike, qui fut son mentor. Elle fut miraculeusement convertie à la foi catholique grâce à sainte Jeanne d’Arc, et fera du coup quelques révélations stratégiques en rédigeant plusieurs ouvrages avant d’être assassinée par les francs-maçons. Ces derniers, depuis, ont répandu l’idée qu’elle n’a jamais existée, ce qui est faux et a été prouvé.

Mais là n’est pas le plus important. Voyons tout simplement, avec le recul d’un siècle, si ses révélations se sont confirmées ou pas.

Elle révèle que :
– La grand-mère de l’Antéchrist naîtra le 29 septembre 1896
– La mère le 29 septembre 1929
– L’Antéchrist le 29 septembre 1962
Soit tous les 33 ans

Je rappelle que ce que nous désignons sous le terme Antéchrist correspond à une période et un système politique, économique, culturel et religieux décrit dans l’Apocalypse au chapitre 13 et représenté par deux bêtes. Une bête politique et une bête religieuse.
Ces bêtes, selon les interprétations, désignent tout autant le système que certains de leurs chefs et éventuellement le suprême et dernier chef, qui serait alors l’Antéchrist-personne.

Je précise également que la date du 29 septembre a une valeur symbolique : c’est celle de la saint Michel, chef des armées célestes et principal ennemi de satan. C’est donc les années qu’il faut retenir en premier, mais la valeur symbolique du 29/9 est telle que les événements doivent s’articuler autour d’elle, à proximité.

La grand-mère : 1896
En février 1896, Théodore Herzl publie « l’Etat juif », prônant le rétablissement d’un état juif indépendant en Palestine. Herzl sera à l’origine du mouvement sioniste qui obtiendra en 1917 les garanties de la déclaration Balfour et en 1947, un 29 novembre, la partition de la Palestine.
D’autre part, de son côté, la voyante de la Salette, Mélanie Calvat, écrivait à M. Schmid le 30/09/1896 : « c’est hier qu’a dû naître la grand-mère de l’Antéchrist ». Confirmation importante.

La mère : 1929
Le 11 février 1929, le cardinal Gasparri signe avec l’Etat italien les accords de Latran qui créent l’état moderne du Vatican que nous connaissons aujourd’hui, chose que s’étaient refusés à faire tous les papes depuis 1870 et la fin des états pontificaux.
D’autre part, le krach de Wall Street du 24 au 29 octobre 1929 fut le test grandeur nature de la finance apatride pour montrer sa puissance, et préparer les conditions favorables au déclenchement du deuxième conflit mondial.
Comme pour la grand-mère, on retrouve ici les deux bêtes, dans leurs composantes politiques et religieuses, dans les préparatifs de l’Antéchrist-système, ainsi que les deux mêmes périodes : février/mars et septembre/octobre.

L’Antéchrist : 1962
Là encore, deux faits essentiels viennent corroborer la justesse des révélations de Diana Vaughan : la déclaration d’indépendance de l’Algérie marque la fin, l’aboutissement, de la décolonisation, actée par tous les grands pays colonisateurs, pour faire place à l’empire américano-européen.
De son côté, le concile Vatican II s’ouvre le 11 octobre 1962, c’est le début officiel de l’Antéchrist dans l’église catholique, même si on peut considérer qu’il était déjà en place dès le 28 octobre 1958 par l’élection de Jean XXIII au pontificat.
Toujours février/Mars et septembre/octobre.

Révélation de l’Antéchrist : septembre/octobre 2014
On l’a vu, les dates historiques de la constitution de l’Antéchrist-système politique et religieux ne tombent pas exactement un 29 septembre, mais on peut considérer qu’il s’agit là tout de même d’une date butoir, d’un marqueur important. Tout doit être prêt pour cette date fatidique afin de révéler, enfin, l’Antéchrist-personne, 52 ans après sa naissance.
D’où le choix de Manuel Valls pour l’annoncer.

Car 52 est le chiffre miroir de 25. C’est pourquoi le 25 exprime à la fois la naissance et la mort. Parce que le 25 décembre est la date de la naissance du Christ et le 52 la totalité d’une année, donc la réalisation d’un cycle complet. Le roi Louis IX, saint Louis, est le parfait exemple pour illustrer cette dualité : né un 25 avril, il décède un 25 août.
La révélation de l’Antéchrist 52 ans après sa naissance exprime à la fois la naissance d’un nouveau monde et la mort de l’ancien.
Le tout le 29/9, soit 299, symboliquement un jour avant le 300 (ou 3), le basculement dans le nouveau monde, l’Ordo ab chaos cher aux Illuminatis.

Louis IX comme les 9 papes pour arriver au pouvoir de Satan, comme le 9ème mois, septembre, comme le chiffre de la naissance et de la gestation. Louis IX dont on vient de fêter le 744ème anniversaire de la mort.
Un dernier petit calcul pour le plaisir : sept jours après 25 août, c’est le 1er septembre, 244ème jour de l’année : un signe prémonitoire pour notre 44ème président des Etats-Unis ?

 

 Conclusion

Une fois de plus tout concorde. Les révélations d’une Diana Vaughan il y a un siècle s’avèrent justes, il suffit de connecter les bonnes informations entre elles et surtout de bien analyser ce qu’est l’Antéchrist en réalité : la période de domination satanique la plus absolue avant le retour du Christ.
Il n’est pas nécessaire d’en parler au futur, elle est là sous nos yeux, nous la vivons tous les jours et surtout, nous assistons à ses dernières secousses.

Alors oui, Satan travaille à la phase ultime, installer un Antéchrist-personne sur le trône mondial, et il nous l’annonce par des signes que nous venons de décrypter. Mais le jour où ce fait se réalisera, ce sera aussi celui du châtiment final car il ne peut pas y avoir l’équivalent du Christ sur terre, même pas une heure.
Une période, oui, un système oui, un homme non.

Le mot de la fin revient à la Salette : relisez-le bien à la lumière des informations données dans cet article, car tout est clair maintenant :
« Voici le temps ; l’abîme s’ouvre. Voici le roi des ténèbres, voici la bête avec ses sujets, se disant le sauveur du monde. Il s’élèvera avec orgueil dans les airs pour aller jusqu’au Ciel ; il sera étouffé par le souffle de saint Michel Archange. Il tombera, et la terre qui, depuis trois jours sera en de continuelles évolutions, ouvrira son sein plein de feu ; il sera plongé pour jamais avec tous les siens dans les gouffres éternels de l’enfer.
Alors l’eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les œuvres de l’orgueil des hommes, et tout sera renouvelé. Dieu sera servi et glorifié. »