Tagué: gouvernement

Pendant ce temps, Bruxelles avance

La tour de Babel ?

La tour de Babel ?

Dans l’indifférence générale, le parlement européen vient de retirer le dernier pan de souveraineté qui restait aux nations européennes : celui de la souveraineté budgétaire.

Grand titre du Figaro hier : « Les budgets nationaux placés sous la tutelle de Bruxelles ». Rien que ça !
Et nous apprenons « qu’après les 27 capitales, les eurodéputés ont confirmé mardi, à une écrasante majorité, que la Commission Européenne aura, dès cet automne, un droit de regard sur chaque budget national ainsi que sur le débat parlementaire qui précède le vote. »

Je traduis en clair : les 27 pays de l’Union Européenne, ont donné leur accord pour soumettre leurs projets de budgets à la Commission, quitte à ce qu’ils soient retoqués, accord validé par les eurodéputés aux ordres, à une écrasante majorité.

La souveraineté budgétaire était le dernier bastion des nations. Or, à l’unanimité, les Etats européens ont décidé de faire sauter ce dernier verrou. C’est la clé de voûte de l’édifice européen. Sans retour possible.

La dernière et ultime étape sera celui du fédéralisme, ce que confirme l’article du Figaro : « D’autres, en Allemagne notamment, pensent déjà à l’étape suivante, franchement fédérale : un authentique droit de veto reconnu à l’Europe sur les dérives budgétaires nationales. »

La Grèce, à cause de toutes ses difficultés, a été contrainte d’accepter les diktats de la Troïka (FMI, BCE et UE). Nous, on l’accepte d’emblée, avant même que les vraies difficultés commencent. On anticipe, en quelque sorte, notre soumission future.

hollandeD’où le double jeu du gouvernement : faire croire qu’il maîtrise les dépenses (alors qu’il devrait tailler dedans beaucoup plus) tout en augmentant fortement les impôts directs et indirects pour compenser le manque à gagner fiscal.

François Hollande s’est fait élire en claironnant qu’il ferait payer les riches –concept, au passage, totalement injuste, néfaste, contre-productif et… inefficace- mais on attend toujours sa fameuse taxe à 75% ! Scandaleuse et ridicule : vous donneriez les trois quart de ce que vous gagnez à l’Etat ? Comment justifier une telle spoliation ? Et pour voir ce qu’il en fait ?

X

Par contre, toutes les mesures prises jusqu’à maintenant FONT PAYER TOUT LE MONDE !

  • Gel du barème de l’impôt sur le revenu : tout le mondetax-reform
  • Réduction du plafonnement des niches fiscales : presque tout le monde
  • Baisse du plafond du quotient familial : tout le monde
  • Réduction de l’abattement en ligne directe sur les successions : tout le monde
  • Retour à l’ancien barème ISF : ne fait pas payer les bons
  • Fin des exonérations fiscales sur les heures sup : tout le monde
  • Augmentation du gaz et de l’électricité : tout le monde
  • Augmentation des taxes sur le gazole : tout le monde
  • Alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail (reporté) : tout le monde
  • Rééquilibrage des prestation familiales (à l’étude) : tout le monde
  • Augmentation de la TVA (ça va arriver) : tout le monde
    Tout le monde, c’est-à-dire la classe moyenne : les (trop) pauvres sont à l’abris, les (vrais) riches aussi, par contre ceux qui sont trop riches pour être pauvres mais aussi trop pauvres pour être riches –c’est-à-dire la classe moyenne- celle-là casque en permanence !

D’ailleurs, le Figaro d’aujourd’hui nous apprend que le président est pressé, impatient. Il a terminé son discours mardi à Dijon par cette phrase : « Il nous faudra forcer l’allure pour atteindre la bonne direction. »
D’où la conclusion de nombreux observateurs, que le gouvernement va avoir recours aux ordonnances. Evidemment, c’est beaucoup plus rapide et plus pratique que d’essuyer un débat à l’Assemblée Nationale.
Une telle procédure « court-circuite le débat » s’offusque, à juste titre, Bernard Accoyer.

Ca me rappelle le mariage pour tous.
1 million de personnes défilent à Paris ? Non, non ils étaient 300 000 nous dit le pouvoir. Et puis on s’en fout, la loi sera votée quand même.
700 000 pétitions pour demander un recours au CESE ? Non, non, c’est irrecevable ; on n’étudie même pas. Bon, demander à un organisme truffé de franc-macs d’étudier une loi concoctée par d’autres franc-macs, c’était une gageure. Mais ils auraient pu faire semblant. Même pas.

Ces dénis évidents de démocratie de ce gouvernement de gauche sont des aveux d’impuissance. Il se sait minoritaire et désavoué dans l’opinion mais il avance quand même, coûte que coûte, contre le peuple.

Mais je crois aussi, et surtout, que la vraie raison est qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps : les dernières pièces du puzzle doivent être mises en place avant le feu d’artifice final.