La Samaritaine : admirable éclairage de l’évangile pour notre temps

Le passage dit « de la Samaritaine » est probablement un des plus beaux et des plus éclairants des évangiles : tout y est ou presque, dans une admirable et saisissante synthèse.
Aux commentaires et explications des Pères de l’Eglise sur le sens général de ce passage, que je vais rappeler partiellement ici, je propose d’ajouter une autre interprétation à caractère eschatologique qui m’est personnelle. Je crois avoir perçu un second sens, allégorique lui aussi, pouvant se rapporter à la fin des temps, qui aide à comprendre concrètement le mystère d’iniquité qui nous occupe aujourd’hui.

La Samaritaine, figure de l’Eglise apostate

Commençons par le début : qui étaient les Samaritains au temps de Jésus ?
Lors du partage de la Palestine entre les 12 tribus d’Israël par Josué, le pays qui prit le nom ensuite de Samarie fut occupé par la tribu d’Ephraïm et une partie de celle de Manassé. Après l’éclatement de la Palestine en deux royaumes, celui de Juda au sud et celui d’Israël au nord, ce dernier prit pour capitale Samarie, Jérusalem étant celle de Juda. Par la suite, la Samarie fut envahie par les Assyriens et connut une période de déportation, un peu sur le même scénario que celui que connut le royaume de Juda quelques années après lors de la déportation à Babylone. Cet épisode va créer une suspicion des juifs (c’est à dire de ceux issus du royaume de Juda) vis à vis des Samaritains, les considérant comme impurs, car ayant mêlé leur sang à ceux de leurs envahisseurs -ce dont les Samaritains se sont toujours défendus- et comme schismatiques.
Ainsi, au temps de Jésus, les juifs avaient une grande aversion pour les Samaritains, et réciproquement, qu’ils tenaient pour des païens. Notamment à cause du fait qu’un prêtre schismatique, nommé Manassès, avait bâti un temple magnifique sur le mont Garizim, en Samarie au sud de Sichem, pour y honorer Dieu. Au temps de Notre-Seigneur ce temple n’existait plus depuis 200 ans, mais les habitants de la Samarie continuaient d’y prier et d’y faire leurs offrandes. C’était pour eux un mont sacré. Mais du coup « leur religion était devenue un mélange monstrueux du culte des idoles avec celui du vrai Dieu » (Weber).
Ainsi donc les juifs ne communiquaient pas avec les Samaritains, et même « c’était une loi chez les juifs que personne ne devait avoir pour ami un Samaritain, ni manger, ni boire avec lui, autrement il méritait l’exil » (Mgr Gaume)
Ce qui explique la surprise de la Samaritaine lorsque Jésus lui adresse la parole ; bien qu’il faille traverser la Samarie pour se rendre de Galilée en Judée, les juifs se gardaient de tout contact avec les Samaritains.

Il est donc important, pour notre réflexion, de noter que les juifs accusaient les Samaritains d’hérésie, d’impureté, de schisme et d’idolâtrie.
Pourtant, les Samaritains étaient très probablement du même sang, car issus eux aussi des 12 tribus, adoraient le même Dieu, Yahvé le Dieu d’Israël -bien qu’imparfaitement-, et attendaient eux aussi, tout comme les Juifs, le Messie.

C’est pourquoi on peut voir en la Samaritaine une figure de la Rome apostate.
Il est de coutume, en langage biblique, de comparer l’Eglise à une femme, on dit même qu’elle est l’épouse mystique du Christ.
Or cette femme apostasie sa foi et son Dieu à partir du concile Vatican II, ce qui la rend, à l’instar des Samaritains, hérétique, impure, schismatique et idolâtre. Ce n’est pas une étrangère, puisqu’elle est du même sang, ce n’est pas une mécréante, puisqu’elle adore toujours le vrai et unique Dieu, mais elle s’est rendue indigne du Seigneur, elle l’a apostasié en déformant sa doctrine, dénaturant sa liturgie, désacralisant ses rites et mélangeant sa divinité avec d’autres idoles, dont au premier chef, l’homme lui-même.
C’est pourquoi Jésus-Christ, dans son amour immense et son infinie miséricorde, va devoir aller à nouveau au devant d’elle pour lui rappeler les fondamentaux qu’elle a oubliés, déformés ou négligés.

La 6ème heure = le 6è temps

Jésus arrive au puits de Jacob, là où il rencontrera la Samaritaine, à la sixième heure (midi).
Or il se trouve que les deux bêtes de l’Apocalypse, dont l’Antéchrist est la figure la plus marquante (il est le tout ou une partie de la bête de la mer selon les exégètes), apparaissent à la sixième période, à savoir la sixième trompette.
Cette sixième heure, heure de la rencontre entre le Messie et la Femme, peut donc signifier cette fameuse sixième période de l’Apocalypse, celle des bêtes et de l’Antéchrist, qui se termine par la chute de Babylone, le retour du Christ et le jugement dernier.
Nous noterons également que Notre-Dame apparait à Fatima toujours le même jour (13 du mois) et à la même heure : midi, donc la sixième heure. C’est une autre façon de nous signifier que nous sommes entrés ou que nous entrons dans la sixième période aux alentours de 1917, ou à une date suggérée dans les apparitions (par exemple, l’aurore boréale, 25/26 janvier 1938).

L’eau vive : image de la grâce, mais aussi prédominance des figures allégoriques

Le passage le plus connu de cet évangile est celui où Jésus utilise l’allégorie de l’eau vive pour signifier la grâce divine :
« Si tu savais le don de Dieu, et si tu connaissais celui qui te demande à boire, c’est toi sans doute qui lui aurait demandé à boire, et il t’aurait donné l’eau vive« , source de vie éternelle car « celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai, n’aura plus soif pour l’éternité.« 

« On voit clairement qu’il parle de l’eau de la grâce. Eau divine qui étanche la soif des passions et qui, descendue du ciel, y remonte avec les âmes qu’elle sanctifie » commente Mgr Gaume.
Nous savons tous que « le don de Dieu c’est l’Esprit-Saint habitant dans nos âmes et y opérant les merveilles de la sanctification » (Weber) grâce à ses sacrements, à commencer par le baptême bien entendu, mais aussi l’Eucharistie et la Pénitence.

Or justement, les rites réformés par le concile et sa liturgie désacralisée ont abouti à une quasi disparition de la grâce dans les âmes, ou du moins à un grand amoindrissement de ses effets. Les sacrements sont toujours valides, le Seigneur toujours présent, mais les âmes ne sont aujourd’hui ni préparées correctement à le recevoir, ni disposées à le conserver. Tout simplement parce qu’il faut choisir entre vivre selon la chair ou vivre selon l’Esprit ; or la Rome conciliaire a choisi de vivre selon la chair, avec pour folle ambition (utopique et malsaine) de la rendre compatible avec la foi.

Tout le travail en profondeur du Christ, en cette sixième période, sera donc de refaire découvrir aux Samaritains modernes la puissance et la force de la grâce, ainsi que la vie (éternelle) qu’elle induit. C’est le rôle dévolu à la Tradition, qui perpétue les conditions doctrinales et liturgiques favorables à l’épanouissement de la grâce en nous. L’eau vive.

Second volet de réflexion : la Samaritaine ne comprend absolument pas les paroles du Christ. Elle les prend au premier degré, dans leur sens littéral : comment va-t-il puiser de l’eau dans le puits lui répond-elle ?
Ceci est une leçon, particulièrement applicable à la sixième période de l’Apocalypse, la nôtre. Très souvent, le Christ s’exprime en paraboles, c’est à dire en allégories. Et même dans cet épisode, qui n’est pas une parabole, il choisit l’allégorie de l’eau vive. Or je remarque une très forte tendance de nos contemporains à privilégier le sens littéral des textes alors que manifestement, comme nous l’indique très fréquemment le divin Maître, c’est leur sens mystique ou allégorique qu’il convient de retenir, ou du moins de privilégier. La société contemporaine, comme au temps du Christ, baigne dans un matérialisme ambiant qui influence sa manière de penser ; sa grande erreur est donc de négliger voire écarter ce sens allégorique qui pourtant lui donnerait la clé de compréhension, autant des textes, que de leur rapprochement avec les événements que nous vivons.

Les 5 maris = les papes depuis le concile

Le passage le plus instructif à mes yeux et le plus adapté à une interprétation eschatologique contemporaine est sans conteste celui des 5 maris de la Samaritaine.
Relisons le dialogue entre le Christ et la Femme :
– Va appeler ton mari et revient ici
– Je n’ai pas de mari, répondit-elle
– C’est juste : tu n’as pas de mari. Mais tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas vraiment ton mari. En cela tu as dit la vérité. »

A quoi servent de telles précisions ? A montrer à la Femme qu’il est le maître de tout, qu’il sait tout ? Oui bien sûr, mais de tels détails ne sont pas gratuits : pourquoi ne nous auraient-ils pas été donnés dans un autre but, à savoir nous instruire le moment venu pour une situation similaire ?

Levons un doute, déjà, sur l’éventualité historique d’une telle situation : elle n’est pas impossible du tout : « Suivant saint Augustin, les cinq premiers maris de la Samaritaine avaient pu être légitimes ; chez les Samaritains le mariage était dissous très facilement, et avec la même facilité on formait d’autres liens. » (Mgr Gaume)

Mais dans le rapprochement qui nous intéresse, c’est là une description géniale et prophétique de ce que nous avons vécu depuis le concile.
En effet, nous avons vu que l’Eglise (la Femme) était devenue infidèle, schismatique et apostate depuis le concile Vatican II. Ses « maris » donc aussi. Or le pape est considéré comme le Vicaire du Christ c’est à dire le représentant du Christ sur terre. En d’autres termes, il est la figure terrestre du « mari » de l’épouse mystique du Christ.
Mais ces maris, bien qu’infidèles et indignes, conservent néanmoins le statut de mari ; de même que l’épouse, même infidèle (donc adultère parce qu’elle se prostitue avec le monde), conserve son statut d’épouse. Voilà une dimension que ne saisissent pas les sédévacantistes. Mais Jésus ne condamne pas la femme adultère, dans un autre passage de l’évangile, à méditer.

Ainsi la Femme apostate a eu 5 maris légitimes, ce qui est exact :
Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul 1er, Jean-Paul II, Benoît XVI.
Et le plus remarquable, c’est la suite : l’actuel n’est pas vraiment son mari. Pourtant elle vit avec un homme, en une sorte de concubinage. Homme qui a la place du mari mais qu’elle ne reconnaît pas comme tel. Jésus le lui confirme.
C’est exactement le statut du « pape » François : imposteur élu à la suite d’une démission forcée et donc non valable, il est le premier à être un faux pape : pour la première fois, l’Eglise n’a plus de « mari », coincée entre un imposteur qui se fait passer pour le mari, et un ex-mari qui a perdu son statut en quittant son poste.

Revenir à l’adoration du Dieu unique

Jésus rappelle ensuite les fondamentaux de la doctrine et du mystère de Dieu qu’il est venu révéler aux hommes, et que nos contemporains feraient bien de re-découvrir.
« Crois-moi femme, le moment approche où vous n’adorerez plus le Père ni sur cette montagne, ni à Jérusalem ».
Jésus fait mention ici de la montagne sacrée où les Samaritains adoraient (mal) Dieu, et du Temple de Jérusalem que les juifs considéraient comme l’endroit unique où se trouvait Dieu. A partir du moment où Dieu s’est révélé aux hommes par la bouche de son Fils le Verbe incarné, il ne sera plus nécessaire de fixer un endroit précis où adorer Dieu, car « Dieu est esprit, et ses adorateurs doivent l’adorer en esprit et en vérité. » L’adoration de Dieu, avant d’être liée à un lieu, doit d’abord venir du cœur et de l’âme, c’est avant tout une question de foi.
Et Jésus conclut son dialogue par l’affirmation suprême de sa divinité : « C’est moi [le Messie], moi qui te parle.« , privilège rare dans l’évangile.

Ce que résume parfaitement Mgr Gaume : « Le Seigneur lui fait entendre que c’est lui-même le Messie, en lui annonçant l’établissement d’un culte nouveau, qui sera son ouvrage, et qui ne sera plus circonscrit dans les temps et les lieux, ou particulier à un peuple ; mais sera de tous les temps, de tous les lieux, et le même pour tous les peuples. »

Tout ceci veut dire, rapporté à notre temps, que Notre-Seigneur devra rappeler à son peuple d’apostats QUI il est vraiment et COMMENT ils doivent l’adorer et l’honorer. Car ceux qui le partagent avec des divinités idolâtres comme « le Dieu des musulmans » ou la Pachamama, ont bien besoin d’un rappel des fondamentaux, et particulièrement du dogme de la Sainte Trinité : UN seul Dieu en trois Personnes.

Après l’épreuve, la victoire

Là encore, la suite des propos de Notre-Seigneur ne semble pas nécessaire dans le cadre strict de la rencontre avec cette femme ; par contre, compris dans le cadre de la sixième période, leur pertinence et leur justesse apparaissent en plein jour.
Car il nous fait entrevoir l’issue de cette période :
« Ne dites-vous pas : quatre mois encore et ce sera la moisson ? » ; le Seigneur ajoutant que la récompense sera aussi grande autant pour le semeur que pour le moissonneur, même si « celui qui moissonne est autre que celui qui sème. »

En effet, nos parents se sont battus il y a plus de cinquante ans pour que notre belle religion ne meure pas, pour que la messe et un sacerdoce non dénaturés perdurent, pour que la grâce continue d’abonder dans les âmes. Ils ont semé et nous récoltons les fruits de leur travail.
D’autre part, Jésus utilise l’allégorie de la moisson dans l’évangile du bon grain et de l’ivraie, précisant que la moisson finale aurait lieu à la fin du monde. On ne peut écarter l’idée que ces différentes moissons évoquées de part et d’autre fassent référence à la moisson finale des âmes.

Le chanoine Weber a reconstitué la chronologie de la vie publique de Jésus-Christ ; il situe l’épisode de la Samaritaine au tout début du mois de janvier de la seconde année, précisant « qu’en Palestine, on fait deux moissons, l’une au printemps, l’autre à la fin de l’été. »
Ainsi donc, quand Jésus donne une échéance de quatre mois début janvier, il nous renvoie en avril, c’est à dire, pour simplifier, à Pâques.
Nous ne devons donc pas nous décourager mais ouvrir les yeux et comprendre que les épreuves subies sous le joug de l’Antéchrist se terminent par la victoire du Christ et la grande moisson finale, et que, à l’imitation du divin Maître, l’Eglise doit d’abord passer par les phases de la Passion, de la mort et du sépulcre, avant la Résurrection.

Conclusion

Le rapprochement entre l’évangile de la Samaritaine et notre temps, même s’il est original et audacieux, n’en reste pas moins instructif et éclairant.
Il peut être interprété, en synthèse finale, de deux façons :
– d’une part, c’est un formidable espoir pour toutes les âmes, que le Seigneur Jésus n’a pas oublié ses enfants et qu’il agit en personne auprès de ceux qui le méritent pour leur rappeler les fondamentaux de sa doctrine et les ramener à la foi ; il réserve à une Samaritaine, c’est à dire une apostate, des paroles merveilleuses, une promesse de vie (l’eau vive de la grâce) et le rappel que son Seigneur et son Dieu est venu en personne la visiter : c’est moi qui te parle ;
– et d’autre part, il nous renforce dans nos convictions eschatologiques et nous confirme le calendrier de la fin, car l’homme qui n’est même pas son mari -le pape François- est le dernier de la liste. Comme dans la prophétie des papes. Tout a une fin, même, et surtout, l’Antéchrist.

Les citations inclues dans ce texte sont extraites de deux ouvrages :
Biographies évangéliques de Mgr Gaume
Si tu savais le don de Dieu, les quatre évangiles en un seul, du chanoine Weber

Pour télécharger le fichier pdf de l’article, cliquez sur ce lien :

686 Commentaires

  1. cosette

    Merci à VOUS ! Pour toute la Présence que vousapportez en ce blog…… Cela fait du BIEN !!!!! Bon, je me suis peut-être trompée ?????? Je ne sais pas, mais, ayant regardé le portrait de notre grand segneur :  » MACARON 1er », il me semble que sa dentition ( bof) a été remise en ordre ! . J’imagine que maman briquette mafion y est pour quelque chose. Souriez !!!!! Vous êtes filmés non STOP !!!!!! Nous sommes devenus chinois plus que les chinois !!!!!! Reprenons nos  » marques », nous, la fille aînée de DIEU, la FRANCE !!!!!!!! En UDP Cosette

      • Camaron

        ALERTE :
        l’homme qui rêvait de se réincarner en virus, vient de décéder. (99 A)
        Donc nous risquons d’avoir un nouveau variant anglais, en la personne du Prince PHILIPPE

      • cosette

        oui, et, en effet  » miroir » ON se retrouve avec un 666! Oh, ILS sont forts ( mais pas pour longtemps!!!!! Notre macaron 1er d lmerde a du sang dans les mains ! Il est le  » bébé » de Rototochichi……Déjà une  » figure » de le monde d’hier est partie!!!!! La zézette d’ angleterre n’a rien à voir avec la monarchie catholique des Tudor, elle a du sang juif par sa grand-mère qui avait copulé avec un certain  » baron ». Pas étonnant que les  » mâles » soient circoncis .ON TIENT LE COUP !!!!!! Vive notre si beau pays qu’ils veulent ( la bande à trotochichi) détruire ! Que l’AMOUR, chers frères et soeurs , soit dans votre coeur ! En UDP Cosette PS : Cosette a été  » invitée » par un des sinistres dans un restaurant clandestin!!!!! Cosette, n’oublie pas , que l’an passé, notre macaron de pu….. avait  » établi » le CON finement!!!!!! On voyait sa pétasse, faire son jogging , sans masque !!!!!!! Ils nous ont pris pour des co….Mais, nous le sommes

        • Hugues MPH

          Je me désespère à chaque fois que j’entends parler du sang juif en ces termes, car cela donne à juste titre du grain à moudre aux talmudiques!
          Et je m’amuse en pensant que ceux qui le dénigrent en sont peut-être eux-même « contaminés » sans le savoir!
          Ce n’est pas le sang juif qui est une plaie, mais l’esprit dévoyé et les actions que certains d’entre eux en font.
          Et si le sang juif était une malédiction, que penser de ça? http://www.a-c-r-f.com/documents/FRANQUERIE-Ascendances_davidiques_rois_France.pdf

        • Hugues MPH

          Souri7,
          Je ne saurais pas dire.
          Mais si quelqu’un à des précisions, je suis preneur.
          Mais peut-être pensez-vous aux Ashkénazes, aux Séfarades et autres Mizrahim, sans même parler de la fictive conversion des peuples d’Asie centrale, les Khazars!
          Quoi qu’il en soit ils sont tous de sang juif et avant la diaspora ils sont tous originaires de Palestine!

        • Souri7

          Hugues MPH,
          En fait, je pensais plutôt aux lignées génétiques, comme pour tout peuple, dont les ancêtres seraient les tribus d’Israël.
          J’ai trouvé ce document :
          https://avotaynuonline.com/2020/05/principes-directeurs-du-projet-avotaynu/
          « Dans l’ensemble, les 518 lignées juives que nous avons retrouvées sont d’origine moyen-orientale. Un exemple caractéristique d’une lignée que nous avons identifiée est la lignée AB-033. Elle descend de la lignée J-Z640, selon la classification ISOGG, une ancienne lignée d’ADN-Y de l’âge de bronze (donc pré-juive). L’historien et archéologue de notre projet, Michael Waas, et son équipe étudient ce chromosome Y depuis plusieurs années. Il s’est rapidement développé à la fin de l’âge de bronze, engendrant des sous-lignées que l’on retrouve aujourd’hui au Proche-Orient, dans le Caucase, en Amérique du Sud et parmi les populations ashkénazes et séfarades. Cette étude a permis d’établir la migration des populations juives et non juives de la Méditerranée au cours des 3000 dernières années et d’évaluer leur croissance numérique. »

  2. laurent35

    Olivier VERAN sur Europe 1 le 30/03/2021 :
    https://www.europe1.fr/sante/un-octogenaire-demande-au-conseil-detat-a-etre-deconfine-apres-avoir-ete-vaccine-4034911
    En troisième lieu, « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. » Enfin, « le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu ».

    • laurent35

      Jeanne Smits a aussi été interpellée par les propos d’Olivier Véran :
      https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/04/alors-les-vaccines-contre-le-covid.html

      Ces propos sont confirmés au Royaume-Uni au sein d’un rapport de modélisation pessimiste soumis par l’Imperial College de Londres et publié sur un site du gouvernement britannique :

      « La recrudescence des hospitalisations et des décès est dominée par les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin, soit environ 60 % et 70 % de la vague respectivement. Cela peut être attribué aux niveaux élevés de prise du vaccin dans les groupes d’âge les plus à risque. »

      Le rapport fonde son calcul sur une efficacité à 90 % des vaccins, donc 10 % des plus de 50 ans non protégés, soit 2,9 millions de personnes vaccinées et non protégées dans cette catégorie d’âge, avec à la clef près de 40.000 morts en cas de levée complète des restrictions, voire 59.900 selon un autre modèle signé Warwick, qui prévoit tout cela à la centaine près ! On arriverait ainsi à un décès sur 70 dans la catégorie des personnes de plus de 50 ans ou vulnérables, au lieu de 1 décès sur 200 dans cette même catégorie au cours des 1e et 2e vagues.

      Bien sûr, on navigue en pleine science-fiction. Mais cela mérite tout de même d’être souligné : les vaccins étaient supposés conditionner la levée des restrictions, et voilà que les modélisateurs commencent à dire que la couverture vaccinale associée à cette levée peut encore aggraver la situation.

      On voit donc se concrétiser le scénario annoncé dernièrement par Jacques Attali et le ministre polonais de la santé :
      https://www.medias-presse.info/attali-nous-promet-des-vaccinations-annuelles-et-reconfinements-reguliers-durant-des-decennies/141578/
      https://www.medias-presse.info/le-ministre-polonais-de-la-sante-parle-comme-attali-et-schwab-et-promet-des-decennies-de-tyrannie-sanitaire/141637/
      Pologne – Voici quelques extraits de la déclaration du ministre polonais de la Santé, Adam Niedzielski, dans un entretien diffusé le samedi 3 avril par la chaîne TVN24 :

      « Il y aura de plus en plus de menaces biologiques. Non seulement cela mais elles seront de plus en plus dangereuses et le monde y réagira différemment de ce qu’il a fait jusqu’à présent. Les inspections sanitaires seront l’une des institutions les mieux équipées dans tous les pays. »

      « Si vous me demandez si nous allons revenir à l’époque d’avant la pandémie, alors non. Nous n’y reviendrons pas. Jamais. »

      « Nous ne retournerons jamais dans le monde pré-pandémique. Certains d’entre nous utiliseront toujours des masques et garderont leurs distances par peur de l’infection. »

      « Si vous voulez me demander si la génération des 50 et 40 ans d’aujourd’hui vivra dans un état de menace épidémique jusqu’à la fin de leurs jours, la réponse est absolument oui. »

      Voilà qui a l’avantage d’être clair. Et rejoint complètement les discours de Klaus Schwab et de Jacques Attali.

      L’objectif est évident pour quiconque n’est pas aveugle : l’installation d’une tyrannie mondialiste sous prétexte sanitaire.

        • laurent35

          Exactement, de grands devins mais aussi de grands criminels qui doivent cacher leurs crimes et rester au pouvoir à tout prix sous peine de poursuites. Ils ont mis les mains dans un engrenage qui les conduira à commettre d’autres crimes jusqu’à leur triste fin. Aujourd’hui, ils jubilent et on se demande  » Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ?  » (Ap. 13:4).
          Mais viendra le temps où un ange dira « d’une voix forte :  » Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; adorez Celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les sources des eaux.  » (Ap 14:7).

    • laurent35

      Et le « Pape » François qui ne perd jamais une occasion de soutenir la Bête :
      https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/04/le-pape-francois-reclame-une.html
      Le pape François a adressé le 4 avril dernier une lettre aux participants à la Réunion de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international qui se tient actuellement en ligne du 5 au 11 avril dans le contexte de la « relance » à la suite de la crise créée autour du COVID-19. Le pape y souhaite la mise en place de « solutions nouvelles », « inclusives et durables », par le biais notamment de la création ou de la « regénération » d’institutions de « gouvernance globale ».

  3. Lilium

    Bonsoir @ tous,
    message de MARION SIGAUT sur vk

    **** Judith, notre si belle Judith Reisman vient de nous quitter.
    Son combat d'une vie entière fut exemplaire, sa joie de vivre, son humour, son amour des siens et de ceux qui la soutenaient fut merveilleux à vivre.
    A toi Judith, ma si belle, ma si tendre Judith.
    Dieu t'accueille en son royaume. ****

  4. Genoveva

    Communiqué de Mgr Aupetit aux fidèles de Saint Eugène Sainte Cécile
    https://www.leforumcatholique.org/message.php?num=915062

    Communiqué aux fidèles de St Eugène Ste Cécile

    Chers frères et sœurs,

    À cause de la diffusion dans les médias nationaux d’une vidéo de la vigile pascale du samedi saint à St Eugène Ste Cécile montrant le non-respect des gestes barrières, un grave scandale a éclaté. Il nuit à toute l’Église catholique en France accusée de ne pas appliquer les précautions sanitaires exigées pour tous les citoyens. Il scandalise les fidèles qui appliquent fidèlement les mesures sanitaires et éloigne de la vie sacramentelle les personnes vulnérables et inquiètes qui n’oseront plus se rendre à l’église. Il donne une image d’irresponsabilité du clergé face à la pandémie alors que tant de soignants, de familles et de professionnels payent un lourd tribu à cette situation de crise et au combat contre la maladie.

    Si le Parquet de Paris a ouvert une enquête sous le chef de mise en danger de la vie d’autrui, j’ai dû de mon côté ouvrir une procédure canonique pénale à l’encontre de votre curé.

    Comme archevêque, j’ai la responsabilité de veiller à ce que la loi soit respectée dans les lieux de culte et que les consignes que j’ai données et répétées soient mises en œuvre.

    Quelles qu’aient pu être les interprétations, parfois exagérées, des images par les commentateurs, il apparait tout de même que lors de cette vigile :

    . Nombre de fidèles et de clercs ne portent pas le masque dans les célébrations.
    . Des communions sont données sur la langue sans aucune précaution : le prêtre ne portant pas de masque et ne se désinfectant pas les doigts après chaque communion.
    · Les clercs présents en nombre dans le choeur ne portent pas de masque et ne sont pas distanciés.
    · Il n’y a pas condamnation d’une rangée sur deux ni d’espacement de deux sièges vides parmi les rangs des fidèles.

    Si ce non-respect caractérisé des consignes que j’ai données devait perdurer, je n’aurais d’autre choix que de faire fermer l’église en y interdisant toute célébration.

    Je rappelle ces consignes :

    · remplissage de l’église un rang sur deux avec deux sièges libres entre chaque groupement familial.
    · distance d’au moins un mètre entre les personnes.
    · pas d’attroupement à l’entrée ou à la sortie de l’église.
    · port du masque en permanence à l’exception du moment de la communion.
    · communion par un prêtre portant le masque donnée sur la main, ou bien pour la célébration en forme extraordinaire sur la langue en se trempant à chaque fois les doigts dans une solution désinfectante.

    En ce temps pascal où notre foi en la Résurrection du Christ fortifie notre vie chrétienne et nourrit notre désir de témoigner de notre Espérance par toute notre vie, un appel à l’obéissance filiale vous est adressé. Je compte sur l’effort de chacun de vous, paroissiens de St Eugène habitués à l’une et l’autre forme liturgique, pour appliquer sans réserve ce qui vous est demandé. Vous donnerez ainsi aux nombreux observateurs qui vont désormais scruter l’action liturgique dans votre paroisse un exemple de ferveur authentique d’obéissance et de vraie fidélité à l’Église.

    Michel Aupetit, Archevêque de Paris

      • Pibèque

        St Eugène paye sa position un peu entre deux qui met cette paroisse sous la coupe du couillon.
        Je me demande si ce pseudo archevêque serait aussi pugnace avec Saint Nicolas.
        Que Notre Dame protège les célébrations ce week-end.

    • Michel Mouchart

      N’est-il pas  » au petit  » soin pour son maître Lucifer, ce  » michel  » ?
      Ho petit, ce  » Vopo-collabo  » du Malin !…

      Je m’adresse à vous,
      membres du clergé apostat de Vatican II,
      toutes les Âmes perdues par votre fautes vous serons comptées !

      Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient pour les Siècles des Siècles .
      Amen ! Alléluia !

      • Michel Mouchart

        Sainte Marie, conçue sans péché, priez pour nous pauvres pécheurs qui avons recours à Vous.
        Sainte Marie, merci Marie à la rue de Bac, en 1830 *(Merci Marie 3x.)
        Sainte Marie, merci Marie à La Salette, en 1846, merci Marie d’avoir pleuré pour nous.
        *(Merci Marie 3x.)

        ( Rome perdra la Foi,
        Rome sera le siège de l’Antéchrist,
        Nous y sommes !
        Seigneur Dieu Tout Puissant, j’accepte votre Jugement Divin car je le mérite !
        Amen ! Alléluia ! )

        Sainte Marie, merci Marie à Lourdes, en 1858, merci Marie pour Bernadette et les autres malades.*(Merci Marie 3x.)
        Sainte Marie, merci Marie à Pontmain, en 1871, merci Marie d’avoir repoussé les Prussiens.*(Merci Marie 3x.)
        Sainte Marie, merci Marie à Pellevoisin, en 1876, merci Marie d’avoir repoussé Lucifer de la couche de cette pauvre servante phtisique .*(Merci Marie 3x.)
        Sainte Marie, merci Marie à Fatima, … Pardon Seigneur de ne pas avoir consacré la Russie au cœur immaculé de Marie et au cœur sacré de Jésus ; et la révolution de 1917 s’en fut, miséricorde 3x pour votre Sainte Russie . *(Merci Marie 3x.)
        Sainte Marie, merci Marie à Beauraing, en décembre 1932 janvier 1933, merci Marie pour votre Cœur d’Or.*(Merci Marie 3x.)

        ( Priez, priez, priez,priez mon Fils se laissera touché ; priez, priez, priez, priez toujours, priez encore!)

        Sainte Marie, merci Marie à Banneux, merci Marie pour les pauvres d’âmes que nous sommes tous.
        * (Merci Marie 3x.)

        « Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés.
        Préservez-nous de feu de l’enfer,
        conduisez au ciel toutes les Âmes,
        surtout celles qui ont le plus besoin de Votre Sainte Miséricorde. »

        Seigneur tout puissant, je prie pour vos prêtres qui vous sont restés fidèles, car nous avons besoin d’eux pour vous rendre Grâce et pour sauver l’Église .
        Cependant, Seigneur Dieu tout puissant, qu’il en soit fait selon Votre Divine Volonté, et non la mienne !
        Amen ! Alléluia !

    • Veritas

      Bonjour, il y a quelques mois je dénigrais ce triste archevêque appartenant à la Loge Maçonnique…et tous vos lecteurs me sont tombés dessus.

      Aujourd’hui je réitère, mes mots, de cet ancien docteur devenu Archevêque et placé par ses supérieurs maçonnique dans un lieu crucial de l’Eglise. Rappelons que Notre Dame de Paris est la propriété de l’Etat Français. Par conséquent il semble EVIDENT qu’un pion y soit placé.

      https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/france/qui-appartient-la-cathedrale-notre-dame-de-paris_AV-201904160046.html

      Ce haut lieu touristique n’est ni la propriété de l’Eglise, ni celle de la mairie de Paris. Notre-Dame de Paris, comme la majorité des cathédrales en France, est la propriété de l’Etat, qui a donc la charge de son entretien et de sa restauration.

        • j-luc 56

          Bonjour,
          Nous pouvons penser que c’est bien l’étape suivante après l’EGLISOTEST dans laquelle le curé était outré de voir des fidèles à genoux priant le chapelet devant sa cathédrale ( Tréguier, dans les Côtes d’Armor)
          Chez nous, le département plus bas, les attaques régulières de certains judas, depuis le début de leur cirque se sont faites plus puissantes, envoi des forces de l’ordre , non pas pour protéger le lieu de culte, mais pour essayer de choper un non muselé, menaces envers le prêtre, dénonciation, calomnies, et maintenant suite à l’affaire sur Paris, envoi d’un journaliste …. bon …j’arrête, je suis trop écœuré .

      • Souri7

        Effectivement, c’est un beau-parleur qui trompe son monde.
        Le Credo revisité par ces « pions », à 14’10, lors de l’imposition du pallium à Mgr Aupetit – Messe du 07 octobre 2018
        Omission simple de la phrase « Est descendu aux Enfers »; recevable? Et tout le monde s’en fout; ce qui compte c’est le spectacle. « Belle cérémonie! »

        Les idioties qu’il prononce, c’est avant tout pour décourager les tradi, leur compliquer la vie; vous savez bien, la tactique des bâtons dans les roues… Il se peut que seulement des tradi en arrivent aux messes souterraines avec ces prétextes de virus. Car l’Eglise V2 sert le plan satanique et leur est donc utile.

    • dalencourt

      Mgr Aupetit est tellement aveuglé par sa haine du catholicisme traditionnel qu’il ne se rend pas compte des idioties qu’il prononce.
      S’il y a communion dans la bouche, dit-il, il faudrait que le prêtre se passe les mains au gel hydroalcoolique après chaque fidèle, ce qui est impossible, et une fois de plus ultra exagéré : est-ce qu’une infirmière ou un aide-soignant se nettoie les mains à chaque fois qu’il côtoie quelqu’un ? C’est à dire en permanence ?
      Et puis surtout, le virus est sensé se propager par la salive, et… par les mains justement. D’où le fameux geste de se laver les mains très régulièrement, l’interdiction de se serrer la main ou de faire la bise, la distanciation sociale etc…
      Mais alors… si la communion dans la bouche est potentiellement dangereuse, alors que le prêtre n’est pas en contact avec le fidèle, ni avec la bouche, ni avec la peau, ni la salive, car il dépose l’hostie sur la langue sans toucher la personne, alors la communion dans la main est encore plus dangereuse, car là le prêtre touche quasiment la main du fidèle : horreur ! gross danger ! Donc si on suit le raisonnement de Mgr Aupetit, tous ceux qui distribuent la communion dans la main devraient eux aussi se passer les mains au gel avant chaque fidèle… sont-ce les instructions ? Pas vraiment.
      J’espère que les avocats des prêtres de st Eugène et de la Tradition d’une façon générale, sauront faire valoir ces arguments -parmi d’autres- auprès des autorités ecclésiastiques.

      • Claude Germain V

        Bonjour , un jour j’ai fait la réflexion sur le problème de l’eau bénite a l’entrée des églises , prenons une église moyenne avec 500 ou 600 fidèles qui trempent deux ou trois doigts dans le bénitier d’entrée pour se signer , l’on voyait mème quelquefois au fond du bénitier une espèce de mousse blanchâtre flotter au fond et les gens continuer a se signer sans JAMAIS que quiconque ait pu se plaindre d’une infection quelconque ayant même vu des enfants jouer avec l’eau bénite , s’arroser et même mettre les doigts a la bouche , résultat qui va horrifier certains praticiens en mal de recherche microbienne , surement même peut être moi étant enfant : JAMAIS AU GRAND JAMAIS UNE INFECTION QUELCONQUE SIGNALÉE dans une seule église de FRANCE depuis ? …toujours ..
        Mystère ??? n’est ce pas ? covide a bon dos .
        Bon Dimanche , bonnes prières

        • Pibèque

          Les prêtres FSSPX en particulier indiquent que d’abord l’eau est bénie mais que matériellement, elle est légèrement salée, ce qui l’aseptise.

      • Etheldrede

        Ce qui est choquant c’est que Mgr Aupetit suggère que le prêtre « trempe » ses doigts dans une solution hydroalcoolique entre deux communions. Où est le respect du au Saint Sacrement ? Si le prête garde les doigts joints jusqu’à la fin des communions puis les purifie ce n’est pas pour rien. Ce qu’il propose c’est une profanation de l’eucharistie ni plus ni moins !

    • Olivier le protestant

      Il faudra bien réhabiliter ce malheureux Judas. Ce sera l’oeuvre de miséricorde extrême qui donnera son entière justification au mystère chrétien.

      • dalencourt

        Vous donnez là dans le catholicisme bisounours cher aux conciliaires, dont le raisonnement mène à un enfer vide, quand il existe. La miséricorde ne va pas sans la justice, et la justice divine ne consiste pas à excuser ou minimiser tous les péchés ; ça c’est un raisonnement d’homme, de pécheurs, qui, justement, préfèrent continuer à pécher et invoquent la miséricorde pour se dédouaner de leurs faiblesses et s’auto-rassurer.
        La miséricorde divine consiste à tendre la main au pécheur avant l’issue fatale, à lui donner ses chances jusqu’au moment où il sera trop tard. Judas n’a pas saisi cette chance, il est allé se pendre, c’est terminé pour lui. Il y aurait eu miséricorde et pardon s’il était allé confesser sa faute et exprimer ses regrets auprès du divin Maître après la Résurrection, comme le fils prodigue.
        Réhabiliter Judas, c’est mentir et déformer la miséricorde, pour la rendre compatible avec « le monde » et sa mentalité délétère.

        • Raoul

          Il ne faut pas oublier la parole du Christ à propos de Judas » il aurait mieux valu que cet homme ne fut jamais né » Jésus n’aurait pas dit cela si judas avait été sauvé. Si on se réfère à Marie d’Agreda, non seulement l’âme de Judas est en enfer mais son corps aussi.

        • dalencourt

          Pas seulement Marie d’Agréda : la tradition, la théologie, les Pères de l’Eglise sont unanimes sur la damnation éternelle de Judas.
          Et bien sûr qu’on va en enfer corps et âme : l’un ne va pas sans l’autre. A la résurrection des morts, tous les hommes ressusciteront dans leur corps glorieux, mais les uns iront (retourneront) à la mort éternelle, et les autres à la vie éternelle. Voilà ce qu’enseigne l’Eglise.

        • Raoul

          Bien sûr que toute la tradition, l’enseignement des Pères de l’Eglise, les homélies, les prédications disent unanimement que Judas est damné. Mais lorsque je parlais de Marie d’Agreda, c’était pour dire que si tous les damnés seront un jour corps et âme en enfer, c’est déjà le cas de Judas. Pour Marie d’Agreda, Judas est déjà corps et âme en enfer.

        • Marie-Marie

          Bonjour Louis; cela ne va-t-il pas encore plus loin? N’y a-t-il pas sous-jacent, la volonté de mettre les pleins projecteurs sur une infernale et fausse polémique (damnation -ou non- de Judas), qui va servir de paravent pour (disculper? Cacher?) une autre trahison, sans doute l’apostasie totale de la Vraie religion pour officialiser la ‘religion ‘ bergolienne’ œcuménique?
          C’est tout l’effet que ça me procure…

        • Souri7

          Je le ressens tout à fait de la même façon que vous, Marie-Marie.
          Mais de toute façon, « il faut que ces choses arrivent », et puis viendra la fin.

      • Muscadet

        Il faut peut-être rappeler que l’hérésie qui dit « On ira tous au Paradis » (Polnareff), « Ils ont tous gagné » (Jacques Martin, l’école des fans), s’appelle en langage savant l’ « apocatastase », que c’est dans la liste des hérésies d’Origène du « Peri archon » qui ont été condamnées, après Justinien en 543, au concile de Constantinople II en 553. Bien sûr, dès la « prétendue réforme », elle a trouvé de nouveaux défenseurs… Et dès l’infiltration de toutes les hérésies dans l’Église au XXe siècle… Dans « l’Être et le temps chez Grégoire de Nysse », Jean Daniélou s’enthousiasme pour cette hérésie… Madeleine Daniélou, portée aux nues pour ses écoles de jeunes filles, a donc fait un indianiste, Alain, et un cardinal tenté par les hérésies et le néo-platonisme, Jean. C’est peut-être pour ça qu’une ancienne ministre, passée à Sainte-Marie de Neuilly, puis chez les jèzes de Ginette, puis à HEC, puis à l’Ena et au Conseil d’État, s’agitait il y a dix-quinze ans en répétant « règle d’or ! règle d’or !’, pour parler d’un ensemble de mesures restrictives visant à défense l' »orthodoxie » de la monnaie de l’Empire allemand, sans savoir, personne ne le lui avait jamais appris ni à Neuilly ni à Versailles, que la « règle d’or », pour un chrétien, c’est le fameux passage de l’Évangile « tout ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le aussi pour eux ».

    • Uncle

      « Si Bergoglio sauve Judas …
      Enregistré dans: Blog par Aldo Maria Valli
      par Maurizio Blondet

      Et c’est ainsi que nous avons appris de l’ Osservatore Romano que Bergoglio avait mis une photo dans son atelier où Jésus, nu et à peine ressuscité, « serre Judas dans ses bras après l’avoir enlevé de l’arbre sur lequel il s’est suicidé ». « Scandale de la miséricorde» flotte le flatteur.

      Nous ne serons pas scandalisés; au lieu de cela, nous le verrons comme un symptôme évident de son trouble de la personnalité narcissique, la confession – involontaire mais transparente, comme des symptômes psychiques, au-delà des intentions de ceux qui sont affectés – de la misérable condition spirituelle du sujet. Parce que si un catholique – et un haut prélat – a ses raisons de s’identifier à Judas et essaie de se convaincre (et doit convaincre tous les autres croyants) que Judas a été pardonné, sauvé, l’état de sa conscience est terrible. Il ne lui parle plus.

      Révélant même le fait, rapporté par les flatteurs de l’ Observateur pour plaire à l’irascible et vengeur Narcisse, du texte « de 2018 dans lequel le Pontife parle de Judas et de la miséricorde de Dieu, citant le chapiteau de l’église de Vézelay qui, en la photo, a accroché derrière le bureau dans son étude personnelle »…

      Tout cela doit également être connu des flatteurs de l’Osservatore Romano, coltisssimi. Donc, s’ils lisent le chapiteau de Vézelay et le tableau (inspiré par celui-ci) qu’il avait accroché dans le bureau, c’est que le maître irascible et vindicatif Narcisse ne peut se souvenir de la vérité.

      C’est ce qu’écrivait Aldo Maria Valli avec une précision fulgurante « Le Dieu dont parle Bergoglio n’a pas pour but de pardonner, mais de disculper » .

      Il vaut la peine de relire les passages: «Dans Amoris Laetitia, nous lisons que « l’Église doit accompagner ses enfants les plus fragiles avec soin et préoccupation ». Mais ce n’est pas le cas. L’Eglise doit convertir les pécheurs »…

      Il vaut la peine de relire Amoris laetitia en tant que symptôme: le Narcisse pathologique parle de lui-même, et c’est lui-même qui justifie. Le Christ a dit de Judas « mieux s’il n’était jamais né », condamnation terrible, définitive et douloureuse; Narcisse fable qu’au lieu de cela, Jésus sauvera également Judas ou, pour être honnête, qu’il le sauverait s’il était aussi bon que Bergoglio.

      En fait, il déforme l’Église du Christ et sa doctrine pour l’adapter à sa maladie (appelons-la). Après tout, si vous y réfléchissez, c’est la même procédure que les militants LGBT mènent – avec succès: déformer toute la société pour qu’elle soit adaptée à leurs vices. Dans la société, cela conduit au droit au totalitarisme déformé et déviant, pour lequel les militants homosexuels entrent dans les écoles pour «éduquer» les enfants des autres, violant le droit des parents d’éduquer leurs enfants. Dans l’Église, cela conduit au résultat, franchement anti-chrétien, de cacher aux croyants le chemin du repentir-sauveur, et nous conduit à l’impénitence finale. Déjà dans les masses bergogliennes, des variations hérétiques effrayantes sont entendues pour apaiser le Narcisse: « La paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » (dictée de l’Evangile) a été changée en « La paix sur la terre aux hommes que Dieu aime ». Déjà la formule nécessaire (et exorciste) du confiteor, « Je confesse à Dieu tout-puissant à tous les saints et à vous frères que j’ai beaucoup péché en paroles, en actes et en omissions » a été rapidement figée dans la formule « kyrie eleison », car les modernistes extrêmes savent bien revenir à la« tradition grecque antique » quand cela leur convient pour ne pas faire comprendre aux fidèles de quoi il s’agit. Chez les prêtres, même les bons, c’est tout un discours de «fragilité» excusable quand ils devraient dire «péchés», comme le dit Valli, c’est une exonération et une excuse attribuées au Christ lui-même. Je crains vivement que dans la prochaine encyclique, l’assomption de Judas au ciel ne soit proclamée, car Bergoglio a appris que le Christ l’a excusé. »

      https://www.aldomariavalli.it/2021/04/09/se-bergoglio-salva-giuda/

      • laetitiadelacroix

        C’est bien vrai ce que la psychologie nomme  » conduites à risque » L’Eglise l’ a toujours désigné sous le terme de  » débauche ». d’expérience personnelle les prêtres bien souvent ne veulent pas gérer cela seuls au point de conditionner l’absolution a une obligation de soin.

    • laurent35

      Cette question de réhabilitation de Judas est peut-être plus importante qu’il n’y paraît à première vue. L’article et en particulier le tableau exposé dans le bureau du Pape François nous montrent que le Pape et son entourage l’ont déjà réhabilités en leur for intérieur.

      Réhabiliter Judas, c’est réhabiliter les juifs déicides (pharisiens puis talmudiques), et pire encore, c’est réhabiliter Satan et lui permettre de proclamer publiquement son triomphe. On arriverait alors au terme de l’évolution vers la religion syncrétique universelle, la gnose universelle (lire Jean Vaquié plus bas).

      Voici ce que disait BHL en 1979 ( http://mk-polis2.eklablog.com/archive-le-malade-bhl-et-son-maitre-lucifer-a126495474 ) :
      « Qu’est-ce que c’est que Satan ? […] Satan c’est Lucifer, Satan c’est le porteur de lumière, Satan c’est celui qui a donné aux hommes les arts et les lettres que Dieu avait tenu enfermés sous 7 sceaux et donc Satan c’est d’une certaine manière l’intelligence, c’est la clairvoyance, c’est la pénétration, c’est tout ça Satan. Alors, moi j’ai tendance à penser que le fait que Judas soit Satan, ça veut dire que dans cette cohorte d’apôtres, Judas était celui qui de manière immanquable était le plus à même de deviner, de reconnaître ce que Jésus annonçait et de reconnaître le Fils de Dieu en Jésus. […] Je pense qu’il est urgent de réhabiliter Judas. […] Judas était en raison même de la présence de Satan en lui c’est-à-dire de cette puissance de lumière et d’intelligence le seul probablement à croire ce que les onze autres apôtres se contentaient de savoir […] »

      BHL nous livre ici la pensée des juifs talmudiques et des franc-maçons, tous gnostiques. Pour eux, Satan est le dieu bon qui apporte la connaissance aux hommes, alors que le Vrai Dieu, le nôtre, serait un dieu mauvais qui a voulu laisser les hommes dans l’ignorance.
      —-
      A ce sujet, voici un commentaire de l’ouvrage « Fils de la Veuve » de Jean-Claude Lozac’hmeur :

      Cliquer pour accéder à Vaquie-Cahier_11.pdf

      Cheminant dans le décor des légendes païennes, [Jean-Claude Lozac’hmeur] observe l’existence, non pas d’une seule et unique tradition antique, mais de deux traditions distinctes et même antagonistes : la tradition biblique et la tradition gnostique.

      Résumons d’abord la tradition biblique, autant qu’il est en notre pouvoir. Elle est contenue dans le texte de la Genèse. Un Dieu bon a créé l’homme dans un état de bonheur paradisiaque. Un démon mauvais (le serpent) le fait chuter et l’homme se voit chassé du paradis et il est contraint de traîner désormais une existence éphémère et pénible. Mais le Dieu créateur, à la fois juste et bon, promet le rachat (Protévangile).

      Dans l’autre tradition, calquée sur la première, mais en sens inverse, un dieu bienfaiteur de l’humanité (le serpent de la Genèse) veut procurer à l’homme le bénéfice de la « connaissance ». Ce dieu bienfaiteur est donc le vrai père de l’homme. La « connaissance », indispensable à la vie heureuse, est sa mère véritable. Mais voilà qu’un dieu tyrannique, voulant conserver pour lui seul la « connaissance », condamne le héros bienfaiteur (le serpent) qui devient ainsi une innocente victime. Mais alors l’homme devient orphelin puisque privé de son bienfaiteur et père. Quand à la « connaissance » privée de son mari, le serpent, elle devient veuve. Il ne reste plus à l’homme qu’à tuer le dieu tyrannique et injuste qui est positivement l’assassin de son père et il ramènera ainsi sur la terre la « connaissance » et l’Age d’or. Ces deux traditions aussi anciennes l’une que l’autre, représentées de nos jours l’une par l’Eglise et l’autre par la maçonnerie, sont radicalement incompatibles puisque, l’auteur nous le fait plusieurs fois remarquer, elles ne reconnaissent pas le même dieu.
      —-
      Au sujet de la Gnose Universelle, voici un extrait d’un cahier de Jean Vaquié :

      Cliquer pour accéder à C126_Vaquie_Occultisme-et-fo-%20catholique_16p.pdf


      Après avoir longtemps employé des circonlocutions prudentes, au temps où l’Église leur inspirait encore une certaine crainte, les écrivains gnostiques s’expriment aujourd’hui ouvertement. Ils proclament que la gnose n’est pas autre chose que la théologie de la future et prochaine religion universelle. Seulement la gnose n’est encore qu’une doctrine ésotérique, tout au moins en théorie, c’est-à-dire une doctrine réservée à une élite. Une élite longtemps cantonnée dans des congrégations initiatiques mais qui va s’élargissant à toutes sortes de cercles intellectuels et universitaires et cela dans le monde entier. Cette gnose, encore ésotérique, laisse subsister au-dessus d’elle, à la surface sociale, les religions exotériques, c’est-à-dire les grandes confessions installées. Et elle se contente, pour le moment, de les unifier insensiblement. De sorte que nous n’avons pas quitté la phase du pluralisme. C’est ce pluralisme religieux que l’œcuménisme conciliaire met en pratique et en application avec une remarquable docilité. La diversité des religions établies est maintenue tant que la gnose sous-jacente n’aura pas réussi à les unifier substantiellement. Or elles résistent à cette uniformisation parce que leur clergé, c’est bien naturel, tient à son rôle dirigeant. Il faudra pourtant en arriver un jour, sous la pression des sociétés gnostiques, à cette unification finale, c’est-à-dire à l’établissement d’une religion syncrétique. C’est par elle, beaucoup plus que par le pluralisme, que Lucifer proclamera publiquement son triomphe. Le pluralisme œcuménique n’est qu’une étape. La religion syncrétique ce sera la gnose universelle. Quels vont être les agents de ce passage du pluralisme au syncrétisme ? Nous simplifierons et nous énumérerons seulement les trois principaux de ces agents que l’on voit si souvent apparaître comme thèmes de la gnose moderne. Que convient-il d’unifier, dans les diverses religions du monde, pour les fondre en une religion unique ? Il suffit d’unifier la tradition, la mystique et le symbolisme.

      • Nico

        Une question : pourquoi alors lors des récits de personnes ayant vécues une EMI, elles nous disent que dans l’au-delà elles avaient accès à toute la connaissance, elles savaient tout sur tout (les mathématiques, la physique, etc) ? Dans les Cieux on connait tout, sur Terre on ne connait que très peu. Il semblerait alors que lors de notre naissance on ne nous donne pas toutes ces connaissances immédiatement, mais après notre mort on y aurait accès, pourquoi ?

        • dalencourt

          Méfiez-vous des EMI, rien ne dit que dans « l’au-delà » ces gens aient rencontré le Bon Dieu ; parce que ce qu’ils décrivent ressemble plus aux séductions de Lucifer qu’à la sagesse divine. Ces témoignages relèvent du scénario du film Highlander (l’accès à la connaissance totale), ce serait plutôt une ode au suicide : pourquoi attendre pour obtenir une telle félicité ?

          A ces EMI douteuses, je préfère la parole de saint Paul, qui nous a dit que notre connaissance sur terre était partielle et incomplète ; parce que le Ciel, ça se mérite, et parce qu’il faut être auprès de Dieu pour obtenir ce complément de connaissances, car sur terre l’homme est trop limité.
          Il ne faut pas oublier que l’homme a été créé pour la vie éternelle, c’est à dire non pas pour les quelques années sur terre, mais bien pour tout le temps après la mort terrestre, qui n’est que celle du corps (appelé à ressusciter d’ailleurs), mais pas celle de l’âme.

        • Souri7

          Mais enfin, Nico, parce que c’est réitérer le péché originel : préférer les connaissances à Dieu Lui-même. Attention, la séduction est avant tout intellectuelle. Relisez les Béatitudes. Relisez saint Paul, l’hymne à la charité (amour de Dieu et du prochain). L’inversion satanique c’est de mettre ce qui passe après en avant.
          Seuls les purs auront accès à la Connaissance éternelle. « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils Te connaissent, Toi, le seul vrai Dieu, et celui que Tu as envoyé, Jésus-Christ. » Jean 17,3
          « Heureux les coeurs purs, ils verront Dieu. »
          Sut cette terre, on a à peine idée de ce qu’est la pureté divine, même croyants.

        • Pibèque

          Il me semble qu’il est indiqué dans le Nouveau Testament que les élus n’auront pas accès à toute la connaissance divine. Ils comprendront bien des mystères mais ne deviendront pas l’égal de Dieu pour autant.

      • laurent35

        Petite précision concernant la date d’écriture des cahiers de Jean Vaquié :
        – le cahier 9 intitulé « Occultisme et foi catholique » est un numéro spécial de l’Action Familiale et scolaire paru en 1988 ( https://www.amazon.fr/OCCULTISME-FOI-CATHOLIQUE-principaux-gnostiques/dp/B0766496HW )
        – le cahier 11 intitulé « Divers » comprenant un passage relatif à l’ouvrage « Fils de la Veuve » de Jean-Claude Lozac’hmeur a été écrit entre 1990, date de parution des « Fils de la Veuve » et 1992, date du décès de Jean Vaquié.

        Les cahiers sont téléchargeables ici :
        http://www.virgo-maria.org/D-Gnose-et-Contre-Eglise/Jean_Vaquie/index_jean_vaquie.htm

      • laurent35

        Pour répondre à Nico, j’ai trouvé un document intéressant de Notre-Dame de Chrétienté :
        https://manualzilla.com/doc/6491111/22-29-30-31-mai-2004-dossier—un-seul-seigneur–une-seul

        Page 50
        1. Que faut-il entendre par sainteté et justice originelles ?
        « A la lumière de la Bible, l’état de l’homme apparaît, avant le péché, comme une condition de perfection originelle, exprimée en quelque sorte par l’image du “paradis” que nous offre la Genèse.
        Si on se demande quelle était la source de cette perfection, la réponse est qu’elle se trouve surtout dans l’amitié avec Dieu, moyennant la grâce sanctifiante, et dans ces autres dons, appelés en langage théologique « préternaturels » qui ont été perdus à cause du péché.
        Grâce à ces dons divins, l’homme, qui se trouvait lié en amitié et harmonie avec son « Commencement”, possédait et maintenait en soi l’équilibre intérieur sans être angoissé par la perspective de la décadence et de la mort. La “maîtrise” du monde que Dieu avait accordée à l’homme dès le début se réalisait avant tout chez l’homme lui-même comme maîtrise de soi. Et dans cette maîtrise de soi et cet équilibre, on trouvait “l’intégrité” de l’existence (integritas), en ce sens que l’homme était intact et ordonné dans tout son être parce que libre de la triple concupiscence qui le plie aux plaisirs des sens, à la convoitise des biens terrestres et à l’affirmation de soi contre les impératifs de la raison.

        Commentaire : le document ne cite ici que 3 dons préternaturels, l’immortalité, l’impossibilité et l’intégrité mais il y en avait un quatrième : la science infuse.

        Page 51
        2. En quoi a consisté précisément le premier péché de l’homme ?
        Il convient d’abord de rappeler que “Dieu a créé l’homme à son image et l’a constitué dans son amitié. Créature spirituelle, l’homme ne peut vivre cette amitié que sur le mode de la libre soumission à Dieu. C’est ce qu’exprime la défense faite à l’homme de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, “car du jour où tu en mangeras, tu mourras” (Gn 2, 17). L’arbre de la connaissance du bien et du mal (Gn 2, 17,) évoque symboliquement la limite infranchissable que l’homme en tant que créature, doit librement reconnaître et respecter avec confiance. L’homme dépend du Créateur : il est soumis aux lois de la création et aux normes morales qui règlent l’usage de la liberté” CEC 396.
        Or, 1’ “homme, tenté par le diable, a laissé mourir dans son coeur la confiance envers son Créateur (Gn 3, 1-11) et, en abusant de sa liberté, a désobéi au commandement de Dieu. C’est en cela qu’a consisté le premier péché de l’homme (Rm; 5, 19). Tout péché, par la suite, sera une désobéissance à Dieu et un manque de confiance en sa bonté” CEC 397.
        “Dans ce péché, l’homme s’est préféré lui-même à Dieu, et par là même, il a méprisé Dieu : il a fait choix de soi-même contre Dieu, contre les exigences de son état de créature et dès lors contre propre bien. Créé dans un état de sainteté, l’homme était destiné à être pleinement “divinisé” par Dieu dans la gloire. Par la séduction du diable, il a voulu “être comme Dieu”, mais “sans Dieu, et avant Dieu, et non pas selon Dieu” CEC 398.

        Commentaire : On voit donc que Dieu n’a pas voulu priver les hommes de la connaissance mais Il a soumis Adam et Eve à un test d’obéissance qui était en fait un test d’amour. Ils ont désobéi par manque d’amour de Dieu pour satisfaire leur ego, par orgueil, pour être comme Dieu.

        Page 52
        Par souci de clarté, récapitulons l’essentiel sous forme de tableau :

        JUSTICE ORIGINELLE (Harmonie) : Soumission de l’homme à Dieu
        * Assurée par la grâce sanctifiante
        * Est la source de la rectitude de la nature: Intégrité (soumission des passions à la raison), Immortalité et Impassibilité, Science

        PECHE ORIGINEL (Désordre) : Révolte contre Dieu
        * Entraîne la perte de la grâce sanctifiante
        * A pour conséquence le désordre de la nature : Concupiscence, Mortalité et Passibilité, Ignorance

        Page 53 :
        Retenons que, depuis la blessure du péché originel, l’homme n’est plus dans un état de “nature intègre“ mais de “nature déchue“. Et, dans l’état actuel de notre nature corrompue, l’homme est devenu incapable de vouloir et de faire tout le bien, même simplement naturel. Il est comme un malade, nous dit saint Thomas, qui, sans être totalement paralysé, ne peut plus se mouvoir normalement, et attend qu’un secours étranger vienne à son aide. Ce qui faisait dire à Chesterton « Otez le surnaturel et il ne reste que ce qui n’est pas naturel”.

        Et nous constatons, hélas combien, là où il n’y a plus la vie de la grâce, la loi naturelle est alors bafouée (avortements, vices contre nature, …) et des vérités d’ordre naturel sont niées ou remises en question (existence de Dieu, immortalité de l’âme, …).

  5. Uncle

    Un texte qui rejoint un de vos articles (je ne sais plus lequel) concernant Saint-Paul au chapitre 4 de l’épître aux Galates:

    « Le pape et le malentendu (voulu?) Sur les «religions abrahamiques»
    Enregistré dans: Blog par Aldo Maria Valli
    chez Luis Sergio Solimeo

    Lors de son voyage en Irak (du 5 au 8 mars), le pape François a répété à plusieurs reprises qu’Abraham est à la racine du judaïsme, du christianisme et de l’islam.

    À son arrivée, il a dit aux autorités civiles qu’il arrivait dans cette terre « liée, par le patriarche Abraham et de nombreux prophètes … aux grandes traditions religieuses du judaïsme, du christianisme et de l’islam »[1].

    Le Souverain Pontife a réitéré l’idée le lendemain lors d’une rencontre interreligieuse dans les ruines d’Ur, déclarant qu’il reviendrait «à la naissance de nos religions. Ici, où vivait Abraham notre père ». Dans la prière des fils d’Abraham par laquelle il a conclu son discours, il a dit qu’en tant que « fils et filles d’Abraham appartenant au judaïsme, au christianisme et à l’islam », il a remercié Dieu « de nous avoir donné Abraham comme père commun dans la foi « [2].

    Cette conception découle de passages confus des documents de Vatican II Lumen gentium ( n ° 16 ) et Nostra aetate ( n ° 3 ), qui suggèrent que le judaïsme et l’islam d’aujourd’hui proviennent du patriarche Abraham.

    Ce sont des textes qui montrent l’influence du père orientaliste français Louis Massignon (1883-1962) et sa théorie sur les «religions abrahamiques», qui incluent vraisemblablement le judaïsme, l’islam et le christianisme.[3].

    Abraham et l’Islam

    Les défenseurs de la théorie non prouvée selon laquelle les musulmans descendent d’Abraham affirment que cela s’est passé par Ismaël. Cependant, il faut se rappeler que la bénédiction du patriarche est passée à ses descendants par Isaac et Jacob, et non par Ismaël, son fils avec Agar. Par conséquent, même si les musulmans descendaient d’Ismaël, l’Islam ne pouvait pas être qualifié de «religion abrahamique» dans un sens spirituel.

    En effet, le livre de la Genèse nous dit:  » Abraham dit à Dieu: » Si au moins Ismaël pouvait vivre avant toi!  » Et Dieu a dit: ‘Non, Sarah, votre femme, vous enfantera un fils et vous l’appellerez Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance éternelle, pour être son Dieu et sa progéniture après lui. Aussi concernant Ismaël, je vous ai entendu: voici, je le bénis et je le rendrai fécond et très, très nombreux: il engendrera douze princes et de lui je ferai une grande nation. Mais j’établirai mon alliance avec Isaac, que Sarah vous donnera naissance à cette date l’année prochaine » » (Genèse 17,18-21).

    Bien que la révélation divine exclut un lien spirituel entre Abraham et les musulmans, cela exclurait-il les liens biologiques?

    Il n’y a aucune preuve de tels liens ancestraux. Le père René Dagorn fit une étude méticuleuse des généalogies arabes avant l’émergence de l’islam (en 622 après JC) et découvrit que les noms Abraham (Ibrahim), Ismaël et Hagar n’avaient jamais été utilisés. Si les Arabes descendaient d’Ismaël, conclut le P. Dagorn, ils garderaient la mémoire de ces noms en les utilisant pour leurs enfants[4].

    Le père islamologue Antoine Moussali démontre également que l’Abraham biblique et le coranique n’ont rien de commun. La promesse de Dieu à Abraham de l’Écriture s’est accomplie en Jésus-Christ. Le Coran présente Abraham comme le défenseur de l’unité de Dieu[5].

    Un autre islamologue, le Père François Jourdan, demande: «Comment Abraham peut-il être le père de différentes religions? … Sous quel titre Abraham est-il un père dans la foi? Comment peut-il être père dans nos religions respectives, car ce sont des religions différentes? ». Il explique qu’il est plus approprié de définir l’islam comme une « religion adamique » car il considère Adam comme le premier prophète monothéiste[6].

    Abraham et ses vrais descendants

    Abraham n’était pas le fondateur d’une religion. Dieu l’a choisi comme patriarche de ce qui allait devenir le Peuple Élu, de qui naîtrait le Fils de Dieu selon la chair. L’alliance de Dieu avec Abraham était due à sa foi, sa fidélité et sa confiance. Après avoir essayé de sacrifier son fils Isaac, Dieu l’a béni, lui promettant une énorme postérité et une grande puissance, et ses descendants seraient bénis à cause de lui (voir Genèse 18).

    Cependant, l’héritage biologique à lui seul ne suffirait pas à faire des «enfants d’Abraham». Ses descendants devaient participer à l’esprit d’Abraham et à sa fidélité à la promesse de Dieu. Saint Jean-Baptiste a réprimandé les pharisiens et les sadducéens, qui se croyaient sauvés parce qu’ils étaient descendants d’Abraham, en disant: «Portez donc du fruit digne de conversion, et ne croyez pas vous pouvez dire entre vous: Nous avons Abraham pour père. Je vous dis que Dieu peut ressusciter des enfants d’Abraham de ces pierres »(Mt 3, 8-9).

    Jésus lui-même a averti les pharisiens qu’il ne suffisait pas d’être un descendant d’Abraham dans la chair. «Ils lui répondirent: ‘Notre père est Abraham.’ Jésus répondit: « Si vous êtes enfants d’Abraham, faites les oeuvres d’Abraham! » (Jn 8, 39).

    Spirituellement, le diable était le père des pharisiens, non d’Abraham, car le Sauveur a continué en disant: « Toi qui as le diable pour père, et qui veux accomplir les vœux de ton père » (Jn 8, 44).

    N’ayant pas reconnu le Rédempteur promis, les Juifs ont cessé d’être «enfants d’Abraham» au sens spirituel parce qu’ils ont rejeté le but même de la promesse faite par Dieu au patriarche, à savoir la venue du Messie, Notre Seigneur Jésus-Christ.

    Chrétiens, les vrais enfants d’Abraham

    Saint Paul enseigne que ceux qui croient au Christ sont les vrais enfants d’Abraham. Il a écrit aux Galates: «afin qu’en Jésus-Christ la bénédiction d’Abraham passe au peuple […] Or, c’est précisément à Abraham et à ses descendants que les promesses ont été faites. L’Écriture ne dit pas: «et à vos descendants», comme s’ils étaient nombreux, mais «et à vos descendants», quant à un seul, c’est-à-dire le Christ (Galates 3,14.16).

    Cornelius a Lapide, le grand exégète, commente ce passage comme suit: «La promesse de l’Esprit. Les enfants d’Abraham, c’est-à-dire ceux qui croient en Christ, le descendant d’Abraham a reçu la promesse du Saint-Esprit pour nous justifier et nous sanctifier. Parce que quand Dieu a dit à Abraham, « toi », c’était pour sa progéniture, qui est Christ, que la bénédiction a été donnée « [7].

    Dialogue interreligieux et confusion

    Au lieu de défendre l’orthodoxie de la foi, de renforcer la fidélité des catholiques et ainsi d’obtenir la conversion des infidèles, le pape François ne s’intéresse qu’au «dialogue» avec ces derniers. Le résultat est que ni les infidèles ne sont convertis ni les catholiques ne sont confirmés dans la foi.

    La confusion augmente régulièrement, et avec elle l’apostasie, en raison des omissions du Pasteur suprême de l’Église dans la confirmation des baptisés dans la foi (voir Lc 22, 32).

    Comme Abraham, nous devons aujourd’hui avoir une confiance absolue en Dieu et attendre son intervention, comme lorsqu’il a envoyé l’ange dans l’Ancien Testament pour empêcher l’immolation d’Isaac.

    Prions Notre-Dame de la Confiance, « Mater mea, fiducia mea » , pour qu’elle nous aide en ces temps terribles.»

    https://www.aldomariavalli.it/2021/04/10/il-papa-e-lequivoco-voluto-sulle-religioni-abramitiche/

    Je retiens encore une fois: «… La promesse de Dieu à Abraham de l’Écriture s’est accomplie en Jésus-Christ. Le Coran présente Abraham comme le défenseur de l’unité de Dieu… Au lieu de défendre l’orthodoxie de la foi, de renforcer la fidélité des catholiques et ainsi d’obtenir la conversion des infidèles, le pape François ne s’intéresse qu’au «dialogue» avec ces derniers. Le résultat est que ni les infidèles ne sont convertis ni les catholiques ne sont confirmés dans la foi.»

    C’est exactement ce que fait Bergoglio, défendre l’unité en un Dieu et ne pas convertir.

    De là, je m’interroge grandement à savoir si le Père n’interviendra pas avant l’inauguration du centre de culte abrahamique à Abou Dhabi en septembre 2022. Car ce jour là sera la consécration à l’œcuménisme et il n’y aura plus de retour en arrière, dans le sens que Bergoglio s’en servira pour balancer ce qui reste de l’église conciliaire, dans une fusion totale.

    • laurent35

      Cet article est très intéressant et correspond au premier agent d’unification des religions évoqué par Jean Vaquié dans mon commentaire du 10 avril 2021 – 16 h 14 min : l’unification de la tradition. Voici un extrait du chapitre sur la tradition universelle :

      « Les grandes religions feront un grand pas vers leur unité en cultivant leur source commune qui est la tradition universelle. Les sociétés ésotériques se chargeront de les leur faire connaître. Telle est, très schématiquement définie, la tradition universelle selon les gnostiques d’aujourd’hui.
      Demandons-nous maintenant quelle est la doctrine de l’Église sur ce sujet très important.
      Le fil de la tradition primordiale a été miraculeusement conservé par Abraham. La pièce maîtresse de cette tradition antique était l’annonce d’un Sauveur qui devait venir « aux temps marqués ». Annonce qui ne s’est finalement perpétuée intacte que dans le peuple d’Israël.
      Les grands jalons de cette tradition authentique sont donc : Adam, Noé, Abraham et Moïse. Elle est contenue dans l’Ancien Testament. Et elle aboutit à Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui en est la réalisation, étant le Sauveur annoncé.
      Jésus-Christ procède à une Révélation nouvelle, laquelle est consignée dans le Nouveau Testament et la Tradition apostolique.
      Deux traditions sont fondamentalement en lutte sous nos yeux. Loin de véhiculer le même contenu notionnel, ces deux traditions sont antagonistes. L’une transmet, sans dissimulation, la religion du vrai Dieu, c’est la Tradition apostolique dans laquelle la tradition primordiale authentique est incluse tout entière. L’autre, appelée par les néognostiques, la Tradition primordiale, transmet, sous un travestissement de lumière, la religion ténébreuse de celui qui veut prendre la place de Dieu. »

      Le deuxième agent d’unification, c’est la mystique. Voici ce qu’en dit Jean Vaquié dans le chapitre « La mystique universelle » :
      « Dès lors les gnostiques s’adresseront aux chrétiens en leur disant : «Vous prétendez que vos mystiques communiquent avec Dieu ; vous avez raison. Mais les mystiques de toutes les autres religions eux aussi communiquent avec Dieu». Toutes les religions s’équivalent dans le domaine de la contemplation. L’affirmation de l’équivalence mystique universelle est l’un des plus sûrs moyens d’unifier les religions.
      Voici la position catholique en cette matière.
      L’âme chrétienne se distingue de celle qui ne l’est pas. Elle s’en distingue essentiellement par la Foi dont elle a reçu la marque au baptême. Dès lors c’est la grâce divine qui va l’éclairer et l’instruire.
      L’âme non chrétienne de bonne volonté peut recevoir de Dieu des grâces adaptées à sa situation. Mais elle ne parviendra pas à la contemplation du Dieu Trinité et du Verbe Incarné Rédempteur de l’humanité.
      Les maîtres de la vie spirituelle catholique ont édicté les règles bien connues du discernement des esprits. L’une des principales est que les « consolations mystiques » ne doivent pas être recherchées. Il faut les goûter quand elles se présentent, mais il ne faut rien faire pour les provoquer. Or précisément la mystique de toutes les autres religions est faite de recettes pour provoquer la vision, l’extase, le commerce sensible avec l’au-delà. »

      Cette unification de la mystique se retrouve dans différentes déclarations du Pape François et en particulier dans le document d’Abou Dhabi sur la Fraternité humaine signé par le pape François et l’imam Al-Tayeb d’Al-Azhar le 4 février 2019 dans lequel on trouve cette fameuse phrase qui a choqué tous les catholiques :
      « Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine, par laquelle Dieu a créé les êtres humains. »
      https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2019/02/analyse-document-abou-dhabi-pape-francois-al-tayeb-critique.html

      La réhabilitation de Judas entre aussi dans ce cadre d’unification des religions et vise en particulier les juifs.

      Le Pape François avait aussi fait fort en 2016 en réhabilitant Luther en exposant une statue de Luther salle Paul VI au Vatican le 13 octobre 2016 à l’occasion de la réception d’une délégation de 2000 luthériens. Il s’agissait évidemment de rallier les protestants à cette religion universelle.

      Et le troisième agent d’unification porte sur le symbolisme. Voici ce qu’en dit Jean Vaquié dans le chapitre « Le symbolisme universel » :
      « Le méditatif gnostique, en comparant les œuvres de Dieu entre elles, va évidemment trouver des harmonies en nombre illimité. Il va inventorier un univers indéfiniment harmonieux. Ce faisant, il déclarera qu’il pratique un symbolisme ouvert parce qu’il ne s’imposera aucune règle. Sa pensée étant cosmocentrique, il regardera l’univers comme étant à lui-même son propre symbole. Pour lui le cosmos, dont le haut correspond au bas et en fournit le type, sera autosignifiant. Et il choisira, comme emblème de cette « auto-correspondance », le serpent circulaire qui se mord la queue. C’est le « serpent Ouroboros », c’est-à-dire le serpent qui se dévore lui-même. Et le gnostique conclura sa méditation symbolique en demandant à l’Église de se soumettre elle aussi à ce « symbolisme ouvert », universellement accepté, ajoutera-t-il.
      En face de ce symbolisme ouvert, quels vont être les principes du symbolisme chrétien ? Le point de départ est le même. C’est la constatation de l’harmonie que Dieu a mise entre les différentes parties de ses œuvres. Le penseur chrétien dira : «Le ciel que nous voyons est l’image du Ciel auquel nous croyons». Mais il ira au-delà parce que l’axe du symbolisme chrétien n’est pas « cosmocentrique », il est Christo-centrique. Il se préoccupe de savoir par qui et pour qui un édifice si harmonieux a été construit.  »

      Le serpent Ouroboros ? Mais c’est précisément lui que l’on retrouve dans le logo du forum économique de François (« The economy of Francesco ») en 2020 :
      https://www.cath.ch/newsf/assise-quattendre-du-congres-the-economy-of-francesco/
      https://francescoeconomy.org/

      Un logo qui rappelle celui du Forum Economique Mondial, ce dernier comportant un arc qui en plus coupe trois « O » pour former le nombre 666… comme Uncle le faisait remarquer dans un commentaire le 2 décembre 2020.
      https://legrandreveil.wordpress.com/2020/11/29/rome-bascule/comment-page-2/#comment-166317

      La Pachamama, la Terre-Mère me semble aussi un bon exemple de symbole cosmocentrique pouvant être universellement accepté.

      Comme on peut le voir, le Pape François travaille dur pour construire la religion syncrétique universelle sur les trois axes : tradition, mystique, symbolisme. On pourrait ajouter l’axe doctrinal écolo-humaniste universellement accepté.

  6. Magne

    Au fond, Judas est un pauvre type qui a été utilisé par le Ciel pour accomplir le plan divin. Il fallait bien que quelqu’un trahît Jésus puisque c’était écrit. Le motif matériel qu’ils ont trouvé pour le pousser à la trahison, ç’a été l’argent, comme souvent. Mais, finalement, écœuré par son geste, il a rendu le pognon. Or au lieu de se repentir, il est allé se pendre ce con-là, n’ayant rien compris au rôle eschatologique qu’il venait de jouer.
    Car si Judas n’avait pas trahi, Jésus n’aurait pas été livré, ni crucifié, donc pas de Passion, pas de Résurrection, pas de Rédemption. Impossible. Le plan divin ne pouvait pas échouer.
    Alors pourquoi n’y aurait-il pas eu un pardon pour Judas ? Il avait comparativement moins péché qu’Adam qui a fait chuter l’humanité entière.

    Au fait, où est Adam aujourd’hui ?

    • dalencourt

      Ce type de raisonnement tient du déterminisme ou de la prédestination chère à certains protestants. C’est oublier le libre arbitre que le Bon Dieu offre à tout homme. Judas n’a pas été « obligé » d’accomplir son acte, ni téléguidé par le Ciel ; s’il n’y avait pas eu Judas, il y aurait eu autre chose, mais le plan divin de la Rédemption aurait forcément été accompli.
      Donc à ce stade, ce n’est pas le pardon de Dieu qui a manqué, c’est Judas qui ne l’a pas imploré ; nuance.
      Adam est au paradis, c’est confirmé par les plus grands Pères de l’Eglise, il faisait partie des patriarches que Jésus est allé chercher aux limbes le soir de sa mort.

    • Théodoric

      heu milles excuses, mais Lucifer aussi a fait parti du plan, donc selon votre conclusion Satan devrait-être pardonné et réhabilité ? et puis mince alors il était quand même le plus bel ange.

      • Théodoric

        j’y pense, logique gauchiste, humaniste égalitaire et tutti quanti. hitler aussi a fait partie du plan, car a cause de lui les juifs ont regagné leur terre. donc hitler est au paradis, puisqu’il a réalisé une prophétie.
        on voit ou mène une certaine logique pour ne pas dire un extrême. on ira tous au paradis, toi et moi et blablabla. sans vouloir manquer de respect. mais ce jeu là peu amener très loin. BHL l’a déjà surjouer, justement !

    • Souri7

      @ Magne,
      Dieu sachant tout par avance, savait que Judas se damnerait de toute façon, et quoi qu’il arrive. Il fait partie des âmes trop orgueilleuses pour supporter l’humilité et la demande de pardon. Faire partie des douze apôtres, aux côtés du Fils de l’Homme, a été certainement une chance pour lui de prendre un autre chemin, mais ce fut une âme obstinée, hélas… La justice divine a tout disposé avec sagesse, on peut en être sûr.

        • Magne

          C’est un vieux truc utilisé par les gauchistes pour décrédibiliser ceux qui ne pensent pas comme eux !

        • Sabaoth

          Dans une discussion, le premier qui fait allusion aux nazis, à Hitler, etc. a gagné un point Godwin, c’est-à-dire qu’il s’est discrédité par manque d’arguments solides.

        • Souri7

          C’est vrai que ne pas en parler est alors un argument très solide.
          Le vrai Godwin, c’est la Résurrection du Christ.

  7. Théodoric

    J’ai un jour entendu dire, que si nous étions totalement libre, sans Jésus a coté, tous sans exception ou à très rare exception irions tous en enfer !!! pour la simple raison de la facilité, on se fait une idée erroné du Paradis, voir du plan ! quel est le véritable plan de Dieu ?
    et cela demande des efforts, du travail, un recadrage, une expérience douloureuse a passer pour nettoyer nos impuretés, sans cela nous ne survivrions pas a notre rencontre avec Dieu, ni la possibilité de faire UN.
    le paradis, c’est pas la liberté de faire ce que l’on veut, ni la fiesta, ni les plaisirs terrestres. c’est une vie quasi monastique, rude, rigide, autoritaire etc…en enfer on jouis de tout nos désirs malsain et on est plus naturellement attiré. sans Jésus a nos coté, nous tomberions, nous n’aurions aucune chance.
    rencontrer Dieu demandera un énorme temps, tant sommes impurs, touché par le mal, la tristesse, les douleurs, regrets etc…et faire Un avec lui demandera un temps inimaginable et un travail colossal.

    • dalencourt

      Non, Théodoric, vous développez là un point de vue encore trop matérialiste, charnel.
      Tous ceux qui ont eu une véritable expérience spirituelle, c’est à dire qui ont réussi à faire progresser la vie de la grâce en eux, vous diront qu’ils ont connu là une expérience d’une douceur, d’une paix intérieure, d’une félicité de l’âme -et donc du corps- peu communes. Vous vivez au contraire dans une joie indescriptible, mais cette joie d’ordre spirituel, donc dépassant l’esprit c’est à dire l’aspect intellectuel, conduit à se détacher naturellement des choses matérielles, d’où la vision humaine que vous en avez : « monastique, rude, rigide, autoritaire » : pas du tout ! Ca c’est la vision du monde, qui ne peut pas comprendre ce qu’est une âme en joie parce qu’habitée par la grâce, et donc détachée de tous ces contingentements humains. Elle ne fait pas la fiesta parce qu’elle s’en fout, elle n’y trouve plus sa joie ; sa joie c’est le Christ. Mais elle ne souffre absolument pas, c’est une joie intérieure indescriptible. Impressionnante.
      Les épreuves dont vous parlez ont pour but de nous détacher des choses matérielles, mais une fois qu’on y est parvenu et qu’on a basculé de « l’autre côté » (celui de la grâce), je puis vous affirmer qu’il n’y a rien de rigide, de rude, d’autoritaire, au contraire : c’est le monde de la charité, du dépassement de soi, de l’aide au prochain, de l’entraide, de la méditation, de l’oraison, de l’espérance… on est parfaitement heureux, même si on croule sous les « soucis » matériels.
      Vous devriez lire st Jean de la Croix, la montée du Carmel et la nuit obscure.

    • Kalliste

      Bonjour Théodoric
      Le Seigneur est là, présent au coeur de nos vies qui que nous soyons, laïcs ou religieux. Il frappe å la porte de notre coeur et de notre esprit chaque jour et…il attend notre réponse car il nous a fait libres, libres de prononcer ou de renoncer å un Fiat sincère et inconditionnel qui le laissera prendre les rennes de nos vies pour qu’il agisse selon son plan sur nous, qui est un plan d’amour incommensurable.
      La cle d’accès à cet amour infini de Dieu pour ses créatures a pour toute première clé l’abandon total au Père. Tout le reste suivra, votre soif de le mieux connaître vous fera revenir aux Saintes Écritures, aux sacrements, å la lecture de la vie des saints qui est extrêmement riche d’enseignements, tous différents et complémentaires.
      A vouloir mettre la barre trop haute avec des critères purement humains et trop souvent bassement materiels, on finit par se lasser et par désespérer y compris de soi – même: c’est le grand jeu du malin qui fera tout pour vous décourager au début de votre cheminement spirituel.
      L’accompagnement d’un bon et vrai prêtre dans cette expérience est indispensable, d’abord pour une vraie bonne confession qui va libérer votre âme de ses tourments, puis par l’Eucharistie fréquente où le Seigneur viendra habiter en vous et éclairer votre esprit. Les conseils et éclairages du prêtre (qui est le ministre de Dieu) vous montreront le chemin.
      Demandez å St Joseph et å Notre Dame de vous conduire à ce prêtre et demandez leur l’assistance d’un saint dans cette recherche. Je vous assure, pour l’avoir vécu, qu’ainsi vous ferez et surtout vivrez l’expérience de Dieu et vous entrerez progressivement dans un tout autre monde, profondément riche d’amour et de spiritualité qui ne vous fera pas regretter « le monde d’avant ».
      En ces temps troublés où tous nos repères sont remis en question par le malin qui veut nous perdre et nous affoler en brandissant l’étendard de la peur å tous les étages de nos vies, je suis profondément convaincu que le Seigneur agit comme jamais, et est plus que jamais présent å la porte de nos vies, mais s’Il peut tout sans nous, Il ne fera rien sans nous…
      Je vous conseille de faire une retraite de St Ignace de 5 jours. C’est excellent pour recadrer notre chemin…

  8. Souri7

    Que la paix soit avec vous – Abbé F-M. CHAUTARD – 11/04/2021
    « Quelle est cette paix intérieure, cette triple paix intérieure? Tout d’abord c’est la sérénité de l’esprit. C’est l’intelligence qui se repose dans la Vérité, l’intelligence qui est adéquate à la Vérité, qui est bien ordonnée à la Vérité et qui s’y repose. »

    • dalencourt

      Il faut éviter de relayer toutes les bêtises pour gogoys (ou gogos) qui circulent et circuleront sur le net ; et surtout d’y croire.
      Ils prennent les gens pour des cons, et ils ont raison puisque ça marche.

      Je le répète une dernière fois :
      1) Le Messie des juifs n’apparaîtra jamais parce qu’il n’y a qu’un seul Messie, Jésus-Christ ; et comme les juifs le savent pertinemment, ils ont décidés d’être eux-mêmes le Messie en faisant son boulot, c’est la finalité du sionisme, qui a fait dire -à juste titre- aux plus éminentes élites de l’aristocratie juive que « le Messie c’est le peuple juif dans son ensemble ».
      Vous pouvez donc fermer le banc, c’est réglé.
      Par contre, ils ont tout intérêt à ce que cela ne se sache pas et ne se perçoive pas ; par conséquent leurs rabbins entretiennent régulièrement, à l’attention des goys et du petit peuple juif (que les « grands » méprisent), l’illusion d’un Messie-personne à venir.

      2) Même raisonnement pour l’Antéchrist. Il a été démontré ici -et les fait historiques sont notre meilleur démonstrateur- que l’Antéchrist était d’abord un système avant d’être un homme -ou des hommes-, et que s’il était un homme, ce serait le dernier, celui qui chapeaute le système une fois celui-ci parfaitement abouti. Or c’est exactement ce que nous vivons.
      Mais là encore, les élites n’ont pas intérêt à ce que cela se sache, au contraire, il est préférable d’entretenir l’illusion d’un Antéchrist toujours à venir, évidemment, ce qui empêche les gens de voir qu’il est déjà là, et à l’oeuvre depuis bien longtemps.

      Le MENSONGE mes amis, le mensonge : vous devez prendre en compte le fait que tout ce qui vient de l’ennemi est basé sur le mensonge, sans aucune exception.

      • brunof1

        Bonjour à tous
        Tous les juifs, tous les rabbins qui interviennent sur le net sont-ils tous conscients qu ils travaillent pour l’ adversaire ?
        Pour certains je vous rejoins c’est sûr mais pour d’autres j aurais tendance à être plus nuancé et croire qu’ils sont autant dans le brouillard et l’aveuglement que des catholiques conciliaires entrainés dans l’abîme de V2.
        Louis
        Pensez vous que chez les croyants juifs, tous font ces vidéos et autres annonces pour nous fourvoyer volontairement?

        Pourquoi je vous pose cette question ? Je suis tombé hier sur une vidéo du 11 avril publiée par un certain Rav Dinovysz et un mr Ababou .
        Je suis toujours sur mes gardes quand je visionne ce genre de vidéo. Surtout quand elle provient d’un rabbin qui se revendique talmudiste.
        J’ai été frappé par ce qu’ils disaient : le type invité a détaillé point par point les éléments d’étapes de domination successifs du NWO ( il dit que c’est un doc confidentiel d’il y a 40ans) qui s’est mis en place sous nos yeux.
        On dirait que ce doc est étrangement inspirés des protocoles des sages.
        Ce qui me perturbe, c’est qu’ils ont l’air Surpris et effondrés par ce que ce document révèle et ce qui se passe aujourd’hui.
        Ils qualifie ce qui se passe d abominable.
        Pourtant le protocole est issu de la cabale , de leur pairs donc.

        Si nous cathos on est naifs et dupés, il semble qu’il en soit de même chez des religieux rabbins.
        Chez eux aussi on pourrait reprendre la phrase d’une comique française ; « Mais on nous dit pas tout ! »

        Sont-ils sincères d après vous ?

        libre à vous de publier ce commentaire et de relayer ou pas la vidéo
        En UDP

        • dalencourt

          Bien sûr, chez les juifs comme chez nous, il y a beaucoup d’illusionnés qui ne sont pas conscients du « dessous des cartes ».
          Tout le monde n’a pas notre niveau de conscience ni de connaissance.
          Par contre, pour les juifs, même sincères et même illusionnés, il y a toujours deux poids deux mesures, car ils sont les premiers à distinguer entre eux, le peuple élu, et les goys. Ainsi donc un juif ne tiendra pas le même discours en public (c’est à dire vis à vis des goys, à savoir les non-juifs) qu’entre juifs. Dans tout ce qui est « grand public » il y a toujours un doute sur leur sincérité réelle, entre ce qui est affiché et ce qu’ils pensent vraiment.

        • Olivier le protestant

          Brunof1,

          Ce texte, c’est l’Aurore rouge. Il date de 1985 et fut dévoilé par les précurseurs de la lutte contre le NWO, le père Regimbald et le journaliste Serge Monast:

  9. dalencourt

    Quand la bête aime bien rappeler que c’est elle qui règne :
    Vaccin anti-covid : le gouvernement fait le choix d’espacer les 2 injections de 42 jours
    Le Figaro d’hier : « Alors que l’exécutif s’y refusait auparavant, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que l’espacement entre les deux doses passait de 4 à 6 semaines, soit 42 jours. »
    En fait, il ne fait qu’appliquer ce que les kabbalistes lui imposent. Et les kabbalistes aiment bien le chiffre 42, qui est celui de la bête (42 mois).

  10. Lacuzon

    Le décès de Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg, à l’âge de 99 ans et 9 mois est un signe eschatologique fort.

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS6sObP0VAzPSwaZpEMoiE0wTnKMf1-wHRYiN912g0vk-B2ieZ6WhbqdXS5ACurx5A2kEk&usqp=CAU

    Quoique moins visible que sa royale épouse, il était le vrai pilier sur lequel s’assurait la stabilité dans la continuité politique non seulement de la monarchie britannique mais aussi de la perfide Albion.
    La reine Elisabeth II n’a à présent plus personne de ‘’solide’’ sur qui compter.
    Restera cependant toujours en son royaume une des portes de l’Enfer : La City of London … où elle ne peut pénétrer sans l’autorisation de son  »maire » et à la condition d’y marcher tête baissée et trois pas derrière lui.

    Tout est à présent en place pour que le futur de la monarchie britannique parte en ‘’quenouille’’ … et celui de la perfide Albion avec elle.

    Maintes prophéties s’y rapportent et pour nous mettre dans l’ambiance à y venir ils ne nous reste plus qu’à lire le ‘’De excidio Britanniæ’’ (De excidio et conquestu Britanniæ ac flebili castigatione in reges, principes et sacerdotes / Sur la ruine et la plainte de la Bretagne et les reproches éplorés contre les rois, les nobles et les prêtres) sermon latin en trois parties composé au vie siècle par le moine breton Gildas le Sage …
    Qui est redevenu très actuel !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/De_excidio_et_conquestu_Britanniae

    La Grande-Bretagne à l’époque de Gildas :

    • Claude Germain V

      “Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne se l’imaginent ceux dont l’œil ne plonge pas dans les coulisses.”
      Benjamin Disraeli

      Malgré cela DIEU veille ……

    • j-luc 56

      Bonjour Lacuzon,

      Il y a également ceci qui fait écho à ces trois chiffres

      date de sa vaccination : 9 janvier
      date de son décès : 9 avril
      nombre de jours entre ces deux dates 90 jours

  11. thérèse

    366 c’est le cantique de Notre Dame de l’Espérance, Notre Dame de Pontmain. Je n’aimais pas la plaque d’immatriculation de ma voiture avant à causse du 666 maintenant je chante le cantique 366.

  12. Job

    Bonjour Louis,
    Pourriez-vous, s’il vous plaît, rappeler la valeur eschatologique du 40 ?
    Merci d’avance et merci pour votre travail et vos réponses souvent aussi riches qu’un article !
    En union de prières avec vous tous.

    • dalencourt

      Le 40 c’est le chiffre de la pénitence, et de la mise à l’écart à des fins de pénitence : Jésus 40 jours au désert, les juifs 40 ans au désert avant d’entrer dans la terre promise, les ninivites qui font pénitence 40 jours…

      • Job

        En fait, mon mari m’a demandé : pourquoi 40 ans dans le désert, pourquoi 40 jours dans le désert ? Pourquoi le 40 ?
        C’est comme s’il m’avait demandé : pourquoi 7 vertus, pourquoi 7 péchés capitaux, 7 trompettes, 7 sceaux, etc.
        Je ne suis pas certaine que le 40, chiffre de la pénitence, réponde à ses attentes, mais je vous remercie Louis d’avoir pris le temps de répondre.

  13. Kuzca

    Bonjour.
    J’interviens exceptionnellement de nouveau ici même car une situation grave à mon avis risque de se produire (peut-être a t-elle déjà été évoquée, dans ce cas mes excuses) : il s’agit du projet de béatification de Robert Schuman.
    Il me semble que ce projet est plus que discutable, sinon carrément sacrilège.
    J’aimerais que vous donniez votre avis M. dalencourt. Éventuellement une pétition en direction du Saint Siège devrait être initiée.

    https://www.ouest-france.fr/societe/religions/saint-robert-schuman-bientot-un-premier-pas-vers-la-beatification-5bee0cbe-992d-11eb-98ea-96dbbd81b84a

    • dalencourt

      Cela veut dire que Robert Schuman serait déclaré vénérable ; on est encore loin de la béatification. Nos païens de journalistes vont un peu vite en besogne et crient victoire bien trop tôt.
      Il n’empêche que ceci confirme qu’on est entrés, depuis les canonisations non moins scandaleuses des 3 papes du concile et de l’après-concile, dans une phase de « canonisation » des sectateurs de la bête, et via ceux-ci, des hommes qui ont fait le système ou qui le justifient. Comme les mères Thérésa, soeur Faustine ou Carlo Acutis : tous ont contribué à construire, étayer et dorénavant justifier le système, lui donner ses lettres de noblesse, sa morale.
      En d’autres termes, la bête au pouvoir « canonise » les siens, et surtout donne ses assises au système. Comme les papes qui ont, à travers eux, « canonisé » le concile. C’est dans la logique des choses.

    • dalencourt

      Une pétition ? Quand vous avez déjà « saint » Jean XXIII, « saint » Jean-Paul II, « saint » Paul VI ?
      Mais il est bien trop tard, c’est avant qu’il fallait se réveiller, quand le catalogue des faux saints a commencé à se remplir.

  14. Regina

    Bonjour Louis, peut-on prendre au sérieux cette « prophétie » du fait qu’elle vienne d’Albert Pike ?

    Vu en première page du livre « Les pions sur l’échiquier ».
    Prophétie du Luciférien palladiste Albert Pike :
    « Notre complot sera révélé, les nations se retourneront contre nous avec esprit de revanche et notre domination sur elles ne sera jamais réalisée ».

    • dalencourt

      Le problème avec Pike et consorts est qu’ils peuvent dire ce qu’ils veulent, c’est invérifiable. Le seul moyen de tester leur fiabilité, ce sont les faits : or dans cette phrase, les faits ont démontré qu’un point s’est réalisé, mais pas l’autre.
      En effet, leur complot a été révélé (WG Carr y a participé) : ça c’est vrai (le fait que cette révélation soit restée confidentielle du fait du black-out médiatique est une autre histoire ; et puis de toute façon, internet est bien universel). Par contre, leur domination sur les nations a bien été réalisée et elle est aujourd’hui avérée : donc sur ce point-là, il s’est trompé – ou a voulu tromper.

  15. Gégé22

    Les tambours de guerre résonnent à la frontière russo-ukrainienne et les américains dépêchent 2 navires qui passeront le Bosphore les 14 et 15 avril pour patrouiller en mer noire. Tiens, le 15 avril me rappelle quelque chose en 2019 et en 1912. Ce fada de président américain croit qu’il a encore la supériorité technologique US sur les russes …
    https://www.ouest-france.fr/europe/russie/la-tension-monte-entre-russie-et-ukraine-washington-place-ses-pions-en-mer-noire-7f7f9792-9ac2-11eb-8367-843431873797
    https://news-24.fr/la-russie-avertit-les-etats-unis-de-garder-les-navires-de-guerre-a-lecart-pour-leur-propre-bien-alors-que-la-television-detat-affirme-que-poutine-pourrait-aneantir-lukraine-en-deux-jours/
    https://www.marseillenews.net/russie-nouvelles-poutine-a-envoye-un-avertissement-desastreux-sur-le-chaos-frontalier-ukrainien-il-y-aura-des-consequences-monde-nouvelles.html

    • teutonique

      Père Malachi Martin, le 3ème Secret de Fatima, la Russie et l’Ukraine
      http://dafeizhontadoukoz.org/Pere-Malachi-Martin.htm
      Malachi Martin est un prêtre jésuite diplomate du Vatican, linguiste pratiquant 14 langues, assyriologue et paléographe dont les compétences furent largement utilisées pendant les Conclaves. En poste au Vatican pendant de nombreuses années, Malachi Martin en avait beaucoup appris sur certaines coulisses… Il accomplit certaines missions délicates pour le cardinal Augustin Bea (dont il était le secrétaire privé), et pour les papes Jean XXIII et Paul VI dont il était un ami proche. En tant que membre du Conseil Consultatif du Vatican, M. Martin détenait des informations privilégiées en rapport avec les secrets de l’Église et les problèmes mondiaux, dont le 3ème Secret de Fatima

      • dalencourt

        Malachi Martin est instructif, certes, mais il n’est pas parole d’évangile. Notamment parce que, comme beaucoup, lui et autour de lui, on mélange le contenu des textes avec ce que l’on en déduit. C’est le cas du 3è secret de Fatima : ils lisent tel élément, ils en déduisent un autre, et présentent les deux comme faisant partie du secret, ce qui n’est pas le cas : tout se joue sur l’interprétation.
        On sait avec certitude que le 3è secret de Fatima concerne, presque exclusivement, l’apostasie dans l’Eglise. Mais, comme avec l’évangélisation accomplie du globe, ce sont les 2 signes probants de la fin des temps, ils en déduisent (ceux qui l’ont lu et ceux qui ont entendus parler ceux qui l’ont lu, mais sans le lire eux-mêmes) que les autres signes de la fin des temps -certains étant interprétés comme de grandes catastrophes naturelles- en font naturellement partie, même si ces précisions ne font formellement pas partie du texte original.
        Donc prudence sur les « on-dit » y compris en provenance de Malachi Martin.

        Deuxième volet : la Russie et l’Ukraine.
        D’abord il faut savoir qu’une apparition de 1987 ne peut être classée parmi les apparitions valables : il est quasiment sûr qu’il s’agit d’une fausse apparition ; donc prudence.
        La chose vraie dans tout cela, c’est qu’effectivement la Russie s’est convertie et est revenue massivement à la foi chrétienne, depuis ces 30 dernières années, même si elle est orthodoxe. Il est vrai aussi que grâce à cela, Poutine a effectivement évité le déclenchement de la 3è guerre mondiale en septembre 2013.
        Mais ça s’arrête là ; le reste c’est de la prospective, des suppositions formulées en prophéties, ce qui n’est pas correct. Le salut qui vient de l’Est, c’est une allégorie du retour du Christ, qui revient par le soleil levant, ce n’est pas un rôle tenu par la Russie. De plus, celle-ci étant orthodoxe, c’est à dire l’équivalent grosso modo de la Rome conciliaire, avec d’énormes erreurs doctrinales au passage, il est impossible qu’elle « convertisse » les autres, ou alors il faudrait reconnaître que Dieu renierait sa propre maison, le catholicisme romain, ce qui est évidemment impossible.
        Ces documents, ces pseudo-prophéties ont probablement pour origine des orthodoxes en mal de propagande, et qui, c’est humain, interprètent (ou réécrivent) les prophéties dans leur sens, car forcément pour eux, le salut vient d’eux. Malheureusement, ce n’est pas le texte des secrets de Fatima.

        • Echtou88

          Concernant la Russie sur un plan Historique , personne n’a réussi à  » gagner  » , lors des Guerres . Que ce soit César , Napoléon ou Hitler , personne n’a réussi à s’imposer en Russie , et le fait que La Vierge cite la Russie dans son Apparition m’a fait penser à cela . Sinon vous Louis selon vos analyses et connaissance , quel intérêt ou quel rapport avec la Russie et le Fait que la Vierge en parle lors de son apparition . Cordialement . Encore Merci pour votre analyse , votre travail et vos efforts .

        • dalencourt

          La Vierge cite la Russie à Fatima en 1917 pour une raison bien simple : parce que celle-ci deviendra, quelques jours plus tard, via la révolution bolchevique (Fatima : 13 oct 1917, révolution russe 8 nov en calendrier grégorien), le fer de lance et le porte-drapeau du communisme en Europe et dans le monde.
          Il est certain, vu les circonstances et vu le caractère bien spécifique du communisme (qui est à la fois une méthode de prise du pouvoir par la violence, un système économique et social -le socialisme- et une religion -le matérialisme athée) qu’à travers la Russie, c’était le communisme qui était désigné par la Vierge Marie.
          Or on ne peut dénier les ravages du communisme -qui perdure par le socialisme, on l’oublie trop souvent- dans un nombre incalculable de pays tout au long du XXè siècle : c’est impressionnant. Bien peu y ont échappé.
          Il faut prendre en compte aussi le fait que le communisme a muté en terme de technique de prise du pouvoir (exit la révolution) parce qu’il a réussi à s’installer en tant que méthode de gestion économique et sociale ET en tant que mentalité (le plus important !), via le socialisme, qui s’est imposé quasiment partout à des degrés plus ou moins élevés selon les pays.
          Chapeau le socialo-communisme ! qui s’est installé via le capitalisme et le socialisme d’Etat sur toute la planète ; la sainte Vierge avait raison, c’était bien l’ennemi numéro 1, et cet ennemi a su s’imposer : il est une des composantes essentielles du châtiment.

  16. Suzanne

    Je suis tombée, lors de recherches, sur le site Guide-Doctrinal.com de François Foucher. Site sédévacantiste ?
    Pourtant, il y a beaucoup de choses justes sur l’article de « l’Eglise éclipsée ». Merci de m’éclairer.

    • dalencourt

      Oui c’est du pur sédévacantisme, apparemment une émanation de Louis-Hubert Rémy.
      L’inconvénient du sédévacantisme c’est leurs exagérations : à partir de constats vrais, ils partent dans des délires sans fin, car adopter une position radicale oblige à l’être toujours plus. De plus ils présentent leurs opinions comme des vérités dogmatiques, ce qui est grave : non « leur » théologie n’est pas « la » théologie, et leurs déductions ne sont pas paroles d’évangile.
      Non, leurs thèses ne sont pas « la vérité » mais des hypothèses comme les autres, et loin d’être les meilleures.

    • Claude Germain V

      Je ne vais mème pas regarder la vidéo , je ne comprends pas cette famille . Son frere le General dit De Viliers ,travaille pour une société américaine de gestion financière et industrielle , avec la complicité et sur ordres de la bête de terre macron-minus , cet homme a vendu aux américains ( general-electric et Westinghouse ) l’entretien de nos centrales atomiques machines indispensables , alternateurs et turbines . Grace au luciférien macron-minus , la France est en état de coma avancé puisque cette XXXXXXXXXXXXXXX !!!!!!! liquide l’industrie francaise sur ordre du diable mondialiste le grand sanhedrin financier international celui qui est sous les ordres de lucifer le maitre de la lumiere noire …….
      J’ai eu une très longue discution ce matin le 14.04 avec un ami un des plus grand constitutionnaliste de France , il est désespéré ,il me dit : » Hollande élu avec les musulmans , il risque de se passer la même chose avec la bête de la terre , ayant surement la chance d’avoir le vote de 10 a 12 millions de musulmans , ………………………………pour finir ,même conclusion que cet Homme de bien : la seule chance qui nous reste c’est un miracle par la prière , RIEN QUE LA PRIERE …ce pays est devenu fou …..DIEU ..RIEN QUE DIEU !!!!!
      Du courage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s