Les Vêpres du salut

Les Vêpres font partie des Heures de l’Office divin, c’est la prière solennelle du soir, généralement chantée entre 17 et 18h, tous les jours dans les ordres monastiques, et au minimum le dimanche pour les fidèles.
C’est la « première heure » canoniale car dans la Tradition, du temps de Jésus, on comptait en journées de 12 heures, c’est pourquoi un « jour » commençait la veille au soir (d’où la formule, encore utilisée de nos jours, de « premières vêpres« ) et s’achevait le soir suivant aux environs de 18h : les « deuxièmes vêpres« .

Les Vêpres sont constituées principalement de 5 psaumes, toujours les mêmes sauf quelques exceptions pour certaines fêtes, suivis d’un hymne (qui peut changer aussi selon la fête) et du Magnificat.
Ces cinq psaumes sont les psaumes 109, 110, 111, 112 et 113.

À ce stade, il est utile de préciser deux choses :
– Je décris ici l’usage de l’Eglise avant la réforme liturgique de 1969, usage encore maintenu dans la Tradition. Il est évident qu’aux yeux de Dieu, les réformes qui ont déformé, désacralisé et désossé la saine et sainte liturgie n’ont aucune valeur.
– Il y a deux numérotations des psaumes : dans les Septante puis la Vulgate, le psaume 9 est scindé en deux donnant les psaumes 9 et 10, alors qu’il ne fait qu’un dans les autres versions, y compris Crampon. Mais l’Eglise a conservé le classement de la Vulgate.
Donc, même si les psaumes 109 à 113 de nos missels sont numérotés de 110 à 114 dans vos bibles, la numérotation qui fait foi est celle retenue par la Sainte Eglise catholique, celle sur laquelle les docteurs de l’Eglise et les théologiens ont médité, comme Dom Guéranger.

Ces précisions apportées, entrons dans le vif du sujet : il se trouve que dans la prophétie des papes de saint Malachie, la numérotation de ceux-ci s’arrête à 111.
Ce qui veut dire que les psaumes retenus pour les Vêpres -qui marquent, rappelons-le le début et la fin d’une journée, sorte d’alpha et d’oméga- débutent à la fin de la liste de Malachie, incluent le dernier (le 112è, Pierre le Romain), ainsi que l’après immédiat, par le 113è, qui est aussi, nous allons le voir, le passage de la mer Rouge.

Pouvons-nous envisager un rapprochement eschatologique entre les psaumes des vêpres et la fin des temps ? Et pouvons-nous établir une corrélation entre leur signification et ce que nous vivons ?
Bref les Vêpres auraient-elle aussi un sens eschatologique, surtout en ce dimanche de Quasimodo ?
La réponse est oui, nous allons le voir, et le choix du premier dimanche après Pâques, dimanche in Albis, traditionnellement appelé de Quasimodo, n’est pas fortuit.
Là encore, il convient de préciser au lecteur non averti, que nous nous référons au calendrier liturgique en vigueur durant des siècles avant la réforme de Vatican II ; le seul calendrier qui soit, évidemment, valable.

Rappelons aussi qu’après l’incendie de Notre-Dame le 15 avril 2019, j’avais fait la relation avec Quasimodo, c’est à dire avec la canonisation sacrilège des deux papes en 2014 (relire mon article du 19/04/19), mais aussi le dévoilement des mystères de Dieu aux incrédules, figurés par saint Thomas dans le célèbre évangile de ce jour (relire mon article du 31/12/19).
Rappelons enfin que le 19 avril est le jour de l’élection du pape Benoît XVI, 111è et avant-dernier pape de la liste. Eh oui, ce que certains appellent hasard, nous l’appelons Providence divine.

Nous allons essayer maintenant d’étudier succinctement le sens de ces 5 psaumes et tenter de faire le lien avec la prophétie des papes et notre temps, en nous inspirant du commentaire de Dom Guéranger sur les 5 psaumes de l’office des vêpres au temps pascal, tiré de son célèbre ouvrage l’Année liturgique.

 

1. Psaume 109 (109 = Jean-Paul 1er)

Dom Guéranger : « Le premier psaume est prophétique sur les grandeurs du Messie. Sa génération éternelle, son égalité avec le Père, sa royauté, son sacerdoce, y sont célébrés avec magnificence. Abaissé un moment jusqu’à boire l’eau du torrent, il triomphe maintenant de ses ennemis, en attendant qu’il reparaisse dans sa gloire pour les juger. »

109è pape : Jean-Paul 1er, devise de mediate lunae – de la moitié de la lune

Le psaume 109 exprime aussi le châtiment des nations et le relèvement annoncé des justes grâce à l’intervention divine. Mais on se situe, à ce stade, au niveau de la promesse, une promesse qui doit fortifier notre espérance ; nous ne sommes pas encore à l’accomplissement.
La lune c’est l’astre de la nuit ; or le règne de la bête (l’Antéchrist) constitue la nuit la plus obscure qui soit. Jean-Paul 1er nous donne donc, à son insu, une information capitale : nous serons alors (en 1978) à la moitié de la nuit obscure débutée à la 6è période (6è sceau, le soleil devient noir : donc c’est l’obscurité). Sa devise veut dire de la moitié de la nuit (voir mon article du 18/03/19).

 

2. Psaume 110 (110 = Jean-Paul II)

Dom Guéranger : « Le psaume suivant célèbre les bienfaits de Dieu envers son peuple : l’Alliance promise, la Rédemption, la fidélité du Seigneur à ses promesses. La Résurrection du Christ était au nombre de ses engagements ; elle devait être le principe de la nôtre ; le Seigneur a daigné dégager sa parole en ces jours. »

110è pape : Jean-Paul II, devise de labore solis – du travail du soleil

Le thème majeur du psaume 110, c’est la fidélité, et le psaume se termine par la promesse faite au juste demeuré fidèle à son Seigneur : « il envoie la délivrance à son peuple, il déclare pour toujours son alliance. »

Pendant que le faux soleil Jean-Paul II fait son travail de construction d’une nouvelle Eglise humaniste pour remplacer les valeurs et la doctrine de la véritable Eglise de Dieu, le vrai soleil, Jésus-Christ en personne, soutient et récompense les justes restés fidèles à la saine doctrine et à la sainte liturgie, réunis pour la plupart dans la Tradition. Il ne les récompense pas par des dons matériels mais par d’abondantes grâces qui leurs permettent de tenir au milieu d’une Babylone déchaînée.
Le psaume renvoie donc au petit reste resté fidèle, mais soutenu par le Christ, et non à l’immense majorité des chrétiens devenus apostats sous le soleil de Satan de Jean-Paul II.

 

3. Psaume 111 (111 = Benoît XVI)

Dom Guéranger : »Le troisième psaume chante la félicité de l’homme juste et ses espérances. La lumière qui s’élance du sein des ténèbres, c’est le Seigneur ressuscité qui reparaît dans sa miséricorde ; le pécheur qui s’irrite du triomphe du Juste par excellence, c’est le Juif que la gloire de la Résurrection est venue confondre tout à coup. »

111è pape : Benoît XVI, devise gloria olivae – la gloire de l’olivier

La corrélation, ici, est très facile à faire. La gloire de l’olivier c’est celle des témoins de l’Apocalypse, c’est à dire, une fois de plus, de ceux restés fidèles à la foi de leurs pères, à la vraie foi en Jésus-Christ et en sa doctrine : les témoins de la foi. Ils sont deux parce que l’on distingue le clergé des fidèles, et que cela fait référence à la loi et les prophètes. Le texte de saint Jean les compare bien à des oliviers. Voilà le lien entre la devise de Benoît XVI et la félicité de l’homme juste dont parle dom Guéranger. D’autant plus que l’olivier est le symbole de la fin du déluge, donc de la fin des tribulations.
Second lien avec le pontificat de Benoît XVI, la lumière qui s’élance des ténèbres, ce sont les deux reconnaissances par Rome de ce qui constitue l’essentiel de la Tradition, c’est à dire des témoins : le motu proprio du 7 juillet 2007 qui réhabilite la messe de toujours (la messe de st Pie V), et la levée des excommunications du 21 janvier 2009 sur la Fraternité saint Pie X, qui la réintègre dans l’Eglise, et à travers elle reconnaît explicitement le bien fondé de sa position de défenseur de la doctrine et de la liturgie non dévoyées par le concile et ses suites.
Nous ne faisons pas d’erreur sur notre présence dans les fins dernières et la proximité du Jugement dernier, explicitée par la suite.

 

4. Psaume 112 (112 = François)

Dom Guéranger : « Le quatrième psaume est un cantique de louange au Seigneur qui, du haut du ciel, a pris pitié de la nature humaine, et a daigné s’abaisser jusqu’à elle, pour la relever par le mystère de la Résurrection. »

112è pape : François sans chiffre car il est le premier et le dernier.
Le dernier de l’Eglise catholique, le premier de l’Eglise luciférienne humaniste et écologiste qu’il s’apprête à dévoiler.

Pas de devise dans la prophétie des papes, mais une terrible formule que je vais scinder en deux.
La première partie concerne le 112 : « Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain, qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. »

Bien sûr, ce sont les ultimes tribulations, les plus dures, parce qu’on sent bien que la transformation de l’Eglise en 60 ans de travail acharné depuis le concile, est désormais quasiment achevée, et que la nouvelle Eglise qui s’est formée est aux antipodes mêmes du christianisme. Le néo-paganisme de Rome n’est plus caché, il est assumé (voir l’article du 29/02/20), d’où l’accomplissement sous nos yeux de la prophétie de la Salette, depuis 50 ans : « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist » ce dernier trouvant sa personnification dans le dernier pontife, François.
D’où l’expression utilisée dans ce psaume 112 : « qui est semblable à notre Dieu ? » : n’est-ce pas là la description de la bête par saint Paul et dans l’évangile ?
Un psaume plein d’espérance nous dit dom Guéranger, un cantique de louange et d’action de grâce car nous savons que c’est à ce moment-là qu’interviendra notre Sauveur tant désiré.
On oublie souvent que les textes saints nous donnent non pas le point de vue des hommes mais celui du Ciel ; or pour les hommes, il peut sembler paradoxal qu’on chante une louange au moment où la bête est à son apogée ; mais le juste sait, lui, que plus la bête progresse, plus elle se rapproche du podium du vainqueur et plus notre espérance de la délivrance augmente.

 

5. Psaume 113 (l’après François)

Dom Guéranger : « Le cinquième psaume rappelle la première Pâque, la sortie d’Egypte, et les merveilles qui l’accompagnèrent et la suivirent ; la mer Rouge, figure du Baptême ; l’eau qui jaillit du rocher dans le désert ; le culte des idoles aboli. La Pâque et la Pentecôte chrétiennes accomplissent tous ces symboles ; et par elles, la bénédiction se répand sur quiconque, juif ou gentil, veut craindre ou aimer le Christ. Pour prix de nos péchés, nous étions condamnés à descendre au tombeau ; nous aurions éternellement ignoré les cantiques de joie de la céleste Jérusalem ; la Résurrection du Christ nous a fait naître à la vie ; et nous chantons aujourd’hui, à sa louange et à celle de son Père céleste, le joyeux Alleluia. »

Seconde partie de la sentence qui termine la prophétie des papes :
« Celles-ci terminées [les tribulations], la cité aux sept collines sera détruite, et le juge redoutable jugera son peuple. »
Tout ceci est parfaitement concordant avec la description de l’Apocalypse : fin des bêtes, chute de Babylone, et retour du Christ pour le jugement dernier.

Le psaume 113 est un saisissant raccourci de l’ultime phase que nous aurons à vivre très prochainement, plus largement décrite dans l’Apocalypse sous le nom de chute de Babylone.
Le psaume commence au passage de la mer Rouge, donc quand le peuple de Dieu est définitivement libéré de ses ennemis. Il exprime aussi l’abolition du culte des idoles, autre symbole de la chute de Babylone. Il fait la distinction entre la maison d’Israël et la maison d’Aaron, c’est à dire symboliquement entre le peuple et le clergé : toujours le renvoi aux deux témoins. Et enfin il renvoie à la libération des justes, leur bénédiction par le Seigneur, à ceux qui sont vivants (vivant en terme biblique veut dire : celui qui a la vie éternelle par opposition aux morts, ceux destinés au feu éternel).
Il n’est pas anodin non plus que dom Guéranger, dans son commentaire, fasse un lien avec la Jérusalem céleste, car c’est effectivement la « suite » : après le jugement dernier, c’est l’entrée de tous les justes dans la Jérusalem céleste (l’Eglise purifiée) des deux derniers chapitres de l’Apocalypse.
Et aussi, évidemment, après les tribulations, la chute de Babylone et la mort des bêtes qui se situent au « 113 ».

 

6. Le passage de la mer Rouge et la signification de Quasimodo

Nous allons maintenant approfondir le « 113 » c’est à dire cette période qui termine les tribulations, commence à la mort des bêtes (donc du pape François, notamment) et se concrétise par la chute de Babylone (effondrement et éradication du monde moderne – ce que ce dernier appelle communément la fin du monde).

Le psaume 113 commence donc par la sortie d’Egypte et le passage de la mer Rouge.

Les 5 psaumes, on l’a vu, sont suivis d’un hymne, qui peut changer selon la fête.
C’est le cas pour le dimanche de Quasimodo, donc aujourd’hui.
Or l’hymne de Quasimodo, Ad regias Agni dapes, évoque lui aussi le passage de la mer Rouge, en des termes bien particuliers :
« Ayant tous franchi la mer Rouge,
Chantons le Christ, c’est notre chef »
(couplet 1)

Et encore :
« Quand il vit le sang sur les portes,
L’ange exterminateur passa ;
La mer s’ouvrit et recula,
Mais l’ennemi fut englouti. »
(couplet 3)

Or il y a 2 notions fondamentales dans le passage de la mer rouge :

1) Tous les justes sont passés, et même décomptés
Tout le peuple de Dieu passe à pied sec, et c’est une fois le dernier mis à l’abri que la mer se referme sur les ennemis. Mais c’est aussi la sortie d’Egypte, c’est à dire la sortie du peuple de Dieu du monde hostile des méchants. Et dans l’Apocalypse, Babylone est appelée aussi Sodome et Egypte.
Or justement, que nous dit l’Apocalypse ?
Qu’il faut marquer l’ensemble des serviteurs de Dieu du sceau de Dieu sur le front (6è sceau) : et ils sont décomptés : 144000. Et que les 4 anges aux 4 coins de la terre sont retenus tant que le décompte n’est pas terminé.
Les adorateurs de la bête sont marqués du signe de la bête, mais à l’inverse, les fidèles au Christ sont eux aussi marqués du signe de Dieu. Dans les deux cas il s’agit de signes spirituels, il ne faut pas s’attendre à une marque matérielle, sauf peut-être une imitation grossière de la bête.
Donc, pour résumer, le mystère de Dieu ne sera consommé qu’une fois tous ses serviteurs marqués, de même que la mer ne s’est refermée qu’une fois tous les serviteurs passés.
Et comme l’hymne de Quasimodo nous indique qu’aujourd’hui nous avons tous franchi la mer Rouge, nous savons que le décompte définitif sera un jour arrêté un dimanche de Quasimodo.
Pourquoi pas aujourd’hui ?

2) Le passage de la mer Rouge est aussi le signe de l’extermination des ennemis
Une fois le décompte des justes effectué, la mer se referme. On rejoint ici le psaume 113, et donc l’après-François.
Or qui est l’Antéchrist, qui est la bête de la mer ? Un système d’une puissance redoutable et invulnérable, ou presque, qui sort de la mer, c’est à dire d’un grand nombre de peuples ((Apoc. 17:15), en d’autres termes : mondial.
Et qu’est ce qui se referme sur les méchants ? La mer.
Cela veut donc dire que ce système se prendra à son propre piège et qu’il s’auto-détruira en une sorte de suicide collectif.
N’est-ce pas cette autodestruction qui a commencé il y a quelques mois avec la folie du coronavirus, destructeur des économies plus que des vies, et dont les mesures démentielles vont conduire au plus grand effondrement que le monde ait jamais connu ?
Et il fallait attendre ce 19 avril, jour de Quasimodo, que le décompte du peuple de Dieu soit terminé, pour que le Ciel accorde le feu vert à Satan afin d’accomplir cette œuvre d’autodestruction.
Nous serons très vite fixés si cette hypothèse est juste ou pas.

Voilà aussi quelle était la signification de l’incendie de Notre-Dame il y a un an : renvoyer sur la destruction de l’Eglise, et par extension de la chrétienté, et fixer un dimanche de Quasimodo comme limite à l’iniquité.

 

Magnificat : l’action de grâces

Dom Guéranger : « Après l’Hymne, l’Eglise chante tous les jours de l’année, à l’office des Vêpres, le Cantique dans lequel la Sainte Vierge, toute remplie du Dieu qu’elle portait dans son sein, fit éclater, en présence de sainte Elisabeth, les transports de sa joie et de sa reconnaissance. Chantons donc avec elle l’honneur insigne qu’elle a reçu, le triomphe de cette humilité profonde qui l’a rendue digne d’un tel honneur, la défaite des esprits superbes chassés du ciel, l’exaltation de la créature humaine, si faible et si misérable, à la place des anges tombés.
Au milieu des allégresses de la Résurrection, le cœur de Marie tressaille de bonheur ; et par toute la terre, l’Eglise s’unit à ses transports et la proclame Bienheureuse. Glorifions l’amour qui l’a unie aux douleurs de son fils. Debout au pied de la croix, elle a partagé son agonie ; il est juste qu’aujourd’hui elle ait sa part dans le triomphe. »

Nous nous approchons du temps de l’action de grâces. Nous y reviendrons le moment venu, mais puisque le Ciel nous montre toujours d’avance la voie à suivre, nous pouvons d’ores et déjà le remercier de l’intervention promise et attendue de la Vierge Marie, qui a pour mission d’écraser du talon Satan et ses bêtes pour nous en délivrer… définitivement.

Illustration : l’évangile de Quasimodo, l’incrédule saint Thomas reconnaissant enfin son Seigneur et son Dieu.

Pour télécharger le ficher pdf de l’article, cliquez sur ce lien : Les Vêpres du salut

 

160 Commentaires

  1. dalencourt

    Analysons rapidement les entretiens d’hier de l’Elysée

    Après avoir consulté le pape François au téléphone puis « par visioconférence les six responsables des religions en France ainsi que les responsables des grandes obédiences maçonniques », le président « a annoncé un nouveau rendez-vous le 11 mai avec les religions pour évaluer les conditions de reprise des cultes qui pourrait être envisagée à «la mi-juin, mais avec des limites de «nombres de fidèles».
    Deux choses à retenir :
    1) Personne ne s’en émeut, mais cela rejoint pourtant l’analyse que certains font depuis des décennies : les obédiences maçonniques font bien partie des religions, parce que la franc-maçonnerie EST UNE RELIGION ! celle de Satan. Ils le font au grand jour et personne le le voit, mais convoquer les dirigeants maçons en même temps que ceux des « cultes » c’est les associer aux cultes donc aux religions. Eux le savent, eux le disent, eux le font, et pourtant si on dit que la FM est une religion, tout le monde rigole.
    2) Ils essaient de gagner du temps. Je fais partie de ceux qui sont persuadés que derrière l’exploitation faite du virus, l’arrêt du culte envers Dieu est l’objectif principal, du moins premier. Il faut que les forces obscures aient les mains libres. Peu admettent que le conflit est autant spirituel que matériel. Pour avancer, les ennemis du genre humain doivent avoir aussi les « forces spirituelles » adéquates. Donc il faut supprimer le culte rendu à Dieu dans les église catholiques.
    Pour que cet objectif ne se voie pas, on interdit tous les cultes, de même qu’on flingue tous les participants à une réunion quand un seul est visé : cela s’appelle brouiller les pistes.
    Donc la persécution continue afin qu’il n’y ait JAMAIS une reprise publique des messes. La couleur est déjà annoncée : d’abord un mois de plus, ensuite sous certaines conditions. Le temps de trouver d’autres prétextes.

    Second volet : le président français et le pape ont-il parlé de religion ? Bien sûr que non ! D’ailleurs, à quoi sert le pape aujourd’hui ? A défendre l’Eglise du Christ, à se préoccuper des âmes, ou à faire avancer le projet mondial maçonnique ?
    Au 3è point évidemment : l’entretien entre le pape et le président français (les 2 bêtes pour moi) a porté « sur les questions internationales. » Le Figaro nous explique pourquoi : « Solliciter, dès lors, un entretien avec le pape, explique-t-on encore à Paris, était naturel puisqu’il s’agit de travailler à une mobilisation internationale où la «voix» de chaque «grande conscience» planétaire compte, en vue de «créer des convergences».
    Voilà en réalité ce qui les intéresse : ce n’est pas la religion mais leurs « convergences ». Convergences en vue de quoi ? De lancer enfin le nouveau monde définitivement luciférien.
    Or, rappelons-le, les « convergences » des deux bêtes sont parfaitement explicitées dans le chapitre 13 de l’Apocalypse, où justement les deux convergent ensemble vers le même projet. De même qu’on a sous les yeux l’application concrète du monde d’Orwell, on a sous les yeux aussi, de façon flagrante, l’entente des deux bêtes, pratiquement dans les mêmes termes. Epoustouflant.

    • Serge.

      « Les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise. »

      Dans son petit livre « La sainteté au jour le jour » saint Alphonse de Liguori
      nous dit pour cette journée du 22 avril: « Les puissants la persécutent partout,
      et depuis deux mille ans elle est toujours là, debout sur les débris des trônes,
      sur les ruines des gouvernements oppresseurs, défiant ses bourreaux et leur disant:
      « Je vivrai malgré vous jusqu’à la consommation des siècles. »

    • Nate

      Bonjour

      Limiter le nombre de croyants dans les lieux de cultes signifie bien ce que ça veut dire: limiter au sens littéral le nombre de croyants.
      Évidemment tout les lieux de cultes ouverts aux publics sous contrôle de l’état, mais les temples maçonnique ne sont pas ouverts au public, ils ne rentrent pas dans ces bons conseils.
      En Chine les gens qui fréquentent les églises, les mosquées sont fichés et peuvent être rééduquer grâce au système du crédit social qui attribue une note aux citoyens si tu as AAAA tu peut adhérer au parti, avoir un bon logement…si tu as B, tu ne peux plus adhérer au Pc. Si tu as C, tu ne peux plus voyager. Si tu es D, tu n’as plus droit à un logement, et ton nom et ton visage sont affichés, tu deviens un paria, les gens t’esquive….c’est pire que sous l’Union soviétique. En fait c’est idem mais avec l’incroyable puissance d’oppression des NTIC, 5G etc…en union soviétique un opposant était relégué en Sibérie, mais du moment qu’il n’était pas au goulag, il pouvait toujours se marier, avoir une vie sociale
      Il y a eu un reportage sur arte TV hier soir sur ce sujet. Ça fait froid dans le dos. Je vous conseille de le regarder, on pourrait très bien avoir ce système dans peu de temps. D’ailleurs ça à déjà commencé.

      https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.telerama.fr/television/tous-surveilles-sur-arte-attention-a-cette-societe-du-tout-securitaire-qui-se-dessine,n6628012.php&ved=0ahUKEwjqvPypp_zoAhVJx4UKHW2rC4oQxfQBCCcwAA&usg=AOvVaw1v2xBoAQBXVXZc386XCS4n

    • Patricia

      Excellente analyse Monsieur Dalencourt concernant cet entretien entre Macron et le Pape ! Quand nous avons regardé cet entretien, j’ai dit à mon mari : « Tiens, les deux bêtes ! » Bien sûr que la FM est une religion, mais comme vous le dites à juste titre, certains rigolent lorsqu’on dit cela ! Avant le confinement, j’ai justement acheté à mon mari 1984 de Georges Orwell. Nous sommes tout à fait là-dessus. Mon mari l’a trouvé « glaçant »… Dans les cieux, la bataille doit être terrible…
      Avant-hier, j’ai lu un article intéressant sur le site mondialisation.ca : Robert Kennedy Junior demande une enquête sur Bill Gates. Il avait déjà dénoncé la présence d’aluminium dans les vaccins et avait demandé des condamnations.
      En tous les cas, nous sommes vraiment à un moment crucial…
      Encore merci pour votre article très intéressant.
      Patricia

    • Bigouden29

      Merci de vos réflexions sur la visio conférence entre le pape et Macron. Ce dernier à convoqué et les représentant de l’Eglise,
      et les représentants de la franc-maçonnerie, « la synagogue de Satan ». C’est un peu comme si on faisait négocier
      ensemble le diable et le bon Dieu. Bon, après, on sait que le pape actuel est passé du mauvais coté.
      Qu’on t’ils bien put se dire au juste? Ils ont sans doute parlé du « monde d’après », à partir du 11 mai.

      Autrement, si j’ai bien compris, il n’y aurait pas de messes avant mi-juin environ?
      Mais connaissant les zozos, ils vont s’arranger pour remettre çà le plus tard possible.
      Donc, du coup,c’est raté pour aller au pardon de la Trinité à Rumengol, le 7 juin. Ce sera peut être pour le 15 aout.
      Et à propos du 15 aout, çà fera 49 ans cette année que Nixon à décidé que le dollar ne serait plus
      indexé sur le cours de l’or, il s’en est suivi les planches à billets débridées de la FED.
      C’était donc le 15 Aout 1971. 49 = la limite du diable dans le livre de Daniel.

  2. dalencourt

    Quelques objectifs de ce grand bouleversement voulu en utilisant le coronavirus comme prétexte (ou point de départ, au choix) commencent à se faire jour.
    L’un d’entre eux, celui qui semble le plus clair, car dans les cartons depuis longtemps, c’est le contrôle de l’humanité et sa mise en esclavage.

    Nous souffrons de deux maladies qui nous empêchent d’ouvrir les yeux :
    – l’esclavage est assimilé, dans l’imaginaire populaire, à l’image d’Epinal du temps des romains, de malheureux ployant sous les fardeaux et les coups de fouet. On n’arrive pas à admettre que, les nouveaux maîtres ayant appris la leçon, l’esclave moderne puisse posséder une console de jeu, internet et du coca au frigo.
    – pareil pour le communisme. Je vois bien, au peu de réactions quand on traite du sujet, que tout le monde, ou presque, sourit avec condescendance quand on leur parle, non pas de la mort du communisme, mais de son évolution, qui se concrétise par un socialisme acceptable et accepté.
    Et pourtant, nos sociétés ont toutes les caractéristiques de ce bon vieux communisme : matérialisme athée, totalitarisme de la bureaucratie, étatisation, « progrès social » dans la culture et les moeurs, internationalisation, police de la pensée, surveillance des populations, économies dirigées, et… collectivisation.

    Nous savons, depuis le début de la pseudo-épidémie, que les principales victimes collatérales seront les classes populaires : artisans, commerçants, PME, ouvriers, employés, petits fonctionnaires, petites professions libérales…
    Dans Rivarol du 15 avril, Jean Terrien nous montre quel est l’objectif caché : « Pour les classes inférieures, le projet, c’est l’esclavage. La destruction des PME et de l’emploi, compensé par un revenu universel minimum pour les maintenir dans la survie. Et le coronavirus est là encore le prétexte tout trouvé pour imposer ce « revenu universel » aux Etats-Unis et en Europe. »
    Voilà : le pur collectivisme stalinien, les kolkhozes modernes et leur cortège de misère noire (mais avec ps4 !) d’un petit peuple toujours plus nombreux à dépendre de l’Etat et maintenu artificiellement juste sous la ligne de survie, belles perspectives pour nos populations, encadrées par le même totalitarisme policier.

    Ne sourions pas parce que le communisme, même s’il a changé de nom et de couleur pour être plus présentable (il est arc-en-ciel), c’est la plus grande perversité et la plus grande misère que le monde ait connu, misère spirituelle et humaine, familiale et sociale, économique et intellectuelle. Misère de l’âme privée de Dieu et abandonnée aux mains du prince de ce monde.

    • XAVIER

      Bonjour Monsieur Dalancourt,
      Mille fois d’accord avec vos analyses.
      Dans sa lettre aux mouvements et organisations populaires sur la crise sanitaire, économique et sociale, le pape François écrit: « Vous, les travailleurs informels, indépendants ou de l’économie populaire, n’avez pas de salaire fixe pour résister à ce moment… et les quarantaines vous deviennent insupportables. Sans doute est-il temps de penser à un salaire universel qui reconnaisse et rende leur dignité aux nobles tâches irremplaçables que vous effectuez, un salaire capable de garantir et de faire de ce slogan, si humain et chrétien, une réalité : pas de travailleur sans droits. »
      et plus loin,
      il appelle à: « une conversion humaniste et écologique  »
      Tout est clair
      Encore merci à vous

    • Jean-Philippe

      Entièrement d’accord avec vous M. d’Alencourt, le communisme s’est refait la devanture pour paraître plus présentable, mais il est là plus vivant que jamais. Ses idées sont tellement ancrées dans l’inconscient collectif pour certaines, qu’on peut dire qu’un pays comme la France est prêt à cette idéologie.
      Vous soulignez avec raison, le fait que lorsqu’on aborde ce sujet, ça fait sourire. Cela va sûrement se transformer en rictus.

    • Magne

      Monsieur D’Alencourt,
      Comment pouvons-nous espérer un dénouement proche (en 2020), la chute de Babylone, la mort des « bêtes », etc., si votre observation est exacte concernant la mise en place d’un esclavage moderne, qui s’inscrit forcément dans la durée (résurgence du communisme sous une autre forme, état policier, contrôle des populations à l’échelle mondiale, etc.).

      • dalencourt

        C’est vrai, il y a un paradoxe qui s’explique. Il s’agit ici d’étudier leurs projets « de façade » tant que les autres ne sont pas lancés, même si on les soupçonne. De toute façon ils serviront, ne serai-ce que pour contrôler les 500 millions d’esclaves qui resteront.
        Maintenant, tant que le projet, dans les cartons lui aussi, de passer de 7,5 milliards d’êtres humains à 500 millions (et ce n’est pas ce virus de rien du tout qui va le permettre) n’a pas démarré, on doit s’en tenir à ce qu’ils semblent prévoir.
        La chute de Babylone a deux volets : elle peut être provoquée par les hommes eux-mêmes (l’auto-destruction dont je parle), mais il est sûr qu’à moment donné c’est le Ciel qui prend la main, et termine le boulot… à sa façon.

        • David

          L’éradication se fera avec les ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES (un moyen qui ne touche que les êtres vivants et ne cause aucun dommage matériel).
          Le moment venu, il leur suffira de passer les fréquences pulsées à 60 Ghz et d’augmenter très fortement la puissance des antennes relais (qui sont partout) : les humains tomberont comme des mouches en quelques heures, en mourant d’asphyxie car leurs poumons seront incapables de transférer l’oxygène à l’hémoglobine (cette fréquence très spécifique bloque l’absorption de l’O2 par les cellules qui meurent d’asphyxie).
          Faites vos recherches, cet aspect-là des fréquences électromagnétiques est largement documenté scientifiquement, et très connu dans le domaine militaire.

        • Anne f

          oui la 5G alors personne ne sera sauvé
          Notre Seigneur doit empecher cela et qu il nous vienne en aide
          j en ai peur moi
          personne autour de moi ne comprend que ce virus ne me fait pas peur
          quand je fais des courses je mets le chapelet autour du cou amen

        • Souri7

          Les milliers d’animaux morts d’un seul coup à certains endroits ont été certainement victimes de ce genre d’expérimentation…

  3. Jean-Luc

    Bonjour à tous,
    Pour se détendre un peu, un petit best-of des meilleures répliques de Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol!!!

    PS: Persévérance et espérance mon cher Claude Germain V, la victoire est proche!!
    En union de prières avec vous tous.
    Deo gratias

  4. Marie Rose

    Bonjour Mr Dalencourt et vos lecteurs, une question concernant un phénomène inexpliqué qui m’arrive. Je sens par moment une odeur d’encens pontifical dans ma maison sans pour autant en avoir brulé et ce n’est pas non plus les voisins puisque je suis seule autour. Quelqu’un saurait comprendre ce phénomène?

    Merci par avance

    • dalencourt

      Je ne crois pas avoir parlé de Vigano en particulier. Ce dont je me méfie, c’est des prélats conciliaires. Quand un conciliaire fait preuve d’une analyse correcte (du genre Sarah ou Schneider) je le salue, tout en regrettant qu’en général ils n’aillent pas jusqu’au bout du raisonnement et ne remontent pas jusqu’au concile.
      C’est le cas de Vigano : ses propos sont valables, et même pour une fois proches de notre pensée, dommage qu’il ne remonte pas jusqu’au concile et la nouvelle messe. Ca viendra peut-être.

      • Carol

        Dans cette interview publiée le 21 avril 2020, Monseigneur Carlo Maria Viganò est parfaitement clair sur l’église post-conciliaire :

        « Il semble que l’église post-conciliaire, moderniste et maçonnique, aspire elle aussi à transformer, à dépasser l’Église du Christ, en la remplaçant par une « néo-Église », créature déformée et monstrueuse qui ne vient pas de Dieu.

        L’objectif de cette néo-Église n’est pas d’amener le peuple élu à reconnaître le Messie, comme pour la Synagogue ; elle n’est pas de convertir et de sauver tous les peuples avant la seconde venue du Christ, comme pour l’Église catholique, mais de se constituer en bras spirituel du Nouvel Ordre Mondial et en défenseur de la Religion Universelle. En ce sens, la révolution conciliaire a dû d’abord démolir l’héritage de l’Église, sa Tradition millénaire, dans laquelle elle a puisé sa propre vitalité et son autorité en tant que Corps Mystique du Christ, pour se débarrasser ensuite des représentants de l’ancienne Hiérarchie, et n’a commencé que récemment à se présenter, sans faux-semblant, telle qu’elle cherche à être.                                      
        Ce qu’elle présente comme une utopie est, en réalité, une dystopie, car elle représente la concrétisation du projet de la franc-maçonnerie et la préparation de l’avènement de l’Antéchrist.                        

        Je suis également convaincu que la majorité de mes frères, et plus encore la quasi-totalité des prêtres et des fidèles, ne sont pas absolument conscients de ce plan infernal, et que les événements récents ont ouvert les yeux de beaucoup. Leur foi permettra à Notre Seigneur de rassembler le pusillus grex autour du vrai Pasteur avant l’affrontement final. »

        Par ailleurs, il dit que le peuple portugais
        sera « peut-être bientôt appelé à protéger le feu sacré de la religion, alors que les autres nations refusent de reconnaître le Christ comme leur Roi et Marie comme leur Reine. »

        Qu’en sera-t-il de la France ?

  5. Amen

    https://plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2019/09/19/node_248496/27017370/public/2019/09/19/B9720957783Z.1_20190919142105_000+GIFEGBRL2.1-0.jpg?itok=LszXgu1U1569078835

    Beaucoup de personnes parlent de Bill Gates avec le fameux vaccin qui pourrait correspondre à la marque matérielle de la bête.

    Rappelons que GATES se traduit par « PORTES »

    et BILL se traduit par l’ADDITION ( to pay the bill = Payer l’addition)

    On a donc une sorte de comptabilité avant de passer par la petite porte qui mène au Seigneur?

  6. Jean C.

    Étant confiné actuellement , je ne vois aucune bonne nouvelle , nul part ….TV , radio , internet , FB ……
    Heureusement …. oufff !! il me reste la prière …

    • Nicolas

      Pourtant, nous sommes dans le temps pascal, Jésus est ressuscité. Alléluia.
      Le reste n’est qu’un fétu de paille et on le voit d’autant plus avec cette crise provoquée ou quasiment personne n’a une saine réaction. Le monde est devenu fou et que celui qui a des yeux voit et recherche les choses d’en-haut.

  7. Uncle

    L’heure du grand réveil a sonné. Nous nous approchons du temps de l’action de grâces effectivement. Le temps presse.
    M. D’Alencourt, mes recherches «astronomiques» ont aboutis. J’aimerais vous transmettre le tout en privé si vous acceptez puisque c’est long… Évidemment, vos lumières eschatologiques sont nécessaires pour corriger mais cela vous donnera sûrement des pistes.

    • David

      Meuh non….
      On ravive dans le médias les « tensions » avec « l’axe du mal », et hop le cours du pétrole (qui était négatif !) remonte, et hop le lobby pétrolier américain est content.
      Voilà.

  8. Sophie

    Je cite un des passages de la lettre du 12 avril de Bergoglio « Si la lutte contre le Covid-19 est une guerre, alors vous y êtes réellement une armée invisible combattant dans les tranchées les plus dangereuses, analyse le souverain pontife. Une armée dont les seules armes sont la solidarité, l’espoir et l’esprit de communauté ». ( https://www.20minutes.fr/monde/2761343-20200415-lettre-ouverte-pape-francois-prononce-revenu-universel-base )
    L’inversion satanique est tellement visible, que s’en est presque pas croyable. Il dit bien que cette guerre est invisible; mais juste après il parle des armes qui ne sont aucunement spirituelles et certainement pas des armes qui viennent de Notre Seigneur Jésus-Christ.
    Le 13 mai prochain est une date qui devrait les faire trembler …

  9. XAVIER

    Au secours !
    Hier, le Pape célébrait la 50ème Journée mondiale de la Terre. Il annonce clairement qu’il collabore avec la secte des mondialistes en disant: « En même temps, nous avons besoin d’une conversion écologique qui s’exprime en actions concrètes. En tant que famille unique et interdépendante, nous avons besoin d’un plan commun pour conjurer les menaces contre notre maison commune. « L’interdépendance nous oblige à penser à un seul monde, à un projet commun » (LS, 164). Nous sommes conscients de l’importance de collaborer en tant que communauté internationale pour la protection de notre maison commune. »
    Seigneur, prends pitié de nous

  10. Alec

    En réponse à JMA, ll n’y a pas qu’aux Pays-Bas où l’euthanasie est autorisé, dernièrement ici au Québec ils l’ont autorisé également, et pour ceux atteints de démence, alzheimer, autres maladies, ou toute personne qui sent que sa vie est accomplie (!) (et bientôt pour les enfants malades) Ce qui m’attriste le plus c’est que tout ça a passé sans que personne ne s’y soit opposé, tous les médias en ont parlé favorablement, d’aucune voix discordante. Même qu’ils ont tous dit qu’il était grand temps que ça arrive, il fallait que la société évolue… on entendait ce discours partout à la radio tv etc. Cette loi a passé comme dans le beurre, avec le consentement silencieux de toute la population. (comment expliquer cela?)
    L’Église du Québec, autrefois si puissante, n’a pas dit un mot. Bref presque tout le monde est euthanasié mentalement. C’est d’une tristesse à vouloir en mourrir. Je n’aime plus mon pays, tout semble devenu contraire au Bien.

    Et d’ajouter en passant: le nouveau gouvernement du Québec, élu en octobre 2018, avait promis tout le long durant la campagne électorale, qu’il garderait le Crucifix accroché au mur de l’Assemblée Nationale depuis 1936 au dessus de la chaise du président de l’Assemblée (Là où toutes les lois sont votées) et ce malgré l’opposition de certains partis politiques et des médias. Et bien une fois élu, quelques mois après, ils l’ont décroché tout simplement. Il n’est plus là! Vous voyez ce que vaut la parole d’un politicien?!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s