Le fondement marxiste évident des gilets jaunes

Quasiment dès le début du mouvement des gilets jaunes, j’avais mis en garde sur ce qui semblait être un mouvement basé sur les habituels ressorts de gauche et d’extrême-gauche. Quatre mois après, non seulement les événements n’ont fait que confirmer cette thèse, mais ils ont aussi enfermé le peuple dans une dialectique et une logique dont il ne comprend ni le sens ni les mobiles réels, ce qui le mène à « tourner en rond » dans un état de frustration permanente.

Nous allons donc aider la population à comprendre de quoi il s’agit réellement, en utilisant une comparaison avec une analyse effectuée par la revue Civitas à l’occasion des cinquante ans de mai 68, il y a un an, dans leur numéro de mars 2018. D’une révolution à l’autre, on s’aperçoit que les méthodes -et donc les enjeux et les objectifs- n’ont pas pris une ride. Si je n’avais pas précisé au préalable que les textes qui vont suivre s’appliquaient à mai 68, tout le monde aurait cru que je ne faisais que décrire le mouvement actuel des gilets jaunes, tellement la description est criante de vérité.

 

Comprendre la crise actuelle

L’article cite une note du CEE (association de laïcs catholiques créée par Jean Ousset dans le but de diffuser la doctrine sociale de l’Eglise), publiée courant mai 68.
La date est très importante puisqu’il s’agit d’un document datant d’il y a 50 ans, et non contemporain, afin de souligner que les techniques de subversion communistes n’ont pas changé, et sont identifiables quel que soit le mouvement social.
Les textes cités sont en noir italique, mes commentaires sont en bleu.

Voici donc quelques extraits éclairants de cette note du CEE de mai 68 :

 « La crise actuelle aboutit à une véritable situation révolutionnaire au moyen de laquelle il s’agit de neutraliser les responsables et les représentants réels du vrai dialogue :
– Les dirigeants : en les isolant, les discréditant et les terrorisant,
Les dirigés : en les entraînant dans le piège de la « solidarité » afin de massifier le mouvement et d’en faire une « force de frappe » révolutionnaire. »

 « L’erreur principale des non marxistes a consisté à se laisser entraîner sur le terrain de l’adversaire et à accepter sa technique de dialogue. Il n’y a pas d’espoir de sortir honorablement de ces mécanismes de la dialectique marxiste si dès les débuts, les représentants qualifiés des intérêts réels ne prennent pas les devants afin de s’opposer coûte que coûte à cette dialectique en maintenant le dialogue : 1° sur son vrai terrain ; 2° entre représentants des intérêts réels. »

Il faut en effet bien comprendre les mécanismes employés par les dirigeants du mouvement révolutionnaire. Pour provoquer et développer le mouvement révolutionnaire -but essentiel-, deux techniques sont utilisées :
– La revendication réaliste amalgamée à la revendication idéologique ;
– Le Soviet

 

Revendication réaliste et revendication idéologique
Il s’agit de mêler à des projets de réforme légitimes, objet d’expérience commune et de responsabilité possible (réformes réelles), des revendications monstrueuses, soit par leur caractère intrinsèquement subversif (exemples : la contestation permanente, assumée par un appareil syndical directement articulé sur les grandes centrales politisées), soit par leur caractère pratiquement inaccessible.
Cette technique permet d’honorabiliser les projets subversifs en les enrobant dans le miel des propositions sages et naturelles et, par là, de FAIRE PARTICIPER AU MOUVEMENT UN GRAND NOMBRE D’INDECIS.

Version actuelle du Soviet : la commission de réforme
« Partout, formez des commissions », « allez travailler en commission », « même si vous n’êtes pas avec nous, même si vous n’êtes pas pour la grève, venez quand même proposer vos idées dans les commissions ». Tels sont les propos qui n’ont cessé de se répandre depuis le début du mouvement étudiant dans toutes les universités. »
Le communisme s’adapte : les ronds-points ont remplacé les commissions dans les universités, mais la technique est la même : amener les non-communistes à dialoguer avec des membres de la gauche et de l’ultra-gauche, toujours présents dès qu’il s’agit de contester et manifester, et se mêlant à la foule afin de répandre leurs idées anarchistes et subversives.
« La commission est le cadre imposé, avec ses rites de votes, de motions, d’élections. Les modérés, les adversaires tièdes, sont invités à y présenter leurs idées, voire à prendre des présidences. »
C’est pourquoi certains leaders des gilets jaunes ne sont pas foncièrement de gauche : ce n’est pas un problème puisqu’ils sont contrôlés à la base par un système qui les enferme dans une dialectique marxiste. D’où la prétendue couleur apolitique du mouvement, ce qui permet de ratisser plus large parmi les idiots utiles, et des leaders interchangeables selon les exigences du moment.
« C’est la technique de l’agitation marxiste : Lénine répondait à ceux qui lui écrivaient qu’en Ukraine « les blancs » se mêlaient aux soviets et participaient à leurs travaux en voulant infléchir leurs idées, qu’il fallait les y laisser, car ils participaient ainsi à la Révolution et l’entretenaient malgré eux. »
« Pragmatisme pur, le marxisme veut l’action, et faire participer les gens à l’action qu’il conduit, quels que soient les motifs de leur participation. »
On a ici la clé de compréhension du système, quand on me répond qu’il n’y a pas que des gauchistes et des marxistes dans le mouvement ; on y trouve même des groupes de droite, d’extrême-droite, des gilets jaunes catholiques, etc. Mais tous ces gens se font en réalité entraîner dans un état d’esprit typiquement marxiste, auquel les marxistes eux-mêmes les poussent à participer, pour non seulement leur confier le sale boulot, mais aussi pour les contrôler.
C’est typiquement la démarche d’un Eric Drouet, qui désormais appelle à un « blocage national total », espérant obtenir ainsi le chaos que ses amis d’extrême-gauche sauront exploiter, à la différence du peuple qui, lui, n’en tirera aucun bénéfice, sauf celui d’avoir permis aux plus dangereux ennemis du genre humain de prendre le pouvoir.
Et puis franchement, les grandes centrales syndicales de gauche comme la CGT n’auraient pas manifesté leur sympathie pour le mouvement si elles n’y avaient pas trouvé des points communs. De même, samedi dernier 23 mars, trois leaders d’extrême-gauche, à savoir Mélenchon, Besancenot et Poutou, ont défilé à Paris avec les gilets jaunes, avec lesquels ils ne cachent pas leur proximité, et pour cause…

« Dans les commissions, on ne vous demande pas d’adopter des motions révolutionnaires ; on vous demande simplement de participer. Quand vous présentez votre texte, il le sera à côté de textes moins présentables ou même inacceptables. Au nom de la solidarité, on vous demandera de les défendre en bloc ; et si les meneurs de ces commissions sont attaqués, on vous demandera de les défendre.
Ainsi, vous serez amené à défendre malgré vous des idées et des gens que vous récuseriez en temps normal, sinon vous serez débarqué comme « jaune » refusant de participer au mouvement. »
On a ici l’explication du grand débat national : une foutaise totale, autant de la part des leaders marxistes des gilets jaunes que du gouvernement, lui aussi rompu aux techniques de manipulation. On oublie un peu vite que les communistes sont des collectivistes et que le socialisme est fille du communisme, sa face acceptable dirons-nous. Or le socialisme repose sur l’Etat-Providence, sur le recours à l’Etat pour résoudre toutes les situations, à toujours plus d’interventionnisme d’Etat, et c’est cette mentalité et ce mode de fonctionnement qui ont miné et détruit la vie sociale de nos pays. Alors demander à l’Etat de résoudre une situation qu’il a lui-même créée, c’est comme demander à un pyromane d’éteindre le feu qu’il a allumé : est-il le mieux placé pour le faire ?
Ceci pour bien comprendre que la première de choses à faire n’est pas de se tourner vers l’Etat mais à l’inverse de SORTIR DE CETTE MENTALITE SOCIALISTE vers laquelle ils nous poussent encore et toujours.

« Pour les hommes de bonne foi, le « mouvement révolutionnaire » vise telle ou telle réforme. Mais pour le marxiste, LA REFORME N’EST RIEN ET L’ACTION REVOLUTIONNAIRE EST TOUT. Or cette crise est aux mains de marxistes. »
Cinquante ans après, la révolution est encore aux mains des marxistes et leurs mobiles se comprennent dans les mots d’ordres typiques de cette mentalité : maintenir la pression, continuer le mouvement coûte que coûte, non pas pour obtenir des réformes mais pour susciter la Révolution en elle-même, car celle-ci sert leurs intérêts et non ceux du peuple.
Nous avons pourtant un précédent : en quoi la Révolution de 1789 fut-elle bénéfique pour le peuple? Il y a récolté une longue et cruelle guerre civile, la Terreur, l’hostilité des pays voisins et des conflits avec toute l’Europe, bref un chaos complet mais sûrement pas un regain économique. Et puis la prise du pouvoir par une oligarchie. Il faut être fou pour retomber dans les mêmes erreurs et aider cette oligarchie révolutionnaire à prendre le pouvoir, pour son plus grand bénéfice, et récolter à nouveau la Terreur.

 

Les leviers révolutionnaires n’ont pas changé

Lisez bien, la ressemblance avec le mouvement des gilets jaunes est frappante, comme quoi les révolutionnaires ont de la suite dans les idées et… dans les méthodes.

L’auteur de l’article, Robert Davion, décrit ensuite « les leviers révolutionnaires de 1968 », et parmi eux, LA POLITIQUE DE SUBVERSION :

– « Conception marxiste des réformes, servantes de la Révolution »
Toujours le socialisme c’est à dire demander à l’Etat d’intervenir encore et toujours plus.
– « Contestation des autorités : fragilisation des pouvoirs institutionnels, constitution de hiérarchies parallèles »
Cette contestation des autorités est ici évidente, c’est même la face la plus visible… a-t-on oublié que c’est la base de toute action révolutionnaire, et qu’elle est systématique, quel que doit le régime incriminé (monarchie, démocratie…).
– « Apparence démocratique : tout le monde s’exprime »
Des ronds-points au grand débat national… ceci entretient l’esprit de suffisance des gens et permet de mêler les communistes aux autres, et de diffuser ainsi leur doctrine et leurs idées.
– « Amalgame : exigences idéologiques mélangées avec des revendications réelles pour entraîner les indécis »
C’est la grande force du système, qui marche à tous les coups : la défense des intérêts du peuple a toujours été le discours de base du communisme : nous sommes le peuple, disent-ils. Hier les prolétaires, aujourd’hui les populations défavorisées, il est certain qu’il y aura toujours des miséreux à défendre et des situations à dénoncer. Seulement les méthodes préconisées par les marxistes pour les résoudre sont encore pires que la situation originelle… et c’est bien LEURS solutions qui sont proposées en majorité.
– « Souplesse dans l’action : guerre de mouvement »
Là aussi, les remarques que l’on peut lire de part et d’autre prêtent à sourire… à les entendre, ce n’est jamais eux, c’est toujours les autres : les casseurs de banlieue, les blacks blocs, la police. Mais l’air du « je n’ai rien fait » est typique de la lâcheté marxiste. Pourtant la mentalité révolutionnaire est en elle-même porteuse de germes de violence, alors quelle irresponsabilité de jouer à l’étonné et de rejeter la faute sur les autres ! Et puis ces fameux autres, les casseurs de banlieue ou les groupuscules d’extrême-gauche sont, par nature, des membres de plein droit des gilets jaunes puisque les premiers sont issus de milieux défavorisés, et les seconds des agitateurs professionnels complices et alliés des marxistes.
– « Action psychologique et émotive : contourne la réflexion attentive »
Cette manière de fonctionner est typique de notre temps, surtout dans une société où l’image, l’immédiat et l’émotionnel  prennent le pas sur la réflexion et la sagesse. Eh bien c’est encore du marxisme.
– « Provocation des pouvoirs civils permettant la victimisation des agitateurs »
Là aussi, c’est typique de l’ultra-gauche : se faire passer pour des victimes. Ils cherchent la bagarre, ils créent des situations à risque, ils provoquent souvent les premiers affrontements, et ensuite ils en utilisent les conséquences (les inévitables dégâts) pour stigmatiser et tétaniser la police.
Ces techniques de manipulation sont puantes, car elles mènent à l’impunité des provocateurs professionnels et même, pire, à les présenter en héros à la population.
– « Déresponsabilisation des agitateurs : transfert de responsabilités vers les autorités institutionnelles »
Ceci a été écrit il y a un an et concernait mai 68 ; or que constate-on ? Que tout le monde suit aveuglément cette technique marxiste, pourtant bien connue, de manipulation de l’opinion en désignant les autorités comme responsables du chaos.
C’est facile de désigner la police comme responsable -ou participante- du chaos que l’on a soi-même engendré. J’espère que cet aspect de déresponsabilisation des agitateurs en fera réfléchir plus d’un. Le pape Pie XI a déclaré que le communisme était intrinsèquement pervers ; ce que nous vivons ne peut que confirmer ces propos.
– « Sollicitation des gens hors de leurs champs personnels de compétence »
C’est typique du grand débat : qui est compétent en réalité pour se pencher sur des questions aussi graves dont les conséquences impacteront durablement un peuple tout entier ?
Et typique aussi du vide de la démarche : on mobilise des foules avec quelques slogans bien sentis (sur le pouvoir d’achat ou la démission du président) mais on n’a aucune solution crédible à mettre en face. Et ça marche. Le marxisme est aussi fils du mensonge et père de la démagogie.
– « Blanc-seing arraché à la masse : le nombre donne la crédibilité »
Une foule ne pense pas, on pense pour elle ; et ce « on » ce sont les marxistes, passés maîtres dans l’art de manipuler l’opinion, avec la complicité et le soutien des médias, eux aussi imprégnés du même esprit.
– « Représentativité du groupe : n’est jamais mise en débat »
Là aussi c’est très bien vu : la représentativité des « français de souche » et du pays réel par les gilets jaunes n’est que supposée, jamais prouvée. Et de toute façon, le pays réel est fils de la révolution, il s’en réclame et en est fier. Alors il n’a que ce qu’il mérite.
– « Gonflement médiatique de cas particuliers »
Encore une technique bien connue, largement utilisée entre les médias, internet, les réseaux sociaux…

 

Conclusion

C’était visible depuis le début. Non, le mouvement des gilets jaunes n’est pas spontané mais organisé par des agitateurs et manipulateurs professionnels ; non il n’est pas apolitique mais clairement socialo-communiste dans sa mentalité et son fonctionnement ; non, il ne recherche pas le bien commun mais la révolution comme but en soi, et sert de prétexte à un groupe d’enragés d’extrême-gauche pour tenter de prendre le pouvoir en utilisant le peuple comme chair à canon.

Et si la population aujourd’hui n’est plus capable de repérer les ressorts marxistes qui l’animent et le composent, c’est parce qu’elle s’est elle-même, après cinquante ans de propagande effrénée, convertie au socialisme, y compris ceux qui se disent ou se croient de droite, et qu’elle a acquis une mentalité marxiste et un cœur révolutionnaire. Elle assiste impuissante et angoissée à l’effondrement de sa civilisation et croit pouvoir ralentir le processus en suivant l’impulsion des révolutionnaires sans voir que pour eux, il s’agit non pas de sauvegarder le monde d’aujourd’hui mais de mettre en place le monde d’après. Le leur. Un monde terrifiant.
Il ne faut donc en aucun cas rejoindre ou soutenir le mouvement des gilets jaunes mais au contraire dénoncer la grande manipulation dont fait l’objet la population.

 

Pour télécharger le fichier pdf de l’article, cliquez sur ce lien : Le fondement marxiste évident des gilets jaunes

941 Commentaires

  1. Philippe

    Avec les précautions d’usages sur un éventuel montage, mais une video intrigante sur le départ de l’incendie à la cathédrale de Notre-Dame. (à partir de 1min30s)

    • Jacques Si

      Assez troublant cette ombre sur le toit, merci pour ce partage. Il faudrait vraiment que cette vidéo,soit analysée.
      L’idée transfert magique, genre de rituel satanique, entre Jérusalem et Paris est très intéressante (@ Julien)

      Ces suppôts de Satan ont eu l’affront de s’attaquer à la très Sainte Vierge Marie et à sa Cathédrale, mais il ne realise pas l’ampleur de cette bévue

  2. Uncle

    Le feu de Notre-Dame… Pratiquement 6 ans et 66 jours après cette manifestation de femen à la cathédrale le 12 février 2013 pour «fêter» le départ de Benoît XVI.

  3. wigam

    Edouard Philippe et Emmanuel Macron se forcent pour ne pas rire en arrivant à Notre-Dame
    https://www.fawkes-news.com/2019/04/des-images-qui-vont-faire-jaser-edouard.html

    Le premier ministre Edouard Philippe est heureux d’organiser le desordre du monde
    https://www.facebook.com/watch/?v=2265059093747109

    Le ministère de la Culture interdirait aux architectes des monuments historiques de répondre à des interviews sur Notre-Dame
    http://www.fdesouche.com/1194079-le-ministere-de-la-culture-interdirait-aux-architectes-des-monuments-historiques-de-repondre-a-des-interviews-sur-notre-dame

  4. julien

    bonjour une petite voie me dit que nous entrons la dans la phase reconstruction du troisieme temple et qu au final ce n est pas forcement a jerusalem mais a paris qu il se construit . le feu ayant eu lieu au meme moment a l endroit ou se concentre l idée du troisieme temple c est parait etre une sorte de transfert magique tellement c est gros . c est comme si toute les ecritures s accomplissent pour entrer dans l ere messianique qui commence a prendre forme avec l imposition d un systeme qui nie le divin mais pourtant bati les temples . une periode bien interessante pour vivre sur terre , n appelez pas trop fort le feu de la destruction il est deja compris dans la vacuité du monde crés par les hommes , comme on dit ne tirez pas sur l ambulance ( mais protegez vous des contres vertus .) . bonne paques

    • astrojournal

      « nous entrons la dans la phase reconstruction du troisieme temple et qu au final ce n est pas forcement a jerusalem mais a paris qu il se construit »

      Voilà une excellente intuition, vu que la France est la nouvelle Israël.

    • Claudius

      Excellent commentaire !
      Il ne faut pas oublier que ces gens-là calculent tout numérologiquement, astrologiquement et symboliquement (quelqu’un a relié l’incendie de Notre-Dame à l’autodafé de talmuds sur le parvis au début du 13e siècle…).

      Je suis sûr que pendant l’incendie de Notre-Dame (et aussi celui exactement simultané (!) sur l’esplanade du temple à Jérusalem), des personnes sur la Terre ont réalisé des rituels magiques démoniaques et lucifériens.

      Nombre de leurs leaders disent ouvertement que Paris est leur « nouvelle Jérusalem », et que la France est « leur patrie »… C’est pourquoi tant de monde parle de « reconstruction », au lieu du terme normal qui s’applique en pareil cas : « restauration ».

      Comme la Croix supérieure de l’édifice a brûlé (caractérisée par la toiture), ça suffit à leurs yeux pour le désacraliser et pour pouvoir remplacer la consécration originelle de Notre-Dame au Christ par la leur (avec leurs rituels, ils agissent comme la double messe noire au Vatican).

      Ainsi, quand la nouvelle messe désacralisée sera proclamée par le Vatican, ils pourront introniser leur nouveau temple mondial « reconstruit » au cœur de la capitale de leur nouvel ordre mondial messianique…

    • dux

      c’est voulu au même moment sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem où se trouve la Mosquée Al Aqsa elle même était en proie aux flammes pour dire le troisième temple arrive le sous sol est déjà prêt concernant le troisième temple selon source vous verrez le troisième temple sera rebâti à Jérusalem Trump justement s’était rendu sur place vérifiez vous verrez ça annonce la phase finale l’apothéose …

      il faut détruire les vestiges de l’ancien monde faire table rase …

  5. Claude Germain V

    Regalez vous , la vérité va sortir ….et très vite …..

     » Ce ne sont pas les cloches qui m’intriguent dans l’incendie de Notre-Dame. Il y en a 8 de 1 à 5 tonnes dans la tour Nord et deux, les bourdons, dans la tour Sud, dont Emmanuel 13 tonnes, qui date de Louis XIV et que l’on ménage en sonnant son second, 6 tonnes. Dans les tours, tous ont échappé à l’incendie.
    Ce qui m’intrigue c’est l’explosion silencieuse décrite par une voisine de la cathédrale. De son balcon, elle a une vue directe sur le toit de la cathédrale.
    « Le feu a commencé à la base de la flèche, et avec une violence inouïe, inouïe, le feu s’est embrasé…» … et il a gagné la flèche et toute la toiture.

    ELLE PARLE A PARTIR DE 55″

    Notez quelle ne parle pas d’explosion, aucun témoin ne parle d’ailleurs de bruit d’explosion, mais d’en embrasement soudain d’une « violence inouïe ».
    De leur côté, les architectes et le patron de l’entreprise Le Bras qui procède aux travaux excluent le court-circuit, l’ascenseur, l’outil oublié en marche, le circuit électrique etc. avec des arguments que je ne vais pas développer ici mais qui sont convaincants. Ils disent de plus que pour enflammer des poutres de forte section en vieux chêne, il faut chauffer ou longtemps ou avec un « point chaud » de température très élevée. D’accord, mais ça fait UN foyer, pas un embrasement violent et général.
    J’ai pensé à de la poudre d’aluminium + un chlorate, ou perchlorate ou un oxyde de fer qui produisent en moins d’une seconde près de 2 000°C, mais ça produit une explosion bruyante au moment où ça s’enflamme (pétards, feux d’artifice, etc.) De plus, il faut une mèche lente, sinon celui qui a dispersé la poudre l’aluminium et ses additifs dans l’air saute avec le reste.

    Nous vivons la  » PÉRIODE  » des REVELATIONS et les gouapes a l’esprit corrompu , car ils n’ont plus d’âme vont payer .

    • zigzag

      à 18h20 première alerte et comme par hasard personne ne réagit peu de temps avant un exercice avait été mené, c’est bon si ça sonne c’est qu’il y a une raison les systèmes de détection sont assez efficaces l’erreur est permise, mais sur un tel bâtiment ce n’est pas à prendre à la légère, bref de toute façon on connaît la suite, méfiez vous énormément de ce qui arrive bientôt …. que la vérité éclate !!!

  6. Gégé22

    Le 3 avril 1969 Paul VI signait la constitution apostolique Missale Romanum promulguant le nouveau missel romain destiné à entrer en vigueur le 1er dimanche de l’Avent soit le 30 novembre 1969.La destruction de Notre Dame 50 ans et 12 jours après la parution de cette constitution est l’avertissement pour d’autres évènements plus graves encore qui se produiront en cette année « jubilaire ».

  7. Uncle

    Marie nous l’a bien laissé savoir. Le message est clair.L’autel Vatican II a détruite et l’autel du rite tridentin intact.

    Une photo avant et après: https://i1.wp.com/blog.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2019/04/57126995_2526401970715007_6478823050639835136_n.jpg

    Une autre en gros plan, impressionnant, en ce Vendredi Saint: https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/beba7444ee65f73dbdf7fdecfc2e0ea8-notre-dame-de-paris-le-coq-reliquaire-de-la-fleche-retrouve-dans-les-decombres.jpg?width=1260&height=712&fill=0&focuspoint=49%2C77&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=6152ea0ecb9ea83a2396c17c1e343a5292c21c8cbfed46e3f35947d10276aa4a

  8. Uncle

    Cette photo en gros plan m’inspire beaucoup, surtout en ce jubilé de la messe Paul VI où l’autel Vatican II a été détruite.
    Notre-Dame nous demande de revenir aux sources. C’est évident. Photo d’actualité en ce Vendredi Saint d’ailleurs.
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/beba7444ee65f73dbdf7fdecfc2e0ea8-notre-dame-de-paris-le-coq-reliquaire-de-la-fleche-retrouve-dans-les-decombres.jpg?width=1260&height=712&fill=0&focuspoint=49%2C77&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=6152ea0ecb9ea83a2396c17c1e343a5292c21c8cbfed46e3f35947d10276aa4a

  9. Pierr Marie

    Bonjour Mr Dalancourt
    Bon vendredi saint, je rentre du reposoir, et je retourne ce soir…
    Petit moment pour vous dire que les temps sont très graves, prenez le temps de regarder cet vidéo qui date de 2017 vous aller comprendre!
    union en prière
    Oui effectivement l incendie de NDP il y’a quelque chose à voir avec la déconstruction de notre société…et le nouvelle ordre mondial…pas de résurrection sans croix…et encore moins sans le Christ…
    et avec ces nouvelles armes tout accident est possible…

  10. Sophie H.

    FRANCE. Emmanuel Macron, jeune prostitué des Rothschild, est un franc-maçon de haut niveau

    Emmanuel Macron veut reconstruire Notre-Dame et la consacrer à nouveau comme temple du Nouvel Ordre Mondial. Est-ce pour cela qu’il dit qu’il faudra cinq ans pour réparer? Il est le protégé du juif sataniste Jacques Attali.

    Dans une interview accordée à la radio italienne Colors Radio, Gioele Magaldi révèle le caractère maçonnique du président de la République française, Emmanuel Macron:

    https://numidia-liberum.blogspot.com/2019/04/emmanuel-macron-jeune-prostitue-des.html

  11. Claude Germain V

    Après simple réflexion et si tout simplement les prophéties étaient en train de se realiser ou en voyant les événements sous un angle plus simple paris brule effectivement , mais si cela ne concerne que les cathos-chretiens , bien entendu pourquoi le reste de Paris aurait ‘il besoin de bruler puisque Notre-Dame représente le point unique de rassemblement des enfants de DIEU , du FILS et de L’esprit Saint , rassemblés en ce qui concerne les chrétiens sous la protection de la Sainte Mere .Pour les chrétiens , le reste de Paris ne les concerne pas , c’est simplement le coté matériel , nourriture , habitat etc etc .Paris pour un chrétien c’est simplement NOTRE-DAME ……..Le reste des événements violents se passent le samedi ……
    Situation pas évidente

  12. Claude Germain V

    Macrominus-satanicus et son équipe de gouapes n’a pas une seule fois prononcé le mot  » chrétiens  » ou  » catholique  » en ce qui concerne l’attentat sur Notre-Dame …
    Ignominie politicienne et maçonnique .Ils ne méritent même pas la corde pour les pendre .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s