La fin de la nuit

 

Conférence de Louis d’Alencourt faite le 16 mars 2019 à Pontmain.

Texte intégral de la conférence :

Après avoir rappelé que l’eschatologie est l’étude de la fin des temps (et/ou de la fin du monde), je voudrais commencer ma conférence par trois mises au point afin que l’on ne se méprenne pas sur ma démarche :

1) un eschatologue n’est pas, enfin moi du moins je ne me considère pas comme un prophète ni un devin mais un chercheur ; je fais part de mes investigations et de mes interprétations ;
2) dans ces investigations, je me pose souvent la question : quelle est la part inspirée par le Saint-Esprit et quelle est celle de mon propre fait ? en toute humilité je vous le dis, le tri n’est pas toujours facile à faire ; et puis je ne sais pas si je mérite un tel honneur ; je prie tous les jours en espérant avoir au moins de temps en temps l’Esprit-Saint derrière moi, pour le reste, les événements seront là pour nous départager ; et les erreurs m’aident à m’améliorer ;
3) Il faut savoir aussi qu’il y a derrière moi des années de recherche et de travail acharné ; je ne peux pas en une heure tout expliquer ; je vais donc utiliser des raccourcis, aller à l’essentiel en affirmant des choses que j’ai déjà démontrées, bref présenter des conclusions… mais sachez que dans tout ce que j’avance, rien n’est gratuit ou subjectif, tout peut être argumenté, prouvé, expliqué, justifié…

Enfin sachez que je ne m’exprime pas seulement pour les personnes réunies dans cette salle mais aussi pour tous ceux qui visionneront la vidéo ; mon message s’adresse volontairement à un large public.

 

16 mars 2016 : la moisson

Lorsque Chouandecoeur m’a demandé de faire une conférence en ce 16 mars 2019, j’y ai vu un signe du Ciel – j’espère que c’est bien le cas.
En effet, il y a exactement 3 ans, le 16 mars 2016, je publiais un article intitulé « la moisson ».
Rappelons que lorsque Jésus explique la parabole du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13), au verset 39 il dit « la moisson, c’est la fin du monde ».

Or quel était le propos de cet article du 16 mars 2016 ?
De mettre en valeur le principe du N+3 à titre d’avertissement :  N est l’événement majeur qui sert de point de repère, le séisme dirait un texte prophétique, et +3 est sa réplique trois années après, le signe envoyé du Ciel pour confirmer et valider « N ».
Je prenais pour exemples :
– la guerre de 14 (N) + 3 = Fatima (1917) mais aussi la révolution russe ;
– le concile (1965) et la révolution de mai 68 : deux changements majeurs dans la société ;
– l’attentat de Jean-Paul II : élu en 1978 celui-ci a lieu le 13 mai 1981, jour anniversaire de l’apparition de Fatima ; 1978 (N) + 3 = 1981.

Bien évidemment, je n’imaginais pas un instant à cette époque d’avoir à appliquer à ce même article la règle du N+3 que j’y exprimais. Ceux qui me connaissent savent que depuis près de 6 ans maintenant, j’annonce la chute de Babylone (l’empire de la bête), ce qui équivaut à la fin du règne de Satan, et j’annonçais à l’époque une fois de plus une moisson – donc une fin du monde – imminente.
J’écrivais très exactement il y a 3 ans :
« C’est donc saint Joseph qui va mettre fin à l’iniquité le 19 mars, accompagné de saint Michel avec lequel il agit de concert (les deux terreurs des démons) ; puis la Sainte Vierge écrasera la tête de Satan. La terre sera purifiée pour le retour du Seigneur.
L’Apocalypse dans l’ordre : chute de Babylone et des deux bêtes, puis élimination définitive du dragon suivie du retour de Jésus pour le jugement dernier. »

Or nous sommes aujourd’hui exactement à N+3.
16 mars 2016 (N) + 3 = 16 mars 2019.

Il n’y a pas eu de « séisme » me dira-t-on en année N, c’est à dire en 2016.
C’est vrai, mais c’est oublier que 2016 fut la dernière année de jubilé du Puy avant longtemps (prochaine édition : 2157 !). Il y a jubilé du Puy quand l’Incarnation et la Rédemption tombent le même jour, le 25 mars.
Or il faut savoir que l’origine des jubilés du Puy remonte à l’an mil, très exactement en 992, où un moins du nom de Bernhard prophétisa la fin du monde pour cette année-là à cause justement de la conjonction du vendredi saint et de l’Annonciation.

Par conséquent, envisager la chute de Babylone, c’est à dire la fin du monde, en 2016, année de Jubilé du Puy,  n’était pas incohérent ; nous voici à N+3, est-ce que cela voudrait dire que l’échéance ait été repoussée de 3 ans comme le suggère le contenu même de cet article ?
Nous allons le voir.

Une dernière précision avant d’entrer dans le vif du sujet : fin du monde ne veut pas dire fin de la terre ; souvent les gens confondent. Fin du monde veut dire fin de CE monde, c’est à dire d’un monde où le mal existe ; or le démon règne sur la terre depuis le jardin d’Eden, depuis le début de l’humanité. Et si on relit bien les chapitres 21 et 22 de l’Apocalypse, la Jérusalem céleste qui suit la chute de Babylone est un monde d’où le démon est exclu.
Ce qui implique non pas la destruction de la terre mais sa purification et un changement complet de paradigme.

Ce qui implique de sortir de la nuit. Nous allons vivre très prochainement la fin de cette nuit, c’est l’objet de cette conférence.
Je m’explique.

 

La prophétie des papes

Au préalable, je dois dire quelques mots sur la prophétie des papes.
La prophétie des papes est une suite de 111 devises qui part de Célestin II en 1143 et se termine à Benoît XVI, 111è et dernier de la liste. Elle a été découverte au 16è siècle et attribuée à saint Malachie, contemporain de l’époque où commence la prophétie.
J’ai énormément travaillé sur cette prophétie, j’ai lu les arguments des uns et des autres, je connais les controverses, et puisque je fait partie des spécialistes de cette prophétie, je peux affirmer deux choses :

1) Non seulement elle est authentique mais elle est sans erreur. Peu importe les arguments contre, elle a été fidèlement suivie et elle aboutit bien, sans doute aucun, à Benoît XVI.
Je rappelle qu’un certain nombre de papes l’ont validée, tels saint Pie X ou Jean XXIII qui n’hésitaient pas à citer leur propre devise. Mais de toute façon, la chronologie par elle-même la valide.
On en finit à Pierre le Romain, le dernier de la liste, le seul à ne pas avoir de devise, décrit comme le pape des ultimes tribulations avant le Jugement Dernier.
Je confirme qu’il s’agit bien de la situation présente et que cette périphrase « Pierre le Romain » peut être interprétée de la façon suivante : au lieu de lui donner une devise comme aux autres, le prophète l’appelle ainsi pour faire comprendre qu’il s’agit d’une personne occupant le siège de Pierre (Pierre), à Rome (le romain) mais qu’il est hors liste, de même que l’actuel est sans chiffre, afin de signifier que cette occupation est indue ; ce ne serait même pas un anti-pape, car ceux-ci figurent dans la liste avec leur devise, mais un faux pape, un occupant illégitime ; ce qui expliquerait pourquoi la Providence divine, dans sa grande miséricorde nous a conservé parallèlement le pape légitime : Benoît XVI.

2) J’ai acquis la certitude que les devises des papes avaient deux niveaux d’interprétation : un premier niveau, celui du pape en question et faisant référence à sa famille, sa personnalité ou son pontificat ; et un niveau eschatologique, où la devise prend de la hauteur afin de nous donner de précieuses informations sur le plan divin.

 

La fin de la nuit : la clé est donnée par Jean-Paul 1er

C’est ainsi qu’un jour j’ai eu l’intuition, j’espère inspirée par Notre-Dame, de la signification eschatologique de la devise de Jean-Paul Ier : 109è pape de la liste, sa devise est « de la moitié de la lune ».
C’est souvent ceux dont on parle le moins qui sont les plus riches en informations stratégiques.

Parce que la lune est l’astre de la nuit.
Non pas un astre maléfique d’ailleurs, bien au contraire, la lune est l’astre qui nous éclaire dans la nuit ; on peut la comparer à l’Eglise qui éclaire les hommes et les âmes égarées dans les ténèbres du péché, dans le royaume de Satan, justement appelé le royaume des ténèbres.
D’ailleurs la petite Jacinthe de Fatima (sainte Jacinthe !) avait coutume d’appeler la lune « la lampe de la Sainte Vierge« .

Donc la lune est l’astre de la nuit, elle nous y renvoie directement ; par conséquent, une façon d’interpréter la devise de Jean-Paul Ier serait de considérer que son sens réel est :
« de la moitié de la nuit ».

Voilà qui est intéressant.
Mais quelle nuit ?
Et quelle durée cela pourrait-il nous donner ?

L’enquêteur que je suis se penche alors sur les dates d’Albino Luciani (dont le nom veut dire « lumière ») : né un 17 octobre (jolie date, c’est la fête de sainte Marguerite-Marie), il est élu l’année des 3 papes : 1978 : Paul VI, lui-même et Jean-Paul II.
Il est élu le 26 août 1978 et décèdera 33 jours plus tard dans la nuit du 28 au 29 septembre, donc pour la saint Michel.
Jean-Paul 1er  était un prélat moderniste, issu du moule, acquis aux réformes initiées par le concile, et choisi à un âge jeune parce qu’il avait une longue mission à effectuer, celle de construire l’Eglise du concile sur les fondations héritées de Paul VI (réforme doctrinale et liturgique issue du concile Vatican II).
Mais la Sainte Vierge veillait au grain, il refusera cette mission, ou du moins une partie ou certaines modalités de celle-ci – on ne le sait pas, tout ce que l’on sait est qu’il est assassiné au bout d’un mois.
Il sera remplacé par Jean-Paul II, aussi jeune que lui, preuve que pour la franc-maçonnerie ecclésiastique, les hommes passent mais la fonction reste car la mission assignée, elle, n’a pas changée.

Donc on a deux dates, le 26 août ou le 29 septembre, qui pourraient constituer le « milieu » de la nuit.
Mais quand celle-ci aurait-elle commencé ?
Avons-nous un indice, un signe, une prophétie qui pourrait nous aiguiller ?

 

La seconde clé : Fatima

Oui, nous avons effectivement un indice sérieux.
Souvenez-vous :
« La guerre va finir, mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI commencera une pire encore. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne qu’Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père. »
C’est une partie du deuxième secret de Fatima, que la Sainte Vierge donne aux enfants le 13 juillet 1917 et que sœur Lucie révèlera au monde en 1942.
Il y a deux choses à dire sur ce texte :

1) la Sainte Vierge parle de « grand signe » ce n’est donc pas anodin ; ce signe sera une lumière la nuit -je rappelle que l’on s’intéresse à la nuit justement- et que ce signe fut reconnu unanimement, y compris par sœur Lucie, dans l’aurore boréale qui illumina toute l’Europe la nuit du 25 au 26 janvier 1938.
Une aurore boréale c’est quoi ? Une nuit illuminée, une lumière dans la nuit… une lumière qui annonce l’aurore du salut, autre vocable donné à la Sainte Vierge.

2) de nombreux auteurs ont interprétés ce texte comme annonçant la seconde guerre mondiale, puisque l’aurore boréale a eu lieu en janvier 1938. Mais il y a là une grave erreur : la Sainte Vierge ne peut pas se tromper, et quand elle donne des indications aussi précises que « sous le règne de Pie XI », il ne peut s’agir d’un événement qui débute sous Pie XII (car Pie XI meurt en février 1939 soit 7 mois avant la guerre). D’autre part, ceux qui disent ça n’ont pas lu tout le texte !
« Le grand signe que Dieu vous donne qu’Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père. »
Il y est bien dit que la guerre n’est qu’un des moyens de punition ! Il y a aussi la famine et les persécutions contre l’Eglise. Même s’il y a des épisodes de famine durant la seconde guerre mondiale, celle-ci est plutôt une des conséquences de la décolonisation avec des famines gigantesques en Afrique ou le sous-continent indien ; et surtout, elle n’est pas particulièrement reconnue comme une période de persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.
Non, en réalité la Sainte Vierge parle d’une guerre qui va bien au-delà de 39-45, d’une guerre TOTALE contre l’Eglise et la chrétienté, une guerre contre les âmes, qui prend ses racines avant cette seconde guerre, sous Pie XI effectivement, notamment dans les ravages de ces systèmes en isme qui prennent leur essort à cette époque (socialisme, nazisme, fascisme, capitalisme, communisme… surtout le communisme !) mais aussi dans ce qui suivra, à savoir le règne du matérialisme athée.
A Quito la Sainte Vierge avait clairement annoncé ces événements  « à partir de la fin du XIXème siècle et peu après la moitié du XXème siècle ».

Mais la Sainte Vierge, dans tous ces fracas du XXè siècle, nous donne un point de repère, une date, qui doit servir à effectuer un calcul puisqu’elle la donne comme point de départ.
Donc en fait, le signe de l’aurore du soleil de justice c’est le 26 janvier 1938.

Continuons.
L’aurore boréale, possible point de départ donc, et Jean-Paul Ier, partagent une date commune : le 26 du mois. L’aurore a lieu le 26 janvier et Jean-Paul 1er est élu le 26 août.
Donc on peut légitimement rapprocher ces deux dates et puisque dans les deux cas il s’agit d’une nuit, au 26 août 1978 nous serions à la moitié, soit 40 ans et 7 mois après le 26 janvier 1938.

Intéressant ce 40… les chrétiens connaissent la valeur de ce chiffre.
Nous y reviendrons.

Voyons d’abord ce qui nous intéresse le plus : si la moitié de la nuit se situe au 26 août 1978 et qu’elle est distante de 40 ans et 7 mois avec le point de départ, alors pour connaître la date de la fin de la nuit, il suffit d’ajouter encore 40 ans et 7 mois au 26 août 1978 ce qui donne… le 25 mars 2019 !
Oui le 25 mars puisque l’aurore boréale commence un 25.
La durée totale de la nuit serait donc de 80 ans et 14 mois.
Et l’aurore du salut désormais toute proche de nous…

J’annonce donc le 25 mars 2019 comme date de la fin de la nuit.

Au passage je signale que la prophétie des papes débute elle aussi un 26, le 26 septembre 1143 par l’élection de Célestin II.

Approfondissons maintenant 3 notions :
– Le 25 mars
– Le 40
– La notion de nuit

 

25 mars : la date la plus importante de l’histoire de l’humanité

 Atterrir sur le 25 mars est en soi un signe extraordinaire.
On peut déjà faire le lien avec le jubilé du Puy dont on parlait tout à l’heure : car la fin de la nuit peut être légitimement assimilée à une nouvelle rédemption : or c’est bien la signification des jubilés du Puy. Sans compter la coïncidence avec la fin du monde.

Mais ce n’est pas tout : cela ne pouvait être en réalité QUE le 25 mars ! Parce que c’est la date la plus importante de l’histoire de l’humanité. Depuis la chute de l’homme, donc depuis Adam et Eve, l’humanité attendait l’accomplissement de la promesse divine, la descente de Dieu sur terre, le rachat des péchés, la venue du Sauveur : le jour le plus important du monde c’est le 25 mars, le jour le plus attendu depuis 4000 ans et depuis TOUJOURS (avant comme après!!) car c’est le jour où Dieu descend du Ciel, l’Incarnation de Jésus-Christ, Dieu fait homme : et descendit de caelis; et Incarnatus est disons-nous au Credo en nous prosternant.

De plus nous savons par Marie d’Agreda que l’Incarnation eut lieu à l’aurore (!) :
« Tout ceci s’accomplit un vendredi, le 25 du mois de mars, à l’aurore, à la même heure où Adam avait été créé, trois mille neuf cent soixante ans auparavant. »
Et nous apprenons au passage l’information stupéfiante que le premier homme avait été créé lui aussi un 25 mars.

Si on ajoute le fait, plus que plausible puisque Mgr Gaume lui-même, s’appuyant sur la Tradition et les écrits de grands exégètes, situe le vendredi saint au 25 mars de l’an 34, que la rédemption a eu lieu VRAIMENT elle aussi un 25 mars, tout ceci donne une connotation particulière et même grandiose à cette date.

Date de début de l’humanité, date de l’Incarnation de son Sauveur, date de la Rédemption et… date de la délivrance, à la fin de la nuit ?

 

40 : le chiffre de la purification

Ceci de plus est cohérent avec la signification du 40 dans la bible.
On a vu que chaque boucle était de 40 ans et 7 mois.
Or 40 est le chiffre de la purification dans la bible :
– 40 jours de Jésus au désert
– 40 jours de purification d’une femme après une naissance
– 40 jours de Moïse sur le Sinai ; durant ces 40 jours le peuple adore le veau d’or !! d’où les :
40 ans du peuple hébreux dans le désert en signe de punition
– 40 jours de déluge
– 40 jours pour Elie pour rejoindre le mont Horeb
– 40 jours de pénitence pour Ninive…
La durée biblique d’une purification est toujours en 40… 40 ans ou 40 jours, c’est la même chose puisque bibliquement 1 jour = 1 an.

On peut faire aussi une autre comparaison, toujours dans la symbolique de la nuit : les hébreux, donc le peuple de Dieu, passent la mer rouge en 1 nuit.
Ceci veut dire que « LA NUIT » symbolise un temps de purification durant lequel les enfant de Dieu sont décomptés en totalité, jusqu’au passage du dernier… voilà qui expliquerait bien des choses…
Le fameux chiffre de 144 000 de l’Apocalypse nous renvoie à la même notion : il est une illustration de la totalité du peuple de Dieu appelé au salut (12 est le nombre des tribus du peuple choisi et 1 000 le nombre de la plénitude).
Or ces 144000 doivent laver leur robe dans le sang de l’agneau, c’est à dire que les tribulations ont pour but de purifier les enfants de Dieu, le temps de la longue nuit du passage de la mer rouge.
Et ce temps est en 40 !

Mais vous me direz : pourquoi ces 40 ans sont-ils doublés ?
Là encore nous avons l’explication :

1) Parce que tout le monde connaît la durée de purification pour la femme dans le cas de la naissance d’un garçon : 40 jours. La chandeleur, ou purification de la Vierge Marie, se situe 40 jours après le 25 décembre PARCE QUE c’est un garçon.
Mais la loi de Moïse, donc la loi de Dieu, doublait cette durée pour la naissance d’une fille : 80 jours. Il suffit de vérifier dans le Deutéronome.
Or l’Eglise comme la Vierge, se décline au féminin ; elle est l’épouse mystique du Christ, elle est la Femme de l’Apocalypse… l’Eglise est donc symbolisée par une femme, c’est pour ça que l’on double : 80 jours donc 80 ans.

2) et d’autre part, l’ange qui annonce la chute de Babylone dans l’Apocalypse précise, au chapitre 18 verset 6 : « Payez-la comme elle-même a payé, et rendez-lui au double selon ses œuvres; dans la coupe où elle a versé à boire, versez-lui le double » : le double pour Babylone !!
Or de quoi parlons-nous ? de la chute de Babylone justement.
Donc il est normal là aussi, de tomber sur une durée doublée.

Et qui est Babylone ?
Le monde moderne, cette « génération perverse et adultère » dont parle Jésus : adultère comme la grande prostituée, toujours une femme, qui n’est autre que l’Eglise infidèle à sa mission, qui va se compromettre avec le monde, l’ONU, les autres religions, le paganisme…
Il ne faut jamais oublier que le peuple de Dieu doit être considéré dans ses deux dimensions :
– la dimension religieuse : le peuple de Dieu est constitué des baptisés réunis dans l’Eglise ;
– la dimension sociale et civile : ce peuple est constitué en nations chrétiennes, la fameuse chrétienté, qui est aujourd’hui présente dans le monde entier.
Quand elle est infidèle à son Dieu elle devient la grande prostituée, la femme adultère, mais cette même femme a sur le front Babylone car elle constitue aussi et en même temps la civilisation chrétienne devenue apostate. Ce sont ces mêmes chrétiens qui aujourd’hui adorent le veau d’or et le bonheur matériel qu’il procure… c’est ça Babylone, et c’est notre civilisation moderne dans son ensemble, le même champ dans lequel poussent ensemble le bon grain et l’ivraie.
Doit-on rappeler que le GRAND SIGNE du mystère d’iniquité c’est l’apostasie du peuple de Dieu ?

Enfin aux 2 fois 40 ans sont ajoutés 14 mois. Pourquoi ?
Je n’ai pas réponse à tout, mais puisque le vendredi saint se situe le 14 nizan, on peut estimer que le nombre 14 est lié à la Passion ; or c’est bien de la passion de l’Eglise (et par extension de la chrétienté) dont il s’agit.
Dernier détail qui montre bien que nous ne nous trompons pas de période et que le Ciel parsème notre route de petits signes comme autant de petits cailloux blancs : 80 ans et 14 mois ça fait 974 mois. Or 9×74 = 666.
Eh oui on est bien en lien avec la bête… la fin de la nuit c’est aussi la fin de la bête.

 

La nuit : le triomphe du paganisme dans les sociétés chrétiennes

 Il reste un point à éclaircir : qu’entend-on par nuit exactement ?
Je vais essayer de vous l’expliciter en utilisant comme support l’évangile de dimanche dernier : les trois tentations de Jésus au désert (Matthieu 4 ou Luc 4). Une fois de plus, je m’excuse de recourir à des raccourcis et de synthétiser en quelques mots un sujet qui mériterait des heures de développement.
La nuit c’est quoi ? C’est quand les séductions du démon deviennent si fortes, si attrayantes, si incontournables que l’homme ne peut y résister et finira par accomplir dans ses actes et ses pensées la prophétie d’Isaïe : « malheur à ceux qui appellent le bien mal et le mal bien » : l’inversion des valeurs. Or notre société repose actuellement entièrement sur cette inversion.

Nous observons que dans l’évangile de dimanche dernier (premier dimanche de carême), c’est durant cette période de 40 jours de pénitence au désert que Jésus est tenté par le démon.
Donc nous aussi, durant ces 40 ans doublés, nous vivrons une période troublée, cette fameuse nuit, qui est aussi celle de la puissance de la bête.
Et ces tentations -que le divin Maître écarte mais dans lesquelles nous plongeons-, sont de trois ordres :

1) Changer les pierres en pains : c’est le pouvoir scientifique et technique.
Quelle est la caractéristique du XXè siècle qui n’a aucun équivalent dans l’histoire de l’humanité? Je dis bien AUCUN.
Son incroyable progrès technique et scientifique.
Automobile, aviation, chimie, santé, génétique, spatial, téléphone, télévision, et bien entendu informatique et internet -j’en oublie- sont autant d’inventions qui n’existaient pas il y a un siècle et qui ont totalement, je dis bien totalement, modifié autant notre mode de vie que notre façon de penser et de raisonner.
Pour simplifier, nous sommes passés en moins de 150 ans, d’une civilisation de type spirituelle lentement construite par la chrétienté, à une civilisation de type matérielle rapidement construite par la bête. Vivre selon la chair ou selon l’esprit : une fois la bête lâchée et entrée dans « son » siècle, ses progrès sont fulgurants et même incontournables : qui refuserait un tel accroissement des possibilités humaines ? une telle augmentation du niveau de vie ? une telle capacité à résoudre tous les problèmes ?
Mais au-delà de l’amélioration de nos conditions de vie, l’enjeu est énorme car il consiste à pousser les hommes dans ce que j’appelle la béatitude matérielle là où Jésus leur avait promis une béatitude spirituelle. D’où le dilemme des catholiques : ils ont voulu rendre compatible ce nouveau monde avec la foi, et ce fut le concile Vatican II.
Mais en réalité, le démon donné à la bête sa puissance, il lui a montré comment utiliser l’énergie (pétrole, électricité) pour améliorer ses conditions matérielles au point de ne plus avoir besoin du spirituel, de Dieu, dans notre vie de tous les jours, et surtout pour résoudre les problèmes. En effet, la civilisation de type spirituel estime que les difficultés de la vie, et donc les malheurs, catastrophes ou épidémies, sont la conséquence du péché. Pour les résoudre, l’homme s’adresse à Dieu et cherche à faire le ménage dans sa vie privée et collective en y chassant le péché.
Dans cette nouvelle civilisation de type matériel, l’homme résout les choses par lui-même, il n’y a donc plus de conscience collective du péché et celui-ci se répand sur la terre entière.
Et on aboutit ainsi à l’homme divinisé, d’où l’importance du 6 dont on parlait tout à l’heure car le 6 est le chiffre de l’homme, et le 666 celui de l’homme divinisé. Divinisé parce qu’il est réellement parvenu à des capacités divines, comme celle de modifier le génome, domaine divin par excellence. Le démon divinise l’homme par la matière, le Christ divinise l’homme par l’Esprit.

2) Ainsi la seconde tentation prend tout son sens: cette nouvelle façon de vivre et de penser basée sur une puissance matérielle inouïe ont une contrepartie : il faut adorer Satan ! On l’adore à travers l’idolâtrie de l’argent, du confort matériel, de la satisfaction des plaisirs et des passions : l’argent, le sexe, le divertissement, les voyages, la société de consommation, le bien-être et la santé sont nos nouvelles idoles. La contrepartie, c’est qu’on y LAISSE SON AME. Le coût du confort moderne est pharamineux. Parce qu’en réalité c’est la cité de Satan qui se bâtit et à laquelle personne ne veut renoncer : elle est là la puissance de la bête que décrit l’Apocalypse, qui vaincra même « les saints » c’est à dire les justes : vous, moi, ceux qui sont restée fidèles au Christ.

3) Et c’est là que le lien se fait avec la troisième tentation : jette-toi du haut du temple, car il est écrit que les anges te protègeront et il ne te fera fait aucun mal. Notons au passage que le démon n’hésite pas à citer l’écriture et à l’interpréter ; ce qui prouve que Satan peut se déguiser en ange de lumière et citer les Ecritures Saintes : on comprend mieux le piège diabolique dans lequel sont tombés les protestants.
Se jeter en bas du temple c’est quitter le monde spirituel pour adopter celui du matériel, c’est descendre de la montagne pour vivre avec le monde, en affectant de croire que l’écriture nous le permet, mais c’est une idée démoniaque : nous ne sommes pas du monde et le Christ comme saint Paul ou saint Jean l’ont suffisamment rappelé. Or ce fut exactement la démarche du concile Vatican II, de vouloir rendre compatible ce nouveau monde plein de promesses – mais basé sur la puissance de l’homme – avec la foi, en se justifiant par l’Écriture ; c’est ainsi que de la religion du Christ on est passé petit à petit à la religion de l’homme, à l’humanisme adopté par l’Eglise, à la religion des droits de l’homme compatible avec la foi.
Mais ce n’est pas possible : ou on est du monde, ou on est du Christ, ce sont deux cités incompatibles. Seulement le monde est tellement séduisant qu’on a voulu le rendre compatible avec ce qui est incompatible et le résultat nous l’avons sous les yeux : le démon a gagné.
Parce que aujourd’hui l’Eglise :
Enseigne la liberté religieuse, c’est à dire qu’elle viole de façon flagrante les instructions données par le Christ selon lesquelles le monde ne peut être sauvé QUE par Lui,
– Elle met sa foi dans l’ONU et les droits de l’homme en contradiction flagrante avec l’enseignement de l’Eglise jusqu’à Pie XII que seul le règne social du Christ procure la paix et le bonheur,
– Et enfin elle commet le crime impardonnable de déicide en affirmant que nous partageons le même Dieu avec les musulmans et les juifs, ce qui est une violation flagrante du dogme de la Sainte Trinité puisque Jésus-Christ étant Dieu, comment pouvons-nous avoir le même Dieu avec deux religions qui ne reconnaissent pas la divinité du Christ ?. Un seul Dieu en 3 personnes : on peut les distinguer mais pas les dissocier. Donc ce n’est pas possible sauf à changer le dogme de la Sainte Trinité.

Oui l’apostasie de Rome est flagrante, et cette apostasie est LE SIGNE donné par st Paul.
Oui Rome a perdu la foi et est devenue le siège de l’Antéchrist : cette prophétie de la Salette n’est pas à mettre au futur mais au présent, et ce depuis le concile.

 

L’Antéchrist : qu’est-ce ou qui est-ce exactement ?

Justement. Qu’est ce que l’Antéchrist exactement ?
Unanimement l’Antéchrist est décrit comme le summum du pouvoir du démon sur terre.
En fait on attribue à un homme les caractéristiques d’un système ; car peu importe si l’homme le plus puissant du monde est aussi le plus pourri. Il faut surtout que sa doctrine soit pourrie, ainsi que sa façon de vivre et de penser, et que celles-ci soient diffusées et s’imposent au monde entier, ce qui suppose de maîtriser les pouvoirs politiques, économiques, culturels et médiatiques dans tous les pays. Bien évidemment une telle puissance mondiale ne peut s’appliquer à un homme mais à l’ensemble du système qui le porte et le soutient et surtout, qui diffuse sa doctrine.
Si on y réfléchit bien, nos chers Pères de l’Eglise passent leur temps à décrire un système et une période, qu’ils personnifient en l’appelant « l’Antéchrist » mais en réalité, la puissance est dans le système et non dans l’homme sensé le diriger, et surtout dans la cohérence et l’universalité dudit système. Alors, dans ce cas, a-t-on vraiment besoin d’un homme ?

 Pour résumer, on peut affirmer avec certitude que l’Antéchrist est à la fois un système d’envergure mondiale, une période, une multitude d’hommes à son service, et éventuellement un homme qui le chapeaute et le dirige à la fin de ladite période.

On peut aussi affirmer avec certitude que la durée exprimée en 42 mois est une période codée, au même titre que son chiffre, le 666, et que les deux principaux points de repère à notre disposition pour tenter de décoder cette durée sont le mode de calcul (un temps, deux temps, la moitié d’un temps) et la base 6.
Pourquoi la base 6 ? Parce que les deux bêtes apparaissent à la 6ème trompette, que 42 est un multiple de 6 et que le triple 6 du 666 est un indice supplémentaire pour nous montrer le lien privilégié de la bête avec le chiffre 6. Et aussi que le 6 est le chiffre de l’homme, d’où le 666 qui désigne l’homme déifié grâce à sa puissance technique et scientifique.

Et justement nous venons de dépasser les 6 ans des ultimes tribulations, cela fait 6 ans pile ou presque que celui que je considère comme l’Antéchrist a été élu sur le siège de Pierre : il a été élu le 13 mars 2013 soit le 72è jour et 6 ans font… 72 mois.
Voilà un indice de plus pour nous indiquer que nous entrons dans la 7è et dernière année, la dernière, le fameux 7 comme 7è trompette et énormément d’autres indices, que je ne peux pas développer ici, convergent aussi vers la même période, celle du point final.

 

La fin de la nuit c’est la fin de la vie

Car la fin de la nuit c’est la fin de la vie.
Rappelez-vous : Jésus-Christ sera un signe de contradiction : vie pour les uns et mort pour les autres.

Or pour les méchants, c’est à dire pour l’immense majorité des païens, athées, tous ceux des fausses religions (musulmans, juifs, bouddhistes, indous etc..) mais aussi pour les chrétiens dévoyés (protestants et assimilés : évangéliques…) et même une bonne partie des catholiques apostats, la fin de la nuit c’est la fin de la vie.
La fin de leur monde. L’écroulement de Babylone.
La chute de Babylone n’est pas le châtiment des bons – ils en sortent ! (80 ans et 14 mois minimum de tribulations !) – non c’est le châtiment de TOUS LES AUTRES.

Ne me demandez pas ce qui va se passer le 25 mars, ou le 26 , peu importe. Je n’en sais rien et ce n’est pas le sujet de la conférence.
Nous ne savons pas et nous ne saurons pas car, je paraphrase le livre de Tobie, les secrets du roi doivent être cachés jusqu’à l’heure fixée.
Tout ce que je peux dire est que la description de la chute de Babylone dans l’Apocalypse va s’accomplir, si ce n’est pas déjà fait.
Tout ce que je peux dire c’est rappeler, parmi un grand nombre de prophéties :

1) Ce que Jésus dit à Claire Ferchaud le 16 mars 1917 !!
« La Franc-maçonnerie sera vaincue, de terribles châtiments fondront sur elle. »
Or à ce jour la franc-maçonnerie n’est pas vaincue que je sache, elle serait même plutôt vainqueur.
Nous sommes piles à 102 ans de ce texte et 102 c’est le chiffre du pape Léon XIII, pape marial, pape du rosaire comme le rappelait tout à l’heure Bernadette, sa devise « Lumen in caelo » : lumière dans le ciel. Et 1917 c’est Fatima. Tout ceci a du sens.
On a donc bon espoir puisque Claire Ferchaud ajoute :
 » Et là, Notre-Seigneur me fit voir la France régénérée dans la foi, et Il dit : « Oh ! La France, comme elle sera belle un jour ! Non, Satan aura beau faire, jamais la France ne lui appartiendra ! « 

2) N’oublions pas aussi que le Sacré-Coeur a dit à sainte Marguerite-Marie : « Je règnerai malgré mes ennemis« . Et celle-ci ajoutait : « L’adorable Cœur de Jésus se fera connaître et établira son empire malgré l’enfer. Il règnera, cet aimable Cœur, malgré toutes les contradictions. »

3) Et enfin à Quito en 1610, la Sainte Vierge prononça ces paroles éclairantes :
(je rappelle que dans le message de Quito, donc entre 1582 et 1611, la Sainte Vierge cite nommément à soeur Mariana le XXè siècle, puisqu’elle dit : « à partir de la fin du XIXème siècle et peu après la moitié du XXème siècle« .)
Et elle ajoutera ces paroles :
« Pour dissiper ce noir nuage qui empêche l’Église de bénéficier du jour limpide de la liberté, il y aura une guerre formidable et épouvantable qui verra l’effusion de sang des natifs et des étrangers, de prêtres réguliers et séculiers et aussi de religieux. Cette nuit-là sera absolument horrible parce qu’il semblera que, humainement parlant, le mal ait triomphé. Ce sera le signe que mon heure est arrivée, lorsque d’une façon stupéfiante, Je détrônerai l’orgueilleux et maudit Satan, l’écrasant sous mon pied et l’enchaînant dans les abîmes infernaux. Ainsi finalement l’Église et la Nation seront libérées de sa cruelle tyrannie».
On y retrouve les notions que nous venons d’analyser : la nuit obscure est assimilée à une guerre, la fameuse guerre totale commencée sous Pie XI et qui est une guerre de civilisation -la cité du mal prenant la place de la cité du bien- et surtout une guerre des âmes, d’où l’insistance de la Sainte Vierge sur les prêtres et les religieux, et pas seulement dans cette prophétie. Et puis enfin, cette guerre est bien le signe de son intervention, aussi mystérieuse que puissante puisqu’il est dit qu’elle vaincra le démon de façon stupéfiante.

Il est donc superflu et même maladroit d’essayer de savoir à l’avance comment ; de toute façon, nous ne le saurons pas. Ni même quand.

Tout ce que je peux dire, mais je le répète ceci n’est pas une prophétie mais une présomption, une déduction, une éventualité, est que :
Si le 25 mars 2019 est bien le jour J, alors nous devrions avoir un premier grand signe le 19 mars, le jour de la saint Joseph – ce qui n’est que justice pour la fête du patron et protecteur de l’Eglise.
Parce que le 19 mars se situe à 7 jours du 25 mars, selon un processus identique à celui de Noé puisque nous allons revivre une période similaire, celle de la destruction du monde. Et je rappelle que le divin Maître lui-même fait un lien avec Noé dans l’évangile de la fin du monde en Matthieu 24.
Dans tous les cas, quoi qu’il arrive, je suis sûr que nous commencerons à cerner bien mieux le mystère d’iniquité ainsi que notre mission une fois sortis de la nuit.

 

Et pour nous ? La fin de la nuit c’est l’aurore du salut

 Si pour Babylone, à savoir le monde moderne, la fin de la nuit est l’aurore du soleil de justice, il n’en va pas de même pour le petit troupeau resté fidèle, pour lequel ce serait plutôt l’aurore du salut.

Faisons un rapprochement avec l’autre chute de Babylone, celle du temps de l’exil du peuple juif.
Esdras, fils du grand-prêtre Aaron, reçoit de Cyrus, roi de Perse, la permission de quitter Babylone et de retourner à Jérusalem, en Juda, pour reconstruire le temple de Dieu.
Esdras conduit le « petit reste » de l’exil de Babylone vers leur terre en regroupant tout le peuple, bref « tous ceux dont Dieu avait éveillé l’esprit se levèrent pour aller bâtir le Temple de Yahvé à Jérusalem » (Esd. 1:5)
Rappelons que Cyrus avait mis fin à Babylone, que ceci se passe une fois la grande ville païenne tombée. C’est ce qui nous attend : la civilisation païenne qui s’est re-construite au sein même des nations chrétiennes, au point que l’on parle aujourd’hui de civilisation post-chrétienne dans nos pays -et ceci ne concerne pas que la France mais la quasi totalité du monde entier-, donc cette civilisation va s’effondrer et nous, petit reste resté éveillé malgré la nuit et la tempête, nous aurons pour mission de jeter les filets du côté droit, parce que la nuit sera finie, que l’aurore du soleil de justice aura commencé, et de reconstruire le temple de Dieu.
Depuis Jésus-Christ et grâce aux apôtres saints Pierre et Paul, nous savons que le Temple de Dieu c’est chacun de nous, chacun de ceux qui croient en la divinité de Jésus-Christ, à partir du moment où on est en état de grâce ; et que ce temple est presque partout -y compris chez les chrétiens- occupé par la bête et sa civilisation matérialiste laïciste et athée.

Comme il l’a promis, Jésus va en personne chasser la bête par la chute de Babylone, l’effondrement donc de cette civilisation, comme on vient de le voir, et nous pourrons alors, nous le petit reste « qui y voit » aller repêcher les âmes perdues et reconstruire le temple de Dieu en réinstallant dans les âmes la primauté de Notre-Seigneur Jésus-Christ et l’amour de sa Sainte Mère.

 

Pour télécharger le fichier pdf de l’article, cliquez sur ce lien : La fin de la nuit

185 Commentaires

  1. stef

    Merci Mr D’alencourt pour cet article, comme d’habitude pertinent et intéressant, qui ajoute à l’utile, l’agréable de vous entendre et de vous voir.

  2. S.T

    Monsieur d’alencourt, ( Message strictement privé )

    La collecte de preuve est une grande épreuve, spécialement conçue pour les plus sains des saints. Ils savent tout, en temps réel, des actions du père. Nature brute de conception céleste, le ressenti leur suffit à retrouver Dieu, en des lieux différents, propre à chaque saint.
    Encourager la quête vers un seul et même chemin, à ses semblables, n’est pas un don préétabli à un saint. Bien trop assujetti à la confrontation de l’aveuglement matériel du monde, le Père évite tout risque de contamination à ceux qu’il estime dignes, d’être suffisamment sain. Cette tâche appartient au fils et à ce qu’il appelle son miroir, la source de son éternité, sa présence intemporelle.
    Mais actuellement, cette capacité ne peut être intégrée par aucun humain, car l’initiation terrestre n’est pas terminée. Elle le sera quand la Terre sera purifiée.
    Cependant la mère, trop dans l’affectif, même si elle connaît la fin, dans le plan humain son action aide à ressentir le terme d’une douleur. Le revers se trouve dans l’impatience à vouloir une fin rapide à cette souffrance grandissante. Un électrochoc et une subtilité qui nourrissent l’envie de voir la lumière.
    Mais à un moment précis, seul les sains des saints percevront ce signe, quand la mère se détournera du monde pour accomplir les échéances établis par le père. Qui aboutiront à la mise en place de l’accession du fils, leader des nations. 25 ou 27, j’aime vous rappeler que la contamination du chiffre pousse à ses retranchements, pouvant même occulter la main tendue par la mère.
    Les consignes sont très claires, à l’humain, nous préconisons la prière, non pas pour les mots qu’elle renferme. Car Père sonde jusqu’aux profondeurs, mais son but est de vous pousser à la méditation, à vibrer dans la volonté d’une paix intérieure. Quant au passé, il ne vous faut plus vous attacher, car si jésus fut crucifié, il nous fallait révéler le rôle premier, de celui qui se tient entre l’humain et le sauveur, il est opposé. Celui créé par l’humain, qui ne sait pas vivre sans la preuve matérielle que Jésus existe toujours. Alors au travers des mots retranscrit au travers de parole, par des mains humaines, se cache inévitablement l’antéchrist. De cette façon, il devient le manque créé par la première venue du fils. Il y aura celui qui se pense être la représentation du fils de l’homme, et celui qui est fils du Père Créateur. Pensez à son premier peuple, qu’est ce qui a primé, les paroles de jésus ou la torah. Et demandez-vous. Que sera-t-il de son deuxième peuple?
    Jesus fut et est ce que l’humain rejette, car il est non conforme à ce que dicte le mentale intra-terrestre.

    Mais sur terre, ne pensez qu’à la mère. Le bon grain correspond à l’idée que la Vierge cherche avant tout le bonheur de son enfant (inter-planétaire), et qu’avec un grand déchirement du coeur, elle devra tourner le dos à son enfant sur terre, pour solliciter le père, un temps suffisant pour l’antéchrist de finaliser sa matérialisation. Vous finirez par le reconnaître, et quand la fin se tiendra derrière la porte, qui sépare nos deux mondes, tenez vous prêts! Car le temps du passage, moi-même ne peut vous indiquer le nombre de minutes, de jours, puisque seul Père possède la clé, qui ouvrira…

    Par péché humain, votre monde, à l’unanimité, saura avec certitude quand la fin aura commencé.

    S.T

  3. Anonyme

    M. Dalencourt, on parle beaucoup des gilets jaunes depuis plusieurs mois. Je ne sais pas si l’on s’est déjà fait la réflexion ici, mais moi ce que je me demande c’est, quel sera l’après gilet jaune ? Va t’il servir a mettre un nouveau système en place (Mis a part le matérialisme ambiant qu’il s’en dégage ) ? Avons nous des « éléments de réponse » sur l’objectif de ce mouvement instrumentalisé de toute pièce ? Quel est l’objectif final, un chaos mondial? C’est brumeux pour le moment

  4. Claude Germain V

    @Uncle et forum …………..
    Vous remarquerez que les forums sont supprimés ou rarissimes ,aucune critique n’est tolérée , heureusement qu’ils ont pu européaniser le visage de l’agresseur pour empêcher toutes formes de protestations.Les nouvelles que nous recevons du Québec fait que grâce a leurs dirigeants mondiosatanistes , le Québec peut être considéré comme  » zone morte  » malgré une apparence de belle vie tranquille et heureuse , la misere et les problemes graves y sont cachés , il ne faut pas oublier ( parce que j’ y ais vécu ), que le Québec région hautement représentatrice de la France était très très catholique , avec une éducation peut être stricte , mais qui rendait les gens solides devant la vie ……………………….ce n’est pas une agression innocente dans tous les cas…………..D’ailleur il est bien dit que l’oratoire St Joseph , que je connaissais , etait rempli de personnes d’un age certain ………………………..cherchez l’erreur ……………………….
    Bonne journée .Bonnes PRIERES ….

  5. Qumrân21

    Louis, avez-vous lu l’ouvrage d’Henri Barbier “Le réseau Rampolla et l’éclipse de l’Église catholique ou les infiltrations de la Maçonnerie Ecclésiastique dans l’Église” (paru en mai 2018) qui dénonce la mainmise de la FM sur un grand nombre de prélats et papes V2 ? Si oui, qu’en pensez-vous ? Il y a beaucoup de choses intéressantes dans cet ouvrage (qui en est déjà à sa deuxième édition) mais aussi des “révélations” sur les courants traditionalistes (FSSPX et FSSP notamment), minés eux aussi par les infiltrations (l’auteur dénonce notamment Mgr Williamson et Mgr Fellay (sans compter les scandales liés à la pédophilie) !!) et l’invalidité des ordinations de beaucoup de prêtres et des sacres d’évêques (aussi dans la Tradition). L’auteur est à l’évidence sédévacantiste, mais cela n’enlève rien à la justesse de beaucoup de ses analyses. À la lecture de cet ouvrage, il y a de quoi douter de tout, même dans nos propres milieux !!

    • dalencourt

      C’est tout le problème du sédévacantisme : ils partent de diagnostics et d’observations qui sont vrais, et puis ils vont trop loin et ça dégénère, car ils finissent par tout rejeter, y compris les mouvements traditionnels sérieux.
      Le sédévacantiste finit par devenir un être « pur », si pur qu’il ne peut admettre de défauts ou de faiblesses ailleurs, alors que l’Eglise est une communauté d’hommes et à ce titre, faillible et perfectible. Ce qui est invulnérable et inexpugnable, c’est la doctrine : or celle-ci est sauvegardée grâce à la Tradition. Pour le reste, on trouvera toujours des défauts aux hommes, comme il y en a toujours eu à tout moment de l’histoire de l’Eglise.
      Ceci les pousse à de regrettables erreurs qui en définitive font beaucoup de mal aux âmes car elles les éloignent des sacrements. J’en finis à penser que les sédévacantistes sont encore pire que les conciliaires, et plus dangereux.

      • Serge 63

        Oui, le livre est intéressant par les informations nombreuses qu’il livre mais pénible à lire tant l’auteur est partial. Si bien qu’on peut se demander s’il n’accentue pas ses critiques pour… critiquer. « Ils ont les mains pures, mais ils n’ont pas de mains. » Voilà une phrase célèbre qui s’applique très bien aux Sédévacantistes.

        • R.L.

          Serge63,
          Du même auteur:
          « Parce qu’ils n’aiment personne, ils croient qu’ils aiment Dieu »
          « Les patries sont toujours défendues par les gueux, livrées par les riches. »
          et tant d’autres aussi vraies…

    • Claude Germain V

      @Qumran21..Bonjour Mr Dalencourt ou moi possédons des listes de papes et autres légats initiés a la francs maçonnerie ,Maintenant es t’il de bon ton de diffuser , Je ne le pense pas , puisque simplement nous le savons .Posez lui la question ?
      Bon dimanche et BONNES PRIÈRES ……

    • Thierry

      Qumrân21, Cela prouve bien que l’Église doit tomber en étant humiliée, frappée par toute sorte de mal physique ou moral comme l’a été notre Seigneur les 2 sont liés, puis reconstruite en 3 jours par notre Sauveur, cela doit s’accomplir et relisons ces versets dont les écrits ne se trompent point;

      Apocalypse
      18:1 Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairée de sa gloire.

      18:2 Il cria d’une voix forte, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux,

      18:3 parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe.

      18:4 Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait: Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux.

      18:5 Car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités.

    • jacky.a

      @Qumrân21
       » l’ouvrage d’Henri Barbier …. L’auteur est à l’évidence sédévacantiste »

      Cela fait plus de 3 mois que je travaille sur cet ouvrage d’Henri Barbier.
      Votre évidence sédévacantisme concernant l’auteur me gêne quelque peu, car Monsieur Henri Barbier s’affirme dès les premières pages « Avertissement » , avant la préface:
      « Notre position est celle d’un catholique traditionnel, anti-libéral, contre-révolutionnaire, monarchique… »
      Si l’on traduit cette affirmation en langage de l’humilité, c’est à dire avec des mots simples, Monsieur Henri Barbier
      est :
      un chrétien Catholique de L’Église Romaine, Une et Indivisible, Catholique traditionnel donc attaché à son Évangile,
      à ses rituels liturgiques depuis son origine jusqu’au Pape Pie XII ainsi qu’à ses dogmes associés.
      un anti-libéral en un mot opposé au mondialisme implicitement opposé à Vatican II,
      un contre-révolutionnaire, opposé à la révolution de 1789,
      un monarchiste, opposé aux parties politiques issus de 1789 (ni droite, ni gauche, ni centriste),
      un monarchiste ce qui signifie reconnaissant Notre Seigneur Jésus Christ comme Unique Roi de France en référence au baptême de Clovis et la passation du Royaume de France par Notre seigneur Jésus Christ à Charles VII, le 21 juin 1429
      par l’intermédiaire de Sainte Jeanne d’Arc. (Voir site ci-dessous).
      http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2012/09/12/sainte-jeanne-d-arc-patronne-de-la-legitimite-aidez-nous.html
      Pour Monsieur Henri Barbier, l’Eglise est éclipsée depuis Vatican II, certains de nos prêtres, Évêques, cardinaux y compris les
      Papes depuis Vatican II ont un voile spirituel qui dénature leurs réflexions et actions. Ce voile est l’ombre de ces ténèbres dont
      Notre Dame de la Salette en a donné l’explication dans le secret confié à la petite Mélanie Calvat.
      Lisez, avec réflexion, le livre de Paul Etienne Pierrecourt « De la Salette à Diana Vaughan » et ,ceci fait, celui de Henri Barbier.
      Vous replongeant dans les Saints Évangiles, vous comprendrez alors les passages où notre Seigneur Jésus Christ nous dit:
      « Que celui qui peut comprendre, comprenne! »

      Bonne étude,
      que l’Esprit Saint vous assiste
      Notre dame de la Salette, protégez-nous
      A nos Chapelets
      Vive le Christ-Roi;

  6. Uncle

    Peut-être le signe.

    François ferme la boucle du rituel commencé par Jean XXIII à Lorette lundi.

    « Pour sa visite dans ce sanctuaire, le souverain pontife a choisi le 25 mars, jour de la fête de l’Annonciation. À cette occasion, il signera son exhortation apostolique suite au synode sur les jeunes tenu en octobre dernier au Vatican. Puis, il offrira ce document magistériel à la Vierge. Par cet acte, c’est la jeunesse toute entière que l’évêque de Rome veut confier à la Vierge. Pour lui, les jeunes doivent en effet se mettre à l’école de la mère du Christ. Un désir qui se manifeste notamment dans les choix des thèmes de la journée annuelle de la jeunesse, tous liés ces années-ci à la Vierge Marie.

    À Lorette, le pape François mettra ses pas dans ceux de ses prédécesseurs. Si ce voyage constitue une première pour l’actuel chef de l’Église catholique, nombre de ces prédécesseurs s’y sont rendus en pèlerinage. S’il n’est pas le premier, Jean XXIII (1958-1963) est celui qui instaure le rituel. Le 4 octobre 1962, le « bon Pape » monte à bord d’un train mis à disposition par le gouvernement italien pour se rendre au sanctuaire. À travers ce voyage d’une journée, le pontife souhaitait confier à la Vierge le concile Vatican II…

    Si le pape argentin n’est pas le premier pape à venir prier à Lorette, il sera le premier à célébrer la messe à l’intérieur de la « sainte Maison » depuis Pie IX, il y a 162 ans. La « sainte Maison » est à présent située au sein d’une église. En ce sens, la visite de François revêt un caractère « historique », a souligné Mgr Fabio Dal Cin, prélat de Lorette. »

    https://fr.aleteia.org/2019/03/24/lorette-un-sanctuaire-aime-des-papes/

  7. antho22

    salut un signe pour le 25 mars, fff = 666 ou 7 avril ca fera 100 ans de la FFF
    la coupe est pleine?

    L’équipe de France portera un maillot collector pour fêter le centenaire de la Fédération française de football (FFF) contre l’Islande lundi au Stade de France. Ce maillot-événement, imaginé par l’équipementier des Bleus, Nike, avec un logo FFF revisité pour l’occasion, sera tiré à 7.000 exemplaires et disponible à la vente pour les supporters et les collectionneurs. En attendant, le défenseur Samuel Umtiti a été le premier champion du monde à le dévoiler sur les réseaux sociaux ce dimanche. Le 7 avril, jour anniversaire de ses 100 ans, la FFF lancera par ailleurs sa nouvelle chaîne numérique pour diffuser «les événements marquants du football tricolore». La FFF célébrera également son centenaire par une exposition baptisée «1919-2019 – 100 ans de passion et d’innovations» à l’Institut du monde arabe, à Paris, du 9 avril au 26 mai.

    • Jeanne

      On est le 26 mars et je ne vois pas de chute du système…
      Quelle conclusion en tirer Monsieur d’Alencourt?
      J’ai bien peur que nous en ayons encore pour des années…
      Amicalement
      Jeanne

      • dalencourt

        Mon impatience m’a trahi, Jeanne… mais je ne pense pas qu’on en ait encore pour des années. Nous sommes entrés dans la 7è et dernière année, attendons que les brumes de la nuit se dissipent un peu, ce qui ne saurait tarder (une dissipation totale et immédiate, c’était trop beau).

  8. dalencourt

    LA FIN DE LA NUIT
    Le signe majeur de ce 25 mars fut la signature par le faux-pape François de son exhortation apostolique post-synodale à Lorette – il a signé par là son probable arrêt de mort (une signature ! le geste fut bien choisi), mais il nous faut attendre le 2 avril pour le savoir en en prenant connaissance.
    Là où je me suis trompé, c’est que j’espérais que la fin de la nuit serait aussi la fin IMMEDIATE de Babylone. Ca ne change pas le fond du diagnostic mais le reporte : attendons déjà de voir le contenu de cette exhortation diabolique signée le jour très symbolique du 25 mars.
    De plus, il est allé défier la Sainte Vierge chez elle et son jour : c’est beaucoup, et ce sacrilège ne demeurera pas impuni.
    Alors désormais, place à la Révélation puis à l’exécution…

    • Bigouden29

      Oui, enfin on espère bien que pour Babylone ce ne soit pas une chute graduelle et interminable
      façon empire Romain. a ce moment là, çà revient à lapider un âne à coup de figues molles.
      A un moment donné, il va falloir y aller carrément.
      Toujours le même dilemme pour la bête: plus elle vite, plus elle précipite sa fin.
      C’est sans doute pour çà que l’on traine des pieds pour repousser l’échéance le
      plus tard possible. » Ils » ne veulent pas tuer trop vite la poule aux oeufs d’or,
      il auraient trop à perdre. Alors on étire le truc en longueur.
      Un peu comme les Anglais avec le Brexit, certains ne sont pas pressés que ce soit effectif.
       » Un moment monsieur le bourreau » comme disait madame Du Barry.
      En espérant que tout ce cirque se finisse pour Pâques 2020 ( 12 avril).

    • Claude Germain V

      Il est dément ce type , j’ai visité le Golan , c’est l’équivalent presque d’un demi département français.
      Il va declancher de sacrés problèmes , car cette affaire ne le concerne strictement pas , il n’est pas chez lui , n’a pas a démontrer cette forme de dictature mondialiste , est ce ce qu’il compte faire avec l’Europe a travers la dictature de Bruxelles ou le reste du monde .???????
      IL faut que ce pays un de ces jours prenne une sacré  » leçon mortifère  » , pour apprendre l’indépendance des nations , surtout que comme nous français et européens vivons sous régime dictatorial socialo-mrxiste qui bientôt va passer en régime de croisière national-socialiste …….si nous n’y somme pas déjà d’une manière discrète.
      Que le PETIT JÉSUS nous protège et réagisse vite , très vite , par pitié …

  9. JMA

    C’est peut-être le grand signe de ce 25 mars. Cet acte peut déclencher LA guerre au moyen-orient, ce qui aurait inévitablement un impact sur notre société. La guerre de Gog et Magog, Trump continue son rôle de Cyrus : Jérusalem capitale, le Golan..

    • théodoric

      Une guerre très attendu contre Israël me semble peu probable, pour mon avis ou ma vision personnel. d’une part Israël est soutenu par la grande puissance Américaine et jouis aussi d’une puissance militaire et nucléaire dissuasive. je reste convaincu que le nouvel Israël c’est la France et c’est autour de la France que se réunira le grand combat. je vois personne ennemi se rassembler autour d’Israël par contre en Europe c’est l’état d’alerte ! en Hongrie cette semaine a était arrêté un membre très important de L’EI , beaucoup de réfugié en Allemagne sont faux 2 sur 3 ! et présente un risque réel selon la police et les services secret d’après quelques révélations faite cette semaine. L’imam de la mosquée d’Al Aqsa promet notamment en France le djihad armée !

  10. Jaguar

    Je souhaite déposer ici (si Mr Dalencourt l’autorise) une intention de prière pour un ami, Philippe, pour sa situation actuelle, sa santé, sa foi, sa famille, son désespoir… Un grand merci d’avance à tous ceux qui auront une prière et une pensée pour lui.

  11. dalencourt

    LA FIN DE LA NUIT (2) Voilà l’explication…

    Je me demande si on ne va pas un peu trop vite, moi le premier, dans nos conclusions, ce qui nous fait passer à côté de l’essentiel.
    Le raisonnement qui place la fin de la nuit au 25 mars 2019 tombe donc sur la fête de l’Annonciation.
    Or comment se déroule le mystère merveilleux de l’Incarnation ? En DEUX TEMPS.
    Car la fête de l’Annonciation est indissociable de la VISITATION : les deux se complètent et sont imbriquées ensemble.
    Pourquoi ?
    1) parce que la Visitation fait partie intégrante du message de l’ange.
    Dans un vieux livre de vies de saints datant de 1894, réalisé par les Augustins de l’Assomption, voici ce qui est rappelé au jour de l’Annonciation :
    « L’annonce d’un prodige si nouveau [que Marie soit à la fois vierge et mère] avait besoin d’être garantie par Dieu même. L’ange en donne comme gage le miracle par lequel le Seigneur a rendu mère une femme stérile »
    2) parce que le premier geste qu’aurait dû avoir la Sainte Vierge aurait été de RENDRE GRACE pour un tel miracle, un tel cadeau fait à l’humanité. Or, au lieu de le faire dès le 25 mars, Marie ne rend grâce qu’en présence d’Elisabeth, par le chant du MAGNIFICAT.

    Expliquons tout cela rapidement :
    a) Le mystère de l’Incarnation est secret : seule Marie est au courant ; pas même Joseph ;
    b) Dieu lui donne une preuve du mystère, une confirmation SENSIBLE et matérielle, à savoir la grossesse de sa cousine – et elle doit d’abord vérifier cette preuve ;
    c) ce n’est qu’après avoir reçu l’hommage de l’humanité croyante représentée par sainte Elisabeth, que le Précurseur ait été baptisé dans le sein de sa mère, et qu’elle ait constaté la preuve, que Marie peut enfin entonner son chant d’action de grâces : le Magnificat.

    Faisons le lien avec notre temps :
    – L’Incarnation est invisible humainement mais le jour même, l’archange Gabriel donne donc un signe sensible qui permettra de confirmer l’invisible, c’est à dire qu’il renvoie à quelque chose de VISIBLE PAR LES HOMMES, mais pas immédiatement ;
    – Nous avons eu comme signe ce 25 mars la signature par Bergoglio de son exhortation, mais elle reste invisible aux yeux des hommes ; mais, comme pour l’Annonciation, nous sommes renvoyés au signe VISIBLE le 2 avril, jour où celle-ci sera rendue publique.
    – Non seulement le déroulé est étrangement identique à celui de l’ Annonciation-Visitation, mais sa durée est elle aussi assez proche du temps qu’il fallu pour la Sainte Vierge pour faire le trajet Nazareth-Hébron (proximité de Jérusalem).
    – Donc on voulait chanter notre action de grâce un peu trop tôt : mais le Magnificat n’est pas immédiat.

    Pour conclure : il faut donc attendre le jour où le mystère de la fin de la nuit sera visible, cela peut être la même distance entre Annonciation et Visitation, et il semblerait bien que ce jour soit le 2 avril.

    N’oublions pas enfin que :
    Visitation = Pentecôte = résurrection des témoins
    La distance entre Annonciation et Visitation est celle entre l’annonce de l’Incarnation (retour) et l’illumination des témoins (résurrection) : Elizabeth (figure de l’Eglise) et Jean-Baptiste (figure des enfants de Dieu/témoins/précurseurs), les deux étant appelés à un nouveau baptême, sont tous deux illuminés par le Saint Esprit à la Visitation : c’est une figure de la Pentecôte.

    Et c’est au Magnificat que le message de Pontmain commence à se former…

  12. Etheldrede

    C’est une merveilleuse exploitation ! Puisse-t’elle être la bonne.

    A pied d’après google map il y en a pour 39h à 41h suivant l’itinéraire et c’est en passant par de bonnes routes de maintenant donc on peut imaginer qu’en marchant 8h par jour en moyenne ça nous fait 5 jours de marche et avec des chemins de l’époque ça peut facilement rajouter 2 ou 3 jours ! Hébron est à près de 1000 mètres d’altitude en plus donc la montée ça fait ralentir.

    Bizarrerie de google, il ne voulait pas faire l’itinéraire en voiture ou bus mais à pied oui !!!

    https://www.google.fr/maps/dir/Nazareth,+Isra%C3%ABl/H%C3%A9bron/@32.1154003,34.5310498,9z/data=!3m1!4b1!4m14!4m13!1m5!1m1!1s0x151c4e7cf16c0fff:0xd2385b30c1275dd6!2m2!1d35.303546!2d32.699635!1m5!1m1!1s0x1502e427ecc463fb:0xbe464d5c6a2f134c!2m2!1d35.099826!2d31.532569!3e2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s