Le secret de Pellevoisin

Chers lecteurs, j’ai une très grande nouvelle : la France est sauvée !
« Tu publieras ma gloire » dit la Sainte Vierge à Estelle Faguette, la voyante de Pellevoisin.
Dans son livre « La Vierge Marie dans l’histoire de France« , le marquis de la Franquerie considère qu’Estelle est l’image de la France : il ne se trompe pas, la France publiera bien la gloire de la Très Sainte Vierge Marie, vainqueur du démon, des forces du mal et de l’hérésie.

Elle publiera cette gloire car elle en a gagné le mérite. Elle a gagné sa guérison et mérité par ses martyrs le privilège de publier la gloire de celle qui est sa reine et sa mère de prédilection.
Voilà le secret de Pellevoisin.
Voilà pourquoi il est lié au 8 décembre.

Si la France est sauvée, le monde est sauvé car la France figure le peuple de Dieu, celui resté fidèle ; de même qu’elle est appelée nouvelle Judée car elle figure le lieu où se trouve le peuple de Dieu.
Le Seigneur nous a toujours donné des repères matériels pour figurer des notions -et même des dimensions- spirituelles.
Dans l’Ancien Testament, l’arche d’alliance était le signe matériel de l’alliance que Dieu avait consentie avec son peuple. A partir de Jésus-Christ, la Sainte Vierge est le signe matériel de la nouvelle alliance, donc la nouvelle arche.
Il en va de même pour le peuple de Dieu. Avant Jésus, il était figuré par un peuple, les hébreux, et un territoire, la Palestine. Après Jésus, le salut ayant été étendu à toute la terre, le peuple de Dieu devient une entité à la fois spirituelle (ceux qui ont la foi, c’est à dire qui croient en la divinité de Jésus-Christ), et universelle, d’où la création de son Eglise pour les rassembler.
A l’antique Jérusalem et son Temple, qui figuraient l’Eglise, succède Rome et le Vatican, nouveaux sièges de l’Eglise du Christ. Et puisque les hommes ont besoin de repères matériels, pour figurer le peuple de Dieu, la France nouvelle Judée ou nouvel Israël prend le relais de la Palestine, d’où son titre de fille aînée de l’Eglise et ses rois, seuls monarques au monde ayant droit à l’appellation de monarchie de droit divin à partir de Clovis et du miracle de la Sainte Ampoule. Ce lien est confirmé par le marquis de la Franquerie, qui a prouvé et démontré l’ascendance davidique des rois de France.
La France est aussi le seul pays au monde dont Jésus est expressément le roi – si besoin était, sainte Jeanne d’Arc en fit magnifiquement la démonstration lors de la triple donation.
Tout ceci explique pourquoi on utilise largement l’expression que « Jésus doit régner sur la France et de la France sur le monde » : c’est évidemment une référence à la symbolique du peuple de Dieu que représente la France : cela veut dire que Jésus doit régner sur les siens, et à partir des siens sur le monde entier.

Il ne faut bien évidemment pas tomber dans la même erreur que faisaient les juifs du temps de Jésus, qui attendaient un Messie devant leur donner la domination matérielle sur le reste du monde. Là c’est pareil : la France n’est pas appelée à régner sur les autres pays ; toutes ces notions sont entièrement spirituelles.
Cela veut dire que Jésus par son peuple dont il est le roi, règnera sur le monde quand celui-ci aura adopté le Seigneur comme son unique maître et roi dans ses institutions civiles et religieuses, et en aura fait la source de sa vie politique, professionnelle, sociale, familiale, culturelle, judiciaire… et bien entendu, religieuse.

Il était important de préciser cette symbolique pour comprendre l’interprétation qui va suivre.
Car je vais proposer une nouvelle lecture des apparitions de Pellevoisin, qui n’exclut pas les précédentes, mais en donne une vision atypique et probablement inédite.
Mais commençons par décrire en quelques mots ce cycle d’apparitions.

 

Pellevoisin : 15 apparitions de la Vierge en 1876

Pour cela, je vais m’appuyer sur la description qu’en fait le marquis de la Franquerie dans son ouvrage La Vierge Marie dans l’histoire de France, parce que sa synthèse est très belle, que j’adhère aux interprétations données, et qu’elles ont inspiré mes propres interprétations.
Lui-même s’appuie essentiellement sur les oeuvres de Mgr Bauron, dont il reprend de larges extraits.
(tous les passages en italique sont des extraits de cet ouvrage)

« Le fait se passe à Pellevoisin en 1876, au lendemain de la consécration de la France et du monde catholique au Sacré-Cœur.
Marie se montre à une phtisique, une mourante, Estelle Faguette, âgée de 32 ans, condamnée par trois médecins, dont les membres sont en partie paralysés, et pour laquelle on a deux fois déjà préparé un linceul. Le démon agite sa couche et la menace. Marie se révèle, le chasse, et annonce à la moribonde qu’elle sera guérie le samedi suivant. La prophétie se réalise.
Il y a 15 apparitions du 14 février au 8 décembre, en l’honneur des quinze mystères du rosaire. Les cinq premières sont relatives à la guérison de la voyante et la préparent, avec les trois suivantes, à sa mission publique. Les sept autres ont pour objet cette mission, qui est la gloire de Marie par la révélation et la diffusion du scapulaire du Sacré-Cœur. »

Je stoppe la description quelques instants : il ne faut jamais oublier que la Sainte Vierge ne fait rien pour elle-même : sa gloire c’est la gloire de son Fils. Le Fils et la Mère sont indissociables. Nous ne verrons jamais d’événement suscité par la Sainte Vierge pour qu’elle en tire un quelconque bénéfice personnel : tout ce qu’elle fait et dit a pour but la gloire de Dieu donc de la Sainte Trinité par, pour et en son divin Fils (Par Lui, Avec Lui et En Lui).

Il faut ajouter deux précisions à ce stade :
– En dehors de la guérison d’Estelle, le fait principal de Pellevoisin est le don du scapulaire du Sacré-Cœur, qui sera approuvé par Léon XIII en 1900 comme l’unique scapulaire du Sacré-Cœur pour le monde entier.
Il faut savoir également que lors de l’apparition, la Sainte Vierge portait elle-même le scapulaire du Sacré-Cœur sur la poitrine. Cette représentation est d’origine divine puisqu’Estelle reproduira ce que Marie lui a montré.
– Au verso du scapulaire, on a reproduit la Sainte Vierge telle qu’elle s’est montrée à Pellevoisin : or il s’agit de l’attitude de l’Immaculée Conception : bras abaissés, étendus, et les mains ouvertes dont il sortait une abondante pluie de grâces. On retrouve la même attitude de la Sainte Vierge aux apparitions de la rue du Bac, de Lourdes le jour où elle proclame « je suis l’Immaculée Conception » et à Pontmain. C’est pourquoi la dernière apparition à Pellevoisin se situe le 8 décembre 1876, en la fête de l’Immaculée Conception.

On peut en déduire facilement que le Sacré-Cœur et l’Immaculée Conception sont intimement liés, comme les deux Cœurs Sacrés de la médaille miraculeuse et de Fatima.

Poursuivons avec le marquis de la Franquerie et Mgr Bauron :
« Toutes les paroles de la Sainte Vierge sont remarquables et d’une profondeur théologique qui sert de preuve intrinsèque au fait miraculeux de ses manifestations.
Les premières apparitions se produisent au milieu de la nuit, et les dernières en pleine clarté du jour.
Pour en comprendre la portée réelle et le sens prophétique, il faut voir dans Estelle l’image de la France.
Le premier acte de Marie, rentrant dans son domaine, dont elle a parcouru les frontières, est de mettre dehors son ennemi. Satan a tout souillé. Il a fait de la France une phtisique dont le cerveau est obscurci par les fausses doctrines, dont la poitrine est corrompue par des affections malsaines, dont les mains sont liées par des lois impies, dont le souffle délétère porte les germes de la mort dans tout l’univers, dont le regard affaibli ne voit plus les clartés du ciel, les blanches aurores de la foi, les midis étincelants de la sublime espérance, ni les couchers de soleil radieux sur les nuages empourprés qui annoncent de si beaux lendemains. L’ennemi est là qui veille sur la couche de la France agonisante, dont il a paralysé les membres et les forces… »

Quelle remarquable description de ce qui est arrivé au monde chrétien, au peuple de Dieu dans son ensemble, que figure la France, dans un livre écrit il y a plus de 70 ans !

« Marie se montre à Pellevoisin : « que fais-tu là dit-elle à Satan. Ne vois-tu pas qu’elle porte ma livrée et celle de mon Fils? » N’y a t-il pas, depuis Clovis et saint Rémi, quatorze siècles que la France appartient à Jésus-Christ ?
Le démon est bouté dehors par la Vierge Immaculée, comme le fut l’anglais par la Vierge de Domrémy! Débarrassée des chaînes dont il l’avait garrottée, la France revient à la santé, à la prière, aux traditions séculaires de la foi. Reconnaissante comme Estelle, elle court s’agenouiller à Montmartre, à Paray, à Lourdes, à Pellevoisin. Elle se met à publier dans l’univers l’amour du Sacré-Cœur et la gloire de Marie, sa protectrice et sa reine. »

Le 8 décembre Marie lui dit : « Je serai invisiblement près de toi… ne crains rien… je t’aiderai ! »
« La France est donc appelée à propager le signe ostensible de la dévotion au Sacré-Coeur, à travailler à la conversion des pécheurs, à remplir le rôle de missionnaire et d’apôtre ; elle recevra dans ce but une assistance spéciale ; Marie sera invisiblement près d’elle pour l’aider à publier sa gloire. »

Je me permets un autre aparté à ce stade : le concile Vatican II s’est clôturé le 8 décembre 1965. A partir de ce moment-là, le Saint-Esprit n’est plus avec l’Eglise, ce n’est pas possible. C’est pourquoi, également un 8 décembre, la Sainte Vierge avertit le peuple de Dieu, celui qui lui restera fidèle en refusant de suivre le concile, qu’elle sera invisiblement auprès de lui. Le Ciel ne peut plus être visible à partir de cette date. Elle s’était exprimée dans les mêmes termes à la Salette concernant les apôtres des derniers temps, avec une mission à peu près similaire : seule la foi vous guidera. Plus de participation visible du Ciel à compter d’un certain 8 décembre… d’où l’assistance spéciale qu’entrevoit le marquis de la Franquerie, dans une anticipation inspirée écrite bien avant le concile.

« Et Mgr Bauron conclut : la France pardonnée sera délivrée, grâce à Marie, de la domination maçonnique et juive que Satan a étendu sur son territoire. Elle reviendra sans respect humain aux traditions surnaturelles de son passé. Elle aura encore à souffrir ; mais sa déchéance ne sera que passagère. »

Nous allons voir maintenant, dans une interprétation qui m’est personnelle, comment Pellevoisin nous indique secrètement par quel moyen la France a mérité de sortir de sa déchéance et gagnera sa délivrance.
Pour bien comprendre mon raisonnement, il est d’abord nécessaire de connaître le déroulement des apparitions de Pellevoisin.

 

Le déroulé des apparitions

1) Première série d’apparitions: la guérison. Cinq apparitions qui se suivent :
– Nuit du lundi 14 au 15 février 1876, Estelle est mourante
Marie lui dit « Tu souffriras encore cinq jours en l’honneur des cinq plaies de mon Fils. Samedi, tu seras morte ou guérie. Si mon Fils te rend la vie, je veux que tu publies ma gloire. »
– Nuit du 15 au 16 février
Marie lui dit « Mon Fils s’est laissé attendrir, il te laisse la vie ; tu seras guérie samedi. »
– Nuit du 16 au 17 février
– Nuit du 17 au 18 février
– Nuit du 18 au samedi 19 février
La cinquième nuit, le message suivant, écrit sur une plaque, comme un ex-voto (même type de délivrance du message qu’à Pontmain), apparaît : « J’ai invoqué Marie au plus fort de ma misère, elle m’a obtenu de son Fils ma guérison entière. »
A minuit et demi Estelle est guérie, excepté son bras droit. Celui-ci sera guéri après qu’elle ait reçu la Sainte Communion vers 9h du matin.

2) deuxième série :
1er juillet, 2 juillet et 3 juillet 1876
Le 2 juillet (fête de la Visitation), Marie lui déclare « Tu as déjà publié ma gloire » (alors qu’elle n’a pas encore reçu le scapulaire !), et aussi « Je suis venue particulièrement pour la conversion des pécheurs. »

 3) Troisième série :
9 septembre, 10 septembre,15 septembre 1876
C’est à partir du 9 septembre, octave de la nativité de la Vierge, qu’elle commence à lui dévoiler le scapulaire du Sacré-Cœur et la dévotion y afférent.
Le 15 septembre, Marie lui confie : « Dans l’Eglise, il n’y a pas ce calme que je désire » ; elle soupira et remua la tête en disant : « il y a quelque chose. »

4) Quatrième série :
1er novembre, 5 novembre et 11 novembre 1876.
Les 1er et 11 novembre, elle montre à nouveau à Estelle le scapulaire du 9 septembre.
Pour mémoire, le dernier dogme de l’Eglise catholique, celui de l’Assomption, fut promulgué par le pape Pie XII le 1er novembre 1950.

5) Quinzième et dernière apparition : 8 décembre 1876
En la fête de l’Immaculée Conception. Seule apparition esseulée.
Outre les paroles déjà citées, la Sainte Vierge lui dit « Je recommande le calme, non seulement pour toi, mais encore pour l’Eglise et pour la France » et « Je t’ai choisie pour publier ma gloire et répandre cette dévotion. »

 

Le secret de Pellevoisin : la France a gagné sa délivrance par son martyr

Voici donc la nouvelle interprétation de Pellevoisin que je propose : le secret de Pellevoisin est une frise chronologique en deux temps :
– le premier temps est celui d’une période de souffrance dont la récompense sera la guérison ;
– le second temps est celui de la mission, dont la finalité est l’extension de la dévotion au Sacré-Cœur par l’intermédiaire de la Vierge Marie.

 

Première chronologie : les 5 jours de souffrance préfigurent la première guerre mondiale

Reprenons le déroulé de l’apparition et comparons-le :
Nuit du 14 au 15               =             1914-1915
Nuit du 15 au 16               =             1915-1916
Nuit du 16 au 17               =             1916-1917
Nuit du 17 au 18               =             1917-1918
Nuit du 18 au 19               =             1918-1919
19 au matin : guérison                    1919

Ceci nous donne un tout autre aperçu de la première guerre mondiale. A priori, on est en droit de se demander comment le Seigneur a-t-il pu autoriser l’épouvantable boucherie que fut la grande guerre? Comment a-t-il pu laisser les francs-maçons faucher et saigner à blanc la jeunesse française, espoir d’une population encore essentiellement et farouchement chrétienne ?
Parce que la première guerre mondiale fut une guerre d’expiation, de réparation, de sacrifice des plus belles âmes en martyrs afin de réparer l’offense passée et future faite à Dieu.
L’offense passée : celle de la Révolution, de l’assassinat du roi et du refus de Dieu au plus haut niveau, des faux monarques et vrais suppôts de Satan que furent les Napoléon, celle de la République maçonnique, laïque et athée, celle des révolutionnaires communistes, dignes héritiers des sans-culottes, réclamant le sang des justes jusque dans l’hymne national.
L’offense future : le renoncement du peuple de Dieu à sa mission salvatrice, son abaissement à embrasser Babylone et ses séductions jusqu’à s’y fondre et en adopter les principes fondateurs (les droits de l’homme…), son basculement dans l’apostasie à cause et par le concile et ses conséquences, son empressement à communier avec les autres dans la divinisation de l’homme dans sa dimension matérielle, mettant lui aussi ses espoirs et sa foi dans les nouvelles idoles que sont la science, le progrès technique, l’argent et la satisfaction des plaisirs de la chair.

Oui nos glorieux enfant sur les champs de bataille de la Marne, de Verdun, du chemin des Dames furent les martyrs expiatoires des crimes de la France (et par extension du peuple de Dieu), commis et à commettre, afin de nous obtenir par le sang versé les mérites de sortir de la fange un siècle plus tard, les mérites de la délivrance promise par Dieu.

Ceci explique l’intervention miraculeuse de la Sainte Vierge à la bataille de la Marne en 1914, la demande du Christ via Claire Ferchaud de placer le Sacré-Cœur sur notre drapeau, ou la consécration des armées alliées au Sacré-Cœur par le maréchal Foch le 9 juillet 1918.
Quel est le dénominateur commun de toutes ces interventions divines à la grande guerre ?
Le Sacré-Cœur ! Comme à Pellevoisin !

Mais la France ne pouvait publier la gloire de la Sainte Vierge qu’une fois guérie, donc en 1919.
Comment la publie-t-elle ? De la façon la plus admirable qui soit :
Par la consécration de la basilique du Sacré-Cœur le 16 octobre 1919.
Tout est accompli.
Les mérites de nos martyrs de la grande guerre auront permis au Ciel de prendre sa revanche sur le démon et ses symboles. Car le 16 octobre 1793, les révolutionnaires guillotinaient la reine Marie-Antoinette, et parallèlement saccageaient et profanaient les tombes de nos rois à Saint-Denis.
L’affront du 16 octobre 1793 est lavé dans le sang et la France  a gagné sa future restauration grâce au sacrifice de ses enfants en 14-18.

Mais il s’agit là d’une anticipation. Car il y a un pont à passer, le fameux pont de cent ans annoncé à Léon XIII et qui peut aussi se calculer à partir de 1914 et de la mort du grand saint Pie X, ou de 1917 et de l’apparition de Fatima. La différence entre les deux étant les fameux 3 ans et demi de l’Apocalypse. Mais ce n’est pas le sujet de l’article.
Nous devons retenir seulement que les morts de 14-18 ne le furent pas en vain, que ce sang versé est le sang glorieux d’innombrables martyrs qui nous obtiendra la délivrance cent ans après… en 2018.

Notons aussi que le démon réitèrera ses provocations le 16 octobre 1978 par l’élection du pape Jean-Paul II, belle préfiguration de l’Antéchrist, puisqu’il sera blessé à mort et s’en remettra (imitant la bête en Apoc. 13:3), et surtout parce qu’il mettra en place la nouvelle religion de l’homme à partir des fondations posées par ses prédécesseurs : concile, liberté religieuse, nouvelle messe, nouveau rite d’ordination, nouvel enseignement dans les séminaires.

Pour prouver le lien entre Pellevoisin et la consécration de la basilique Montmartre, l’historique de cette dernière fait apparaître comme date de départ le 8 décembre. Or le 8 décembre est la 15ème et dernière apparition de Pellevoisin.
« Dans une lettre adressée aux curés de son évêché nantais le 4 septembre 1870, jour de la déclaration de la troisième république, Mgr Félix Fournier attribue la défaite de la France dans la guerre franco-prussienne de 1870 à une punition divine après un siècle de déchéance morale depuis la révolution de 1789. »
Cette lettre sera à l’origine du Vœu national, qui lui-même sera à l’origine de la basilique du Sacré-Cœur. Ce Vœu est exprimé par Alexandre Legentil une première fois le 8 décembre 1870 puis imprimé le 29 janvier 1871, au lendemain de l’armistice.
Il est nécessaire aussi de rappeler que la construction de la basilique du Sacré-Cœur fut un projet national, avec l’aval de l’Etat, puisque cette construction fut autorisée par une loi d’utilité publique votée le 24 juillet 1873.
16 juin 1875 : pose de la première pierre.
16 octobre 1919 : consécration.
Sur Montmartre, colline sacrée, le mont des martyrs le bien nommé, car l’épisode qui avait retardé cette consécration, la première guerre mondiale, fut celui des martyrs tombés pour la France, et secrètement pour le Sacré-Cœur.

 

Autre lien entre le 16 octobre et Pellevoisin, qui réunit, rappelons-le, la Sainte Vierge de l’Immaculée Conception au Sacré-Cœur, saint Maximilien Kolbe fonda à Rome la milice de l’Immaculée le 16 octobre 1917, soit trois jours après le miracle du soleil de Fatima, événement qu’il ignorait.
Ce projet, qu’il avait à cœur depuis le 20 janvier de la même année, se déclencha quand il vit la façon dont les francs-maçons fêtaient à Rome leur bicentenaire. En octobre 1917, il les vit défiler sous les fenêtres du pape brandissant des pancartes hostiles (l’une représentait l’effigie de l’archange St Michel sous les pieds de Lucifer), et scandant des slogans comme : « Satan devra régner sur le Vatican, le pape le servira comme garde suisse ».
Le 16 octobre, qui est aussi le jour anniversaire de l’apparition de saint Michel au mont Tombe (qui deviendra le mont St Michel).

Aujourd’hui, la milice de l’Immaculée est un mouvement qui connaît une extension spectaculaire. Notons aussi le lien, par la date, avec saint Michel, chef des milices célestes, et sous les ordres de la Sainte Vierge, Notre-Dame des Armées.

 

Seconde chronologie : de 1919 au concile

Les apparitions se répartissant sur 15 dates, outre les cinq premières qui se soldent par la guérison, on peut trouver dans les suivantes des analogies avec la suite des événements :

1) A la septième apparition, le 2 juillet, la Sainte Vierge dit à Estelle « Tu as publié ma gloire » en parlant au passé. Chronologiquement dans les apparitions ce n’est pas exact puisque le scapulaire ne lui sera dévoilé que le 9 septembre. Mais dans une chronologie qui se situe après la date en « 19 » (5ème apparition à l’issue de laquelle Estelle est guérie) qui elle-même figure la consécration de la basilique en 1919, à la septième apparition la France a bien publié la gloire du Sacré-Coeur.
Elle aura à le refaire, d’une façon bien plus éclatante, à l’issue des cent ans, soit probablement en 2018, et pourquoi pas un « 2 »?

2) « Dans l’Eglise, il y a quelque chose » (15 septembre, 11è apparition). Toujours en nous situant dans une chronologie qui commence en 1914, on peut voir dans cette phrase sibylline la préparation de l’infiltration de l’Eglise par la franc-maçonnerie via notamment les insinuations libérales qui se faisaient déjà le jour du temps de Pie XI, signalées à l’époque par le cardinal Pacelli (futur Pie XII) ou par le père Calmel.

3) La douzième apparition, le 1er novembre, nous donne un repère : il s’agit probablement d’un lien avec la proclamation du dogme de l’Assomption le 1er novembre 1950.

4) Par sa quatorzième apparition du 11 novembre, la Sainte Vierge établissait déjà un lien avec la grande guerre, 42 ans avant.

5) La dernière apparition, celle du 8 décembre, non seulement fait le lien avec l’Immaculée Conception, mais termine la frise chronologique sur le concile Vatican II qui se clôt le 8 décembre 1965. D’où les paroles de la Sainte Vierge :  » Tu ne me reverras plus « ,  » Je serai invisiblement auprès de toi « ,  » Courage, le temps de tes épreuves va commencer « . Comme je l’ai dit plus haut, le Ciel se ferme à partir du concile, et surtout de Nostra Aetate, car alors l’Eglise est condamnée, la sentence de mort est prononcée, et commence son chemin de croix. Il n’y a plus de retour en arrière possible. Il ne peut plus y avoir de présence visible du Ciel à partir de cette date, pour personne. C’est pourquoi j’affirme qu’à partir de 1965 il n’y a plus aucune apparition authentique sur terre, ni de Marie, ni de Jésus, ni de qui que ce soit de saint. Seule la foi doit nous guider. Toute apparition d’une prétendue Marie ou d’un prétendu Jésus depuis 1965 est fausse et provient du Malin. Le Christ nous a suffisamment mis en garde sur cette situation par cinq fois en Matthieu 24 (aux versets 5, 11, 23, 24 et 26 !).

Il est nécessaire de comprendre que les événements n’ont pas tous la même signification. Entre la première et la seconde guerre mondiale, il y aura eu le déclenchement des châtiments pour l’Eglise et le monde, dont le signe annoncé à Fatima fut l’aurore boréale de la nuit du 25 au 26 janvier 1938. Par conséquent, autant la guerre de 14 fut une guerre d’expiation et de réparation, autant celle de 39 fut une guerre de punition et de châtiment. On a des martyrs en 14, on a des punis et des châtiés en 39.

 

Conclusion

Tout est beau dans la lumière du Seigneur. Même la plus terrible des guerres.
Sang de martyrs et ferment de la délivrance, ou sang des impies et des pécheurs punis pour leurs abominations, la compréhension des événements via le regard de Dieu leur donne une toute autre dimension.
Que ceci nous serve de leçon, mais aussi d’espoir.
Cette relecture atypique de l’apparition de Pellevoisin nous montre que nos parents et nos ancêtres, en France comme en Europe, ne sont pas morts pour rien à la grande guerre, ils ont versé leur sang pour leur patrie et pour la gloire de Dieu.
Ce sang pur abreuve les sillons du salut et nous méritera, cent ans après, la délivrance tant attendue.

Nous sommes aujourd’hui, 11 janvier 2018, au terme des trois années du pouvoir total de Satan sur la terre, des trois jours de ténèbres. Enfin, c’est ainsi que je perçois les choses.

J’y vois une analogie avec un épisode dramatique qui marqua beaucoup saint Bruno.
Aujourd’hui le monde est mort spirituellement, comme cet homme, Raymond Diocrès, en 1082, qui était mort, et dont le cadavre se relève par trois fois au moment de sa sépulture, en trois jours, pour prononcer lui-même la sentence divine sous les yeux effarés de la population, dont le futur saint Bruno.
Le premier jour : je suis accusé par un juste jugement de Dieu
Le deuxième jour : je suis jugé
Le troisième jour : je suis condamné

La sentence va s’accomplir car le monde païen pervers et débauché, ainsi que la Rome apostate et infidèle, ont été condamnés, en 3 phases comme celles de saint Bruno.

 

Pour télécharger le fichier pdf de l’article, cliquez sur ce lien : Le secret de Pellevoisin

Publicités

592 Commentaires

    • dalencourt

      Incroyable comment Babylone balise ! Comment elle a peur parce qu’elle sent sa fin très proche…. tous ces bruits de guerre…. Oui la chute de Babylone (le monde moderne) est imminente, et elle le sent. Elle n’aura que ce qu’elle mérite.

        • Mathieu

          Ou plutôt : 2018 la fin de la guerre.

          La guerre mondiale se perpétue sous diverses formes depuis plus d’un siècle. Il n’y a jamais eu de paix universelle véritable dans la mesure où Mammon n’a jamais cessé de renforcer ses emprises.
          Cette puissance destructrice arrivée à son apogée le 21 12 est à présent fort heureusement condamnée à une auto-destruction fulgurante :

          « Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; le jour qui vient les embrasera, dit l’Éternel des armées, il ne leur laissera ni racine, ni rameau ».(Malachie IV, 1)

          « Je vais châtier l’univers de sa méchanceté et les méchants de leur faute ; mettre fin à l’arrogance des superbes, humilier l’orgueil des tyrans.
          Je rendrai les hommes plus rares que l’or fin, les mortels plus rares que l’or d’Ophir.
          (Esaie XIII,11-12)

          « Leurs biens seront au pillage, Et leurs maisons seront dévastées; Ils auront bâti des maisons, qu’ils n’habiteront plus, Ils auront planté des vignes, dont ils ne boiront plus le vin.
          Le grand jour de l’Éternel est proche, Il est proche, il arrive en toute hâte; Le jour de l’Éternel fait entendre sa voix, Et le héros pousse des cris amers.
          Ce jour est un jour de fureur, Un jour de détresse et d’angoisse, Un jour de ravage et de destruction, Un jour de ténèbres et d’obscurité, Un jour de nuées et de brouillards,
          Un jour où retentiront la trompette et les cris de guerre Contre les villes fortes et les tours élevées.
          Je mettrai les hommes dans la détresse, Et ils marcheront comme des aveugles, Parce qu’ils ont péché contre l’Éternel; Je répandrai leur sang comme de la poussière, Et leur chair comme de l’ordure.
          (Sophonie I,13-17)

      • Bigouden29

        J’ ai regardé la vidéo dont Dux à envoyé le lien. Il est question de la 3ème guerre mondiale avec la Russie.
        Cà m’à l’air plausible. Mais vous avez dit plusieurs fois que toutes ces histoires d’effondrement économique,
        de 3 W W, étaient surtout là pour entretenir les peurs des Babylonniens afin de mieux les assujettir.
        Qu’ il est inutile de se préparer matériellement dans ces cas là, puisque au fond seul le salut de nos âmes comptent.
        Après, je suis d’accord pour dire que tout les voyants étant au rouge, nous ne pouvons plus échapper à
        l’effondrement notre civilisation, nous avons atteint la limite, la décomposition est trop avancée.
        Nous dansons sur un volcan, tout comme durant les étés 1914 et 1939, quand les gens
        ne pensaient pas vraiment que la guerre éclaterait.
        Je repense aussi au parallèle fait par un lecteur du blog entre 2 couvertures de « The economist »
        entre janvier 1988, avec le phoenix et la médaille 10 ( octobre ?) 2018 et janvier 2018
        avec 63 petits dessins ( parcours initiatique du jeu de l’oie du marcheur jusqu’à la fleur)
        et aussi super Mario avec  » end of the game » çà veut sans doute dire: 2018 Game Over !

        • dalencourt

          Mon cher Bigouden, on va continuer le fil de cette conversation sur l’article que je viens de mettre en ligne.
          Je vous donne une piste concernant les 63 cases : c’est pile l’âge de Pie XII le jour de son élection le 2 mars.
          En lisant l’article vous comprendrez.
          Petit devinette pour demain : quelle est la triangulaire de 63 ?

  1. michel de Belgique

    il est temps de se réfugier dans le coeur de Marie, et le reste n’a pas d’importance.
    Ce monde n’a plus de contrôle et est foutu, il va être avaler par satan.
    Le seul vrai Pasteur c’est Jésus amen.

  2. Céline

    Quand l’Eglise cesse de regarder vers le Ciel : une crèche « qui ne laisse pas indifférent », réalisée sous l’inspiration « des textes ». Cette installation du « grand céramiste » Raphaël de Villers, rassemble, au pied des escaliers montant à l’autel, des matériaux ramassés dans la rue aux alentours de l’église de la Madeleine (un caddie de supermarché, des palettes, des planches, un seau etc.).
    Raphaël de Villers explique (à partir de 8 mn sur KTO) : « Je ne me voyais pas faire une crèche autrement et j’ai été conforté en cela par les textes … du pape François aussi et par son engagement auprès de Lampedusa »
    https://radionotredame.net/emissions/rencontre/20-12-2017/
    « Arriver là, une promesse », une crèche ne laisse pas indifférente la foule qui afflue dans cette célèbre église. La chronique de Jean Deuzèmes
    http://saintmerry.org/raphael-de-villers-creche-de-madeleine-2017/
    Raphaël de Villers, qui aime assembler des matériaux composites, colle à la réalité de ce qu’a été l’événement raconté par saint Luc, mais largement enjolivé par des siècles de représentations artistiques : des étrangers arrivant dans une ville, tels des réfugiés d’aujourd’hui. Il leur fallait bien se loger, d’autant que Marie allait accoucher comme le dit le Texte. Le couple a trouvé l’arrière d’une auberge, aujourd’hui ils auraient trouvé un coin avec des cartons, des planches, etc., le 115 ne répondant plus.
    Poursuivant son récit, Luc mentionne des effets de lumière : Thierry Goron, le spécialiste de l’éclairage, a splendidement saisi cela par trois moyens. Le faisceau qui balaye lentement cette partie de l’église, un crépitement de flashs sur le berceau, comme ceux des surveillances aux frontières, et enfin ces grands lustres triviaux de plastique dont la lumière croît et décroît paisiblement, telle une respiration de parents penchés sur leur enfant.
    On comprend le choc de ceux qui attendaient un spectacle traditionnel, le cahier de réactions en est le reflet. Ces images colleront à leur esprit, comme les images des réfugiés.
    Peut-être feront-ils le lien avec cette étrange famille, voyageant dans la précarité, il y plus de deux millénaires.
    Peut-être passeront-ils au Musée des Beaux-Arts de Dijon où se trouve un tableau de Robert Campin, un primitif flamant connu sous le nom de « Maître de Flémalle », dont les murs de crèche tiennent à peine et ressemblent à des palettes abandonnées (voir).
    À la Madeleine, l’équipe pastorale a pris des risques, et notamment Bruno Horaist, le curé, Isabelle de Laroullière, responsable de la crèche dans cette église, et Pauline de Laboulaye, commissaire de l’exposition.
    Radio Notre-Dame a soutenu l’initiative (entendre).
    Ce pari d’ouverture et d’engagement dans l’expression contemporaine doit être chaleureusement salué.
    Et aussi
    http://voir-et-dire.net/?+RAPHAEL-DE-VILLERS-CRECHE-DE-LA-MADELEINE-2017+

    • Clofer

      J’ai suivi les liens, je n’imaginais pas que les paroisses puissent tomber si bas, c’est encore pire que ce que je pensais ! Et il faut lire les analyses, en plein intellectualisme bobo-écolo … là ça me désespère, comment peut-on encore mettre les pieds en de tels lieux ? Il faut dire que Saint Merri n’en est pas à son coup d’essai dans la provoc !

    • Adeline

      « colle à la réalité de ce qu’a été l’événement raconté par saint Luc, mais largement enjolivé par des siècles de représentations artistiques  » : commentaire abominable et volonté de désacraliser la Nativité, devant les milliers de visiteurs.
      « À la Madeleine, l’équipe pastorale a pris des risques » : où est la volonté d’annoncer la venue du Christ, Sauveur du monde ?
      L’équipe pastorale a pris les risques DE NE PAS ANNONCER LE CHRIST.
      Que dire de plus ?

  3. jack

    Libye. Voici « les crimes atroces contre le peuple libyen » commis par par Khadafi

    Le Guide Mouammar al-Kadhafi, que l’OTAN et les États-Unis ont stigmatisé comme « dictateur brutal » (ce qui leur a servi de justification pour leurs attaques aériennes et son assassinat), devrait être vénéré par les Nations-Unies pour ses mérites en ce qui concerne les droits de l’homme en Libye. Les faits suivants sont seulement un extrait d’une longue liste.

    1. L’électricité était gratuite pour tous les citoyens.
    2. Pour tous les citoyens les prêts n’avaient pas d’intérêt pour les banques publiques.
    3. La maison était considérée comme un droit humain. Pas de loyer.
    4. Les jeunes mariés recevaient l’équivalent de 50 mille dollars US pour l’achat de leur première maison. Le gouvernement encourageait la formation de familles.
    5. La santé et l’éducation étaient gratuites. Avant Kadhafi, seulement 25 % des libyens savaient lire; aujourd’hui, ce chiffre est de 83 %.
    6. Les Libyens qui ont choisi de s’engager dans l’agriculture se sont vu attribuer des terres, des logements pour leur établissement sur place, des outils, des semences et du bétail pour leur permettre de démarrer leur propre exploitation.
    7. Si un libyen voulait s’éduquer ou demander un traitement médical à l’étranger, il lui était attribué l’équivalent de 2.300 dollars US par mois pour couvrir l’hébergement et le transport.
    8. Le gouvernement permettait l’acquisition de voitures à 50 % de la valeur totale.
    9. L’essence en Libye avec Mouammar Kadhafi l’équivalent de 14 cents de dollar.
    10. Si en sortant de l’université un libyen ne pouvait pas trouver de travail, le gouvernement lui payait un salaire moyen jusqu’à ce qu’il puisse obtenir le placement correspondant à l’éducation reçue.
    11. La Libye n’avait pas de dette extérieure. Les réserves de la banque centrale estimées à 150 milliards de dollars des États-Unis, ont été distribuées en tant que butin de guerre entre les puissances qui ont occupé le pays. L’or libyen aurait été volé par la France de Sarkozy.
    12. Tous les libyens ont été directement impliqués dans les revenus provenant du pétrole, et ont déposé l’argent pour chaque citoyen sur son compte de vérification.
    13. Pour chaque enfant conçu, les mères ont reçu l’équivalent de 5 mille dollars US.
    14. De nombreux Libyens avaient un diplôme universitaire.
    15. La Libye est un pays désertique. Kadhafi a lancé le grand projet de la rivière artificielle, qui est la plus grande eau de la planète et assure l’approvisionnement en eau de tous les citoyens et de l’agriculture du pays.

    La grande rivière artificielle de Muammar Khadafi était considérée comme « la huitième merveille du monde ». Le plus gigantesque projet mondial composé de canaux souterrains et le plus énorme projet d’ingénierie qui ait jamais été réalisé.

    Le 22 juillet 2011, les forces aériennes de l’OTAN ont bombardé l’usine de Marsa am-Burajka qui fabriquait les éléments de la canalisation.
    Maintenant, nous connaissons la liste des atrocités que les libyens ont dû subir pendant quatre décennies avec Mouammar Kadhafi.

    Aucun président ou roi des pays agresseurs (France, USA, GB, etc.) n’arrive à la cheville de Khadafi en ce qui concerne les réalisations pour le bien de leur population en général, et pour la partie la moins fortunée en particulier. Khadafi était donc le « mauvais exemple » à ne pas suivre. Il fallait le supprimer et détruire ses réalisations. C’est fait. L’Occident « libre et démocratique », mais impérialiste, est content : la Libye est devenue un non man’s land, une plate forme d’expédition d’immigrés suicidaires vers l’Europe.
    Hannibal GENSERIC

    • Mathieu

      J’ai des locataires franco-libanais maronites ( des gens très bien, même la plupart des français de souche en comparaison sont des crasses sans foi ni loi) et ça fait depuis une dizaine d’année que je suis par eux au courant que la Libye et la Syrie étaient des modèles pour le monde entier.
      Ces pays ont été détruit car ils voulaient fonder le Dinar-or et rejeter le dollar pécu américanosioniste.

    • Adeline

      La vraie raison :  » Les réserves de la banque centrale estimées à 150 milliards de dollars des États-Unis, ont été distribuées en tant que butin de guerre entre les puissances qui ont occupé le pays.  »
      Et ils ont voulu réserver le même sort à la Syrie.

  4. Céline

    Et l’église de la Madeleine n’en est pas à son premier essai en matière de crèche puisque depuis sept ans, elle fait appel à un artiste contemporain. En 2016, la crèche conçue par l’artiste Samuel Yal faisait scandale : les photos d’Einstein, de Mère Teresa mais aussi de Staline et de Ben Laden entouraient un enfant Jésus en position fœtale
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/eglise-madelaine-paris-creche-qui-divise-1161709.html
    VIDEO. Paris : la crèche contemporaine de l’église de la Madeleine fait des vagues
    http://www.leparisien.fr/paris-75008/paris-la-creche-contemporaine-de-l-eglise-de-la-madeleine-fait-sensation-28-12-2016-6502986.php
    Mais le clou c’est la fin de la video publiée sur le site du Parisien : « Ce que l’artiste a voulu montrer avec toutes ces photos, c’est qu’au fond on peut s’entendre. »
    Donc le but de la crèche, c’est de montrer que Staline, Ben Laden, Sainte Thérèse de Lisieux, … tout ce monde peut s’entendre.
    Résultat : la confusion la plus totale règne dans les esprits.
    Cette église avait été profanée par une femen qui avait mimé un avortement avant d’uriner, le vendredi 20 décembre 2013, devant l’autel.
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/une-femen-mime-un-avortement-et-urine-dans-l-eglise-de-la-madeleine-a-paris_1309246.html
    C’est également dans cette église qu’une cérémonie a été célébrée en hommage à Johnny Hallyday, chanteur qui arborait de nombreux symboles satanistes sur son corps (croix sacrilège, tatouages).

    • Clofer

      Quand j’étais jeune, le quartier de la Madeleine passait pour un haut lieu de la prostitution chic. Et bien en tous cas de nos jours, la Grande Prostituée a établi ses quartiers en l’église même. A quoi peuvent ressembler les paroissiens, je m’interroge ? Quel en est le curé ? Croient-ils encore en autre chose que l’homme et en un Jésus Christ rabaissé ?

    • Adeline

      C’est avec ce type d’illustration que vous pouvez constater la confusion totale qui règne dans l’Eglise, confusion accentuée encore avec le pape François.
      Ils étalent devant vos yeux leur propre apostasie.

  5. Yato

    Je lis ces temps-ci beaucoup de propos alarmistes. Il est bien possible qu’un conflit général se déclenche dans les jours ou les semaines qui viennent. Toutefois, je suis tenté de rappeler ici la prophétie de saint Paul, dans son Epître aux Thessaloniciens : « Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra… »
    Il paraît que l’heure est à une (relative) détente entre les deux Corée, dont les délégations pourraient défiler ensemble aux prochains J.O. Il y a aussi un rapprochement, sinon entre les Etats-Unis, du moins entre Trump et la Russie de Poutine, sur la question du jihadisme. La situation syrienne s’est également beaucoup améliorée. Il me semble pourtant qu’il reste encore à faire pour que les hommes disent : Paix et sûreté (le Yémen, l’Ukraine, la Palestine, etc). Peut-être un grand accord sino-russo-étasunien, ou un règlement apparent de la question moyen-orientale. Cela peut prendre quelques mois, ou quelques années… D’autre part, puisque Bergoglio a apparemment obtenu plus de trois ans et demi pour achever sa besogne, peut-être Dieu lui laissera-t-il sept ans… En tout cas, parmi les prophéties, je ne vois pas comment on pourrait négliger celles de saint Paul, qui nous a annoncé l’apostasie et l’homme de perdition (c’est-à-dire notre temps). Bref, les événements attendus pourraient ne pas éclater tout de suite. J’ajoute qu’ils prendront certainement une forme tout à fait inédite, car les voies de Dieu ne sont pas les nôtres et nous surprennent toujours.

      • Claude Germain V

        Admirable ce testament de la part de ce roi paisible .Tellement beau , a en pleurer .
        Pardon Mesdames , ici point de misogynie , mais le seul point de ce testament qui malheureusement donna toutes les excuses du monde au comité de  » SALAUDS -PUBLICS MAÇONNIQUES  » pour guillotiner ce grand roi fut lié a cette phrase testamentaire , car ce fut contre le roi que le comportement de la reine fit défaut mortel , dans son inconscience immature ,hélas cette épouse fut en parti une négation royale …Dont le roi fut conscient d’ailleurs et prit sur lui des fautes qu’il ne commit pas .au prix d’un ultime sacrifice de sa vie..:: triste et admirable…
         » Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher. »

      • Jean-Luc

        Bonjour Louis et bonjour à tous,
        En effet, le 2 février est une date à surveiller et pourrait marquer le début de la chute de Babylone et qui se terminerait 1 mois plus tard donc le 2 mars : « Malheur! Malheur! La grande ville, Babylone, la ville puissante! En une seule heure est venu ton jugement!  » Apocalypse 18:10
        En union de prières avec vous tous.

  6. dalencourt

    REPONSE A QUELQUES LECTEURS

    Messieurs, il semblerait que certains aient voulu ouvrir le débat sur des sujets sérieux, mais aussi longs et compliqués à traiter, et qui peuvent nous entraîner loin. Je comprends très bien les motivations de chacun d’entre vous pour apporter, via ses connaissances et son point de vue, une lumière sur le débat, ou du moins le faire avancer.
    Mais est-ce l’objet du Grand Réveil ?
    Dois-je laisser filer des sujets sur lesquels la controverse est grande, et dont je n’ose imaginer le développement ?
    Dans quelles proportions doit-on approfondir un sujet ?
    Sommes-nous ici pour débattre ?
    Quelles sont les personnes qui ont la sagesse de mesurer leurs paroles, de synthétiser leur réflexion, de ne s’exprimer qu’à bon escient ?
    Voici donc mon sentiment : traiter de ces sujets ne nous permettra pas, à mon sens, de les résoudre, et les laisser s’étaler risque de dévier de l’objet du Grand Réveil, voire de désorienter le plus grand nombre, si ce n’est les lasser. Donc pour le,moment je préfère les abandonner.

    @Zimidar : le débat sur l’obéissance au pape.
    Je ne peux pas publier votre réponse, elle mélange le vrai et le faux. On passerait plus de temps à démêler les informations qu’à donner de vraies pistes de réflexion aux gens. Sachez juste que votre position semble ignorer un fait majeur : le mystère d’iniquité. Sans lui, tout irait pour le mieux, mais malheureusement il faut faire avec et surtout l’intégrer dans son système de pensée… pas facile.

    @Renaud : christianisme et communisme.
    J’ai suffisamment de connaissances dans le domaine pour savoir que rapprocher les deux est une idée séduisante mais démoniaque. C’est vouloir allier la lumière et les ténèbres parce que Satan imite le divin pour donner à ses oeuvres l’apparence du bien. Je vous conseille de lire l’encyclique de Pie XI condamnant le communisme, ainsi que le Syllabus de Pie IX.

    @JSI : avant de publier quoi que ce soit, j’aimerai que vous m’apportiez des preuves de la présence formelle de l’Antéchrist-personne dans le magistère ordinaire de l’Eglise; D’autre part, il est très dangereux de jouer ainsi sur la notion d’infaillibilité ; celle-ci ne concerne que le magistère extraordinaire de l’Eglise, dans des circonstances bien précises, et ne saurait s’appliquer au magistère ordinaire.

    @Peace : je note bien vos interrogations, mais je ne peux pas malheureusement effacer ou redresser un siècle d’enseignement faussé de l’histoire de France et de l’Eglise. Je vois bien que vous me ressortez toutes les faussetés concernant notre passé, les femmes, l’Eglise, les guerres, etc… Il faudrait des heures et des livres entiers pour corriger toutes les erreurs et les mensonges qu’on vous a mis dans la tête. Commencez par lire les livres de Jean Sévilla (moralement correct, historiquement correct et historiquement incorrect), cela vous donnera quelques idées sur les mensonges qu’on vous a inculqués.

    • Zimidar

      Cher monsieur Dalencourt.
      Merci pour votre réponse.
      Ce message ne s’adresse qu’à vous, vous n’êtes pour le coup pas obliger de la publier, et je n’attends pas spécialement de réponse non plus… Tout ce qui m’importe est que je sais que vous le lirez !

      Avant tout permettez-moi de m’excuser, je suis allé un peu loin dans mon long message en vous traitant d’orgueilleux, c’est surtout moi qui l’ai été.

      Je voulais ensuite vous dire que je me doutais bien que tôt ou tard peut être, vous feriez le choix de ne pas publier. La discussion s’arrête donc ici, et vous avez raison, il ne faut pas perdre de temps et votre site n’est pas fait pour cela.
      Je comprends qu’il faille rester centré sur les sujets importants. J’ai donc fait de mon mieux en récoltant ces quelques « citations » sourcées car je pensais qu’une autorité pouvait peut être interpeller. Je me dis que certaines choses ont peut être dû poser des questions tout de même, mais je me doute que vous ne changerez pas d’avis de sitôt…

      Toutefois, je finirai en vous livrant mon témoignage personnel, mais je promet d’esssayer d’être bref car oui, j’ai du mal à synthétiser.
      J’ai moi-même été beaucoup dans la critique de l’Église, enfin pensant que ce n’était même pas l’Église, que je détenais la vérité. Mais je ne connaissais pas l’Église. Je n’avais pas vu de beaux fruits dans les paroisses qui étaient vides autour de moi etc (donc normal que je critique). Jusqu’à temps que j’aille dans un monastère et que je rencontre des vrais catholiques conciliaires avec de vrais fruits (pas des progressistes comme Hans Küng qui détruisent l’Église de l’intérieur. D’ailleurs, puisqu’elle est attaquée a l’intérieur, il faut la guérir et la réformer de l’intérieur, jamais l’abandonner !). Et j’ai vu que l’Église Catholique, la vraie, tenait toujours. Bref ça fait déjà beaucoup de lignes, mais j’ai remarqué une chose en tout cas : tout ceux qui la critiquent ne la connaissent pas… vous n’en avez vu qu’une facette, qu’une partie, peut être l’Église en France, mais pas la très Sainte Église Catholique Universelle, qui tient toujours, et ce après Vatican II…
      À chaque fois, j’hésitais à écrire ici, et je pense que j’ai parlé pour la voix de beaucoup mais qui se taisent. Dans l’Église on préconise beaucoup le silence et on se dit que se qui la critique se convertiront par la prière. La voix de certains se fait donc entendre plus que d’autres. Mais pensez à ces dizaines de milliers de moines et moniales qui de part le monde vivent dans le secret, la pauvreté, la pénitence, la petitesse, l’humilité…
      Je connais tout de même une personne qui s’est convertie de la FSSPX pour revenir dans l’Église (conciliaire si vous voulez), et c’est un modèle de douceur, d’humilité, de charité maintenant, et surtout, il sait se taire. Il m’aurait dit à maintes reprises « oh non, ça ne sert à rien de rentrer dans le débat tu n’en tireras rien de bon » et j’aurais dû l’écouter. Et des amis vraiment catholiques, j’en connais un paquet. Je vous assure qu’elles sont nombreuses les petites âmes, mais elles se taisent, elles se cachent, « où trouver le pauvre de Coeur ? Il faut le chercher bien loin » comme dit l’Imitation…
      Et le problème est que trop souvent on parle en théorie sur Dieu, de doctrines, de toute ces choses, et on ne vit pas notre relation à Lui… Pourtant, si je n’ai pas l’amour, je ne suis RIEN…

      Et vous avez raison, mes messages sont remplis de vrais et de faux, ne gardez que les citations de saints et relisez les ! Ainsi je vous invite à nouveau, à relire ce qui pour moi est l’argument principal, et qui ne doit cesser de vous poser des questions, la lettre du Padre Pio. Alors oui, ma source était mal choisie, pardon, mais achetez vous ses lettres complètes si vous voulez et voyez qu’il a vraiment écrit cela. Demandez-vous comment cela se pourrait-il si « l’Esprit de Vatican II » était vraiment inique… impossible alors qu’un tel homme de Dieu eut écrit des tels propos… la preuve, tout le monde dans les commentaires essayait de trouver une raison au fait que ce soit impossible qu’il ait écrit ça ! Pourtant c’est le cas !

      Et malgré tout ce que vous dites sur le protestantisme, pardonnez-moi de vous redire que vous faites pareil, vous croyez avoir la vérité et rien ne peut vous ébranler. Tous, vous êtes convaincus pour de bonnes raisons (vous, c’est le mystère d’iniquité), que cette fois l’Eglise est hérétique après 1500, 1600, 1900 ans d’enseignement cohérent… j’ai rencontré des protestants, des FSSPX, tous vous tenez exactement le même discours sur la forme, critiquant le pape, etc, n’y a t il pas un problème ? De part le monde tout le monde pense avoir raison, même au sein de la FSSPX j’ai vu qu’il y avait eu des divisions il me semble, et puis c’est sans compter les sedevacantistes, les sites comme Vatican Catholique (avec qui j’ai aussi essayé de discuter) qui eux vont encore plus loin que vous et disent que vous mêmes vous êtes hérétiques. Vous n’êtes pas différents des autres ! Et pourtant vous êtes convaincus de l’être et que les autres sont hérétiques. Comme eux. Qui peut avoir raison alors ? Réponse : personne. Par nous-mêmes nous ne pouvons que nous tromper. Il faut donc remettre la vérité dans les mains de ceux qui savent mieux que nous. Et obéir. Point ! Je sais que mon message ne vous fera pas beaucoup d’effet et que vous penserez toujours avoir raison après mais soyez sûrs que vous n’êtes pas le premier ni le dernier comme cela… Je vous assure que c’est l’orgueil qui fait naître ces sentiments de connaître la vérité que l’on trouve de part le monde…
      Peut être est-ce de l’orgueil de ma part que de vouloir vous ramener à l’Eglise ? Sûrement. C’est pour ça que j’avais l’intuition qu’il valait mieux me taire, comme les plus sages le font, et prier pour vous…
      Je vous ajoute donc à mes prières. Et je me tais.

      • dalencourt

        Zimidar, je vous remercie de votre franchise.
        Il est nécessaire de clarifier plusieurs points car il faut faire attention en séparant les sujets et non en les amalgamant.
        Je pense que c’est très important pour la gouverne de ceux qui nous lisent.

        1) Je suis le premier à dire que les sacrements de Vatican II sont valides et qu’il vaut mieux aller à une nouvelle messe que de ne pas aller à la messe du tout. L’important, avant tout, étant de ne pas se séparer des sacrements.
        2) Après 30 ans de formation traditionnelle et de fréquentation des églises tradis, j’ai été amené à fréquenter aussi les messes modernes, et à alterner entre les deux. J’ai mis mes enfants dans un grand collège privé sous contrat dépendant du diocèse de Versailles (donc conciliaire) et durant 3 ans j’ai fait partie de l’équipe pastorale qui faisait le catéchisme aux jeunes. Mais j’ai l’avantage, sur d’autres, de bien connaître ma religion et d’avoir eu une solide formation. J’ai une autre qualité : j’écoute beaucoup, j’observe beaucoup et je suis souvent assez réservé – donc j’entends ce qui se dit et je vois ce qui se fait, sans que l’on me remarque.
        3) Je peux donc confirmer, et je l’écrit régulièrement, qu’il y a encore, fort heureusement, dans l’église conciliaire, des gens qui ont la foi. J’en ai rencontré et il est vrai que c’est d’un grand réconfort. Il y a aussi des personnes charitables, humbles, chastes, pieuses… dont acte.
        4) Mais j’ai pu mesurer aussi l’immense danger généré par la mentalité et l’enseignement de Vatican II, qui se forme et se développe insidieusement dans les esprits, et déforme la saine doctrine. J’ai pu constater que le poison était à l’oeuvre. Ils peuvent être charitables, serviables, sympathiques mais eux-mêmes le disent : il ne faut pas convertir mais dialoguer ; ils mettent les religions sur le même plan et sont incapables de défendre la notion essentielle de « hors de l’Eglise point de salut » ; ils s’investissent dans des oeuvres de charité mais ne s’attachent qu’à de l’aide matérielle, jamais ou presque jamais spirituelle ; les messes deviennent des célébrations animées, avec de plus en plus d’ambiance rock nroll sous l’effet des JMJ… Les païens aussi sont charitables, eux aussi font le même type d’aide, eux aussi peuvent être chastes et humbles.
        5) Ceci a généré une nouvelle génération de personnes dont l’esprit a été faussé ; alors oui le Seigneur dans sa grande bonté leur a laissé l’essentiel (la foi) et leur permet d’exercer une charité sincère (quoique souvent, hélas, mal orientée) pour sauver leurs âmes, mais la transmission de l’ESSENTIEL ne se fait plus. La recherche de la conversion et l’enseignement du salut ne se font plus ; l’identification claire des péchés et la volonté de les combattre ne se fait plus ; ils ont adopté les concepts de l’ennemi (république laïque, droits de l’homme…) et les font cohabiter avec la religion sans se rendre compte que ceux-ci la remplacent petit à petit ; ils n’ont plus le discernement et donnent dans le « saint » Jean-Paul II ; ils se sont habitués à la nouvelle messe et ne voient plus tous ses aspects sacrilèges ; il se sont habitués à la désacralisation progressive de la liturgie et des sacrements ; ils seront incapables de mettre en place le règne du Sacré-Coeur parce qu’ils ne voient pas l’utilité de placer le Seigneur dans nos institutions, nos entreprises, notre culture, nos tribunaux,sur nos drapeaux.
        Je le sais car je les vois, les entend, les lit, les observe.
        Vous dites que vos amis se taisent… alors qu’ils devraient parler et surtout RESISTER à l’esprit du concile et du monde et à tout ce qui est mauvais. Vous dites qu’il y a encore des religieux ayant la foi, mais COMBIEN ? On sait tous que les vocations religieuses ont chuté et que ce nombre est considérablement réduit.
        6) D’un autre côté, je vois que les traditionalistes n’ont pas été atteints, ou dans une bien moindre mesure, par cet esprit. C’est une guerre contre l’esprit. Alors le seul moyen pour eux de résister est de se recroqueviller sur eux-mêmes, de s’enfermer loin de Babylone et de rester entre eux, ce qui donne de l’extérieur une impression de fermeture, d’isolement, d’enfermement dans une certitude, de rejet des autres, d’orgueil parce qu’on détient la vérité.
        C’était la seule solution pour rester fermes dans leur foi. Bien sûr que nos certitudes contrastent avec le conformisme et le relativisme de la société civile, acquis aussi par les catholiques conciliaires. Bien sûr que cela ressemble au discours des protestants, qui ont bien été obligés de justifier leur démarcation de l’Eglise catholique en se radicalisant dans leurs hérésies. Mais nous ne sommes pas dans le même cas de figure ; les divisions dans la tradition et le discours à la fois rigoriste et dogmatique viennent de l’immense douleur de constater les dérives de la Rome conciliaire, de vouloir lui rester fidèle en tant qu’institution, mais de ne pouvoir adhérer à sa nouvelle doctrine sans y perdre son âme.
        Je le sais, je vois bien les tradis qui passent à l’ennemi, je vous bien les ravages que cela fait dans les coeurs, puis je vois le poison moderniste qui s’insinue peu à peu. Ceux-là seront peut-être sauvés parce qu’ils ont encore la foi malgré leur défection, mais leur esprit, leur mentalité, leur vision des dogmes change petit à petit, et ça c’est irrémédiable, et on ne pourra pas rebâtir une église à partir de cet esprit-là.
        Donc nous ne disons pas que nous avons raison pour le plaisir, nous avons suffisamment de connaissances pour savoir que ce que nous défendons est la foi de nos pères, et qu’en sortir est très dangereux. C’est pourquoi j’explique à longueur d’articles qu’il est préférable de rester ou d’aller dans la Tradition, parce que la quasi totalité des personnes n’a la capacité de résister au rouleau compresseur de l’Eglise conciliaire.
        C’est le CONTRASTE entre les deux doctrines qui vous fait croire qu’il s’agit de deux opinions différentes : pas du tout. Les preuves existent abondamment sur la façon dont la franc-maçonnerie avait prévu d’infiltrer l’Eglise, les points sur lesquels il fallait agir… tout a été écrit, découvert, c’est bluffant quand vous lisez ces programmes rédigés il y a cent ans et leur application exacte dans les faits.
        Nous n’y pouvons rien s’il y a une vraie doctrine et une fausse doctrine ; on peut le prouver avec Vatican II comme on peut le prouver avec les protestants car il y a des précédents, il y a des textes, des paroles, des décisions, qui permettent de comparer.
        Vous avez l’air satisfait que des gens baissent les bras et rentrent dans le rang, se réfugient dans la foi et les oeuvres de charité. C’est oublier l’essentiel : ils transmettront une foi faussée, un enseignement modifié parce qu’ils auront cessé de résister à ce qui fait l’essentiel de la stratégie de l’ennemi : attaquer l’esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s