Le plan de Satan (part. 2)

tour-de-babel

Cet article fait suite à celui sur Satan démasqué du 1er juillet 2016.
Etudier l’avancement du plan satanique n’est pas un exercice agréable, mais il est nécessaire pour estimer où nous nous plaçons dans le calendrier de la fin des temps car plus le diable avance, plus il s’approche de sa fin et nous de la délivrance.

Précisons aussi que le diable produit des prophéties au même titre que le Ciel et parfois même en se faisant passer pour le Ciel. C’est à l’eschatologue, s’appuyant sur ses compétences, son expérience et sa foi, de savoir faire le tri y compris au milieux des prophéties de l’ennemi, car certaines peuvent s’avérer utiles.
Mais comme toute prophétie utilise des figures, des représentations imagées ou des allégories, le second travail de l’eschatologue sera d’apprendre à les interpréter convenablement, c’est à dire en extirper le sens intrinsèque, qui est rarement le sens littéral.
Enfin, il faut admettre qu’une prophétie ne se reconnaît vraiment qu’une fois accomplie ; à charge pour l’eschatologue de faire le lien entre la figure allégorique du texte et la réalité plus prosaïque des événements. Nous touchons ici l’aspect le plus complexe de l’interprétation.

A la lumière de mes dernières recherches, je vais donc revisiter certaines prophéties de l’ennemi et nous allons voir que ce dernier est d’une parfaite cohérence dans l’accomplissement de son plan ; encore faut-il l’observer avec les bons outils et les bonnes connaissances.

Commençons par réexpliquer qui est l’Antéchrist, en reprenant pour l’essentiel l’argumentation de mon article Bienvenue dans la religion mondiale du 26 novembre 2015.

 

L’Antéchrist : l’homme qui s’est fait dieu

Une des grandes subtilités du diable va être de pousser l’homme à s’adorer, ou plus exactement à se considérer l’égal de Dieu.
Je m’explique : que l’homme ait l’ambition d’être l’égal de Dieu n’est pas une chose nouvelle ; déjà Rome divinisait ses empereurs. Et le serpent de la Genèse n’a-t-il pas soufflé à Eve « Vous serez comme des dieux » ? Mais cette fois-ci, et on reconnaît bien ici la spécificité de la période de l’Antéchrist, Satan va donner à l’homme le pouvoir de commander à la matière, chose qu’il n’avait jamais pu faire auparavant.

Nous savons que la période globale de l’Antéchrist commence en 1864. Nous savons aussi que les derniers 100 ans (la période de pouvoir total donné à Satan) débutent en 1914 ou 1917. Or à partir de cette période, l’homme va accéder à une technologie qui lui permettra des progrès matériels inouïs : aviation, automobile, ferroviaire, spatial, énergie électrique, chimie, progrès médicaux (vaccins..), biologie, informatique… tout ceci n’existe que depuis une petite centaine d’années, et encore… l’accélération commence véritablement à partir de 1945.

Il faut être bien conscient que toutes ces découvertes technologiques ne sont pas naturelles et que l’homme n’était pas prêt, physiquement ni spirituellement, à affronter un tel bouleversement.

Pour la première fois, l’homme s’approprie le 666 c’est-à-dire qu’il se divinise réellement. D’où la révélation de l’Apocalypse : le chiffre de la bête (donc de l’Antéchrist) c’est l’homme divinisé : le 6, chiffre de l’homme (créé le 6ème jour) multiplié par la Trinité.
Voilà l’Antéchrist : l’homme-dieu.
Un mot au singulier pour désigner une collectivité, un état d’esprit, un type d’homme parvenu à la maîtrise technique absolue.
Le Ciel a déjà utilisé une technique similaire avec Jacob, le père des 12 tribus d’Israël : c’est Dieu lui-même qui change le nom de Jacob en Israël. Mais ce nom désignera ensuite, par extension, l’ensemble du peuple élu. Ce qui veut dire qu’un même nom peut à la fois désigner une personne en particulier comme tout un peuple.

Alors en un siècle, l’homme va montrer qu’il est parvenu à une puissance d’ordre divine.
Tout ce qui existe à l’état naturel sur la terre a été créé par Dieu, donc les lois naturelles qui en découlent sont des lois divines, réputées parfaites.
Si par l’observation scientifique ou philosophique l’homme n’en comprend pas le fonctionnement ou les finalités, elles n’en restent pas moins divines. S’il se permet de les modifier, il insulte son divin créateur puisqu’il va considérer que la loi naturelle comporte des imperfections. Cette révolte de l’homme contre Dieu est le signe d’un orgueil insensé qui refuse obéissance et confiance à son Créateur.

Poussés par le diable, enivré par leurs nouvelles capacités techniques, certains hommes vont avoir l’outrecuidance de modifier les données de la terre pour en faire LEUR terre.
Ils ont :
Changé la durée (des milliards d’années alors qu’elle a 6000 ans)
Changé l’origine (le big bang pour remplacer Dieu)
Changé l’origine humaine (invention de la théorie de l’évolution et de la préhistoire)
Changé les données génétiques des plantes et des animaux pour les adapter à leur progrès et à leur vision de la nature
Changé les techniques d’élevage et de culture
Aujourd’hui ils font croire qu’ils ont changé le climat
Mais surtout ils ont acquis une extraordinaire puissance : la modification de l’ADN humain.
Les projets à ce sujets, connus sous le nom de transhumanisme, prouvent que l’homme est parvenu au sommet de son pouvoir puisqu’il a la capacité de modifier la création divine dans son essence même, et de faire en sorte qu’elle soit transmissible.

Mais cette société nouvelle ne se bâtit pas uniquement sur des bases scientifiques et techniques : elle se bâtit également intellectuellement et moralement.
L’ennemi ne s’est pas contenté de construire une société basée sur le matérialisme athée, sur l’exacerbation du confort matériel et sur l’exaltation des plaisirs de la chair ; il ne s’est pas contenté de modifier les données physiques des plantes, des animaux et même des hommes ; non, l’ennemi s’est attaqué aussi à notre ADN intellectuel, moral et spirituel.
Il s’est attaché à modifier les mentalités, les têtes, les cœurs de telle sorte que les esprits aujourd’hui sont complètement retournés. Ce qui relève du simple bon sens ou de l’observation de la loi naturelle est considéré comme des stéréotypes qu’il convient de changer, quand ce n’est pas du racisme. On pourrait en sourire si ce n’était une directive de l’Education Nationale, enseignée à tous les enfants, tel un rouleau compresseur qui n’épargne personne, y compris dans l’enseignement libre.
Il faut bien comprendre que depuis au moins cinquante ans maintenant, il y a un véritable endoctrinement orchestré par les institutions étatiques, l’école, les médias, les entreprises, et bien entendu les omniprésents contenus audiovisuels, tous chargés d’inculquer une nouvelle mentalité aux populations, à laquelle personne n’échappe. Ce lavage de cerveau réalisé à l’échelle planétaire (!) est un remarquable travail de constance et d’opiniâtreté dans le vice et la perversion.
D’autant plus remarquable que les victimes, c’est à dire les populations, deviennent elles-mêmes les promotrices actives de ce poison intellectuel, arc-boutées sur leur droit au pain et aux jeux, copiant-collant et enseignant à leurs enfants cette façon  délétère de vivre et de penser.

Voilà la vengeance du démon : grâce à cette bête multiple aux 7 têtes et 10 cornes, la bête de la mer, communément appelée l’Antéchrist, il a renvoyé les sociétés chrétiennes à leur état initial de sociétés païennes. C’est ce que le livre de l’Apocalypse appelle Babylone.
Babylone c’est la paganisation de sociétés initialement chrétiennes, ou christianisées, à l’échelle du monde.
Il est donc inutile d’attendre l’Antéchrist, il est déjà là.

 

La bête de la terre : la franc-maçonnerie ecclésiastique et son chef, le pape

Quand nous étions forts face au démon, nous avions réalisé l’alliance du trône et de l’autel ; il convenait alors de protéger physiquement et matériellement les hommes d’Eglise et la liberté de culte face aux attaques violentes du diable, par barbares ou hérétiques interposés.

La stratégie du démon à ce sujet ne tient pas uniquement de la vengeance mais de la nécessité.
Il a fini par comprendre que les martyrs, loin de réduire les populations croyantes, étaient au contraire semences de chrétiens. Plus il en tue, plus il y en a.
Donc si le diable veut progresser et reconstruire la cité du mal qu’il a perdue (le mot cité désignant ici les nations au sens large), il doit d’abord casser l’alliance du trône et de l’autel, pour les affaiblir puis les neutraliser.
Le trône ce sont les sociétés civiles chrétiennes ; on a vu qu’elles étaient toutes passées progressivement sous la coupe du démon en moins de deux siècles.
L’autel, c’est l’Eglise catholique, seule entité religieuse vraiment dangereuse (toutes les autres travaillant déjà pour lui directement ou indirectement).

Pour que l’homme pèche par le désir de devenir semblable à Dieu, il faut d’abord que le principal obstacle ait été écarté, selon la prophétie de saint Paul :
« Vous savez bien ce qui empêche la venue de l’homme d’iniquité. Déjà en effet le mystère d’iniquité est en action. Que seulement disparaisse celui qui fait obstacle présentement et alors se manifestera l’inique » (II Thess. 2, 6-8).

La plupart des exégètes et théologiens considèrent que l’Eglise catholique et le pape constituent l’obstacle en question.
Nous savons maintenant que le concile Vatican II a eu pour fonction de faire sauter l’obstacle spirituel, permettant à la bête de la mer de s’introduire et de passer en phase active.

En effet, la bête de la terre, qui a des cornes semblables à celles de l’Agneau mais qui parle comme le dragon, fait en sorte que la terre et tous ceux qui l’habitent adorent la première bête, à savoir l’Antéchrist, donc notre être humain divinisé.

Or que dit le pape Paul VI lors du discours de clôture du concile le 7 décembre 1965 ? :
« La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui s’est fait Dieu. (…)
Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, et sachez reconnaître notre nouvel humanisme : nous aussi, plus que quiconque, avons le culte de l’homme
. »

C’est clair : depuis Vatican II l’Eglise catholique a adopté le culte de l’homme. C’est pourquoi les officiants à la messe se tournent vers le peuple et non plus vers Dieu dans le tabernacle.
Pourtant n’importe quel homme un peu cultivé sait ce que veut dire le mot tabernacle : c’était l’endroit où se trouvait Dieu dans le temple de Jérusalem. Quelle est la religion qui peut affirmer cette folie que l’homme est plus important que Dieu si ce n’est cette fameuse religion de la bête ?

Les deux bêtes œuvrent ensemble actuellement sous nos yeux en réalisant avec une exactitude stupéfiante tout ce qui est inscrit dans le chapitre XIII de l’Apocalypse, et quasiment personne ne le voit. Pourquoi ? Parce que c’est le sens mystique et allégorique du texte qui prime, et ce sens les hommes l’ont quasiment totalement perdu à cause de cette nouvelle mentalité matérialiste et a-spirituelle dont nous parlions tout à l’heure.

L’ouvrage l’Eglise éclipsée (1999) ajoute :
« L’humanisme laïc et profane est incomplet parce qu’il se limite à éliminer Dieu, tandis que le nouvel humanisme est transcendant. Plutôt que de le nier, il substitue l’homme à Dieu et engendre par conséquent le culte de l’homme, véritable religion au dire de Paul VI lui-même.
(…)
Il résulte donc que cette religion de l’humanité, néo-moderniste, syncrétiste, universelle, conciliaire etc, qui est inspirée par l’Adversaire lui-même, n’est qu’une étape vers la religion luciférienne. »

 

Les prophéties d’Albert Pike et de la Salette sont claires maintenant

Grâce à ces explications, nous allons pouvoir mieux suivre et comprendre les prophéties d’Albert Pike, premier souverain pontife de la franc-maçonnerie universelle et créateur du palladisme, et les explications qu’en donnait à l’époque Diana Vaughan, une de ses grandes prêtresses (qui se convertira par la suite et eut le temps d’écrire quelques ouvrages de dénonciation avant d’être assassinée).

De son côté, le secret de la Salette remis à Mélanie Calvat par la Vierge Marie en 1846 comporte de nombreux détails instructifs sur la période qui nous intéresse.

 

Sur l’Antéchrist

Le livre Apadno (Pike) révèle :
« 29 septembre 1896 naissance de l’aïeule de l’Antéchrist ;
29 septembre 1929, naissance de la mère ;
29 septembre 1962 naissance de l’Antéchrist
29 septembre 1995,l’Antéchrist se révèle au monde. »
Le livre Apadno compte toujours en 33 ans. Le 29 septembre est la fête de saint Michel, le principal adversaire de Lucifer, c’est une date qui n’est pas informative mais symbolique.
– En 1896 paraît « l’Etat juif » de Theodor Herzl, qui sera le coup d’envoi du sionisme politique ;
– En 1929 les accords de Latran scellent le sort de l’Eglise catholique en un nouvel état indépendant, prélude à sa transformation en Grande Prostituée lorsqu’il s’acoquinera avec tous les états païens de la planète.
– 1962 c’est l’ouverture du concile Vatican II : s’ouvre alors la 6ème trompette et l’Antéchrist naît ; le système de l’homme divinisé que nous venons de décrire était embryonnaire, il va pouvoir se développer.

La Sainte Vierge à la Salette explique de son côté :
« Ce sera pendant ce temps [de fausse paix] que naîtra l’Antéchrist, d’une religieuse hébraïque, d’une fausse vierge qui aura communication avec le vieux serpent, le maître de l’impureté ; son père sera Ev. ; en naissant il vomira des blasphèmes, il aura des dents ; en un mot ce sera le diable incarné. »
Il est évident qu’une telle description ne désigne pas un être humain mais un système : un bébé ne parle pas à sa naissance. Par contre, l’alliance de la synagogue de Satan (la religieuse hébraïque), c’est à dire les sociétés secrètes qui pratiquent toutes la kabbale juive et se font passer pour des bienfaitrices de l’humanité (les fausses vierges) avec la franc-maçonnerie ecclésiastique à son plus haut niveau (le fameux « Ev. » qui désigne de toute évidence l’évêque de Rome) a effectivement produit le concile Vatican II, dont les fruits furent particulièrement mauvais et agressifs (les dents du bébé) envers les dogmes, la doctrine et les principes de la religion.
N’oublions pas aussi que l’Eglise a la responsabilité spirituelle et morale du monde entier, sur instruction de Dieu lui-même. Si l’Eglise flanche, l’Antéchrist peut sévir dans la société civile et y faire des ravages ; la Sainte Vierge insiste sur son association avec le péché d’impureté. Or le féminisme puis la révolution des mœurs de mai 68 qui part de France mais essaimera dans le monde entier sont des caractéristiques flagrantes d’un relâchement de l’ordre moral et de désordres considérables liés à l’exacerbation des plaisirs de la chair, donc l’impureté.

 

Sur la révélation de l’Antéchrist

Le livre Apadno, raisonnant par paliers de 33 ans, Diana Vaughan pense que l’Antéchrist se révèlera en 1995. Elle s’est trompée.
C’est là que le recul permet aux eschatologues de réajuster l’interprétation.
Il y aura en réalité 51 ans d’écart entre la naissance et la révélation au monde de l’Antéchrist.
Mais en quoi consiste cette révélation ?
– Que tout simplement nous comprendrons à ce moment-là la véritable nature de l’Antéchrist. On ne pouvait pas le deviner ni le comprendre avant.
On peut appeler cela son passage de la vie cachée à la vie publique.

Albert Pike et le livre Apadno nous en donnent la clé :
« Jérusalem tressaillira de joie, car celui de ses fils qui pour commander aux adorateurs d’Adonaï avait fermé les yeux à la lumière, recouvrera la vue, déposera le triple diadème maudit et mettra son honneur à travailler à l’œuvre du rempart de Dieu, du Dieu le meilleur et le plus grand. »
Explication : Jérusalem, dans le langage biblique, c’est l’Eglise. Adonaï c’est le nom que donnent les palladistes au Bon Dieu, et celui qu’ils appellent Dieu c’est Lucifer et la lumière c’est la sienne.
Toute la difficulté avec l’adversaire, c’est qu’il garde les mêmes termes, mais en leur donnant un sens inversé. On retrouve donc les mots de catholique, lumière, miséricorde, Dieu etc… mais ils n’ont pas le même sens dans leur bouche que dans la nôtre. C’est très subtil et très déstabilisant car ils usent des mêmes descriptions.
Diana Vaughan explique qu’il s’agit « du dernier pape des catholiques » et que « Par le rempart de Dieu, on désigne le frère [maçon] qui occupera le souverain pontificat luciférien, au temps de la mission publique de l’Antéchrist ».
Je rappelle que ces documents datent de 1894 !
Donc, que veut dire ce jargon une fois remis à l’endroit et décrypté ?
Que le pape régnant (Benoît XVI) déposera la tiare (démissionnera) et mettra son honneur à travailler avec l’occupant du siège de Pierre, qu’ils appellent le rempart de Dieu (Lucifer) mais ne qualifient pas de pape (mais plutôt de pontife luciférien), au temps de la mission publique de l’Antéchrist, c’est à dire quand celui-ci aura été dévoilé, ou plus exactement quand on aura compris de quoi et de qui il s’agissait.

Nous sommes donc en 2013, cela ne fait pas l’ombre d’un doute.
Que Benoît XVI soit récalcitrant et même peu coopératif, peu importe : la prophétie telle qu’elle est inscrite et rédigée s’est précisément accomplie. Et ce n’est qu’après l’élection de Bergogio qu’on a pu faire le lien avec la prophétie des papes d’une part, et le faux prophète de l’Apocalypse (bête de la terre) d’autre part. Présomptions très vite confirmées par le comportement du pape lui-même.

D’où la fameuse phrase de la Salette :
« Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist »
Sans commentaire : pas besoin d’attendre encore l’Antéchrist.

 

Sur le calendrier de l’Antéchrist

Le livre Apadno continue :
« Mais il y aura encore des millions d’aveugles, le rameau d’olivier se chargera en épée, et la lutte terrestre durera un an, jusqu’au quatrième coup de canon, qui sera tiré dans l’île de la vengeance. »

Là c’est intéressant car nous apprenons qu’il leur faudra encore un an avant de se déclarer vainqueurs.
Diana Vaughan explique :
– « Le quatrième coup de canon, c’est l’abolition définitive du pouvoir spirituel de la papauté chrétienne » ;
– « L’île de la vengeance, c’est l’île de Malte« . Pourquoi Malte ? Parce que les palladistes estiment que les chevaliers de l’ordre de Malte, rivaux des Templiers, ont obtenu après leur disgrâce la plus grande partie de leurs richesses.

Ceux qui me lisent depuis quelque temps savent que j’ai toujours accordé beaucoup d’importance aux canonisations sacrilèges du 27 avril 2014, car on a déclaré saints ce jour-là deux des plus grands destructeurs de l’Eglise (Jean XXIII et Jean-Paul II), et à travers eux on a donné une caution quasi infaillible au concile dont le premier fut l’initiateur et le second le transformateur en religion de l’homme, la fameuse religion de l’Antéchrist.
Il est certain que pour déclarer saints ces deux hommes, l’Eglise catholique ne bénéficie plus de l’assistance de l’Esprit-Saint et même, a perdu son pouvoir spirituel.
De plus, j’avais à cette époque effectué le rapprochement du vénérable Holzhauser : entre le 28 octobre 1858, date de l’élection de Jean XXIII au souverain pontificat et le 27 avril 2014 date de sa canonisation, il y a très exactement, au jour près, 666 mois soit 55,5 ans.

Il faut se rendre à l’évidence : le livre Apadno ne se trompe pas, Diana Vaughan non plus, la Vierge de la Salette non plus : au 27 avril 2014 le quatrième coup de canon a bien été tiré et cela correspond bien à un an de lutte après l’entrée de l’Antéchrist dans sa phase publique.
Le diable imitant toujours le Christ, son Antéchrist-système a connu d’abord une vie cachée (mais bien réelle) de 51 ans, puis a entamé une vie publique commençant par un premier palier d’un an, qui nous mène donc au 27 avril 2014. D’où les 666 mois : c’est seulement à ce moment-là que sa vie publique est validée. Quand le quatrième coup de canon est tiré.

Et Malte dans cette affaire ?
J’écris ces lignes aujourd’hui parce que j’ai découvert l’explication récemment, après avoir cherché pendant bien longtemps.

 

L’Antéchrist est le maître de l’impureté et le mariage gay en est le summum

Il faut avoir une vision globale : l’Antéchrist est un système multiple, nous l’avons vu. Comme Jacob-Israël, il peut à la fois être personnifié par un homme (le rempart de Lucifer, Bergoglio) et désigner autant de peuples, de races et de tribus que compte le monde.
Nous devons donc observer parallèlement ce qui se passe dans la société civile.

Revenons à la Salette : Notre Dame insiste sur le lien entre l’impureté et l’Antéchrist : « il aura communication avec le vieux serpent, le maître de l’impureté » ; puis : « il poussera des cris effrayants, il fera des prodiges, il ne se nourrira que d’impuretés« .

Je crois que beaucoup de nos contemporains ne savent plus lire correctement les prophéties : se nourrir que d’impuretés et pourtant bien une caractéristique de notre temps et plus particulièrement depuis 2013.
Et réussir le tour de force de faire penser aux populations que marier de gens du même sexe est dans la normalité, n’est-ce pas un prodige ?

Nous nous focalisons sur l’élection du pape François en oubliant la caractéristique essentielle de la bête donnée à la Salette : l’impureté. Or parallèlement à cette élection, la même année, la France a adopté la loi sur le mariage homosexuel : définitivement votée le 23 avril 2013, celle loi fut promulguée le 17 mai 2013.
Voici notre premier palier pour le coup de canon.

Car à Malte, le 14 avril 2014, la chambre des députés approuve à l’unanimité un projet de loi modifiant la Constitution de Malte, y ajoutant la protection contre les discriminations sur la base de l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Promulguée le 17 avril 2014 par le Président de Malte, elle fait de Malte le pays qui a la Constitution la plus progressiste au monde concernant les droits LGBT.
Oui vous avez bien lu : un an après, le même jour (un 17 du mois) le quatrième coup de canon était bien tiré à Malte. Non pas par la bête de la terre, celle du Vatican, mais par la bête de la mer, l’Antéchrist, celle qui se nourrit d’impuretés. Parce que derrière le terme papauté utilisé par Diana Vaughan se profile l’ensemble du monde chrétien.

Le mariage homosexuel est le summum de l’immoralité, du vice et de la perversion.
Il s’agit bien d’un franchissement de la ligne rouge, tellement de telles lois sont dévastatrices pour les esprits. Nos générations perdent tous leurs repères et tout sens moral à un niveau encore jamais atteint.
De plus, on ne peut constater que ceci a été un appel d’air depuis 3 ans pour une immoralité désormais omniprésente dans les publicités, les séries, les films, les clips vidéo, les livres, bandes dessinées et bien entendu l’opinion médiatique majoritaire, qui matraquent les populations sur la normalité d’un vice devenu vertu. Une fois de plus la France a donné l’exemple et depuis un très grand nombre de pays nous ont imités dans leurs législations.
On est même dans un système de dictature de la pensée puisque la dénonciation de cet état de fait et la défense des valeurs morales peuvent relever du délit d’homophobie, ce qui veut dire que l’Etat interdit qu’on s’y oppose.

Dans le journal 20 minutes du 24 novembre dernier, j’avais relevé ces propos d’une psychanalyste interviewée au sujet de la campagne d’affichage montrant des couples homosexuels sous prétexte de prévention du sida, que certains maires voulaient interdire. Cette dame exprime le mode de pensée dominant de nos dirigeants :
 » A partir du moment où la loi met sur un pied d’égalité tous les individus quelle que soit leur orientation sexuelle, autorise le mariage pour tous, c’est à tous à se soumettre à ce cadre légal. Malgré ce que peuvent penser certains élus ou parents, personne ne peut s’opposer à ce qui est légalement autorisé et reconnu. »
Vous avez bien lu : nous devons nous soumettre !! Et personne ne peut s’y opposer !
Et sachez que ce discours est tenu à vos enfants dans les écoles, dans les universités, dans les médias dans les tribunaux, les administrations… je crois qu’on sous-estime les dégâts occasionnés dans les jeunes esprits par ces criminels.
Cette dictature de la pensée s’explique par la volonté d’un changement de paradigme sans retour en arrière possible.

Voilà comment on construit des générations entières de damnés : « Sachez-le bien : aucun homme qui se livre à la débauche, à l’impureté ou à la convoitise n’aura sa part d’héritage dans le Royaume du Christ, car il est esclave des idoles. Ne vous laissez pas entrainer par de beaux parleurs : ces vices attirent la colère de Dieu sur ceux qui lui sont infidèles. » (Ephésiens 5, 5-6)

Ces événements sont la preuve que la bête est bien à l’œuvre en ce moment même, qu’elle est au pouvoir, et qu’elle correspond aux prophéties tant du Ciel que de l’ennemi.
Le diable pousse l’humanité dans le péché de Sodome car il sait où cela l’entraînera et comment le Ciel la châtiera : par le feu du ciel. En pervertissant jusqu’à la moelle les populations, à un âge de plus en plus jeune, Satan accumule les nuages sur nos têtes, et il le sait.

 

Et que fait le Vatican pendant ce temps-là ?

 1) Silence radio. Protestations du bout des lèvres, inaudibles.
Pire : des prises de position semblant favorables à l’homosexualité, du « Qui suis-je pour juger » à la réception au Vatican de plusieurs personnalités pro-LGBT ou pro-avortement.

2) Convocation d’un synode sur la famille.
Justement ça tombait bien. Seulement quand la bête est à la tête du synode, elle s’arrange pour que le résultat soit en phase avec l’impureté ambiante. Non seulement le péché de la chair n’est plus dénoncé (qui ne dit mot consent), mais on a tous bien compris que les nouvelles situations générées par le désordre absolu de cette impureté à un niveau maximum devaient être acceptées et comprises par le clergé. On retrouve ici la dialectique typique de la bête qui consiste à ne pas autoriser formellement le péché mais à le reconnaître et l’accepter dans les faits. Voilà le genre d’instructions données : « Cela requiert, surtout de la part du prêtre, un discernement spirituel attentif, profond et clairvoyant, de sorte que nul ne soit exclu, quelle que soit la situation dans laquelle il vit, et qu’il puisse se sentir accueilli concrètement par Dieu, participer activement à la vie de la communauté, être inséré dans ce Peuple de Dieu… » (Misericordia & Misera, 20 novembre 2016, point 14).
James Bond a le permis de tuer (licence to kill) ; avec le pape nous avons le permis de pécher (licence to hell)… car il n’y a pas de contrepartie à ces instructions qui demandent d’intégrer tout le monde : que nul ne soit exclu, quelle que soit sa situation, les termes sont clairs : donc couples en union libre, familles recomposées, divorcés remariés, homosexuels, l’Eglise a pour instruction de vous accueillir tous sans vous demander de renoncer à votre péché !
Et on ne parle même plus de contraception…

3) Il absout tous les péchés : la miséricorde pour tous !
Le jubilé de la miséricorde fut un très bel instrument de ces suppôts de Satan pour maintenir les gens dans le vice et le péché. Il suffisait de leur dire que Dieu absout tous leurs péchés. On peut y aller, de toute façon Dieu pardonne. Quel Dieu ?Il est certain que Lucifer vous donnera la licence pour pécher et vous pardonnera à chaque fois sans aucun problème : c’est normal, vous êtes acquis à sa cité.
Quel est le message sous-jacent de cette prétendue miséricorde ? Que non seulement on ne reproche plus aux hommes de pécher, mais on rend licite le péché, y compris les plus graves comme l’avortement, en faisant croire que Dieu pardonne tout, ce qui est vrai, mais sans rappeler la pénitence nécessaire qui doit suivre, et surtout le « Va et ne pèche plus » de Jésus qui résume parfaitement la doctrine en la matière. Qui dit péché dit contrition, pénitence, expiation, réparation et volonté de s’éloigner du péché.
On perd aussi la notion de gravité du péché ; en donnant à tous les prêtres la faculté d’absoudre le péché d’avortement, ce qui est un des plus graves péchés, un crime abject, se confessera désormais au même titre qu’une cuite ou qu’un geste d’impatience.

On voit donc bien dans quel camp joue le Vatican, on voit bien que la bête de la terre est au service de la bête de la mer et que bien loin de réprimer et condamner les immondices impures de l’Antéchrist, elle s’arrange pour les minimiser, les absoudre et même les considérer comme faisant partie de la nouvelle vie en société. Qui peut agir ainsi si ce n’est la bête ?

 

L’avortement, l’autre crime abject

Notre-Dame, à la Salette, précise que l’Antéchrist « aura des frères qui, quoiqu’ils ne soient pas comme lui des démons incarnés, seront des enfants du mal ; à 12 ans ils se feront remarquer par les vaillantes victoires qu’ils remporteront. »
Bien sûr tous ne sont pas des démons incarnés, mais il est certain là encore que cette phrase ne désigne pas une bande gosses en train de dévaliser les favellas de Rio.
L’Antéchrist est un système inique, dont les chefs sont des occultistes de haut niveau et des adorateurs du Baphomet, c’est pourquoi la Sainte Vierge les traite de démons incarnés. On peut appeler ce groupe le grand Sanhédrin de la synagogue de Satan.
Gravitent autour de lui des millions d’hommes, plus ou moins conscients du rôle qu’ils jouent, de l’idiot utile au cynique pervers en passant par les inévitables victimes de l’appât du gain et du pouvoir.
Prisonniers d’un système dont la puissance les dépasse, les écrase ou les fascine, ces hommes sont les acteurs et les complices de nombreuses perversions à tous les niveaux et dans tous les pays. Voilà les grandes victoires dont parle la Sainte Vierge, la plupart étant remportées par les sociétés secrètes via les pantins aux parlements et aux gouvernements.

Nous avions observé tout à l’heure que la France avait été pionnière dans la dégradation morale des sociétés avec mai 68 et dans le summum de l’immoralité avec le mariage pour tous.
Avec la révolution, ça fait quand même pas mal d’iniquités dont nous sommes les modèles et les initiateurs pour le monde entier.

Alors signalons que dans le domaine de l’avortement, ce fut pareil : la France là aussi a donné le ton.
La loi Veil relative à l’interruption volontaire de grossesse fut votée en 1974 et promulguée le 17 janvier 1975.
C’est étonnant combien les lois liées aux plaisirs de la chair sont toujours promulguées un 17 du mois.

Nous noterons également que 1974 se situe bien 12 ans après 1962 et la naissance officielle de l’Antéchrist. Là aussi, comment ne pas parler de prodige quand on arrive à faire tuer les enfants par leur propre mère et qu’un acte aussi abject soit considéré non seulement comme licite, mais parfaitement moral !
Moral pour qui ?

Doit-on rappeler à nos contemporains que la déesse égyptienne Astarté était honorée par des sacrifices humains, et surtout par des holocaustes (ou sacrifices) d’enfants ?
A qui croyez-vous que s’adressent ces millions d’enfants assassinés tous les ans ? A quelle divinité ?
A qui rendent un culte les occultistes haut placés qui font promulguer ces lois ?
Comment ne pas y voir des similitudes avec le pizzagate qui embarrasse les Clinton, lui aussi impliquant des trafics d’enfants, et pourquoi pas des sacrifices ?

On comprend mieux pourquoi ils préparent un délit d’entrave numérique à l’IVG : parce que plus le monde s’enfonce dans l’ignominie et l’iniquité, plus ils ont besoin d’holocaustes pour parvenir à leur ère.

Ce sera le sujet du prochain article, qui sera la troisième partie du plan de Satan et expliquera en détail les raisons pour laquelle leur nouvelle ère est si proche.

 

Cet article est long, il est conseillé de télécharger le pdf ci-après et de l’imprimer pour une meilleure compréhension de lecture : le-plan-de-satan-part2

Illustration principale : la tour de Babel – l’histoire est un éternel recommencement.

 

Advertisements

273 Commentaires

  1. phil

    Saint Amédée de Lausanne (1108-1159), moine cistercien, puis évêque
    3ème homélie mariale (trad. SC 72, p. 107 rev.)

    L’Esprit Saint suscite la nouvelle création en Marie
          « L’Esprit Saint viendra sur toi ». Il surviendra en toi, Marie. En d’autres saints il est venu, en d’autres il viendra ; mais en toi, il surviendra… Il surviendra par la fécondité, par l’abondance, par la plénitude de son effusion en tout ton être. Quand il t’aura remplie, il sera encore sur toi, il planera sur tes eaux pour faire en toi une œuvre meilleure et plus admirable que lorsque, porté sur les eaux au commencement, il faisait évoluer la matière créée jusqu’en ses diverses formes (Gn 1,2). « Et la force du Très Haut te prendra sous son ombre ». Le Christ, force et sagesse de Dieu, te prendra sous son ombre ; alors de toi il prendra la nature humaine, et la plénitude de Dieu que tu ne pourrais pas porter, il va la garder tout en assumant notre chair. Il va te prendre sous son ombre parce que l’humanité qui sera prise par le Verbe fera écran à la lumière inaccessible de Dieu ; cette lumière, tamisée par son écran, pénétrera tes entrailles très chastes…

          Nous t’en prions donc, Souveraine, très digne Mère de Dieu, ne méprise pas aujourd’hui ceux qui demandent avec crainte, ceux qui cherchent avec piété, ceux qui frappent avec amour. Nous t’en prions, dis-nous quel sentiment t’a émue, quel amour t’a saisie…lorsque cela s’est accompli en toi, lorsque le Verbe a pris chair de toi ? Dans quel état se trouvait ton âme, ton cœur, ton esprit, tes sens et ta raison ? Tu flambais comme le buisson qui jadis a été montré à Moïse, et tu ne brûlais pas (Ex 3,2). Tu te fondais en Dieu, mais tu ne te consumais pas. Ardente, tu fondais sous le feu d’en haut ; mais de ce feu divin tu reprenais des forces, pour être toujours ardente et te fondre encore en lui… Tu es devenue plus vierge — et même plus que vierge, parce que vierge et mère. Nous te saluons donc, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre les femmes et le fruit de tes entrailles est béni.

  2. Sophie

    Je viens d’apprendre qu’Hannouka tombais en même temps que Noël cette année … Au vu de la symbolique de cette fête et au vu de l’actualité … Prions, il n’y a que ça qui compte.

    « Pourquoi huit jours? Parce qu’il fallait bien ce temps là pour la cueillette des olives, les presser, en extraire l’huile et la purifier pour assurer une combustion convenable. Mais la symbolique de ce chiffre est plus étendue: la Bible considère que la création, sabbat compris, a duré sept jours et que le huitième caractérise l’aube de la sainteté et de la transcendance. Il faut aussi huit jours avant de circoncire les nouveau-nés. Enfin, le chiffre sept symbolisant l’ordre de la nature, le chiffre suivant, le huit, marque le passage vers un ordre plus élevé, spirituel… »

    http://www.huffingtonpost.fr/mauriceruben-hayoun/ce-que-les-fetes-de-noel-et-hanouka-ont-en-commun-en-plus-detr/

  3. Patricia

    Je souhaite à tous de saintes fêtes de Noël. Que Notre Seigneur Jésus et Marie illuminent vos coeurs et vous gardent. Réjouissons-nous,car le retour de Notre Seigneur est proche. Encore merci Monsieur Dalencourt pour vos articles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s