La fin des temps équivaut aux 7 paroles du Christ en croix

crucifix

Avec la dernière vidéo du pape diffusée le 6 janvier dans le monde entier, il n’y a plus de doute : le pape François est bel et bien le faux prophète de l’Apocalypse, la bête de la terre, maintes fois dénoncé comme tel sur ce blog et ailleurs.

En présentant officiellement le Christ-Jésus comme l’équivalent des dieux des autres religions (Islam, Judaïsme et Bouddhisme), le pape a jeté le masque et violé volontairement le premier commandement : tu n’adoreras qu’un seul Dieu. Or ce Dieu unique s’est incarné sur terre en la personne de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, nous révélant que Dieu est Un et Trine : un seul Dieu en trois personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Les 3 autres religions présentées n’adorant pas ce Dieu Un et Trine, nous n’adorons donc pas le même Dieu. Le dépositaire de la foi envers le seul et vrai Dieu ne peut commettre un tel sacrilège en prononçant un mensonge aussi gros. Sauf si… c’est le faux prophète.
Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist a prophétisé la Sainte Vierge à la Salette.

Deuxième énorme erreur véhiculée dans cette vidéo : parlant des hommes d’une façon générale, le pape explique que « nous avons une seule certitude pour tous : nous sommes tous enfants de Dieu. »
Là aussi c’est faux et même gravissime. Car le Christ-Jésus lui-même est venu nous expliquer que seuls les baptisés sont enfants de Dieu et peuvent prétendre à la vie éternelle. De nombreux textes l’affirment, telle la première lettre de Saint Jean : « Celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu« , saint Paul aux Galates : « le monde matériel nous tenait en esclavage, mais quand fut venue la plénitude des temps, Dieu envoya son propre fils. Celui-ci vint pour racheter ceux qui étaient soumis à cette loi et faire ainsi de nous des fils de Dieu par adoption« , et surtout Jésus lui-même : « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Marc 16).
Donc le pape François envoie volontairement des millions (des milliards !) de gens en enfer délibérément puisque si nous sommes tous des enfants de Dieu, alors il n’est pas nécessaire de convertir et de baptiser les musulmans, les juifs, les bouddhistes ou les athées. La religion catholique ne devient qu’une religion parmi les autres, qui elles aussi peuvent prétendre au salut des hommes. Une telle position est terrible car l’Eglise catholique ne concoure plus au salut des âmes et pire, elle les expédie directement des les bras de Satan.
Qui peut avoir une telle fourberie si ce n’est l’Antéchrist ?

Que le faux prophète soit aussi l’Antéchrist ou pas ne change rien à l’affaire : les deux bêtes vont de pair et sévissent ensemble durant le même temps : 42 mois.
Ces 42 mois représentent l’ultime tribulation d’une persécution intellectuelle, morale et religieuse qui a commencé au bas mot en 1962 avec l’ouverture du concile Vatican II, et bien avant sous ses aspects politique, économique et culturel (Antéchrist-système).
Cette ultime tribulation est telle que la plus grande confusion règne dans les esprits, je m’en rends bien compte autour de moi, et si elle continue ainsi, plus personne ne sera sauvé tellement la puissance d’égarement des enfers est élevée.
C’est la raison pour laquelle le Christ a promis de l’abréger : « Et, si ces jours n’étaient abrégés, nul n’échapperait ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. » (Matthieu 24)

42 mois mènent à septembre 2016, voire moins si on compte en mois de 30 jours.
Peu importe. Ces jours seront abrégés c’est à dire que le Jour de la Colère (les 3 jours de ténèbres) peut arriver à n’importe quel moment et qu’il est réellement imminent.
Il n’est donc pas -plus- nécessaire de révéler de nouvelles dates, du moins pas pour l’instant.

Il est beaucoup plus urgent de réveiller les âmes et de les sauver en leur communiquant les messages essentiels à leur survie.
Parmi les textes que les Saintes Ecritures nous ont laissés pour notre édification, les 7 paroles du Christ en croix sont un magnifique et extraordinaire condensé des dernières instructions du Christ à l’humanité pour la période des derniers temps.

Réfléchir au sens et à la porté de ces paroles, et les méditer en liaison avec notre temps éclaireront et rassureront les âmes en quête de paix, d’amour, de vérité et de sincérité. Le spirituel vient pallier nos carences affectives, chez des peuples désorientés et annihilés par le matérialisme.

Je m’appuie pour cet article, qui est une reprise actualisée d’un article déjà paru sur le Grand réveil en décembre 2014, sur l’excellent livre du Père Jean-Dominique, O.P., « Les sept paroles du Christ en croix », éditions du Saint Nom. Les passages en italique sont des extraits de cet ouvrage.

 

1. Père, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font

Même si cette parole est une formidable lueur d’espoir pour la plupart des pécheurs, elle n’en réduit pas pour autant la responsabilité de chacun face à son comportement individuel.
La grande Babylone, qui en 100 ans a obscurci les esprits jusqu’à faire « appeler le mal bien et le bien mal » (Isaïe) est responsable en grande partie de la cécité de nos contemporains, mais elle n’excuse pas tout. Chacun devra quand même rendre des comptes.
Cette première prière de Jésus sur la croix est donc un avertissement. A son école, le chrétien comprend que le grand scandale de notre temps n’est pas la crise économique mais la perte des âmes. Il dit « Père, pardonnez » parce que, dans la lumière de son Père qu’il contemple, Jésus voit un autre attribut de Dieu, celui de la miséricorde.
Le pardon de Dieu tire une âme de plus bas que du néant, du péché, pour l’élever à l’ordre surnaturel et à l’amitié de Dieu. Seule la toute puissance de Dieu peut réaliser un tel prodige.
Mais pourquoi ces pauvres gens crucifient-ils Jésus par leurs péchés ? Parce qu’ils ne le connaissent pas, parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’ils font.
Ainsi, le remède à cette tragédie réside dans la prédication de la grandeur, de la majesté et des droits de Dieu, de telle manière que les hommes se remettent à genoux devant le Très-Haut, un et trine. La lumière de la vérité leur redonnera la crainte de Dieu. Ayant la crainte de Dieu, ils comprendront ce qu’ils font, et ils cesseront de crucifier Jésus et son Corps mystique (l’Eglise).

 

2. En vérité, en vérité je te le dis, aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis

Qu’a fait le bon larron pour mériter une telle promesse ? Il a d’une part reconnu ses propres fautes, et d’autre part reconnu la divinité de Jésus-Christ.
Il n’accuse pas le malheur des temps ni la crise économique, ses complices ou sa mauvaise éducation, il s’accuse lui-même. Il restaure ainsi l’ordre et la vérité. D’une part, il œuvre pour la justice en acceptant sa peine et, d’autre part, il concourt au plus grand bien de la société qui est la vérité.
Cet épisode est un condensé des étapes que l’on retrouve dans toute conversion et le sacrement de pénitence :
– la contrition
– la confession, c’est-à-dire l’aveu public de ses fautes (à un prêtre en l’occurrence)
– la pureté d’intention, qui est surtout un acte de foi et d’espérance
– l’absolution
– et enfin la réparation
La croix du Christ est le tribunal de Notre Seigneur.
La croix du Christ est donc bien la ligne de démarcation de toute l’humanité. Il n’y a en effet que deux partis dans le monde : le parti des amis de la croix, et celui de ses ennemis.
Tout le monde peut devenir un bon larron et se voir pardonner ses péchés, quels qu’ils soient, et y compris au dernier moment. Mais il faut que soient réunies au moins trois conditions :
– La reconnaissance de la divinité du Christ
– Une contrition réelle
– La pureté d’intention

 

3. Femme voici ton fils. Voici ta mère.

La Très Sainte Vierge Marie représente la mère de l’Eglise et de toute l’humanité.
Jean représente l’ensemble des fidèles qui croient en Jésus-Christ.
Voilà nos deux témoins de la sixième trompette : l’Eglise réelle et ses membres restés fidèles à la foi de leurs pères, qui, comme Marie et Jean, restent au pied de la croix durant la Passion de l’Eglise. Tous ceux qui sont restés fidèles à la tradition et ont conservé la vraie foi constituent ce petit reste que l’Apocalypse présente comme les deux témoins, et dont la durée de vie est la même que celle de la bête, ce qui est normal puisqu’ils en subissent les persécutions.
Trois grandes vérités résument le message de cette parole du Christ :
1) Marie est la Mère de Dieu
2) Marie est la Mère de l’Eglise
3) Marie est notre Mère.
En la personne de saint Jean qui se tient au pied de la croix, les Pères de l’Eglise ont vu l’Eglise toute entière.
La première mission d’une mère est de transmettre la vie. Au jour de l’Annonciation, Marie ne devint pas seulement la mère du Fils unique de Dieu, mais elle devint par le fait même la mère de tous les enfants adoptifs de Dieu.
La dévotion mariale n’est donc pas du tout facultative. Elle est aussi nécessaire au chrétien qu’une mère à un enfant des hommes. Marie est la mère de tout ce qui vit. Celui qui veut la vraie vie doit aller à Marie.
Il y a ici un double enseignement : la nécessité et même l’évidence de la dévotion mariale, ainsi que l’assurance que tous les hommes peuvent rejoindre l’Eglise, du moins dans leur cœur, à défaut d’une structure.

 

4. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné ?

 A cet instant, le crucifié exprime à haute voix l’indignation de toute l’humanité, l’aveuglement et la faiblesse de toute intelligence créée devant ce grand mystère que saint Paul appelle à juste titre « le mystère d’iniquité ». La question de Jésus traduit l’angoisse de tous ceux qui sont confrontés au mal.
Pourquoi le mal est-il une énigme pour l’intelligence humaine ? Parce qu’il est une absence de bien, une absence d’être. En conséquence, dans l’ordre moral, la souffrance la plus vive est l’absence du bien suprême, elle est l’absence de Dieu.
Par le péché, la créature raisonnable se coupe activement de Dieu pour s’attacher aux créatures, à commencer par le culte idolâtrique de soi-même.
Louis Veuillot écrivait : « Quand l’insolence de l’homme a obstinément rejeté Dieu, Dieu lui dit enfin : Que ta volonté soit faite, et le dernier fléau est lâché ! Ce n’est pas la peste, ce n’est pas la mort, c’est l’homme. Lorsque l’homme est livré à l’homme, alors on peut dire qu’il connaît la colère de Dieu. »
Ce passage éclaire mieux notre actualité et notre civilisation. Nous qui avons évacué Dieu allons tout droit vers l’abîme, tout seuls.
Se taire, pour Dieu, c’est laisser l’homme à lui-même. C’est le pire des châtiments.
D’où le cri des justes, qui ont le sentiment d’avoir été abandonnés.
Mais le psaume 21 est là pour nous rappeler que Dieu s’est souvenu de son peuple et anéantira ses ennemis.
Il y a là l’explication de la période que nous vivons : ces temps d’extrême iniquité constituent bien les châtiments en eux-mêmes, et c’est pourquoi le livre de l’Apocalypse, quand il en arrive aux dernières trompettes et aux coupes, annonce que les tous derniers châtiments –ceux qui constitueront la moisson finale- sont destinés aux méchants et que les justes seront épargnés. Comme les hébreux qui ne sont pas atteints par les fléaux qui détruisent le pays d’Egypte à la demande de Moïse pour faire fléchir Pharaon. Car les justes ayant déjà été purifiés par les châtiments de la période antichristique, ils ne seront plus concernés par ceux constituant la condamnation des méchants. C’est l’Antéchrist, sa clique et son monde (Babylone) qui va souffrir.

 

5. J’ai soif

Le monde a soif de la Parole de Dieu, soif d’un sauveur, soif d’un rédempteur qui le sauve de l’iniquité. Le monde étouffe, écroulé sous les ignominies des persécuteurs, des fornicateurs et des idolâtres, qui attirent les justes et leurs enfants dans des guet-apens sans nombre et dévastateurs. Oui, le monde a soif de justice, de réconfort, d’amour, de paix.
Seul le Seigneur peut lui apporter la paix du cœur et de l’âme dont il a besoin.
Seules les paroles de vie sauront conduire l’homme vers un monde meilleur où vivre en harmonie avec la nature ne s’envisage pas sans adorer continuellement son Dieu et le remercier pour tant de merveilles.
Alors oui, donnons au monde les paroles d’espoir dont il a besoin, redonnons-lui la force, le courage et la joie de vivre qu’il recherche obstinément, et qu’il a oubliés dans l’illusion diabolique que lui procure le monde matérialiste.
Dieu a soif qu’on ait soif de Lui, Dieu est une source qui a soif d’être bue, et que nous l’aimions d’une manière insatiable. « Celui qui a soif, proclamait Jésus dans le temple, qu’il vienne à moi et qu’il boive. » (Jean 7, 37)

 

6. Tout est accompli

 La sixième parole du Christ en croix invite les chrétiens à porter leur croix jusqu’au bout, à conduire à leur terme lumineux les vertus de justice et de l’amour de Dieu, dans la mesure fixée par la divine Providence, et à répondre avec longanimité à la grâce qui leur est faite.
Elle rappelle aussi que l’Ecriture doit aller à son terme, que les prophéties doivent s’accomplir en totalité. L’homme souvent ne comprend pas le calendrier divin, il interprète mal les signes que lui adresse le Ciel, il s’impatiente. « Ma façon de penser n’est pas la vôtre, et mes plans ne sont pas les vôtres, dit le Seigneur » (Isaïe 55, 8)
Laissons donc agir la Providence et accomplissons notre devoir d’état sereinement, sachant que les maîtres mots de notre action doivent être : obéissance et confiance.
Obéissance aux choix de Dieu, même si on ne les comprends pas.
Confiance absolue en sa parole et en la divine Providence.

Oui, un vendredi à la neuvième heure (15h) tout était accompli.
Les péchés ont été rachetés, l’Eglise est lancée, les hommes deviennent des enfants de Dieu grâce au baptême. Ainsi, tous les hommes qui le veulent peuvent désormais être sauvés. Mystère ineffable de la Rédemption, profondeur de l’amour divin, puissance de la miséricorde.
En l’espace de quelques heures, Jésus-Christ a institué le royaume de Dieu sur terre par l’Eucharistie, un royaume spirituel et non temporel, et racheté les péchés du monde par la Rédemption.
La Résurrection, base de notre foi, consacrera définitivement la divinité de Jésus, mais tout est bien accompli le vendredi à 15h car le dragon, Satan, est vaincu par la croix. C’est la croix qui rachète le monde et le mène à la vie : par sa mort, il a donné la vie au monde nous dit la liturgie catholique.
A la fin des temps, la chute de Babylone, la destruction des bêtes et l’éradication définitive du dragon commenceront elles aussi un vendredi à 15h, et ensuite nous assisterons à la résurrection de l’Eglise.
Sauf que ce vendredi à 15h ne se réalisera pas par le mystère de la croix, accompli une fois pour toutes nous rappelle saint Paul, mais par le mystère du retour en gloire du Christ, promis à l’Ascension et réaffirmé dans le Credo.

 

7. Père, entre vos mains je remets mon esprit

 Cette dernière parole du Christ en croix montre le retour du Fils vers son Père dans un acte d’amour suprême, couvert de son précieux sang, et portant l’Eglise sur ses épaules. Le sacrifice est la grande victoire du Christ-roi. Il donne le sens profond de l’autorité chrétienne, le grand principe de la royauté du Christ, à travers les chefs chrétiens, sur les familles, les métiers et les sociétés.
J’y vois un message porteur de trois grands espoirs :

1) C’est d’abord le plus bel hommage à la Sainte Trinité qui puisse être. En 8 mots, les trois personnes de la Sainte Trinité sont réunies, preuve de son éclatante puissance et de sa perpétuelle existence. C’est la Sainte Trinité dans son ensemble qui sera à l’œuvre pour délivrer le monde du mal en ces temps de la fin.

2) Il y a également un formidable message d’espérance : nous remettons notre avenir entre les mains du Père en ces jours où nous voyons l’Eglise mourir sous nos yeux. La seconde passion du Christ, à travers celle de son épouse mystique, s’accomplit dans l’indifférence générale, pire sous les applaudissements de la foule. Cette même foule qui étouffe la prédication des apôtres des derniers temps, tant leur message d’alerte lui est insupportable.
Or le Père ne peut pas rester indifférent aux appels de ses fils ; de plus, nous avons la certitude qu’il interviendra, car la libération ne peut pas être humaine, seulement divine. Le mal est trop puissant, surtout en cette phase finale, pour que nous ayons l’espoir d’arriver à l’éradiquer par nous-mêmes. N’oublions pas : les hommes combattront mais c’est « Dieu qui donnera la victoire ».
Ce combat est d’abord et avant tout spirituel. Nos armes sont la prière, la pénitence, la charité, la prédication, le don de soi.

3) Enfin j’y vois la promesse de la future restauration de la royauté de Notre Seigneur sur toute la terre, et l’accomplissement des prophéties quand à son second avènement.
Ayons le courage de reconnaître que les solutions ne sont ni humaines ni matérielles, mais spirituelles et surnaturelles. Nous devons placer notre confiance dans la divine Providence et scruter les signes annonciateurs de Sa venue. N’oublions pas que le Seigneur reviendra comme un voleur, au moment où personne ne l’attend. Personne ? Seules les âmes pures des élus sauront pressentir la proximité de Son avènement.

Alors remettons notre esprit, notre confiance, nos espoirs, nos joies, nos peines, nos âmes et nos familles entre les mains du Père, du Fils et du Saint-Esprit, par l’intercession du plus merveilleux des avocats que le Ciel nous a donné : la Très Sainte Vierge Marie, qui nous a promis son FILS.

 

Pour télécharger le pdf de l’article, cliquez ici : La fin des temps équivaut aux 7 paroles du Christ en croix

Publicités

468 Commentaires

  1. Yato

    L’exposition de la dépouille du Padre Pio à Rome, à l’occasion du jubilé bergoglien, est peut-être un signe. Ce sera en tout cas prétexte, pour les médias main stream, à déverser leur fiel sur ce grand saint. A ce titre, la dépêche de l’AFP est particulièrement ordurière. Je croyais qu’une agence de presse se bornait à livrer de l’information, mais là non, visiblement : « A l’âge de 31 ans, il affirme avoir reçu les stigmates » (ne s’en cachait-il pas, au contraire ?). Il entretenait peut-être ses blessures « avec de l’acide » (on n’aurait pas pensé à ça…), ou il souffrait « d’hémophilie » (des médecins, pour en témoigner ? Et depuis quand l’hémophilie produit-elle des stigmates ?). « De 1923 à 1933, les papes (il n’y en a eu qu’un seul, Pie XI, entre ces deux dates) l’ont isolé dans son couvent. » Enfin, last but not least, « cette religiosité populaire hérisse une partie de l’Eglise » (les ouailles de l’AFP, sans doute…). Scandaleux, pour ne pas dire franchement dég…lasse !

    • Santo

      8 jours de martyrs pour Saint Pio, ce grand Saint poignardé de photographie et exposé comme un singe en cage, que le châtiment divin nous vienne au plus vite.
      Amen

  2. yoo

    LA Statue de l archange st michel va etre demontee dans les prochains jours du sommet de l abbaye du mont st michel pour reparation des installations para tonnerre et restauration. Je vous mets ce soir le lien de l info

  3. Gégé22

    Il semble que les choses s’accélèrent dans tous les domaines, outre l’effondrement économique de Babylone qui semble de plus en plus évident. On apprend que le virus Zika serait sexuellement transmissible avec des conséquences sur les enfants à naitre (malheur aux femmes enceintes « Luc 21;23,Mat 24;19 ») et voila que la Turquie est soupçonnée par les russes de vouloir intervenir en Syrie directement ce qui risque avec le jeu des alliances de l’OTAN de nous entrainer dans l’Armageddon
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/04/97001-20160204FILWWW00225-la-russie-suspecte-la-turquie-de-preparer-une-intervention-militaire-en-syrie.php.
    Toutes les prophéties se concrétisent et l’apocalypse de Saint Jean autrefois réservée à la compréhension des exégètes devient une chronique d’évènements annoncés qui se déroulent devant nos yeux

  4. kenjjo60

    Bonjour,

    Concernant la marque de la béte, je sais ce n’est plus le sujet mais j’aurai aimé une petite hypothése.

    Chapitre 13 verset 18
    Dans le 666 on retrouve le 600 qui correspond au monde, on a le 6 qui correspond à l’homme et peut étre que le 60 correspond à la béte.
    satan = 55 + 5 lettres = 60.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s