Ignis Ardens

Saint-Esprit

Ignis Ardens, ou Feu ardent, est la devise du pape saint Pie X dans la prophétie des papes de saint Malachie. Elle est complémentaire à la précédente, Lumen in Caelo (Lumière dans le ciel) attribuée à Léon XIII.

Cet article est la continuité du précédent (Lumen in Caelo) car ces deux papes sont complémentaires, et même « associés ». Ils représentent tous deux la résurrection de l’Eglise, après sa période de Passion, que symbolisait le pape Pie IX, Crux de Cruce (Croix de la croix).

Madeleine Poisat avait reçu en 1843 la révélation suivante de la Vierge Marie :
« Pie IX est le dernier pape de l’Eglise opprimée, le dernier pape d’une époque. Après lui la délivrance : Lumen in Caelo, c’est l’œil de Marie » (1)

Ainsi donc on comprend que :
Pie IX, Croix de la croix, ce sont les tribulations ;
Léon XIII, Lumière dans le Ciel, c’est la Vierge Marie ;
Pie X, Feu ardent, représente le Saint-Esprit.

En fait ces trois papes vont nous révéler trois secrets :

1) Pie IX : la durée des tribulations
Pie IX est le 101ème pape de la prophétie de Malachie. 101 comme 101 ans.
Ce chiffre est à rapprocher de la vie de Noé. La Genèse s’intéresse à Noé lorsqu’il a 500 ans ; le déluge commence à ses 600 ans et son retour sur une terre sèche à ses 601 ans. Donc il s’écoule 101 ans entre la décision de l’Eternel de mettre fin à la terre et la constitution des Justes représentés par Noé et sa famille, et la nouvelle alliance que Dieu passe avec les hommes, après la destruction de tout être vivant, à l’exception des habitants de l’arche.

pie-x2) Pie X : la date de départ des tribulations
Nous savons par le dialogue de Léon XIII que Dieu donne 100 ans à satan pour détruire son Eglise, mais nous n’avons pas la connaissance de la date de départ de ces 100 ans. Saint Pie X va nous la donner : en mourant le 20 août 1914, au moment -historique- où débute la première guerre mondiale, nous savons désormais que 1914 est l’année de départ de ces cent ans. Mais pas pour cent ans pile : pour 101 ans (cent + 1). C’est pourquoi l’épilogue aura lieu en 2015.

3) Léon XIII + Pie X : l’intervention de Marie et du Saint-Esprit
L’année supplémentaire accordée aux hommes à l’issue de cette période de cent ans s’explique très bien : j’y vois l’écho de ce cri de la Sainte Vierge à son divin Fils : « Je vous en supplie, ayez pitié d’eux encore une fois » (2)

A la fin des temps, Marie et son divin époux le Saint-Esprit, reviendront pour purifier la terre et la préparer à la venue du Sauveur.
La lumière dans le Ciel + Feu ardent vont de pair.

Ceci est expliqué très clairement par Madeleine Poisat :
« La voici venir notre Mère ! L’Eglise prépare tout pour la venue glorieuse de Marie. (…)
Voici l’Immaculée Conception du règne de Dieu, qui précède l’avènement de Jésus-Christ. »
Et :
« Il faut que Dieu envoie son Esprit et qu’il renouvelle la face de la terre par une autre création, pour en faire une demeure digne de l’Homme-Dieu. » (3)

Nous allons essayer de comprendre quand et comment cette transformation du monde va se faire.

 

Le marquage des Justes s’est terminé le 13 octobre 2015

Nous venons de voir que les 101 ans ont débuté en 1914, mais c’est un peu vague comme information. Pour faire le tri parmi les différentes dates possibles, prenons celles que le Ciel nous donne, et particulièrement une sur laquelle il insiste : le 13 octobre.
Le 13 octobre 1884, Léon XIII entend le fameux dialogue des 100 ans.
Le 13 octobre 1917, la Sainte Vierge à Fatima clôt son cycle d’apparitions par le miracle du soleil.
Y a-t-il un fait marquant le 13 octobre 1914 ? Eh bien oui : c’est la nomination du cardinal Gasparri à la secrétairerie d’Etat du Vatican. Or, nous allons le voir, la collusion de la date du 13 octobre avec le cardinal Gasparri n’a rien du hasard.

Pietro Gasparri, l’homme-clé
Cet homme est très important dans le calendrier, car il sera le signataire des accords de Latran le 11 février 1929. Les accords de Latran, en donnant un statut d’Etat au Vatican, permettront de le transformer progressivement en Grande Prostituée, qui s’acoquine avec les pays corrompus du globe.
Le 11 février correspond à la première apparition de la Vierge Marie à Lourdes.
1929, c’est l’année de la naissance de la mère de l’Antéchrist selon Diana Vaughan.
Le pape Benoît XVI a choisi d’annoncer sa démission le 11 février 2013, soit 84 ans jour pour jour après les accords de Latran. Le 84 (2×42) est le chiffre de la purification.
Et enfin, le cardinal Pietro Gasparri est décédé le 18 novembre 1934. Chose curieuse, le fils spirituel du Padre Pio, Luigi Gaspari (même orthographe à un R près) décèdera lui aussi un 18 novembre, 1995. Quand on sait que le Padre Pio est probablement le dernier saint marqueur de la fin des temps, et que Luigi Gaspari fut lui-même favorisé de visions célestes (les Cahiers de l’amour lui furent dictés par le Christ lui-même), on ne peut qu’en conclure que ce rapprochement est une clé de compréhension de la fin des temps.

Donc début des 101 ans : 13 octobre 1914.

Revenons maintenant à ce que nous expliquions dans l’article précédent.
La période de 100 ans ayant été annoncée le 13 octobre 1884, Satan avait bien prévu d’inaugurer son nouveau monde cent ans après, en 1984, et pour cela il lui fallait supplicier un pape afin d’en placer un autre.

D’où l’attentat du 13 mai 1981 contre Jean-Paul II. Malheureusement pour satan, l’Antéchrist devra attendre car Jean-Paul II ne meurt pas. Attendre très exactement 31 ans et 10 mois, à savoir le 13 mars 2013, avec l’installation du pape François au Vatican.

Satan savait-il que la période commencerait seulement en 1914 et non en 1884 ? Nous ne le savons pas, mais on peut légitimement penser que celui-ci n’avait pas toutes les données en main. Ceci expliquerait son projet de faire élire le franc-maçon Rampolla au conclave de 1903 : il voulait déjà prendre le pouvoir dans l’Eglise dès le début du siècle. Il sera retardé jusqu’au 28 octobre 1958 (élection de Jean XXIII).
Nous savons aussi que la durée imposée à Satan entre sa prise de pouvoir dans l’Eglise et l’installation de l’Antéchrist sur la chaire de Pierre était de 55 ans : entre 1903 et 1958 : 55 ans, de même qu’entre 1958 et 2013 : 55 ans.

Toujours est-il que le 13 mai 1981 constitue pour nous une date marqueur.
Car la durée des prolongations, à compter de l’attentat raté, est de 34 ans puisque les 101 ans se terminent en 2015. Soit la durée de la présence du Christ sur terre.
Le Christ s’incarne le 25 mars, naît le 25 décembre et meurt à l’âge de 33 ans et 3 mois le 25 mars 34. Aux 33 ans et 3 mois il convient d’ajouter les 9 premiers mois, qui comptent comme pour tout homme d’ailleurs. Soit 34 ans pile.
Ces 34 ans ont donc pris fin le 13 mai 2015.
Il reste la période des 41 jours : entre la mise au tombeau le vendredi saint au soir et l’Ascension, il s’écoule 41 jours, dont 40 en compagnie de ses disciples.
Car une fois ressuscité, le Christ n’apparaît et ne se manifeste qu’à ses disciples et amis : il n’y aura plus d’apparition publique. Une précision qui mérite d’être soulignée.
Or durant ces 40 jours, se déroule l’épisode de la seconde pêche miraculeuse, où les apôtres ramènent dans leurs filets 153 poissons. Ce chiffre, 153, représente les Justes, il symbolise l’ensemble de tous ceux qui seront appelés à la vie éternelle comme l’explique saint Augustin dans plusieurs de ses sermons.

13 mai – 13 octobre : les 153 jours
Nous avons vu qu’à partir du 13 mai 2015, nous entrions dans la période des « 41 jours ».
Durant cette période, il y a la pêche miraculeuse des 153 poissons.
Nous savons que le 13 octobre est la date butoir des 101 ans.
Enfin, les apparitions de Fatima commencent le 13 mai et s’achèvent le 13 octobre. Ecart entre les deux dates : 153 jours.
On peut légitimement en conclure que ces ultimes 153 jours correspondent exactement au dénombrement définitif des Justes tel qu’il est décrit dans l’Apocalypse au 6ème sceau.

Les Justes sont ceux qui ont réussi à traverser les tribulations sans perdre la foi et qui ont lavé et blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau (4), c’est-à-dire qui ont combattu leurs mauvais penchants et expié leurs péchés par la pénitence et les sacrifices. Ils sont marqués au front du signe de la Passion, car la croix est leur signe et la Passion leur gloire.
La devise du dernier pape, Benoît XVI, est la gloire de l’olivier. Cette gloire c’est la Passion, comme celle de leur divin Maître, dont ils essaient de suivre les voies.
Leur couronne c’est la couronne d’épines, d’où le symbole du marquage des Justes que nous a donné sainte Rita.

Au sixième sceau, il y a un temps d’arrêt :
Les 4 anges qui avaient reçu le pouvoir de frapper de plaies la terre et la mer (qui sont probablement les mêmes que les 4 anges du début de la 6ème trompette) sont stoppés par un cinquième qui leur interdit toute action jusqu’à ce que nous ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu. (5)
Et ce nombre est de 144 000.

En 2015, le nombre 144 (12×12) revient trois fois, à des jours-clés à chaque fois :
1) C’est le 144ème anniversaire de l’apparition de Pontmain (17 janvier 1871) ;
2) L’Airbus qui s’est crashé en France le 24 mars (jour de la saint Gabriel, l’archange qui annonce) contenait 144 passagers ;
3) Le 24 mai, jour de la Pentecôte, était le 144ème jour.

Et si cela ne suffisait pas, il y a eu un accident de train à Philadelphie le 13 mai 2015 qui a fait 7 morts. Philadelphie est la ville de la sixième église.

Donc :
– le 6 est réuni en 2015 : 6ème église, 6ème trompette, 6ème sceau. Le 7 correspondant à la moisson, c’est une période à envisager comme très courte.
– Le 13 octobre 2015, les 101 ans sont terminés.
– Au 13 octobre, le marquage des justes est accompli.

Qu’est ce qu’il reste ? Les 45 jours de Daniel. L’ultime purification (la chute de Babylone et la bataille de l’Armagueddon) peut commencer.

 

23 octobre : les sept tonnerres et la révélation

Le précédent article, Lumen in Caelo, n’avait pas tort sur le fond, mais il lui manquait le complément, Ignis Ardens, l’article d’aujourd’hui.
Le 13 octobre était bien une date-clé à prendre en compte. Seulement le triduum était mal placé.

Il fallait attendre les 10 jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte.
Tout simplement parce qu’il s’agit de la Passion de l’Eglise, épouse mystique du Christ, et celle-ci est née à la Pentecôte.
Et puis dans les deux cas il s’agit de l’action de l’Esprit-Saint : laissons-le faire.

Un jour l’invisible deviendra visible. En attendant, il est nécessaire de comprendre les étapes qui semblent invisibles afin de comprendre le visible lorsqu’il se présentera.

Pourquoi le triduum des 23, 24 et 25 octobre sera-t-il déterminant ?
Parce que :

1) Le 23 septembre, tant annoncé comme le jour de la chute de Babylone, pointait en réalité sur un autre 23, bien caché celui-là : le 23 octobre ;

2) Le 23 octobre était la fête du Christ-Roi en 2014 dans l’Eglise traditionnelle (il faut toujours regarder à un an : le Seigneur prévient à l’avance) ;

3) On a vu que Satan avait dû attendre 31 ans et 10 mois (distance entre le 13 mai 1981 et le 13 mars 2013) pour installer la bête sur la chaire de Pierre. Cette durée a forcément une signification. Si nous la convertissons pour l’appliquer au pontificat de François, 31 ans = 31 mois et 10 mois = 10 jours, soit le 23 octobre 2015 ;

4) Si on part de la Pentecôte (24 mai) et qu’on ajoute 153 jours, on obtient le 24 octobre ;

5) Le 24 octobre est la fête de saint Raphaël, l’archange dont le nom est rattaché à la notion de guérison dans le livre de Tobie. Lourdes délivre le même message. Or c’est bien d’une guérison des âmes dont nous avons besoin !
On peut penser que le 23 octobre s’enclenchera quelque chose pour la conversion des pécheurs et le salut des âmes, ce qui ressemble fort au contenu de la 6ème trompette (les deux témoins et le petit livre).

6) Le 25 octobre cumulera deux fêtes lourdes de signification vu le contexte : celle du Christ-Roi dans l’Eglise traditionnelle d’une part, et celle de Notre-Dame des Victoires d’autre part. Sachant que l’enjeu de cette fin des temps se situe justement dans cette victoire promise de Marie sur le dragon, nous pouvons espérer un signe fort aux alentours de cette date, qui réunit exceptionnellement les cœurs de Jésus et de Marie.

noces cana7) Enfin le 25 octobre sera aussi les 600 ans de la bataille d’Azincourt. Outre qu’Azincourt soit en 1415 (soit les fameux 14 et 15 de la nuit du 14 au 15 Nizan, qui symbolisent la libération), et que Dieu promet toujours une revanche sur nos ennemis (Azincourt fut un désastre et surtout un scandaleux massacre des chevaliers français prisonniers), c’est surtout le 600 qui est intéressant. J’y vois les 6 jarres de 100 litres du premier miracle des noces de Cana, miracle que Jésus effectue à la demande de sa Mère, et à partir duquel ses disciples crurent en lui. Ne faudrait-il pas un miracle, c’est-à-dire un signe visible, que Notre-Dame des Victoires demanderait à son Fils, le Christ-roi, afin qu’enfin les yeux s’ouvrent et que les incrédules croient à la proximité du jugement dernier, accomplissant ainsi ce qui est prophétisé à la sixième trompette ? Pour changer l’eau en vin, c’est-à-dire les âmes tièdes en âmes fortes et remplies de la grâce de Dieu.

Donc : signe visible le 23 octobre, à la demande de la Sainte Vierge, afin d’engager l’ultime guérison des âmes, symboliquement 10 jours après le 13 octobre.
Les 10 jours de la Pentecôte.

Car les apôtres des derniers temps ont besoin de la force et de l’inspiration de l’Esprit-Saint pour entamer l’ultime prédication.

Don Monléon l’explique très bien :
« Tant qu’ils furent dans cet état de faiblesse spirituelle, Notre-Seigneur ne les fit prêcher qu’en Judée (Matthieu X, 5-6). Quand au contraire le Saint-Esprit fut venu, quand il les eut confirmés en grâce et revêtus de la force de Dieu, alors le divin Maître les envoya évangéliser l’univers entier. » (6)
Actuellement, nous prêchons essentiellement dans les milieux chrétiens car nous n’avons ni la force, ni la capacité d’aller au-delà. Ce signe pourrait être pour les Justes une sorte de « Pentecôte personnelle ».

 

Les 7 tonnerres
Puisque ce signe est sensé fait partie de la 6ème période (église, sceau, trompette), il pourrait s’apparenter aux 7 tonnerres.
C’est l’évangile de dimanche dernier dans l’église conciliaire qui m’a permis de faire le rapprochement. Il y est question de Jacques et Jean, les deux frères que Jésus avait surnommés Boanergès, c’est-à-dire les Fils du tonnerre.

L’épisode des 7 tonnerres se situe justement au chapitre 10, au moment du petit livre et juste avant l’introduction des deux témoins. On n’en connaît pas la nature, car une voix oblige saint Jean à en sceller les paroles et à ne pas les écrire.

Don Monléon en explique la signification :
« Le moment n’est pas encore venu de les livrer au domaine public. Il ne faut pas jeter aux chiens ce qui est saint ; il ne faut pas livrer le sens mystique de la parole divine à ceux qui ne sont pas capables de l’entendre, car ils le tourneront en dérision et s’enfonceront ainsi davantage dans leur incrédulité. » (7)

Autrement dit, les sept tonnerres sont en réalité une révélation des mystères divins, qui ne seront compris que par les Justes. Peut-être que le moment est venu de connaître ces mystères.

 

La nature de ce signe
Elle est inconnue. On peut penser qu’il s’agira d’un véritable (et dernier !) avertissement à l’humanité toute entière, mais rien ne dit qu’il ne restera pas secret, réservé aux Justes. Toujours invisible pour le commun des mortels.
La nuit du 31 octobre au 1er novembre 2014, j’avais eu en songe l’information suivante : « Il va y avoir 7 fléaux à 7 endroits différents ». Mais est-ce lié aux 7 tonnerres ? Et puis il faut être très prudent avec les songes, car ils peuvent provenir du malin.

 

La nécessité d’un dernier signe

La question mérite d’être posée car il n’est pas certain du tout qu’un dernier signe visible nous soit donné. Dans ce cas, nous passerions directement à la 7ème trompette (la moisson et le jugement dernier), ce qui n’est pas exclut.

Une fois de plus, si on prend les témoins dans un sens collectif (ceux qui seront resté fidèles à la foi de leurs pères et qui sont restés en dehors de Babylone, lui reprochant ses égarements et ses ignominies), sachant que le marquage des justes est terminé, alors le 23 octobre serait plutôt l’ouverture du 7ème sceau et donc de l’ultime période.

Notre-Seigneur n’a-t-il pas rappelé, dans la parabole du riche et du pauvre Lazare, qu’il est inutile d’envoyer un signe fort ? « Ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent » (Luc 16, 19-31). Moïse c’est la loi de Dieu : il faut suivre sa loi, donc les prescriptions de son Eglise ; quand aux prophéties, cela fait suffisamment de temps qu’on met l’accent dessus, moi et de nombreux autres.

Et puis n’oublions pas que le « Seigneur doit venir comme voleur » sans crier gare. Il n’est pas certain qu’il y ait une ultime période de repentance, après toutes celles que nous avons déjà eues.
Saint Paul n’a-t-il pas dit qu’avec la dernière trompette, nous ressusciterons tous en un instant, en un clin d’œil ? (I Cor. 15, 51-52)
Ainsi donc, quand aura commencé à sonner la septième trompette, quand on entendra la voix des prédicateurs des derniers temps [mais n’est-ce pas ce que nous faisons déjà !], alors se consommera le mystère de Dieu. (7b)

Cependant, j’espère toujours en un dernier signe afin de ramener au bercail le plus d’enfants prodigues possibles.

Trois éléments m’incitent à penser dans ce sens :

  1. La grande miséricorde de Dieu
    Comme déjà évoqué, il n’est pas exclut qu’il y ait une dernière période de prédication des apôtres des derniers temps, à la demande de la Vierge Marie. Une période où ceux-ci auraient un peu plus de visibilité, après avoir crié dans le désert, d’où cette notion de « Pentecôte personnelle » ; de martyre aussi. Car cette idée rejoint celle des deux témoins, qui donnent leur vie pour la Vérité.
    Mais attention : « Vous devez espérer en la miséricorde de Dieu sans négliger sa justice. Ayez présents à l’esprit sa justice et son jugement à ce point que vous n’oubliiez sa miséricorde, car jamais il ne rend sa justice sans miséricorde, ni n’exerce la miséricorde sans justice. » (8)

 

  1. Jésus explique la nécessité des signes
    « Maintenant j’envoie mes paroles aux enfants d’Israël [les chrétiens] et aux chevaliers [les hommes de bonne volonté] auxquels il n’est pas nécessaire de faire un signe pour trois raisons.
    La première est que désormais on reconnaît et honore un seul Dieu ;
    La deuxième est que les miens n’espèrent plus que je viendrai au monde [puisque c’est déjà fait] et que l’écriture s’est accomplie ;
    Enfin on ne doit pas faire sienne une foi jugée meilleure et plus fondée que celle prêchée par Moi-même et mes saints prédicateurs. » (9)
    Au début ça commence mal (pas besoin d’un signe) mais ce texte date du 14ème siècle, et quand on le lit, on comprend au contraire l’urgence d’un signe car :
    – les hommes aujourd’hui honorent une foule de divinités, y compris parmi les chrétiens, qui préfèrent l’argent, le sexe, leur corps, et le matérialisme d’une façon générale, bref toute une ribambelle de faux dieux, en lieu et place de leur divin Maître ;
    – les chrétiens attendent le second avènement, donc même si ce n’est pas une naissance, nous espérons le retour en gloire qu’Il nous a promis ;
    – la doctrine, les dogmes et les enseignements de l’Eglise ont été modifiés dans leur esprit et leurs applications et même si ce n’est pas dans les termes, ils sont compris de façon erronée par des chrétiens qui sont autant d’apostats quand ils ne sont pas des hérétiques. Compris et donc enseignés et transmis aux générations suivantes comme tels.
    Par conséquent, le Seigneur tirera lui-même les conclusions qui s’imposent : désorientés, trompés et perdus dans une confusion totale, les siens, bien au contraire, ont besoin d’un signe visible et tangible.

 

  1. Le signe de Jonas
    Et puis nous pouvons nous raccrocher à une bouée de sauvetage qu’Il nous a Lui-même donnée : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera donné d’autre signe que celui de Jonas. » (Matthieu 12).
    Or le signe de Jonas ce n’est pas uniquement les 3 jours passés dans le ventre du poisson. C’est un ultime délai de 40 jours donné à la grande ville, Ninive hier, Babylone aujourd’hui : « Dans 40 jours Ninive sera détruite. » On peut admettre qu’il sera donné aux hommes un dernier temps de repentance, de 40 (Jonas), 42 (Apocalypse) ou 45 jours (Daniel), durée pouvant éventuellement être doublée comme indiqué en Apoc. 18, 6.

 

Conclusion

Non, ce n’est pas encore la fin.
Peut-être la chute de Babylone pour le triduum 23-25 octobre. Brutale et définitive.

Après tout, la destruction de Sodome et Gomorrhe s’accomplit alors qu’Abraham est dans sa 99ème année ; nous sommes entrés dans la 99ème année de Fatima le 13 octobre dernier.
Abraham essaie de sauver Sodome : s’il y a 50 justes, épargnerez-vous la ville ? Oui répond le Seigneur. La négociation ira jusqu’à 10. Dix comme les dix jours qui séparent le 13 octobre du 23, qui serait alors le signe de Loth.

 Donc à partir du 23 octobre, que les signes soient visibles ou invisibles, nous entrerons dans l’ultime période, qui peut être plus ou moins longue, selon qu’il s’agisse du signe de Loth (la veille) ou de Jonas (40 à 45 jours ; si doublé : 80 à 90 jours).
De toute façon, puisque ce triduum devrait être celui de la révélation des 7 tonnerres, les jours suivants il nous faudra tenir compte de ces éventuelles révélations et de la conduite qu’il conviendra d’adopter.

Nous anticipons ici la chute de Babylone, pas la date de retour du Christ.
D’abord parce que nous ne la connaîtrons pas, mais aussi parce qu’il faudra un certain temps pour préparer la terre au retour de son Créateur.

Luigi Gaspari, fils spirituel du Padre Pio, cité en début d’article, nous a expliqué en quoi consistait l’enjeu de la fin des temps et ce qui allait remplacer Babylone : la nouvelle civilisation sera celle de l’Amour, qui détruira les chimères sataniques. Il présente d’ailleurs le Cahier de l’Amour comme le petit livre du chapitre X de l’Apocalypse.
Pour en savoir plus, consultez l’article du 1er novembre 2014 sur ce sujet.

« Le triomphe de l’amour dans nos cœurs sera la conquête du cœur de tous les bons chrétiens pour en faire le temple de Dieu. L’Eglise de Dieu est le temple des cœurs.
Avec le temple des cœurs naîtra la vraie Eglise qui ne mourra plus jamais parce que chaque homme doit devenir un temple du Dieu vivant. » (10)

Cette transformation, cet accomplissement du Saint-Esprit en nous, saint Thomas d’Aquin l’appelle le second avènement, qu’il distingue du troisième avènement (fin du monde et jugement dernier consécutifs au règne de l’Antéchrist).
« Le premier avènement est celui par lequel il s’est rendu visible sur la terre ; il y en a un second tout spirituel, par lequel il descend au fond de nos âmes, en attendant le troisième dans lequel il viendra juger tous les hommes. » (11)
Ce second avènement est possible grâce au sacrement de l’Eucharistie, qui, couplé avec celui de la pénitence (confession) permet au Saint-Esprit de s’établir en nous après avoir effacé nos péchés, par la grâce sanctifiante.

Luigi Gaspari et saint Thomas expriment la même idée, déjà explicitée par saint Paul : tout homme est appelé à devenir le Temple de Dieu.
La différence entre aujourd’hui et hier, c’est que le Seigneur a attendu que l’ensemble des Justes soit réunis dans cet état de grâce permanent, qu’ils possèdent tous l’Esprit-Saint dans leur coeur. Pour ressusciter l’Eglise et faire éclore la nouvelle église, celle de l’amour, il va s’appuyer sur ce petit nombre, après la purification par le feu, non pas pour détruire la terre, mais pour la purifier et dévorer tout ce qu’il y a en elle de grossier et d’impur. (12)

Nous ne savons pas quand ni comment Babylone sera détruite mais nous avons la certitude de la victoire du Seigneur et de la disparition du mal sur cette terre, et qu’elle sera radicale, rapide et définitive. Nous savons que les échéances sont proches. Le Saint-Esprit nous enseignera prochainement la conduite à suivre. Soyons patients et surtout totalement confiants en la Providence divine.
Merci Seigneur pour tous vos bienfaits. Que votre règne arrive dans nos cœurs et sur cette terre, lavée et purifiée de toutes ses impuretés.

Pour télécharger le pdf de l’article : Ignis Ardens

(1) (3) Voix Prophétiques tome II de l’abbé Curicque (1872)
(2) Révélations de sainte Brigitte de Suède, premier livre chapitre 5
(4) (5) Apocalyspe chapitre VII : le sixième sceau
(6) (7) (7b) Don Jean de Monléon : Le sens mystique de l’Apocalypse (1947)
(8) Révélations de sainte Brigitte de Suède, premier livre chapitre 7
(9) Révélations de sainte Brigitte de Suède, deuxième livre chapitre 10
(10) Luigi Gaspari, conférence à Pau du 23 septembre 1990
(11) (12) saint Thomas d’Aquin, L’humanité de Jésus-Christ (opuscule 61)

766 Commentaires

  1. Dalgie

    Bonjour, je voudrais savoir si les personnes vivant en situation de concubinage avant l’éventualité d’un mariage sont en état de péché mortel. Je connais quelques personnes dans ce cas, qui à cause de leur situation sociale, financière qui se dégrade, ne peuvent construire tout de suite quelque chose de solide et sont retardés dans leurs projets, celui du mariage ou même de fonder une famille et se retrouvent donc durablement dans cette situation instable et très désagréable. Cette situation n’est pas à relier avec l’adultère puisque ces personnes sont fidèles. Comment nomme-t-on cela dans l’Eglise?

    • dalencourt

      Dalgie, vivre en concubinage est un péché d’adultère puisqu’ils ne sont pas mariés. Invoquer la situation sociale pour retarder le mariage est de l’hypocrisie car un mariage en soi ne coûte rien, mis à part les honoraires de la messe et la publication des bancs. C’est tout ce que l’on a créé autour qui constitue autant de FAUSSES barrières. Vous trouverez toujours tout un tas d’arguments pour justifier un mauvais comportement.

      • Jeanne d'Arc II

        @Dalgie. En admettant que ces couples veuillent faire un mariage avec un certain nombre de membres de leur famille, qui peut coûter effectivement un peu d’argent, il y a une solution très simple : ne plus avoir de relations sexuelles jusqu’au mariage, pour vivre comme l’a demandé le Seigneur. La continence, en plus du « chacun chez soi », est le moyen de vivre saintement cette période et de se préparer à faire un vrai mariage chrétien, comme l’a toujours voulu le Seigneur.

    • Emmanuelle

      Bonjour Dalgie,
      J’en rajoute une petite couche en disant que les femmes qui ne se marient pas et acceptent de rester en concubinage alors qu’elles ont des rapports avec un homme, manifestent un très gros retour en arrière de la situation de la femme.
      En effet, je suppose que ces femmes retardent artificiellement l’arrivée d’un enfant en prenant la pilule ou en utilisant tout autre moyen contraceptif. Mais, aucun moyen contraceptif n’est fiable à 100%. Ces femmes s’exposent donc à l’arrivée inopinée d’un enfant, sans être mariée. Si l’homme ne s’est pas encore engagé dans le mariage jusque là, c’est très sûrement qu’il n’en n’a pas vraiment envie, et prétexte la situation sociale (prétexte à la mode pour cacher un véritable manque d’engagement très courant de nos jours chez les hommes).
      Qu’est ce qu’il se passe ensuite ?
      En général ça se finit en eau de boudin : le type fuit à l’arrivée du gamin. La femme est en risque d’avortement si sa famille ne la suit pas et ne l’encourage pas à garder l’enfant, ou, deuxième solution, contre l’avis de tous, elle le garde quand même, et se retrouve à devoir faire caissière à Carrefour à 50 km de chez elle, et jongler entre les heures de travail mal payées, et la nounou payée par la caf. Ces femmes sont en situation ultra précaire, j’en connais plusieurs, rien que dans ma rue. Elles ont quelques aides sociales mais sans plus, car elles travaillent. Elles sont seules, fatiguées, crient après leurs enfants qui n’écoutent rien en rentrant tard le soir. Elles ne chauffent même pas leur maison, car n’ont pas de quoi payer le chauffage. On les reconnait : leurs enfants sont sous anti-biotiques en permanence, ils ont une bronchite, asthmatiforme, la moisissure s’étant déposé en haut des murs par manque de chauffage. Véridique….!
      J’en connais même une, en bas de chez moi qui est morte l’année dernière d’un cancer de l’utérus, même pas 40 ans, sans eau chaude, sans électricité, sans chauffage, sans travail, seule, oubliée de tous, dans son minuscule cagibi, le frigo vide, alors que le père de sa fille habitait à 40 mètres de chez elle. Le père, une fois la mère morte, ne s’occupe toujours pas plus de sa fille, la gamine va un peu chez son oncle, ou chez son frère. Elle tourne mal…

      Si j’étais jeune, j’exigerais que l’homme qui dit vouloir passer le reste de sa vie avec moi, fasse au moins l’effort de s’engager dans le mariage avant d’entamer quelque rapport que se soit…

      • Alex

        Vous êtes une femen? allez voir les sites de rencontres pour voir le nombre de femmes qui couchent avec tout le monde avant de parler!!! c’est tellement facile de jeter la pierre sur l’homme!!!

        • Ragnar Lodbrok

          Alex,
          On se calme!
          Emmanuelle n’a strictement rien d’une femen!
          Vous l’insultez injustement!
          Emmanuelle ne rejette pas la faute sur l’homme.
          Elle se contente d’exposer des situations qui aujourd’hui sont malheureusement courante!
          La démission de beaucoup d’hommes jeunes et parfois moins jeune est courante.
          Dans leur tête c’est oui au plaisir et au confort, non aux responsabilités!
          Le problème vient et d’une éducation absente ou inexistante et d’une défaillance de caractère!
          Il faut bien remarquer au niveau social, une dévirilisation des hommes en général et des jeunes gens en particulier et en parallèle une masculinisation des femmes!

          Dieu merci, cela n’est que général et il reste « encore » des cas particuliers ou les personnes assument toutes leur responsabilités.
          Mais c’est bien rare et Emmanuelle a donc totalement raison.
          C’est une femme de caractère, pas une gnangnan 🙂

        • Emmanuelle

          Dire à une femme mariée d’ aller voir les sites de rencontres ? Vous avez de drôles de conseils Alex ….
          Quand à m’accuser d’être une femen, Dieu m’en garde.
          Apparemment, vous avez mal compris mon propos, mais c’est de ma faute, car, exceptionnellement, je n’ai pas recadré mon commentaire dans une ligne spirituelle, c’est peut-être plutôt là que j’ai faux. Mon commentaire était trop païen, car je pensais quand je l’ai écrit à ces femmes non catholiques que je croise tous les jours dans ma rue, et qui croient être libres en évitant le mariage, et qui en fait s’enfoncent dans une précarisation qui les mets en esclavage total, ainsi que leurs enfants.
          Je recadre de ce pas.
          En effet, nous avons un ennemi commun, qui a décidé de détruire l’homme. Quand je dis l’homme, c’est l’humain, homme et femme. Pour celà, il s’est attaqué à la famille. Il s’est acharné sur la femme en premier, car, elle lui rappelle Marie. Il lui a donné des vélléités d’indépendance, et lui a fait croire qu’elle était malheureuse et infantilisée en étant épouse et mère. La femme est alors entrée en guerre avec l’homme, a exigé de travailler plutôt que de rester au foyer, et s’est mise à croire qu’elle pouvait peut-être tout simplement se passer des hommes, pour les plus corrompues d’entre elles. Il lui a mis des moyens de contraception à sa disposition, histoire de décorréler entièrement l’acte sexuel de la procréation, ce qui, nous le savons en tant que chrétien, est le premier pas vers le meurtre d’enfant par l’avortement, et de plus, fait croire à la femme que c’est elle qui est maitresse de sa fécondité, et non Dieu. L’explosion du nombre de cas d’infertilité cette dernière décénie est un message grave et important de la part du Bon Dieu, nous devrions en prendre cas.
          Ensuite, notre ennemi, s’est alors occupé de l’homme, et a entrepris de le déviriliser. Pour celà, c’est simple, pour ceux qui ont lu Romains, il fallait le faire devenir idôlatre. Saint Paul explique qu’il y a un lien entre l’idôlatrie et la dévirilisation de l’homme. Nous assistons alors à une démission générale de l’homme par rapport à ses responsabilités familiales, mais pas seulement. Il y a une nouvelle forme de féminisation de l’homme (quand on force des petits garçons à faire pipi assis comme une fille, c’est tout de même qu’on a une idée tordue derrière la tête), sinon le mariage pour tous n’aurait jamais pu être possible.
          Nous sommes donc à ce stade très avancé de la destruction familiale, la femme, comme l’homme ayant été attaqués de toutes parts par une idéologie destructrice, mais sur des registres différents, en rapport avec leur nature profonde.
          Pour se sortir de cette impasse, il nous faut déjà prendre conscience qu’on nous a manipulé, et que le résultat de ce carnage, est le résultat d’une propagande bien organisée. Ensuite de comprendre ce que le Bon Dieu a prévu pour nous au niveau familial, et le re-conquérir.

        • Emmanuelle

          Je vous remercie chaleureusement Ragnar de votre bienveillance à mon égard et de ce commentaire de défense.
          Alex ne me connait pas, et internet reste un outil limité pour la communication. Aussi, chacun perçoit de l’autre uniquement ce qui transparait en instantané.

    • Domine ne moreris

      Je ne dirais pas comme Louis que c’est un péché d’adultère, sauf si l’un des deux a déjà été marié. Mais il y a double péché mortel : celui dit « de fornication » (relations sexuelles hors mariage, en l’absence d’autres circonstances aggravantes tel que mariage de l’un des deux, voeux religieux …) et celui de « concubinage » qui est ce qu’on appelle le « scandale » car cette relation s’affiche au grand jour sans rester secrète.
      Circonstance encore aggravante : c’est un péché répété au jour le jour.

      Beaucoup de « couples » aujourd’hui retardent un mariage au prétexte de faire « une belle cérémonie » : ça coûte ma pauvre dame, vous savez … C’est clairement un faux argument comme le dit Louis : beaucoup de nos aîeux se mariaient dans la plus extrême simplicité, sans tralala ni fête somptueuse (exemple en la matière le Mariage de la Sainte Vierge et de Saint Joseph) ; de plus c’est éventuellement aux familles (les parents) à supporter ces dépenses si on souhaite « faire festif » et non aux époux eux mêmes, et si personne ne peut mettre la main à la poche alors on se marie entre deux témoins et le seul curé, et pour moins cher qu’un repas en amoureux au restaurant.

      Mais l’autre aspect est dans le « avant l’évantualité d’un mariage » : on ne doit s’engager dans le mariage que directement, sans aucun « essai » (charnellement parlant) d’aucune sorte, ni avec le futur conjoint ni avec qui que ce soit, et pour cela il existe une étape préliminaire quasi indispensable (au moins dans le cas ordinaire) qui se nomme « les fiancailles » où on apprend à se connaitre (mais non point charnellement, ou au sens biblique si vous préférez) et à vérifier une indispensable communauté de vues sur tous les sujets importants.

      Dura lex sed lex : voilà ce qu’il faut rappeler à nos jeunes (et moins jeunes) pour leur tenir le langage de Vérité qui est celui de l’Eglise et le seul que vous pouvez tenir sans vous mettre vous même en grave infraction face à la justice divine.
      Cela peut sembler très difficile aujourd’hui, mais en fait pas tant que cela. Le « Monde » actuel fait tout pour nous persuader que c’est impossible, dépassé, autorisé purvu que l’esprit soit bon, de notre époque … Mais ce qui sera instantanément impossible c’est la situation dans l’autre monde du pauvre concubinaire dès le moement d’un trépas brutal si cela devait se produire.

      Il y aurait encore beaucoup à dire sur un tel sujet, gravissimement « brûlant » de nos jours.

  2. DMJF17

    LES JOIES DU ROSAIRE (suite)

    4ème Mystère douloureux : le portement de croix.

    Il n’y a plus rien de sain dans l’âme souillée par le péché. Elle est un objet de malédiction et d’horreur, un rebut. Le Sauveur, depuis son agonie, depuis qu’il a pris sur lui le fardeau, la peine du péché, n’a plus rien de sain en lui, il est devenu pour Dieu un objet de malédiction et d’horreur (Is I-6.Gal III-13)

    Après avoir subi la flagellation, le couronnement d’épines, Jésus n’a plus rien de sain physiquement, « son aspect n’étant plus celui d’un homme » (Is 52-14). Il apparait devant tous les yeux comme « un homme de douleurs » (Is 53-3), « l’opprobre des hommes et le rebus du peuple » (Ps 21-7). Il apparait ainsi à Marie sur le chemin du Calvaire, à Simon de Cyrène, à Véronique, aux saintes femmes, à tout le peuple juif : « il n’avait ni forme ni beauté pour attirer nos regards, ni apparence pour attirer notre amour…et nous le regardions comme un puni, frappé de Dieu et humilié » (Is 53-2 et 4).

    Dans cet état, il reçoit la compassion de sa très sainte Mère, la sympathie, la pitié de quelques-uns, ceux qui ont encore foi en lui, il reçoit les railleries, les brutalités, la haine, l’indifférence, pour le moins, des autres…
    Terrible mystère de prédestination que cette sympathie qu’on donne ou qu’on refuse à Jésus portant sa croix ;( nous devons porter la nôtre à sa suite pour être sauvés (Luc IX-23,26)

    Il n’y a rien de changé dans le monde…Jusqu’à ce que les temps soient révolus, Jésus passe au milieu de nous avec sa croix, nous le suivons avec l’amour de notre cœur ou avec la haine, le mépris, l’indifférence…
    Sans la foi, comment les Juifs auraient-ils pu penser que Dieu se cachait dans cet homme portant lui-même la croix de son supplice ? il n’y avait rien de sain en lui…il avait l’aspect d’un criminel, « tous ceux qui l’ont vu se sont moqué de lui, de leurs lèvres ils ont proféré l’outrage et ils ont branlé la tête » (Ps 21-8).
    Sans la foi, qui peut penser que Dieu se cache aujourd’hui en son Eglise bafouée, persécutée ? sans la foi qui peut reconnaître Jésus qui passe quand il nous présente sa croix à porter, le devoir quotidien à accomplir, la charité envers notre prochain, etc… ? Sans la foi qui peut reconnaître Jésus dans l’Eucharistie et lui accorder sa sympathie quand si peu en font cas… ?

    Nous avons appris à ne pas juger selon les apparences, mais selon la foi…accordons notre sympathie ouvertement à Jésus qui passe au milieu du monde. Je dis ouvertement, car il ne suffit pas qu’elle soit dans le cœur, elle doit se traduire par des actes (non des paroles, nous l’avons vu).Jésus a souffert pour le péché que pourtant il n’avait pas commis (II Cor V-21). Nous qui l’avons commis, nous ne le laisserons pas seul (voir Jean XVI-32) nous viendrons à sa suite…les hommes penseront ou diront ce qu’ils voudront, il n’y a à compter pour nous, comme pour Jésus, que la pensée, le jugement de Dieu.

    Le mystère du portement de la croix renferme de grandes joies : celle d’aider Jésus avec Simon de Cyrène, d’essuyer son visage avec la pieuse Véronique, celle d’essayer de le consoler avec les saintes femmes, surtout celle de lui apporter avec Marie la compassion d’un cœur pur.

    Ce mystère est aussi, avons-nous dit, un mystère de prédestination. Le psalmiste dit : « Dans ton livre nous sommes tous inscrits » (Ps 138-6). Nous sommes inscrits pour la vie ou pour la mort dans la croix du Sauveur, suivant ce que nous aurons choisi (voir Ecclésiastique XV-16), suivant que nous aurons porté ou non notre croix avec le Christ. Car notre croix doit être dans celle de Jésus pour resplendir avec elle au jour du jugement. Elle demeure toujours en apparence une ignominie et nous voulons la fuir. Ecoutons la parole du Maître : « s’adressant à tous, il dit : si quelqu’un veut venir après moi, qu’il se renonce à lui-même, qu’il porte sa croix chaque jour et me suive…Et si quelqu’un rougit de moi et de mes paroles, le fils de l’homme rougira de lui lorsqu’il viendra dans sa gloire et dans celle du Père et des Saints Anges( Luc, IX-23,26).

    Il n’y a rien de sain en nous à cause de nos péchés, acceptons donc de porter, avec amour et avec joie, notre croix de chaque jour, demandons cette faveur comme fruit de ce mystère. Dieu ne permettra pas qu’elle soit au-dessus de nos forces (voir I Cor X-13).Dans cette voie, douloureuse certainement, Marie nous regarde passer, elle nous suit comme elle a suivi Jésus…Dans cette voie nous trouverons la consolation à son heure, comme Jésus a trouvé la sienne dans la sympathie de Véronique et des filles de Jérusalem…Dans cette voie, nous aurons, peut-être aussi, à consoler les autres, comme Jésus a consolé ces mêmes femmes qui le suivaient. C’est la voie du salut, de la vie éternelle, la voie de la science, de l’intelligence de Dieu, de Jésus, son envoyé, dans le mystère de leur amour, c’est l’assurance de rencontrer dès ici-bas la joie de Dieu par la ressemblance et la conformité à Jésus (Rom VIII-29)
    A suivre,

  3. Gégé22

    Louis, dans cette vidéo du 10 novembre, le rabbin ron chaya commente l’actualité au proche orient, les informations qu’il donne sur les forces militaires en présence dans la région sont vraies et ne sont pas relayées par nos média main stream. La situation militaire est explosive et peut déboucher sur une guerre mondiale à tout moment.
    http://www.leava.fr/cours-torah-judaisme/actualites/leava-annule-son-diner-de-gala-a-cause-de-la-guerre.php

        • gog land

          @ Patrick Louis Vincent

          M Dalencourt merci de ne pas censurer :

          Titre de la video Poutine = Gog Land

          Gog Land est une ile au large de Saint Petersbourg.

          Poutine est ne dans le departement geographique de Gog Land.

          C est bien le roi de Magog ne a Gog !

        • frru

          j’ai dit des bêtises désolé
          Gog et Magog. Ce sont des êtres humains qui ont été créés par Dieu et dotés d’une puissance qui ne peut être détruite par personne d’autre que Dieu . Lorsqu’ils seront libérés, ils prendront le contrôle du monde sous un règne qui semblera être la fin de l’histoire. Leur puissance repose sur des fondements essentiellement impies (non croyants) et corrompus. Ils absorberont également l’humanité au point que ses membres deviendront des copies conformes d’eux-mêmes lorsqu’ils établiront une société mondiale. C’est précisément le monde d’aujourd’hui.

      • dalencourt

        Oui c’est ça : il faut voir le sens allégorique de Gog et Magog c’est à dire la puissance qui vient du nord. Or la Russie a été le pays retenu pour être le principal foyer du communisme et du socialisme. D’où la phrase de la Sainte Vierge à Fatima « La Russie répandra ses erreurs ». C’est fait : aujourd’hui le monde entier est socialiste, y compris les pays qui se disent capitalistes alors qu’ils sont plus socialistes que les ex républiques soviétiques.

        • FredSN

          Bonjour,
          Au niveau definition j’ai lu ceci :
          ———————————-
          Le mot « Gog » a le sens de « toiture ». Il désigne les forces sataniques couvertes, c’est-à-dire dissimulées, les forces que l’on a des difficultés à identifier comme mauvaises. Gog a donc le sens de ruse.
          Magog signifie « sans toiture » c’est-à-dire sans dissimulation. Il désigne les forces ouvertement hostiles à Dieu et à son Oint. Magog a donc le sens de violence cynique et affichée.
          Concernant le sens que l’on peut donner à Gog et à Magog, saint Ambroise s’exprime ainsi :
          « par Gog, qui s’interprète toiture, sont désignés ceux qui cachent leur malice, paraissant justes aux yeux des hommes, alors qu’ils sont méchants dans leur esprit. Par Magog, qui s’interprète « sortant du toit », sont désignés ceux qui, se répandant hors du toit de leur cœur en malices ouvertes, montrent aux yeux de tous qu’ils sont impies ».
          ———————–
          voir ABRÉGÉ DE DÉMONOLOGIE de JEAN VAQUIÉ – (GOG et MAGOG)
          Merci.
          +++

  4. Chris

    Bonjour à tous,

    Voyez-vous un lien entre le crash allant à Saint Petersbourg (Saint Pierre), Emmanuel Macron né le 21 Décembre pour la Saint Pierre et la loi « Noé »?

    Il y a 3 symboles eschatologiques apparents: Emmanuel (soit un adjectif utilisé pour Jésus-Christ) / 21 Décembre (Fête Saint Pierre) / Noé (Le déluge)

    De plus la COP21 démarre pour la Saint André et se clôture pour la Saint Daniel.

  5. Jeanne d'Arc II

    Migrants et Belgique : le vice-premier ministre Alexander De Croo réclame la mise à disposition des monastères et abbayes vides.
    « J’entends le pape François réclamer plus de compassion pour les réfugiés. Mais l’Eglise en Belgique est restée à ce jour silencieuse sur le sujet », a affirmé le ministre à Belga. « D’autre part, le nouvel archevêque a déclaré qu’il allait se pencher sur la manière dont l’Eglise va gérer son patrimoine. »
    Selon Anne Dussart de Caritas International, Alexander De Croo fait fi de tout le travail administratif qui doit être réalisé pour pouvoir recevoir des places d’accueil selon les règles. « Préparer un bâtiment pour l’accueil signifie davantage que prévoir un lit, une douche et du pain. Du personnel doit être désigné et une sécurité incendie doit être assurée. Et cela n’est possible qu’une fois que Fedasil a contrôlé le bâtiment et que le conseil des ministres a donné son autorisation », explique-t-elle.
    Deux bâtiments, une ancienne maison de repos à Scherpenheuvel et un ancien monastère à Saint-Josse-ten-Noode, sont presque en règle pour pouvoir accueillir près de 290 réfugiés. Caritas International, qui avait lancé un appel en août aux « propriétaires solidaires » avec l’appui des évêques de Belgique, s’appuie en outre sur une base de données d’environ 400 habitations qui sont proposées par des particuliers pour l’accueil de réfugiés ou de demandeurs d’asile reconnus.
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2518940/2015/11/09/Les-monasteres-et-les-abbayes-doivent-restent-ouverts-aux-refugies.dhtml

    Le nouvel archevêque en question, Jozef De Kezel, nommé par François récemment, est TRES libéral : « la Miséricorde est condescendante, l’Eglise doit être plus pertinente ».
    Ce nouvel archevêque est très déçu que le Synode ne se soit pas terminé par la proposition concrète de donner la Communion aux divorcés-remariés. Mais il est heureux tout de même : il est clair pour lui que l’Eglise a changé, que la mentalité a évoluée. (propos tenus auprès d’un journal belge avant sa nomination).
    Cet archevêque est aussi très ouvert sur la question homosexuelle et ouvert à d’autres choses que l’Eglise ne permet pas.
    C’est un protégé du Cardinal Danneels, qui je le rappelle, est très progressiste : il défend l’homosexualité, l’éducation sexuelle des enfants sur ces sujets, etc. Il a fait partie de la mafia de Saint-Gall ayant favorisé l’élection de François, et bien qu’ayant couvert une affaire de pédophilie pendant des années, il a fait partie des « invités de François » au Synode.
    Le nouvel archevêque « a beaucoup appris du Cardinal Danneels, et rêve d’une Eglise qui « accepte qu’elle devienne plus petite », et « qui n’est pas seulement préoccupées des questions religieuses, mais des problèmes sociaux ».

    Mon avis : une Eglise faite de petites ONG qui s’occupent des migrants, des pauvres, des marginaux et qui oublie le Seigneur et les Dix Commandements ?
    https://www.lifesitenews.com/news/brussels-new-archbishop-mercy-is-condescending-church-needs-to-be-more-rele?utm_source=LifeSiteNews.com+Daily+Newsletter&utm_campaign=d7af66151c-LifeSiteNews_com_US_Headlines_06_19_2013&utm_medium=email&utm_term=0_0caba610ac-d7af66151c-398382525

    • dalencourt

      Jeanne d’Arc, ce matin à la gare on distribuait aux usagers des tracts pour le Secours catholique.
      Sur le document, ils expliquent leurs priorités :
      1) Deux populations :
      – les familles
      – les migrants. Voici la phrase exacte  » Les migrants et les étrangers pour qu’ils trouvent leur place parmi nous dans le respect de leur dignité. »
      2) Deux problématiques :
      – le logement
      – l’emploi

      Donc en clair on les fait venir, on les loge et on leur trouve du boulot. Avec nos sous.
      Pas une ligne sur les âmes (c’est le secours catholique tout de même) ni sur une quelconque action d’évangélisation.
      Voilà les cathos d’aujourd’hui : ils oeuvrent à leur propre destruction, la main sur le coeur et le sourire aux lèvres.

    • Chris

      Aujourd’hui le 12 Novembre est la Saint Christian. 12 comme les 12 apôtres du Christianisme. La Saint Martin était le 11 Novembre il me semble.

      • Domine ne moreris

        Non Chris, il y a deux St Martin fêtés à la suite l’un de l’autre :
        Le grand Saint Martin de Tours, l’Apôtre des Gaules, qui donna la moitié lui appartenant de son manteau (l’autre moitié était payée par Rome) à un mendiant aux portes d’Amiens, puis qui quitta l’armée romaine pour aller fonder la 1ère communauté monastique des Gaules avant de sillonner le pays en évangélisant les campagnes, est fêté le 11 novembre.
        Le 12, c’est Saint martin Ier, pape et martyr.

        J’en profite pour signaler qu’en ce 13 novembre, c’est la saint Brice : il fût ordonné prêtre par St Martin, mais de ce moment devient « plus cavalier que clerc, superbe et arrogant, quoique que restant honnête et chaste » et n’hésitait pas à traiter St Martin de fol. St Martin le repris, et lui dit qu’il avait obtenu du Ciel qu’il lui succédat comme évêque de Tours. A la morts de St Martin (396), Brice s’amenda et devint un saint évêque malgré ses défauts. Il fut injustement accusé de la faute d’une religieuse qui entretenait son linge, et il ordonna au nom du Christ au bébé d’un mois de dire qu’il n’était pas son père, ce que fit ce dernier à la stupéfaction des assistants. Mais on l’accusa de magie, il pris alors dans son habit des braises ardentes et les alla déposer sur le tombeau de St Martin sans que ni lui ni son vêtement ne soient brûlés. Mais malgré cela il fut chassé de son évéché, mais y retourna après sept ans et après le décès brutal des deux évêques qui lui avient injustement succédés.
        St Brice peut certainement être prié pour nos évêques actuels, les officiels, qui auraient bien besoin de rentrer en eux mêmes et de retrouver le chemein de la véritable catholicité, à son exemple après la mort de St Martin

  6. frru

    entre la loi macron s’appelant NOE (le déluge) l’album de SEAL 7 faisant les sept sceaux, le prochain Star Wars qui signifie guerre stellaire s’intitulant le réveil de la force, il y a pas mal d’indices qui nous indique que des évènements sont proches, les deux printemps seront à confirmer…
    des gens alertent sur le fait qu’une probable invasion extra terrestre, notamment au vatican ait lieue afin de plonger l’humanité dans la peur et ainsi de l’unifier, ce sont des sources sérieuses, ensuite ne pas oublier que le temple était dédié à salomon, que ce cher attaloche veut jérus capitale du monde, ils échoueront, mais ceci dit cela durera pendant une certaine durée.. soyons sur nos gardes, très méfiants, sachons distinguer les signes et le vrai du faux, attention ….

    NB: évitez de porter tout appareil digital sur vous (c’est important, portez une montre classique), il vaut mieux prévenir

    merci à tous

    Dans la Paix du Seigneur

    • eo

      Jérusalem, terre Française !!! du Mont des Oliviers : l’ Eléona (terre d’oliviers)
      Relisez tous les textes d’Evangile, dont la dernière nuit de Jésus où il souffrit sa Passion.

  7. Gégé22

    Il est intéressant de constater que quelques uns de nos frères sur le blog se chamaillent gentiment sur le fait d’être sedevacantiste ou conciliaire, cela me fait penser aux simples soldats que nous sommes qui discutent de la légitimité de nos Généraux en plein coeur de la bataille. Essayons de nous concentrer sur nos actions pour Dieu, car l’ennemi est perfide et tenace et les tentations sont grandes. Comme le dit Louis, Dieu a laissé 2 papes en place donc faisons confiance à la providence car le dénouement semble très proche et les dernières images du pape François rappellent étrangement celles vues aux derniers moments de JP2.

    • Alfred

      Bonjour,
      Je lis régulièrement vos articles et commentaires depuis un peu plus d’une année.
      Je suis belge d’adoption et suis originaire d’afrique. Ce site est pour moi un cadeau.
      Dalencourt, merci pour le travail pénible et fastidieux que tu fais.Que le Saint Esprit augmente en toi plus de sagesse et de clarté, de clairvoyance. Sans te flatter tu sais que bcp de gens sont réchauffé par tes articles dans leur cheminement dans ces temps de confusion(y compris moi).
      ce que j’ai retenu de tes article: RESTER TOUJOURS EN ETAT DE GRACE même si j’y arrive pas mais c’est mon souhait.
      merci de me donner ton email privé j’aimerais te poser plein de questions

      Fraternellement

  8. Nico

    Il y a be trouve une obsession malsaine pour Star Wars qui n est qu un film destiné à engranger le plus d argent possible. Je n irai pas le voir et aucun catholique ne le devrait. Nous avons des ennemis bien plus redoutables.

  9. DMJF17

    LES JOIES DU ROSAIRE (suite)

    5ème Mystère douloureux : le crucifiement

    Dans la parabole du bon Samaritain l’évangile ne nous dit pas quelle fut la joie de celui qui fut sauvé des affres de la mort où les voleurs l’avaient laissé après l’avoir dépouillé.
    L’évangile ne nous dit pas non plus quelle fut la joie de Lazare ressuscité après quatre jours…
    Il n’est pas impossible de s’en faire une idée. Cette joie devait ressembler à celle du blessé qui renaît à la vie ou du malade à qui le médecin infuse le sang d’un homme généreux pour le ranimer.

    Sur le Calvaire il y a tout cela.

    Dépouillés de nos biens spirituels par le démon, Jésus nous les rend…Morts à la grâce par le péché, Jésus nous ressuscite dans le sacrifice de sa vie sur la croix…Malades, affaiblis par ce même péché, Jésus nous couvre de son sang pour nous infuser la vie de la grâce : « Quelle ne doit pas être notre joie et notre reconnaissance pour le don de Dieu » (II Cor IX-15).
    « Avons-nous bien compris toutes ces choses ? » (Matt.XIII-51)

    Le Calvaire est la consommation du « mystère du Christ » (Col IV-3).Nous ne le connaîtrons jamais assez, nous ne l’aimerons jamais assez. St Jean nous dit : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle » (Jean III-16).
    St Pierre nous dit que Jésus « a lui-même porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts au péché nous vivions pour la justice ; c’est par ses blessures que nous avons été guéris » (I Pierre II-24).

    St Paul nous dit : « J’ai été crucifié avec le Christ et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi.. qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi ».. (Gal II-20).

    Mettons donc tout notre soin à apprendre la science de Jésus crucifié (I Cor II-2). Demandons comme fruit de ce mystère la connaissance et l’amour de la Croix, de Jésus en Croix… Il est pour nous plus que le bon Samaritain, plus que le médecin… C’est Dieu, l’envoyé du Père, « l’image du Dieu invisible » (Col I-15), « l’image de sa bonté » (Sagesse VII-26), devenu notre image pour nous reformer à celle de Dieu, c’est Dieu souverain bien, venu du ciel pour détruire le mal et lui substituer le bien, la bonté divine…
    Recourons donc avec foi, espérance et amour à notre Sauveur. St Paul nous y invite en ces termes : « Puisque nous avons en Jésus, Fils de Dieu, un grand prêtre excellent qui a pénétré les cieux, demeurons fermes dans la profession de notre foi. Car nous n’avons pas un grand prêtre impuissant à compatir à nos infirmités : pour nous ressembler il les a toutes éprouvées hormis le péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce pour être secourus en temps opportun. (Heb IV-14 à 16).

    Aimons à méditer souvent ce mystère. Debout, près de Marie ou plutôt prosternés auprès de Madeleine comme des pécheurs, venons puiser aux sources même de la vie, la connaissance et l’amour de Dieu…Si nous connaissions le don de Dieu…(JIV-10)…il m’a aimé et s’est livré pour moi…(Gal II-20).

    La croix, le Calvaire, c’est la consommation du mystère du Christ. « Tout est consommé dit Jésus » en expirant : (J XIX-30).

    Tout est consommé en effet dans le mal comme dans le bien.

    Tout est consommé dans le mal : tous les péchés du monde sont là et en particulier la sacrilège arrestation du Maître avec Judas… la flagellation et le couronnement d’épines et la douloureuse crucifixion…du haut de sa croix Jésus reçoit l’endurcissement des Juifs, son peuple choisi pourtant, tous les blasphèmes, tous les sacrilèges du monde entier. Il voit « ceux qui ont l’intelligence obscurcie et sont éloignés de la vie de Dieu par l’ignorance et l’aveuglement de leur cœur…(Eph IV-18). Il voit tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité et ont, au contraire, consenti à l’iniquité (II Thess II-11). Il voit…et une prière s’échappe de son cœur : « Mon Père pardonnez-leur, ils ne savent ce qu’ils font » (Luc XXIII-34). En vérité, non, les Juifs, les pécheurs ne savent pas ce qu’ils font, car sans cela « ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de la gloire » (I Cor II-8), les Juifs au calvaire, les pécheurs dans leur cœur… Tout est consommé dans le bien puisque la grâce a suranbondé où le péché avait surabondé (Rom V-20), puisque Jésus, loin de se venger implore le pardon de ses bourreaux, accorde, séance tenante, au repentir tardif du bon larron, la grâce du paradis (Luc XXIII-43).

    Tout est consommé dans le bien puisque Jésus avant de mourir nous laisse sa très sainte Mère pour qu’en elle et par elle nous redevenions fils de Dieu…
    Douce et sainte Mère de Jésus… la voilà donc sonnée cette heure terrible de la rédemption du monde pour laquelle vous avez tant prié avec Jésus et pour laquelle vous êtes devenue la servante du Seigneur… Maintenant tout est consommé. En regardant Jésus, en écoutant ses dernières paroles, nous disons à vos pieds : « Cet homme était vraiment le Fils de DIEU3 5Matt XXVII-54). Et nous venons à lui…
    St Paul nous dit que Jésus « …tout Fils qu’il est a appris par ses propres souffrances ce que c’est qu’obéir et maintenant que le voilà au terme il sauve à jamais tous ceux qui lui obéissent » (Heb V-7 à 9). Approchons-nous du trône de la grâce (Heb IV-16) : le Calvaire. Dieu règne par sa croix (regnavit a ligno Deus) Puisse Marie notre Mère nous en découvrir le mystère, elle qui a subi avec Jésus les mêmes douleurs, connu le mal dans toute son horreur, le mal infligé au souverain Bien Jésus et a été crucifiée dans son cœur avec Lui (Luc II-35) Sancta Mater istud agas, crucifixi fige plagas cordi meo valide… Que Marie grave en notre cœur d’une manière si forte les souffrances de Jésus que nous n’en perdions jamais le souvenir. Que l’amour, un amour sans limite, inonde notre âme et la livre à Jésus comme Jésus s’est livré pour nous, afin que nous soyons sauvés par notre humble obéissance et notre application à le connaître, à l’imiter.
    A suivre,

  10. marie b

    https://www.youtube.com/watch?v=UyhNwIOWkWc&feature=player_detailpage jeanne d arc , c est un clin d œil du ciel vivre d amour car je voulais envoyer une prière à st antoine pour tous ceux qui avaient écrit à son sujet.. oui c est sainte Thérèse inspirée par l’esprit saint qui a écrit ce texte.. j’ai chanté dans une chorale qui s appelle la thérésia et l’église est dédiée à ste Thérèse de l’enfant jésus mais le peintre s est trompé et a peint sur la facade extérieure ste Thérèse d avila docteur de l’église , donc deux grandes saintes protègent le peuple de dieu. A l’ extérieur il y a un oratoire à la ste vierge. J ai chanté: jeter des fleurs, je n’ai d autre désir.. je vous mets le lien du couvent de ste Thérèse.. pour mieux connaitre et aimer cette grande sainte qui voulait passer son ciel à faire du bien sur la terre. » et qui a tant souffert par amour pour jésus et son prochain.

    http://www.couventsaintetherese.com/couvent/couvent.asp

  11. Jeanne d'Arc II

    Magnifique nouvelle : La Sainte Tunique du Christ exposée à Argenteuil en mars 2016.
    « Cette relique, l’une des plus sacrées du christianisme, sera exceptionnellement exposée du 25 mars au 10 avril 2016 en la basilique Saint-Denys d’Argenteuil dans le Val d’Oise.  »
    « Visible seulement deux fois par siècle, la prochaine ostension aurait dû avoir lieu en 2034. Mais l’évêque de Pontoise a décidé de précipiter les choses pour (l’année de la Miséricorde) ».
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/12/01016-20151112ARTFIG00321-la-sainte-tunique-du-christ-exposee-a-argenteuil-en-mars-2016.php

    • laurent35

      Merci pour l’information, Jeanne.
      Le 25 mars 2016, jour de la fête de l’annonciation dans le calendrier liturgique traditionnel, sera aussi le Vendredi Saint. Dernière conjonction avant l’année 2157.
      L’année 1429 où Jeanne d’Arc sauva la France était aussi une année de Jubilé. En sera-t-il de même en 2016 ?
      Je remarque que le père de Philippe de Villiers était lorrain comme Jeanne d’Arc.
      Sa mère était catalane, et il a passé son enfance en Vendée, comme si la reconquête (chrétienne) de la France s’étendant de la Lorraine à la Catalogne devait partir de l’Ouest de la France.
      Certes, à ma connaissance, Philippe de Villiers n’entend pas de voix venues du ciel, mais il est bien inspiré :

  12. dalencourt

    Petite observation anecdotique.
    Le 7 octobre dernier est sorti au cinéma un film appelé FATIMA. Rien à voir avec les apparitions de la Sainte Vierge, mais c’est le titre et la date qui sont intéressants. Car nous avons le même jour la conjonction de 3 facteurs :
    1) Les 444 ans de la bataille de Lépante
    2) Les 63 ans de Vladimir Poutine
    3) Et le titre d’un film faisant penser inévitablement à l’apparition du même nom où justement la Russie est évoquée en termes clairs.
    Encore un petit signe annonçant la proximité des événements.

  13. Petros

    « Petros, simplifiez-vous la vie, vous pouvez croire que François est pape sans le suivre » non, désolé, je ne tiens pas à être gallican.

    NB : ma vie est désormais très simple et je rends grâce à Dieu et à la Sainte Vierge pour cela !

    « « Mgr » Guérard des Lauriers a renié la thèse que vous défendez. » C’est votre interpretation. Je préfère croire celui qui a accompagné Mgr Guérard jusqu’à son lit de mort

    PS : oui j’utilise l’ironie dont le Bon Dieu m’a pourvu car j’adore Son sens de l’humour (et effectivement, cela est très efficace dans mon petit apostolate, qui je vous le rassure, se compose également de prières, saintes messes et mortifications).

  14. Gégé22

    La Russie a évacué la moitié de ses ressortissants d’Égypte à la date du 11 novembre soit 43 000 personnes en 4 jours. Il est donc probable qu’une frappe importante dans le Sinaï où sur les centres de contrôle de Daesh est lieu après le 15.
    http://rbth.com/news/2015/11/11/over-half-of-rusians-vacationing-in-egypt-return-to-homeland_539529
    Pourquoi pas une bombe à neutrons plus discrète du point de vue dégâts apparents, mais atroce pour les organismes vivants soumis au rayonnement dont les cellules composées d’eau principalement explosent, ces rayonnements ont une portée plus grande que la destruction mécanique d’une bombe atomique « classique » avec une puissance initiale moindre. L’image du nazi qui se liquéfie dans les « aventuriers de l’arche perdue « est très représentative des effets causés par ce genre de bombe.

  15. Florence

    La nature de ce signe
    Elle est inconnue. On peut penser qu’il s’agira d’un véritable (et dernier !) avertissement à l’humanité toute entière, mais rien ne dit qu’il ne restera pas secret, réservé aux Justes. Toujours invisible pour le commun des mortels.
    La nuit du 31 octobre au 1er novembre 2014, j’avais eu en songe l’information suivante : « Il va y avoir 7 fléaux à 7 endroits différents ». Mais est-ce lié aux 7 tonnerres ? Et puis il faut être très prudent avec les songes, car ils peuvent provenir du malin.
    Le voila votre signe
    ATTENTAT A PARIS
    Au moins sept attaques, les pires que la France aient jamais connues, ont secoué la capitale vendredi 13 novembre. 120 personnes ont été tuées, 200 sont blessées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s