L’Eglise catholique, clé de compréhension des derniers temps

le-bon-pasteur6

Pour bien comprendre le déroulé des évènements de la grande tribulation à la fin des temps -période que nous vivons en ce moment même-, il est nécessaire de connaître le sort réservé à l’Eglise de Jésus-Christ.
En effet, le combat sous-jacent derrière l’édification du Nouvel Ordre Mondial correspond bel et bien au remplacement d’une société basée sur des fondements chrétiens par une société basée sur des fondements lucifériens.

D’où l’évolution constatée de la société satanique actuelle : tout ce qu’aime Dieu, Satan le détruit et le remplace par son contraire.
D’où le nom du futur dirigeant mondial, à l’apogée du règne de Satan : l’Antéchrist, à la fois ante (c’est-à-dire précédant le retour du Christ) et anti (l’exact contraire du Christ).

Pour ceux qui découvriraient ce blog en cours de route, la fin des temps signifie que Satan règnera sans partage sur la terre pendant 3 ans et demi (selon l’Apocalypse) via le règne de l’Antéchrist. Dieu lui-même y mettra fin par le retour du Christ sur terre (la Parousie du Christ). Ce scénario est actuellement en phase finale, le règne de l’Antéchrist étant attendu (selon moi) pour l’année prochaine, d’où les troubles qui agitent le monde entier et qui sont appelés à se développer à vitesse grand V.
Evidemment, les Saintes Ecritures et de nombreuses prophéties ont annoncé et décrit cette période, reconnaissable entre toutes à un certain nombre de signes précurseurs.
Tapez sur Internet « signes de la fin des temps » et vous serez vite édifié.

Dans ce combat entre le bien et le mal, entre Dieu et satan, la religion tient une place essentielle. D’abord, parce qu’elle est un obstacle, et non des moindres, à l’accomplissement des plans sataniques. Et ensuite parce que la victoire des forces du mal ne peut être complète, et définitive, sans l’anéantissement complet de ses ennemis.

Or, parmi les signes caractéristiques de la fin des temps, deux sont particulièrement liés à la religion :

a) Il y aura une grande apostasie. De Jésus Lui-même (« Lorsqu’il reviendra, le Fils de l’Homme trouvera-t-il la foi sur terre ? ») à saint Paul (« Il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition » II Thess 2-3) en passant par les apparitions mariales et de multiples prophéties, celle-ci ne fait aucun doute.

b) Il y aura une grande crise dans l’Eglise. Cette crise est décrite à la fois par la Sainte Vierge (La Salette, Aquita…) et là aussi, par de nombreuses prophéties et visions (MJ Jahenny, AC Emmerich…).

Cet article a donc pour but de déterminer :
1- Parmi les religions dites chrétiennes, laquelle –ou lesquelles- sont concernées par les prophéties ;
2- Que va-t-il advenir, selon les prophéties, de cette Eglise ?
3- Dans le cas particulier des catholiques Romains, que doit-on penser de l’évolution de cette église suite au concile Vatican II ;
4- Que penser de la situation actuelle et du rôle du pape François ?

1. Comprendre la chrétienté

Etre chrétien, pour simplifier, c’est reconnaître Jésus-Christ comme le Messie et comme Dieu en tant que seconde personne de la Sainte Trinité. Les chrétiens aujourd’hui sont sub-divisés en trois grands mouvements :

L’Eglise catholique Romaine. Elle revendique la continuité de l’œuvre créée par Jésus-Christ, selon une organisation hiérarchique définie par Jésus lui-même : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église ». Depuis 2000 ans, cette Eglise perdure et le successeur de Pierre s’appelle le pape ; son siège (le Saint Siège) est à Rome, au Vatican.

L’Eglise orthodoxe : les orthodoxes se sont séparés de Rome lors du schisme de 1054. Bien que très proches des catholiques romains, ils n’ont pas la même structure hiérarchique unifiée et en différent également sur plusieurs points de dogmes, dont le fameux filioque. Ces différences ne sont pas négligeables, en témoignent les débats passionnés que nous avons avec Geocedille sur ce blog (pour ceux qui lisent les commentaires).

Les Protestants et assimilés (Anglicans, Mormons, Evangélistes, Témoins de Jéovah, etc.) : ce mouvement initié par la Réforme de Luther en 1517 marque une rupture très nette avec l’Eglise Romaine. Mis à part la vénération de la Sainte Trinité, il y a peu de points communs avec les autres chrétiens : absence de culte pour la Sainte Vierge et les saints, pas de hiérarchie unifiée, Saint Sacrifice de la messe remplacé par un repas fraternel sans miracle de la Transsubstantiation, lecture « libre » de la bible ouvrant la voie à toutes les interprétations et erreurs possibles, d’où les nombreux mouvements différents recensés.

Est-ce que tous les chrétiens adorent le même Dieu ?
Poser cette question revient à dire : quelle église est la bonne ?
La multitude de chapelles différentes se réclamant de Jésus, conséquence de l’expansion du protestantisme, a nécessité de distinguer ces nouveaux chrétiens des originaux (ceux des origines) en dénommant ces derniers catholiques romains, le terme romains permettant aussi de les distinguer des orthodoxes.
Pourtant, Jésus s’est exprimé sans ambiguïté : « mon église », pas plusieurs. « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie », il n’y a qu’un seul chemin pour venir jusqu’à lui, pas deux. Peut-on penser un seul instant qu’adorer Dieu, l’aimer et le servir puisse se concevoir tout en reniant ou refusant son œuvre ? C’est-à-dire en refusant d’appartenir à l’organisation qu’il a lui-même créée pour continuer, pérenniser et faire connaître son œuvre.
Il fixe à Pierre une mission, diriger son Eglise, et il charge ses disciples « d’aller enseigner toutes les nations ». Que je sache, aucun de ses disciples ne s’est écarté de cette Eglise naissante, au contraire par leur action, ils l’ont construite, conformément au souhait (devrais-je dire à l’ordre ?) de Jésus-Christ lui-même.

Ceux qui sont séparés de Rome nous rétorquent : oui mais les catholiques se sont écartés de la Parole de Dieu par leurs actions et leurs décisions, qui ne seraient plus conformes à Sa Volonté. En gros, la composante humaine de l’Eglise aurait pris l’ascendant sur la composante divine, censée pourtant être guidée par le Saint-Esprit.

A ces arguments, je retiendrai deux objections (parmi de nombreuses autres) :faux-prophete

a) La grande astuce de Lucifer, c’est de se faire adorer sous le nom de Jésus. C’est le piège suprême. Pour mieux tromper les hommes, Lucifer prend l’aspect de Jésus détournant ainsi les hommes du Vrai Dieu. La réforme protestante est typique de cette stratégie luciférienne : au nom de Dieu, je refuse tout ce qu’il a créé, jusqu’à ne plus reconnaître la Présence Réelle dans l’hostie. Savez-vous que les palladistes (francs-maçons lucifériens) appellent Lucifer le Dieu-Bon, par opposition à notre bon Dieu, qu’ils nomment Adonaï ?
A votre avis, en agissant de la sorte, les protestants adorent le Bon Dieu des cathos ou le Dieu-Bon des palladistes ? Rappelez-vous les paroles de Notre-Seigneur : « Car plusieurs viendront en mon nom, disant : c’est moi qui suis le Christ. » (Matthieu 24, 5). C’est pourtant clair.
J’ai déjà expliqué que les hébreux symbolisaient les élus, dans l’Ancien Testament, et la Terre Promise le royaume de Dieu. Jésus, en venant sur terre, a modifié cette symbolique : à partir de sa venue, le peuple de Dieu est constitué de ceux qui croient en Lui, et non plus du peuple hébreux seul. C’est une des raisons de sa condamnation, car il avait clairement dit aux Pharisiens et aux chefs des prêtres qu’ils ne constituaient plus dorénavant le peuple de Dieu. Par conséquent, il faut plutôt comprendre la fameuse formule de l’Apocalypse « ceux qui se disent juifs mais ne le sont pas » par « ceux qui se disent chrétiens mais ne le sont pas ».

Les seuls qui ont droit à l’appellation de chrétiens sont les catholiques romains car ils représentent la chrétienté originelle, ceux qui sont restés fidèles à la parole de Dieu dans son ensemble.
Les autres se sont tournés vers Lucifer, à leur insu pour la grande majorité. Mais même s’ils sont sincères dans leur foi ils sont amenés, à un moment ou à un autre, à s’opposer à l’Eglise catholique, à ses dogmes et à son enseignement. Et là, ils font le jeu de Satan d’une façon qui n’est plus vraiment inconsciente.
Et ils s’écartent donc irrémédiablement du Vrai Chemin.

b) L’apostasie et la crise concernent-elles d’autres églises que la catholique romaine ?
Eh bien non ! Là aussi, il n’y a pas d’ambiguïté. L’Eglise catholique romaine est la seule à connaître une grande crise interne et une véritable apostasie de la part du plus grand nombre de ses membres. Pourtant, de l’arianisme à la réforme luthérienne, l’Eglise a toujours connu de puissantes attaques dont elle s’est à chaque fois sortie. Sauf du libéralisme, qui s’introduit insidieusement à partir du milieu du XIXème siècle, vigoureusement combattu par les papes Pie IX, Léon XIII et Pie X, pour finalement revenir triomphant au concile Vatican II. « Pie XII fut le dernier pape catholique » se plaisait à dire un haut initié.
Notre ami Geocedille, fin connaisseur de l’orthodoxie, nous l’a bien affirmé : pas de crise ni d’apostasie chez les orthodoxes. Le protestantisme et ses dérivés n’ont pas non plus de problèmes de ce côté-là, et pour cause : leur infiltration du catholicisme romain -ou du moins celle de leurs idées via le libéralisme- serait plutôt une des origines de ladite apostasie.

2. Le plan satanique de destruction de cette Eglise

Je ne puis rentrer dans le détail sur ce sujet, il y a des livres entiers qui en traitent. Je voudrais juste rappeler que :

L’Eglise catholique est la seule qui ait droit à un double plan de destruction :
–          Une destruction de l’intérieur (destruction spirituelle), plus communément appelée « le mystère d’iniquité »,
–          Une extermination de ses membres (destruction physique)

Un petit mot au sujet de l’extermination physique.
Même si les orthodoxes ne font pas partie de l’Eglise catholique, ils en sont suffisamment proches pour être mis dans le même sac par les lucifériens. Il semblerait cependant que leur sort soit un peu différent : c’est l’extermination massive directe sans passer par la case infiltration interne. Les bolcheviques sanguinaires ont choisi une nation orthodoxe pour y installer leur régime, le seul dont les méthodes soient basées sur l’élimination systématique des opposants. Ailleurs (Serbie, Grèce, Syrie, Turquie,etc) les brutalités envers les orthodoxes semblent équivalentes, voire pire, à celles que subissent les catholiques.

Quand aux protestants, Albert Pike lui-même, cité par le Diable au XIXème siècle, les considère dans son camp : « Le protestantisme, dans ses multiples fractions, sauf une minorité infime, est composé d’adeptes qui raisonnent, cherchent constamment la vérité, et par conséquent, la trouveront ; c’est d’eux que nous viennent les plus fidèles du Dieu-Bon ».
Déjà, en 1871, les protestants étaient réputés lucifériens au même titre que le groupe indien (bouddhistes et brahmanistes) ainsi qu’un partie de l’Islam. Toujours Pike : «  Observons que la vérité est connue des prêtres du védisme (groupe indien), et que les mahométans, sans avoir la vérité, ont grand nombre de leurs prêtres inspirés par elle. ». La vérité, pour Pike, c’est celle de Lucifer.
Le plan luciférien est connu : il se sert des protestants et dérivés ainsi que des « indiens » et des musulmans pour étouffer d’abord, éliminer ensuite les catholiques et les orthodoxes.

Le mystère d’iniquitéSaint-Michel-l-Archange
Serge Monast, André Bergeron, Mgr de Ségur ou plus près de nous l’abbé Méramo ont brillamment expliqué la thèse de la passion de l’Eglise.
Une citation de Mgr de Ségur sera plus claire : « J ésus-Christ et l’Eglise forment un tout indivisible ; le sort de l’un, c’est le sort de l’autre. Jésus-Christ a eu sa passion et son crucifiement : l’Eglise doit avoir, elle aussi, et sa passion, et son crucifiement final. (…)
Ce que nous savons d’une manière générale mais infaillible, parce que cela est révélé de Dieu, c’est qu’avant ces suprêmes et épouvantable secousses qui constitueront la passion de l’Eglise et le règne de l’Antéchrist, il y aura dit saint Paul, l’apostasie générale ou quasi-générale de la foi de la sainte Eglise romaine. Enfin, ce que nous savons, c’est qu’à cette redoutable époque le caractère général de la maladie des âmes sera l’affaiblissement universel de la foi et le refroidissement de l’amour divin, par suite de la surabondance des iniquités (Matthieu 24, 12. »

Qu’on le veuille ou non, l’Eglise vit aujourd’hui sa passion, ce que très peu de gens arrivent à percevoir, illusionnés par la falsification du christianisme créée par l’Eglise conciliaire. Nous sommes bien dans l’église de Laodicée, la dernière (Apocalypse III, 16-18) :
« Mais parce que vous êtes tiède et que vous n’êtes ni froid, ni chaud, je suis près de vous vomir de ma bouche » (les conciliaires, qui n’ont plus de chrétien que les apparences) ;
« Vous dites je suis riche, je suis comblé de biens et je n’ai besoin de rien ; et vous ne savez pas que vous êtes malheureux et misérable, pauvre, aveugle et nu » (abondance de biens matériels d’un côté, mais désert spirituel de l’autre) ;
« Je vous conseille d’acheter un collyre pour l’appliquer sur vos yeux afin que vous voyez » (réveillez vous ! et ouvrez les yeux, sortez de l’illusion).

3. L’énigme Vatican II

Nous voici au cœur du problème : dans quelle mesure le concile Vatican II a-t-il fait basculer l’Eglise dans le mystère d’iniquité, et correspond-t-il à l’Abomination de la Désolation ?
Impossible ici de détailler la critique du concile, ce serait trop long, je me contenterai de quelques citations :

Bertrand Acquin, Ce soir l’Apocalypse (2004 – éditions l’Age d’homme) en conclusion de son chapitre sur Vatican II : « Ce rapide survol de l’Eglise, notamment dans les temps de l’après-Vatican II, est révélateur de cette « inversion » au sein de cette Eglise de Pierre, comme si une force désagrégeante s’était soudain activée en son sein – à son insu même. »
« Une des caractéristiques du pontificat de Jean-Paul II n’est-elle pas d’avoir recentré l’Eglise essentiellement sur l’Homme ?
 »

Le père Castellani cité par Basilo Méramo (2008) : « L’hérésie d’aujourd’hui semblerait ne pas nier explicitement aucun des dogmes chrétiens, mais bien les falsifier tous. En retenant tout l’appareil externe et la phraséologie christique, il falsifie le christianisme, en le transformant en une adoration de l’homme. C’est-à-dire qu’il assied l’homme dans le temple de Dieu, comme s’il était dieu. Il exalte l’homme comme si ses forces étaient infinies. Il promet à l’homme le royaume de Dieu et le paradis sur terre auquel il atteindrait par ses propres forces. »

Ca, c’est un tout petit aperçu des analyses post-conciliaires.
Voyons maintenant quelques prophéties concernant cette période :

Notre-Dame à la Salette (1846)
« Il y aura en tous lieux des prodiges extraordinaires parce que la vraie foi s’est éteinte et que la fausse lumière éclaire le monde. »
« Pour un temps l’Eglise sera livrée à de grandes persécutions : ce sera le temps des ténèbres ; l’Eglise aura une crise affreuse. »
« Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist. »
« L’Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation. »

Catherine Emmerich (1830)
Cette âme privilégiée, dont les prophéties sont prises au sérieux, a eu de nombreuses visions sur la crise dans l’Eglise. Elle voit une Eglise noire, « la nouvelle église des ténèbres, où l’on y mine et y étouffe si habilement la religion qu’il ne reste à peine qu’une centaine de prêtres qui ne soient séduits. »
« Il me fut aussi montré qu’il n’y a presque plus de chrétiens dans l’ancien sens du mot. »
« Je vis l’église des apostats prendre de grands accroissements. Je vis les ténèbres qui en partaient se répandre alentour et je vis beaucoup de gens délaisser l’Eglise légitime et se diriger vers l’autre. »
« Les prêtres laissaient tout faire et disaient la messe avec beaucoup d’irrévérence. »
« Cette église noire détient en apparence, du moins, le pouvoir légal dans l’Eglise. »
« Elle est pleine d’orgueil et de présomption, et avec cela destructrice et conduisant au mal avec toute espèce de beaux dehors. Son danger est dans son innocence apparente
. »
La partie saine de l’Eglise, où la sainte doctrine n’a pas été contaminée, est représentée dans un lieu verdoyant, mais évidemment, il est beaucoup plus petit que celui des ténèbres.

Vatican II constitue-t-il l’Abomination de la désolation ?
L’Abomination de la désolation, selon l’expression de Jésus lui-même (Matthieu 24, 15) représente, à me yeux le summum du mystère d’iniquité.
Dans ce même évangile eschatologique, Jésus nous dit qu’elle est établie en lieu saint, et il se réfère au prophète Daniel pour la comprendre. Or Daniel au chapitre 9 est très clair : au milieu de la semaine (c’est-à-dire au milieu des 7 ans de tribulations), il fera cesser le sacrifice et l’oblation.
Que dit AC Emmerich sur le sujet ?ND-pleure
« J’ai vu l’église de saint Pierre : elle était démolie à l’exception du chœur et du maître-autel » et plus loin, parlant des prêtres dans les ténèbres : « Leur messe, quoique accomplissant réellement le saint sacrifice, m’apparaissait comme un horrible assassinat. »
Il n’y a plus de doute pour moi : quoi qu’en disent les sédévacantistes et certains traditionalistes, quelles que soient les abominations et les sacrilèges de certains prêtres, la messe conciliaire est valable et le sera jusqu’au bout, jusqu’à la mort du corps mystique du Christ, c’est-à-dire au moment de l’avènement de l’Antéchrist. A ce moment-là, nous verrons l’abomination de la désolation, qui consistera à faire cesser pour de bon la Présence Réelle en lieu saint (lors du Saint Sacrifice de la Messe). L’hostie sera remplacée par un simple bout de pain et la messe par une commémoration, un repas fraternel.
Là, « que celui qui est en Judée s’enfuie dans les montagnes » = que les chrétiens quittent l’église officielle et entrent en résistance au côté des prêtres restés fidèles ;
« que celui qui est sur le toit ne descende pas pour prendre ce qu’il a dans sa maison » = que les chefs, les prêtres et ceux qui ont une responsabilité quittent l’église apostate,
« que celui qui est dans les champs ne retourne pas pour prendre son manteau » : pareil pour les fidèles.

Conclusion sur Vatican II
L’infiltration satanique au sein même de l’Eglise catholique n’est hélas plus à démontrer. Elle est permise par Dieu jusqu’à l’Abomination de la Désolation mais l’Eglise ne mourra qu’en apparence puisqu’un petit nombre d’élu restera fidèle à la vraie foi.
Sommes-nous entrés, après 50 ans de Vatican II, dans la crise affreuse de l’Eglise comme le dit la Salette ? OUI, sans aucun doute.
L’Eglise est-elle éclipsée ? NON, pas encore. Elle le sera lorsque l’Abomination de la Désolation aura été proclamée en lieu saint, car à ce moment-là, l’Eglise sera officiellement déicide. Cette Eglise officielle éclipsera alors l’Eglise de toujours, celle fidèle à la tradition, et la persécutera. Les tradis devront alors se cacher pour pratiquer leur culte.
L’Eglise est-elle séparée en deux églises ? NON, les prophéties sont très claires. C’est bien l’Eglise qui aura une crise affreuse, pas une partie de cette église. Jésus, Marie, les prophètes parlent tous d’une seule et même église. Une église séparée en deux camps : l’Eglise-apostate, représentée par les conciliaires les plus virulents, et l’Eglise-fidèle, représentée par les tenants de la Tradition, toutes tendances confondues. Les querelles de chapelles qui émaillent les tradis (FSSPX, sédévacantistes, tradis fidèles à Rome, etc) ne sont pour moi que des épiphénomènes ne remettant pas en cause le fond.
Pour l’instant, les deux églises cohabitent ; seule l’abomination de la désolation les séparera. Car l’Eglise fidèle ne cessera pas, elle, le Saint Sacrifice de la Messe.

Un dernier point. Il serait intéressant de savoir quand commence le mystère d’iniquité. Il pourrait coïncider avec le concile Vatican II puisque celui-ci va officialiser les idées libérales rampantes qui cherchaient à miner l’Eglise depuis déjà presque un siècle.
Faisons un test pour voir si cette théorie colle. Holzhauser a calculé que le chiffre de la bête, 666, correspondait à 55 ans et demi. Je prends le 11 octobre 1962, date d’ouverture du concile, et j’ajoute 55 ans et demi, on arrive à… fin 2017 début 2018 !
Les mêmes dates que je trouve par d’autres biais et d’autres calculs (voir mon article annonçant l’arrivée de l’Antéchrist en 2014).
Troublant, non ?

4. Le cas du pape François

Depuis la démission du pape Benoît XVI, j’ai multiplié les articles sur ce sujet.
Je vais essayer de résumer ma position en quelques mots :
Avec le pape François, nous nous trouvons dans la situation inédite d’un pape non inscrit.page-francois-et-benoit
– La prophétie des papes de saint Malachie s’arrête à Benoît XVI, de Gloria Olivae.
– Saint François d’Assise, dans une prédiction, nous dit qu’au moment décisif de la crise dans l’Eglise « un personnage non canoniquement élu, élevé à la papauté, s’efforcera avec adresse de communiquer à beaucoup le poison mortel de son erreur. »
– A la Salette, Marie affirme « Rome deviendra le siège de l’Antéchrist. »
– La bête de la terre (Apoc. XIII, 11) a « deux cornes semblables à l’agneau, mais elle parlait comme le dragon », et elle fait adorer la bête de la mer par toutes les nations. Nombreux sont les exégètes qui voient en la bête de la terre un pape (l’agneau est la représentation du Christ -Je suis l’agneau de Dieu- or le pape est le vicaire du Christ), plus communément appelé le faux prophète, et en la bête de la mer l’Antéchrist.

Les indications du camp adverse sont également troublantes :
De Lucifer lui-même qui indique qu’après Léon XIII il y aura 9 papes « et après je règnerai » (rapporté en 1892, le 9ème c’était Benoît XVI) ;
Ou bien les visions d’Elichaazel (1994 – « Le pape qui succédera au successeur du pape Jean-Paul II portera cette tribulation contre le peuple de Dieu » ; dans ses visions, Elichaazel voit nommément le pape assister l’Antéchrist) ;
Ou encore Pedro Régis en 1987 : « Il y aura 2 papes. Seulement un seul sera le vrai successeur de Pierre. Il verra la destruction de sa maison. Le faux pape s’unira à la science et niera Dieu ».

Après mûre réflexion, ma position est la suivante :
Pour le moment, le pape François se comporte conformément à l’Apocalypse : il parle en agneau mais il agit comme le dragon. Je vois en lui le faux prophète des écritures.
Je considère que le seul pape légitime est toujours Benoît XVI. Probablement poussé à la démission, il est en réalité toujours pape, et l’élection de François est illégitime.
Ce n’est pas un anti-pape, c’est un faux-pape.

 Le moment venu, François jettera le masque, « il déposera sa tiare et son zèle sera grand pour l’œuvre du palladisme triomphant » (Diana Vaughan).
A ce moment-là s’accomplira l’abomination de la désolation, et se réaliseront les prophéties de Notre-Dame à Aquita (Japon, 1973) : une scission s’effectuera dans l’Eglise, et on verra « des cardinaux s’opposer à des cardinaux, des évêques contre d’autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et combattus par leurs confrères, les églises, les autels saccagés ».

L’Eglise qui restera fidèle au Christ, obligée de prendre le maquis, élira un pape à la mort de Benoît XVI, ce sera Pierre le Romain, qui « paîtra ses brebis au milieu des nombreuses tribulations. »
Rendez-vous en 2014 pour vivre tout cela.

Publicités

420 Commentaires

  1. Christine

    W est l’équivalent de 6. Donc WWW = 666. Quelles sont les initiales du Prince William d’Angleterre ? WWW : pour William Prince de la famille Windsor et Prince of Wales. Donc je suis d’accord avec tout ce qui a pu se dire sur lui. Soyons donc vigilent.

  2. Christine

    W est l’equivalent de 6. Donc WWW=666. Quelles sont les initiales du prince William d’angleterre ? WWW, pour William, prince de la famille Windsor et prince of wales…

  3. Daniel PIGNARD

    Les manifestations commencées en France contre le mariage homosexuel sont les prémices de la bataille qui se profile. A noter que ces manifestations françaises ont eu lieu le 18 novembre 2012, le 13 janvier, le 24 mars et le 26 mai 2013, avec leurs foules innombrables ce qui confirme la prophétie « le réveil et la crise » en lien plus bas qui annonçait le début en 2012.

    Les sept rois d’Apocalypse 17

    Le combat est pour bientôt et rappelé dans Apo 17 :14 ou l’agneau et les appelés, les élus et les fidèles combattront aussi. Or Apo 17 devient de plus en plus clair.

    Voici ce que je pense de la bête et la femme assise dessus, énigme ne pouvant être résolue que depuis la démission de Benoit XVI :

    Les 7 montagnes sur lesquelles la femme est assise représentent Rome ayant 7 collines.

    Les 7 rois sont 7 papes à compter depuis le retour d’Israël dans son pays (1947)

    Les 7 papes depuis 1947 ont été :

    1- Pie XII (1939-1958) (19 ans). Tombé
    2- Jean XXIII (1958-1963) (5 ans). Tombé
    3- Paul VI (1963-1978) (15 ans). Tombé
    4- Jean-Paul Ier (1978-1978). Tombé
    5- Jean-Paul II (1978-2005) (27 ans). Tombé

    6- Benoît XVI (2005-2013) (8 ans). Existe

    7- François (2013-…) Doit rester peu de temps

    Donc cinq sont tombés (morts), un existe (a démissionné) et entre sa démission et la nomination de François a existé un temps où il n’était pas encore venu.

    La Bête qui était, qui n’est plus mais qui reparaîtra est (semble-t-il) le retour d’une autorité religieuse qui contraint par la force. Comme elle est un huitième roi et qu’elle est du nombre des sept, cela veut dire que le pape François est double et va révéler une relation avec des autorités temporelles de contraintes.

    Les clés que j’utilise sont :

    Le dragon = autorité morale qui contraint par le nombre.

    La bête = autorité contraignante par la force (politique = autorité sur la mer) ou la contrainte pécuniaire (patronat = autorité sur la terre).

  4. Pingback: Bergoglio, de l’imposture à l’infamie | Le Grand Réveil
  5. MH

    Merci pour tous vos posts. Vos analyses sont très intéressantes. Pour ce qui concerne celles sur Fatima, des petits prophètes en parlent aussi depuis quelque temps et semblent insister à présent dessus. Je crois pertinent d’indiquer que quel que soit la direction que va prendre le Saint Père François, il devient URGENT de prier pour lui et pour toute l’Eglise. Jésus a dit de prier pour tous : nos amis et nos ennemis. Montrons que nous avons compris le message : Jésus veut sauver toute l’humanité.

  6. Cap sur le triomphe du Coeur Immaculé de Marie

    Une dernière chose Mr Dalencourt : ce qui vous dérange le plus, c’est que je vous dise de prier pour le Pape, surtout s’il est le faux-prophète. Cela vous ennuie terriblement.
    Vous devrez répondre devant Dieu de tout ce que vous dites sur ce blog. Jésus a dit de prier pour ses ennemis. Vous oubliez de dire qu’il faut prier pour le pape François : vous vous condamnez en continuant de communier. Bien à vous.

    • Mickael

      Prions pour tous les êtres de ce monde, mais une prière peut-elle être nécessaire pour les milliards de personnes qui ont vécues dans ce monde ? Je ne sais pas mais je l’espère, car c’est plus pratique, sinon, priez pour vos familles, amis, etc… en priorité puis pour le reste du monde.

    • Davi77

      Laurent je n ai pas compris votre question.
      Les messes sont importantes,la présence du ciel y est là et c est important pour nos défunts ,pour moi à chacune je ressens beaucoup d émotions bien que je ne puisse pas encore communier ,je suis en préparation .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s